Herve

Togo : Togo Cellulaire écope d’une amende de plus d’1 milliard de Francs CFA et est sommé de cesser sa pratique anticoncurrentielle dans un délai de 24 heures

Togo Cellulaire écope d’une amende de plus d’1 milliard de Francs CFA et est sommée de cesser sa pratique anticoncurrentielle dans un délai de 24 heures

L’ARCEP dans ses efforts de régulation des conditions d’une concurrence saine et équitable en matière de téléphonie mobile au Togo, vient d’affliger une amende à Togo Cellulaire. Une amende qui intervient suite au non-respect des mises en demeure par l’autorité de régulation.

Lire le communiqué de l’ARCEP :

« Au terme d’une procédure de sanction pour violation du principe de non-différenciation des tarifs des communications « on-net » (intra-réseau) et « off-net » (inter réseau), le Comité de Direction de l’Autorité de Régulation des Communications Électroniques et des Postes (ARCEP) vient de prononcer une amende d’un milliard neuf millions cinq cent soixante-quatre mille trois cent vingt-cinq (1 009 564 325) francs CFA à l’encontre de Togo Cellulaire (groupe Togocom).

Il est en outre enjoint à Togo Cellulaire de cesser cette pratique anticoncurrentielle dans un délai de vingt-quatre (24) heures, sous astreinte de la somme de cinquante millions (50 000 000) francs CFA par jour de retard.

La Décision n°2021-001/ARCEP/CD du Comité de Direction de l’ARCEP a été notifiée à Togo Cellulaire le 19 février 2021 et prend effet à compter de cette même date.

Cette sanction fait suite aux mises en demeure adressées le 9 novembre 2020 à Togo Cellulaire et à Moov Africa Togo, aux fins de cessation immédiate de la différenciation tarifaire on-net/off-net interdite dans leurs cahiers de charges, sous quarante-huit (48) heures. Alors que son concurrent Moov Africa Togo s’est conformé à l’injonction en rendant toutes ses offres tarifaires « tous réseaux » dans le délai imparti, Togo Cellulaire s’est limité à l’alignement de ses tarifs de base, tout en continuant la différenciation tarifaire à travers ses offres « forfaits », et ce, malgré de multiples relances de l’ARCEP.

Le refus de Togo Cellulaire d’obtempérer depuis plusieurs mois, porte gravement atteinte non seulement aux efforts de création des conditions d’une concurrence saine et équitable sur le marché, mais également aux droits des consommateurs ».

Bénin : réaction du parti « Les Démocrates » après la convocation de ses militants

Bénin : réaction du parti « Les Démocrates » après la convocation de ses militants

Suite à la convocation de certains de ses militants à la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (CRIET), le parti « Les Démocrates » réagi et dénonce un harcèlement judiciaire constitutif de torture morale inacceptable. Ceci, à travers un communiqué rendu public ce dimanche 21 février 2021.

COMMUNIQUÉ

(Au sujet des intimidations et harcèlement judiciaire sur les militants du parti « LES DÉMOCRATES »)

Depuis le vendredi 19 février 2021, plusieurs militants du parti « LES DÉMOCRATES », font l’objet d’intimidations et de harcèlement judiciaire.

En effet, convoqués sans raison et de façon cavalière à la CRIET (tribunal d’exception du Président Patrice TALON), les camarades Nourénou ATCHADE Premier vice-président et Justin Cohovi ADJOVI Secrétaire national à la Trésorerie et au Patrimoine n’ont été reçus qu’après plus de 11 heures d’attente.

À l’analyse les motifs de la convocation seraient basés sur des rumeurs et les fausses informations sur des activités régulières du parti. Il s’agit purement et simplement d’un harcèlement judiciaire constitutif de torture morale inacceptable. De même, le camarade Bio Dramane TIDJANI, vice-Coordonnateur de la huitième Circonscription Électorale est attendu à la CRIET le lundi 22 février 2021 certainement pour le même motif.

Le parti « LES DÉMOCRATES » élève une vive protestation contre ces manœuvres d’intimidation préjudiciables à un processus électoral crédible et inclusif et à la paix.

Lire aussi: Bénin / Supposé refus de parrainage : « Reckya Madougou n’a appelé personne d’entre nous », réagit Orden Alladatin de l’Union progressiste (UP)

De toute évidence, la finalité de cette manœuvre n’est rien d’autre que la volonté d’exclure pour une troisième fois l’opposition des élections et de faire un passage en force.

Le parti « LES DÉMOCRATES » met en garde contre la répétition de telles manœuvres et demande à ses militantes et militants ainsi qu’à l’ensemble du peuple béninois de rester mobilisés pour la restauration de la démocratie et de l’État de droit par toutes les voies légales que nous offrent la Constitution et les lois de la République.

Le parti « LES DÉMOCRATES » rappelle au gouvernement et à son chef l’exigence de la mise en œuvre des décisions de la CADHP et les assises nationales demandées par l’opposition en vue de créer les conditions propices pour une élection crédible et inclusives gage de paix sociale.

C’est ensemble que nous gagnerons la bataille du développement qui passe par la restauration de la démocratie, de l’État de droit et de l’alternance démocratique en 2021.

Vive le Parti « LES DÉMOCRATES »

Vive le BENIN

Le Président

Eric HOUNDETE

en quête de maris, ces femmes célibataires demandent au Président de libérer les prisonniers

Ghana : en quête de maris, ces femmes célibataires demandent au Président de libérer les prisonniers

En Afrique, être femme célibataire à un certain âge est mal perçu. Se marier à tout prix avant que le temps ne vieillisse notre corps et nous rende incapable d’avoir des enfants. Telle était sans aucun doute la raison de l’acte posé par ces Ghanéennes.

Des femmes qui habitent Assin Fosu au Centre du Ghana ont fait un plaidoyer auprès du président Nana Akuffo-Addo pour la libération des prisonniers de la région. La raison évoquée : mettre fin à leur statut de célibataire en épousant ces derniers.

Certaines d’entre elles, lors d’une interview sur Adom News, ont révélé que la majorité d’entre elles est célibataire. ces femmes subissent la pression de leur famille. En effet, leurs proches leur demandent de se marier avant la fin de l’année. Une situation que ne peuvent supporter les femmes concernées. Selon la version de ces femmes, elles se voient souvent obligées de coucher avec des hommes mariés.

Parmi elles, il y en a qui sont des mères célibataires et qui ont également révélé que les rares hommes vivant dans la région ont fui leurs responsabilités en raison de la vive concurrence entre les femmes pour trouver un époux.

La seule option pour ces femmes est de recourir au président Akufo-Addo. Elles ont demandé au chef de l’État ghanéen de libérer les prisonniers afin qu’ils puissent les épouser.

« Les hommes sont plus nombreux en prison que dans notre ville alors s’il vous plaît libérez les pour nous. Nous aimerons être avec eux et avoir une belle-famille ensemble. Nous demandons à Nana Addo de pardonner aux prisonniers dans notre région parce que notre ville est en train de mourir », ont-elles plaidé.

Mais les hommes de la ville blâment plutôt les femmes, car ils jugent leur démarche déraisonnable.

« Les femmes de notre ville ne sont pas raisonnables dans leur démarche ; elles ne sont pas sérieuses, tout ce qu’elles savent faire, c’est dépenser notre argent et nous quitter. C’est pourquoi elles ont besoin de prisonniers pour se marier », a déclaré un homme en colère. Selon lui, il y a plus d’hommes que de femmes dans le monde et c’est pareil aussi au Ghana. « Comment se fait-il que vous ne puissiez pas trouver votre mari parmi tous ses hommes si ce n’est pas à cause de votre mauvais comportement ».

Pour revenir à l’histoire, les hommes ont cependant réfuté les propos des femmes qui les accusent de ne pas être responsables ajoutant que libérer les prisonniers va augmenter le taux de criminalité dans la région.

Lire aussi : Bénin: pour dénoncer les clips vidéo à caractère pornographique, le gouvernement met en place des numéros verts

Supposé suicide à l’Université de Lomé, le démenti de Franck Missité

Supposé suicide à l’Université de Lomé, le démenti de Franck Missité

Ce jeudi 18 février 2021, Franck Missité, ancien journaliste présentateur de la Télévision Togolaise et directeur de cabinet du ministre en charge de la culture a apporté un démenti total à ce supposé suicide. Il a en effet informé sur une plateforme qu’aucun suicide n’a eu lieu à l’Université de Lomé spécialement au village du Bénin comme le prétendent certains médias.

L’ancien journaliste présentateur de la Télévision Togolaise a fait une précision concernant le suicide d’un professeur qui se serait produit au village du Bénin. « Le suicide qui a eu lieu au village du Bénin remonte au mardi 20 octobre 2020, et c’est un vigile qui s’était donné la mort par pendaison ».

Cela dit, « il ne s’est produit aucun drame de ce genre au village du Bénin hier » a-t-il posté sur une plateforme où certains sites en ligne, indiquaient qu’il y avait eu deux suicides (un suicide au village du Bénin et l’autre au sein de l’établissement IAEC) dans la journée d’hier.

Franck Missité dans sa déclaration est allé loin en précisant le statut même du professeur qui s’est donné la mort à l’IAEC. « Je voudrais même ajouter que l’enseignant qui s’est suicidé à l’IAEC était un vacataire au département d’Anglais de l’Université de Lomé » a indiqué l’ancien journaliste de la TVT et d’ajouter, il n’a donc pas de lien direct avec cette institution.

Lire aussi : Drame : un professeur d’anglais se suicide dans l’enceinte de l’IAEC à Lomé

Campagne Campus France 2021 : des documents frauduleux détectés dans de nombreux dossiers

Campagne Campus France 2021 : des documents frauduleux détectés dans de nombreux dossiers

Selon l’équipe de Campus France Côte d’Ivoire, de nombreux documents frauduleux ont été détectés dans les dossiers ivoiriens pour la campagne de cette année.

Des fraudes détectées dans les dossiers autant des élèves de Terminale que des étudiants du supérieur, autant des mineurs que des majeurs.

« La fraude documentaire nuit gravement à la réputation des étudiants et établissements ivoiriens ! Certains candidats ont avoué obtenir ces faux documents auprès d’agence ou cabinet de coaching. D’autres candidats ont pointé du doigt une tierce personne fournissant, contre rémunération, des documents litigieux », a indiqué l’institution.

Lire aussi: Bénin : Moïse Kérékou ne partage pas l’avis de Patrice Talon sur la réforme du système éducatif béninois

L’équipe Côte d’Ivoire est formée à la détection de la fraude documentaire. Il faut noter que la présentation d’un faux document (faux relevé de notes, faux diplôme, fausse inscription, etc.) entraîne l’inéligibilité à toute procédure et conduit le consulat général à apposer un refus de visa pour une durée de 5 ans. Tout cas de fraude documentaire enfreint le code pénal ivoirien et est passible de poursuites judiciaires.

« Aucun intermédiaire n’est reconnu par Campus France Côte d’Ivoire. Le recours à un intermédiaire (agence, cabinet, structure de coaching) contre rémunération pour élaborer un dossier Campus France et pour être accompagné dans la procédure Campus France ne facilite ni l’obtention d’une pré-inscription ni l’obtention d’un visa pour études. Aucune structure n’est reconnue par l’Ambassade de France en Côte d’Ivoire », a souligné l’institution.

France Volontaires recrute

France Volontaires recrute

France Volontaires est la plateforme française des engagements volontaires et solidaires à l’international. Elle a été créée en 2009 à l’initiative des pouvoirs publics et du monde associatif, sur le socle de l’Association Française des Volontaires du Progrès (AFVP). Elle est actuellement constituée d’une cinquantaine de membres : associations, fondations, ministères, personnalités qualifiées et collectivités territoriales. Elle assure une mission d’intérêt général.

A travers son réseau à l’international, France Volontaires met en relation, accompagne et valorise les dynamiques d’acteurs contribuant à une plus grande reconnaissance des engagements volontaires et solidaires à l’international et au développement de politiques publiques ambitieuses. France Volontaires affirme sa fonction de soutien aux initiatives et à l’innovation, et contribue à l’accessibilité, à la qualité et à la sécurisation des parcours d’engagement à l’international.

Rattaché au Pôle Réseau international de France Volontaires, le réseau des Espaces Volontariats (EV) est placé sous l’autorité hiérarchique du Responsable de l’Unité Réseau des Espaces Volontariats qui assure par ailleurs la coordination d’une équipe d’animation géographique composée de 4 Responsables du Développement du Volontariat International (Afrique de l’Ouest, Afrique Centrale et de l’Est, Afrique du Nord Moyen-Orient, Amérique Latine-Caraïbes).

L’Espace Volontariats du Togo a été ouvert en 2011. C’est un lieu physique et virtuel d’échange, de formation, d’information et de partage d’expériences destiné à tous les acteurs du volontariat national et international (candidats, volontaires, structures d’accueil, structures d’envoi). Il organise des actions visant à :

Promouvoir les différentes formes de volontariat (organisation d’actions spécifiques de communication, information des acteurs, missions en région)

Renforcer les compétences des acteurs (formations, organisation d’ateliers thématiques)

Aider les volontaires à mieux comprendre leur environnement social, politique, culturel (organisation d’activités de découverte).

II répond également aux demandes des acteurs portant sur la définition et la mise en œuvre de leurs projets de volontariat : construire une mission, identifier une structure d’accueil, une structure d’envoi ou un candidat, accompagner le volontaire tout au long de sa mission, etc.

Compétences principales recherchées : (savoirs faire et savoirs être)

-Excellentes capacités rédactionnelles et de synthèse ;

-Graphisme (InDesign, Photoshop) ;

-Montage Vidéo (Première pro) ;

-Community management ;

-Utilisation d’un back office (site Internet sous SPIP/Wordpress) ;

-Recherche de financement / sponsoring / Responsabilité Sociétale des Entreprises ;

-Organisation événementielle ;

Qualités humaines indispensables : forte adaptabilité, aisance sociale, capacité à travailler en équipe multiculturelle, autonomie, prise d’initiative.

Le/la volontaire se trouvera dans un contexte culturel différent du sien et devra donc faire preuve de patience, d’humilité et de diplomatie surtout dans le dialogue avec les Togolais et les volontaires. Le/la volontaire doit posséder de bonnes qualités relationnelles. La discrétion est également une qualité nécessaire pour instaurer la confiance. Le volontaire veillera à l’image de l’Espace Volontariats (France Volontaires) lors de ses contacts formels ou informels avec les divers partenaires et les autres volontaires.

Langues souhaitées et niveau : Français obligatoire. Anglais souhaité

Autre impératif : Permis de conduire obligatoire. A défaut, possibilité de le passer sur place.

Condition du contrat VSI :

-Statut de Volontaire de Solidarité Internationale (loi de 2005) ;

-Indemnité d’installation et indemnité de réinstallation au retour ;

-Indemnité mensuelle de subsistance : cette indemnité n’a pas le caractère d’un salaire ou d’une rémunération et permet d’accomplir la mission dans des conditions de vie décentes ;

-Couverture sociale (mutuelle complémentaire, assurance rapatriement, assurance vieillesse).

-Fourniture du logement ;

-Frais de voyage 1 aller-retour entre le lieu de résidence et le lieu d’affectation.

Modalités de candidature :

CV et lettre de motivation à envoyer à : candidatures@france-volontaires.org.

Merci d’indiquer en objet de votre mail : « Mission N°4T1114. Appui EV. Togo ».

Fonctions

-Communication

-Gestion de projets et programmes

Contrat: Volontariat ou Service Civique

Secteurs d’activité: Autre

Date de validité: 28 février 2021

Lire aussi: Emplois-International.com lance une vaste campagne de recrutement en Afrique pour répondre à la pénurie de personnels de santé en France

Économie : top 5 meilleurs ministres africains des Finances

Économie : Top 5 des meilleurs ministres africains des Finances

La Covid-19 depuis son apparition a bouleversé tous les secteurs d’activité en l’occurrence celui de l’économie. La pandémie a ainsi mis les équilibres macroéconomiques des pays africains à rude épreuve.

En effet, les ministères africains des Finances et de l’Économie ont été confrontés à la mobilisation des ressources pour le financement des programmes sociaux et sanitaires d’urgence alors que de l’autre côté, les murs du déficit et de la dette se rapprochent à grande vitesse depuis février 2020. Les ministres choisis dans ce classement, sur les 54 du continent, sont au pilotage manuel avec, constamment, la main sur le bouton de la relance et le pied sur le levier du financement des programmes d’urgence.

Ces ministres que voici présentent un niveau de leadership élevé, attesté par leurs parcours, leurs connaissances du système financier international et leur capacité à attirer des financements et à convaincre des investisseurs.

  • Romuald Wadagni, ministre de l’Économie et des Finances du Bénin
  • Abouldaye Diallo, ministre des Finances et du Budget et Amadou Hott, ministre de l’Économie, du Plan et de la Coopération Internationale du Sénégal
  • Dr Mohamed Ahmed Maait, ministre des Finances de l’Egypte
  • Tito Mboweni, ministre des Finances de l’Afrique du Sud
  • Renganaden Padayachy, ministre des Finances de Maurice

Méthodologie

– Si un pays présente 65% du PIB, il a une marge de manœuvre d’encore 5 % du PIB. Ce qui correspond à 5 points dans notre classement. S’il a en revanche 75 % du PIB, il a 5 % de PIB à réduire, ce qui correspond dans notre classement à -5%.

-Sur la croissance du PIB, la barre d’équilibre est zéro (0 % du PIB) avec des notes positives en dessus et négatives en dessous.

-Sur le déficit, la barre d’équilibre est de 3 %, avec des notes positives en dessous et négatives en dessous.

Critères

-Leadership

-Croissance 2020-2021

-Financement du secteur privé

-Maitrise de la dette

-Maitrise du déficit

Source : Financial Afrik

Lire aussi: RDC/COVID-19 : Le plan Marshall de Félix Tshisekedi pour l’économie congolaise, une ambition sans socle

Drame : un professeur se suicide dans l’enceinte de l’IAEC à Lomé

Drame : un professeur d’anglais se suicide dans l’enceinte de l’IAEC à Lomé

C’est une triste nouvelle que nous avons appris l’après-midi de ce mercredi 17 février 2021 concernant l’université privée IAEC (Institut africain d’administration et d’études commerciales). Un professeur se serait donné la mort dans l’enceinte de l’établissement. Un fait qui a sans aucun doute choqué les étudiants de cette université et la population.

Un drame enregistré à l’IAEC

Selon les informations reçues, il s’agirait d’un ancien professeur d’anglais de ladite université. Ce dernier serait monté au 5 ème étage de l’école, ensuite écrit une lettre, et aurait bu un mélange d’acide et de ciment du haut de l’étage.

Les policiers sont venus pour un constat. Pour l’instant les causes de ce suicide restent inconnues. Nous vous tiendrons informé dès qu’il y’a une nouvelle information.

Une université internationale

Créé en 1986, IAEC s’est forgé une réputation dans l’enseignement supérieur au niveau national et international. Enrichi de plus de 30 ans d’expériences fructueuses, il s’est implanté dans plusieurs pays africains au sein du Groupe BK pour proposer des formations qualifiantes adaptées aux besoins de l’environnement professionnel.

Sept pays sont déjà conquis : le Bénin, le Mali, le Niger, le Burkina-Faso, le Gabon, la République Centrafricaine et bien sûr le Togo. L’IAEC offre une intégration professionnelle dans des domaines prometteurs des secteurs tertiaire et technologique.

Lire aussi : Drame: un policier s’est donné la mort au domicile de Gilchrist Olympio

Conseil des ministres

Togo: communiqué sanctionnant le conseil des ministres de ce mercredi 17 février 2021

  1. Le Conseil des Ministres s’est réuni ce jour à la Présidence de la République sous la présidence de Son Excellence Monsieur Faure Essozimna Gnassingbé, Président de la République.
  2. Le Conseil a examiné, deux (02) avant-projets de loi, un (01) projet de décret et écouté sept (07) communications.

I. AU TITRE DES AVANT-PROJETS DE LOI,

  1. Le conseil a examiné l’avant-projet de loi de règlement 2018 et l’avant-projet de loi de règlement 2019 afin de rendre compte de l’exécution respectivement de la loi n° 2017-014 du 27 décembre 2017 portant loi de finances, gestion 2018 et de la loi n° 2018-020 du 20 novembre 2018 portant loi de finances, gestion 2019.
  2. Ces projets de loi ,qui sont des exercices de transparence et de redevabilité, font ressortir des résultats excédentaires pour 2018 et 2019. Ils traduisent les performances économiques remarquables de notre pays malgré un contexte marqué, notamment en 2018, par une crise socio politique.
  3. Le Conseil a attiré l’attention des membres du gouvernement sur une implication plus forte afin d’améliorer les performances en matière d’efficience dans l’exécution des budgets d’investissement.
  4. A cet effet, le Conseil a écouté une communication relative au Programme d’investissements publics (PIP 2022-2024), présentée par le ministère auprès de la Présidence de la République chargé de la planification du développement et de la coopération.
  5. Face au constat des faiblesses rencontrées dans l’exécution des investissements, il est proposé un renforcement du processus d’élaboration du PIP afin qu’il prenne en compte de manière exhaustive la feuille de route gouvernementale 2020-2025.

II. AU TITRE DES PROJETS DE DÉCRET

  1. Le conseil a examiné en première lecture un projet de décret portant sur la numérisation des moyens de paiement au sein de l’administration qui est pris en application de la loi relative aux mesures de promotion de la bancarisation et de l’utilisation des moyens de paiement scripturaux.
  2. Il vise à promouvoir l’utilisation de moyens électroniques de paiement au sein de l’administration, la bancarisation, l’inclusion financière et la lutte contre la corruption, le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme.

III. AU TITRE DES COMMUNICATIONS,

  1. Le Conseil a examiné une communication relative aux avant-projets de décrets portant sur l’alimentation scolaire au Togo, présentée par le ministre du développement à la base, de la jeunesse et de l’emploi des jeunes.
  2. Lancé depuis 2008, le programme d’alimentation scolaire a fourni plus de 76 millions de repas pour un coût de près de 22 milliards. Ce programme permet de réduire la faim et la malnutrition infantile tout en encourageant les ménages les plus vulnérables à envoyer leurs enfants à l’école et de les y maintenir contribuant ainsi à l’amélioration du taux de scolarisation et au développement de l’économie locale.
  3. Afin d’amplifier l’impact de ce programme, l’Assemblée nationale a adopté la loi n°2020-007 du 26 juin 2020 relative à l’alimentation scolaire. La communication présente un premier bilan et les textes visant à opérationnaliser les évolutions contenues dans cette loi notamment les modalités d’approvisionnement et de stockage des produits destinés à l’alimentation scolaire au Togo.
  4. Le Conseil a examiné une deuxième communication relative à l’occupation anarchique et illégale du littoral togolais, présentée par le ministre de l’économie maritime, de la pêche et de la protection côtière.
  5. Cette communication fait suite à l’adoption en Conseil des Ministres de la loi portant aménagement du littoral.
  6. Constatant l’occupation anarchique et illégale du littoral, le Gouvernement a initié des travaux devant conduire à l’adoption d’un schéma directeur d’aménagement du littoral afin de faciliter une occupation rationnelle du littoral tout en préservant la sécurité et l’environnement.
  7. Le Conseil a instruit le Ministre une accélération des travaux du schéma directeur ; une sécurisation du littoral (par exemple en renforçant l’éclairage public) et une sensibilisation des occupants tout en préparant les processus de déguerpissement conformément au communiqué du Gouvernement en date du 30 août 2020.
  8. Le Conseil a suivi une troisième communication relative au plan de sécurisation de la fourniture de l’énergie au Togo en particulier durant les périodes de forte consommation notamment lors des fêtes de fin d’année présentée par le ministre délégué auprès du Président de la République, chargé de l’énergie et des mines.
  9. En vue d’assurer la qualité et la continuité de fourniture de l’énergie électrique aux populations, un plan de sécurisation a été mis en place. Il permet de prendre des dispositions rapides pour combler le déficit en énergie entre la capacité disponible sur le territoire national et la demande en période de pointe.
  10. A terme, la mise en œuvre des différents projets de production (centrale Kekeli et centrale de Blitta) contribuera à assurer l’indépendance en énergie électrique de notre pays.
  11. S’en est suivi une communication relative à la réalisation d’une campagne géophysique aero-portée au Togo, présentée par le ministre délégué auprès du Président de la République, chargé de l’énergie et des mines.
  12. Cette campagne, initiée avec l’appui de la Banque mondiale à travers le projet de développement et de gouvernance minière (PDGM), permettra d’évaluer et de certifier les zones de potentialités minières du sous-sol national et de doter le Togo de données géo-scientifiques.
  13. À l’issue de cette campagne, le Togo sera davantage attractif sur le marché international afin d’attirer considérablement des investisseurs dans le secteur minier.
  14. Le conseil a ensuite écouté une communication portant sur la phase pilote de la cartographie des infrastructures socio-économiques du Togo présentée par le ministre délégué en charge du développement des territoires.
  15. Pour que cette cartographie devienne l’outil de planification du déploiement des infrastructures socio-économiques sur tout le territoire national, une phase pilote a porté sur une dizaine de cantons. Le conseil est sollicité pour approuver une extension de cette cartographie à l’échelle nationale.
  16. Ensuite, le conseil a examiné une communication relative à la situation de la société nationale des éditions du Togo présentée par le ministre de la communication et des médias.
  17. Tenant compte de la mutation du monde de l’édition, il est proposé un audit stratégique et organisationnel de la société en vue de sa restructuration.

III. AU TITRE DES DIVERS,

  1. Le ministre de la santé, de l’hygiène publique et de l’accès universel aux soins a fait un compte rendu sur la situation de la pandémie à la Covid-19.
  2. Il a ensuite porté à la connaissance du Conseil que notre pays recevrait ses premières doses de vaccin contre la Covid 19 dans le courant de la semaine prochaine. Le dispositif pour la campagne de vaccination est déjà mis en place à cet effet.
  3. Parlant de la résurgence d’un foyer de l’épidémie d’Ebola en Guinée, il a annoncé la réactivation du dispositif de lutte contre cette maladie.

Fait à Lomé, le 17 Février 2021 Le Conseil des Ministres

Lire aussi: Togo/Conseil des ministres : commodo et incommodo, des commissions d’enquête pour une amélioration du secteur foncier

Bénin: Claudine Prudencio s’aligne avec le duo Talon-Talata pour un K.O. limpide au soir du 11 avril

Bénin: Claudine Prudencio s’aligne avec le duo Talon-Talata pour un K.O. limpide au soir du 11 avril

Tout s’active au Bénin pour les élections présidentielles d’avril de cette année. Claudine Prudencio, présidente du parti l’Union Démocratique pour un Bénin Nouveau (U.D.B.N), dans un message publié sur sa page Facebook ce mercredi 17 février, a fait le point sur sa récente tournée de restitution des résolutions du 3ème congrès ordinaire de L’UDBN qui avait eu lieu le 30 janvier passé.

Dans son compte-rendu, elle a affiché un sentiment de satisfaction à cause de ses militants et militantes qui ont accepté de l’accompagner aux côtés du chef de l’État Patrice Talon pour un K.O. limpide au soir du 11 avril.

Message de Claudine Afiavi Prudencio

MERCI, GRAND MERCI AUX AMAZONES ET SOLDATS UDBN QUI M’ONT DIT OUI POUR LE K.O. LIMPIDE AU PROFIT DU DUO TCHIGAN, TALON-TALATA !

Vous pourriez aussi lire: Bénin / Supposé refus de parrainage : « Reckya Madougou n’a appelé personne d’entre nous », réagit Orden Alladatin de l’Union progressiste (UP)

J’ai eu le bonheur de communier avec les militantes et militants de ma famille politique, l’Union Démocratique pour un Bénin Nouveau (U.D.B.N), des quatre départements du septentrion, ceux des collines et du Zou, du 10 au 14 février 2021. C’est à l’occasion de ma tournée de restitution des résolutions du 3ème congrès ordinaire de notre parti tenu le 30 janvier passé. J’en ressors très satisfaite.

Ce sont des délégués des coordinations des 4 départements du Nord, des collines et du Zou qui ont été rencontrés et sensibilisés pour la cause commune : victoire écrasante au soir du 11 avril.

Partout, où nous sommes passés, l’accueil fut chaleureux.

Les mérites de notre grand leader Patrice TALON ont été célébrés. Nos messages de soutien au duo TALON-TALATA et celui de paix et de cohésion a été compris.

Avec mes vaillants soldats et braves Amazones, nous avons scellé le pacte du K.O. sans tâche, au soir du 11 avril 2021. On ne change pas une équipe qui gagne. Objectif : c’est désormais 98,5 % dès le 1er tour pour le duo TALON-TALATA.

Une fois encore Gracias à toutes les militantes et à tous les militants de UDBN, le parti de l’avenir !