La rédaction

Côte d’ivoire : Un éboulement de terre tue 13 personnes

Côte d’ivoire : Un éboulement de terre tue 13 personnes

Suite à de fortes pluies depuis quelques jours, le quartier d’Anyama derrière les rails a sombré sous une déferlante boue avec de nombreuses victimes et dégâts matériels.

Ce quartier d’une vingtaine d’habitations qui se situait sous une voie ferrée suspendue par une butte était principalement habité par des personnes très peu nanties. L’on décompte, en dehors des 13 morts, une vingtaine de maisons détruites. Cependant, les recherches continuent.

Selon les habitants épargnés, le tunnel d’évacuation, par lequel l’eau était drainée, se serait bouché. Ce qui a occasionné la montée des eaux. Ces dernières pluies n’ont rien arrangé. Actuellement, la voie ferrée est suspendue dans le vide sur 50 m.

Rappelons que ce drame vient s’ajouter à un autre qui est une attaque causant la mort de plusieurs militaires ivoiriens.

Forum TOGO-UE Un bilan satisfaisant un an après grâce à l’amélioration du climat des affaires

Forum TOGO-UE : Un bilan satisfaisant un an après grâce à l’amélioration du climat des affaires

Réuni le jeudi 18 juin 2020 au Palais de la présidence du Togo, le comité stratégique de suivi du Forum Economique Togo-Union Européenne a établi le premier bilan de la mobilisation des investissements prévue dans le cadre de ce premier forum.

Tenu à Lomé les 13 et 14 juin 2019, le FETUE, placé sous le thème « Bâtir des relations économiques durables et pérennes entre le Togo et l’Union Européenne », a été une plateforme unique de mobilisation des investissements au Togo, incluant l’investissement domestique, l’investissement venant de la diaspora togolaise et les IDE.

Ainsi, dans le cadre de ce forum, 103 projets ont été retenus lors des échanges B2B sur les 140 projets bancables soumis. Ces projets retenus, soulignons-le, sont prioritairement en lien avec le PND.

Grâce aux réformes introduites par le gouvernement togolais à travers la cellule en charge de l’amélioration du climat des affaires, les voies pour la mobilisation des investissements et le financement des projets ont balisées.

Par voie de conséquence, dix projets dont le coût global s’établit à 15 647 493 892 FCA (9 23 889 303.65 euros) sont à l’étape de mise en œuvre, dix-huit projets évalués à 320 475 660 104 FCA soit 489 275 816.95 euros sont des projets soit d’extension, ou ayant bouclé une partie des financements ou en discussions avancées avec les partenaires étrangers et donc sont en attente de financements complémentaires. Enfin, il est à ajouter qu’un des promoteurs des projets, le projet le plus couteux (soit plus de 520 milliards de FCFA : 45% du coût global) a signé un MOU avec un partenaire rencontré lors du Forum.

Le Président Faure Gnassingbé lors dU Forum TOGO-UE

Par ailleurs, les retombées de ce forum restent réelles et palpables. A l’évidence, une vingtaine des investisseurs internationaux ont manifesté leur intérêt pour les projets prioritaires du PND, le fonds d’investissement luxembourgeois KARA INVESTMENT FUND et le gouvernement togolais ont signé en juillet 2019 un MOU de 5 milliards de FCFA dans le secteur de l’agro-industrie, une convention a été signée avec le groupe Dangoté pour la construction d’une usine de production d’engrais phosphaté pour un investissement de 2 milliards de dollars et l’installation d’une usine de fabrication de ciment avec un investissement de 60 milliards de dollars, des rencontres entre les institutions financières sous régionales basées au Togo et certains promoteurs togolais de la diaspora ont été organisées, des institutions financières ont manifesté leurs intérêts évidents à accompagner les promoteurs de projets dont le coût est inférieur à 150 000 000FCFA. Enfin, dans le cadre de la coopération multilatérale, certains promoteurs de projets ont, en outre, été sélectionnés par la BAD pour prendre part au rendez-vous international organisé par ladite institution en Afrique du Sud, ce en vue de leur permettre de vendre leurs projets.

Le satisfecit des retombées de ce premier forum a amené le gouvernement à réitérer ses vifs remerciements à tous les acteurs en particulier l’Union Européenne pour leur détermination à couvrir les besoins de financement du PND à hauteur de 65 %.

Pour rappel, la réunion du comité stratégique de suivi du Forum Togo-UE a été présidée par la directrice du cabinet de la présidence de la République, Mme Victoire Tomégah Dogbé, en présence de la Ministre Déléguée en charge de l’amélioration du climat des affaires et d’autres membres du gouvernement, des ambassadeurs de la France, de l’Allemagne et de l’Union Européenne, des représentants du secteur public et privé togolais.

Donis A.

Burundi Évariste Ndayishimiye prend les rênes du pays

BURUNDI : Évariste Ndayishimiye prend les rênes du pays

Les burundais ont désormais un nouveau président. Il s’agit d’Evariste Ndayishimiye, élu à l’issue de la présidentielle du 20 mars 2020. Sa prise de fonction à la tête du pays intervient après le décès de son prédécesseur, Pierre Nkurunziza le 08 juin dernier.

La cérémonie de prestation de serment du nouveau président Évariste s’est tenue, le jeudi 18 juin 2020, à Gitega, la capitale burundaise. La crise de la Covid19 n’a pas empêché cette investiture initialement prévue pour le 20 août. Date marquant la fin du mandat du président sortant, Pierre Nkurunziza décédé.

Au stade de Gitega, face à ses compatriotes, le dixième chef d’Etat burundais a promis fidélité à la Charte nationale et à la constitution de son pays. « Devant Dieu le tout-Puissant, devant le peuple burundais, seul détenteur de la souveraineté nationale, moi Évariste Ndayishimiye, président de la République du Burundi, je jure fidélité à la Charte de l’Unité nationale, à la Constitution de la République du Burundi, et à la Loi », a-t-il prononcé.

D’après les informations, la décision d’avancer la prise de fonction de l’homme politique de 52 ans vient de la Cour Constitutionnelle qui n’a jugé pas nécessaire un intérim après la disparition de Pierre Nkurunziza à 55 ans, suite à une crise cardiaque.

Il est à rappeler qu’après quinze années à la tête du pays, l’Assemblée nationale avait accordé à Nkurunziza une retraite en or pour l’après pouvoir à travers une nouvelle loi lui garantissant d’importants avantages matériels. Cependant, cette retraite d’or se muta en retraite éternelle.

Christelle A.

Lire aussi: BURUNDI: DÉCÈS DU PRÉSIDENT PIERRE NKURUNZIZA,ANNONCE LE GOUVERNEMENT CE 09 JUIN

Togo : La poste en promotion pour des boites postales d’une validité d’un an

Togo : La poste en promotion pour des boites postales d’une validité d’un an

La Société des Postes (SPT) est en promotion sur les abonnements aux boites postales jusqu’en septembre. Une offre qui s’adresse aux entreprises individuelles, aux  Sociétés à responsabilité limitée (SARL), les PME et PMI y compris les acteurs des professions libérales.

Ainsi, avec 24 000 F CFA, les entreprises peuvent avoir une boite postale pour une validité d’un an soit  60% de réduction. Une souscription promotionnelle qui peut s’étendre sur plusieurs années.

L’ambition pour la poste est également d’encourager le processus de transformation des comptes individuels en comptes de société.

A cet effet, les titulaires de comptes individuels qui ont ouvert des entreprises ont la possibilité de transformer leurs comptes individuels en comptes de sociétés au cours de cette période.

Lire aussi: TOGO/CLIMAT DES AFFAIRES : LE MASTERCARD ET VISA S’AJOUTENT AUX COMPTES MOBILES MONEY POUR LES VALIDATIONS DES DÉMARCHES DE SAISINE DU TRIBUNAL DE COMMERCE

Togo / Infrastructure : Démarrage des travaux de réhabilitation et de renforcement de la Route N°5 Lomé-Kpalimé

Togo / Infrastructure : Démarrage des travaux de réhabilitation et de renforcement de la Route N°5 Lomé-Kpalimé

Estimé à un coût global de 214 milliards FCFA et sur une durée de 36 mois, le ministre de l’économie et des finances, Sani Yaya et, celle  des infrastructures et des transports, Zouréhatou Kassa Traoré ont lancé mercredi les travaux de réhabilitation et de renforcement de la Route N°5 Lomé-Kpalimé.

Ainsi, le pays dans sa dynamique de réhabiliter au moins 60% des voies routières, ces travaux, consisteront en l’aménagement d’une chaussée en 2×3 voies du tronçon Todman-Zanguéra (15 km), l’aménagement en 2×2 du tronçon Zanguéra-Noepé (8 km), et d’une chaussée de 2 voies entre Noépé et Kpalimé (91 km). Ces travaux seront complétés par des travaux d’aménagement de bassins de rétention d’eau à Todman, Segbé et Adidogomé. Dans la même veine, d’autres travaux d’aménagement de voiries et de réseaux divers seront effectués dans la ville de Kpalimé.

Lire aussi: TOGO : BIENTÔT LE PAYS SERA DOTÉ DE 5 APPAREILS DE COMPTAGE ROUTIER

Alerte, un nouveau virus détecté en Algérie

Afrique : Alerte, un nouveau virus détecté en Algérie

Signalée en printemps dernier en France, aux Etats-Unis, en Italie, au Royaume-Uni et en Belgique, mais pas en Chine, point de départ du coronavirus, la nouvelle maladie toucherait principalement des enfants très jeunes après une infection virale en lien avec une hyperactivité inflammatoire.

Ainsi, hier mardi 16 juin, le ministre algérien de la santé a annoncé un tout premier cas de Kawasaki sur le sol algérien. Il s’agit d’une nouvelle maladie liée à la Covid-19 qui touche les jeunes enfants et les nourrissons avec une proportion élevée (fait intrigant en attente de confirmation) auprès des enfants d’origine africaine, comme le rapporte le site Science et Vie.

Dans ce sens, la cheffe du service pédiatrie du CHU de la ville de Batna affirme que le premier enfant atteint de cette maladie en Algérie est âgé de 3 ans et qu’aucun de ses parents et proches n’est contaminé par la Covid-19.

Les chercheurs n’ont pas pu affirmer pour l’heure que le syndrome inflammatoire multisystémique pédiatrique est causé par la Covid-19. Cependant, 45 des 58 enfants étudiés avaient des signes d’infection actuelle ou passée : cela suggère que l’émergence d’une nouvelle condition inflammatoire pendant cette période de pandémie n’est probablement pas une coïncidence.

Lire sur: COVID-19 : PÉKIN REFERME CES ÉCOLES

Soumaïla Cissé toujours entre les mains de ses ravisseurs

Mali : Soumaïla Cissé toujours entre les mains de ses ravisseurs

Les militants et sympathisants de l’Union pour la République et la Démocratie (URD) sont depuis près de trois mois plongés dans un état d’incertitude. Ils attendent impatiemment le retour de leur président, Soumaïla Cissé, enlevé le 25 mars 2020 à Niafounké, dans la région de Tombouctou.

Soumaïla Cissé est le chef de file de l’opposition malienne, président du parti politique URD. Il a été enlevé alors qu’il était en campagne électorale dans son fief (Niafounké) pour le compte des législatives qui se sont déroulés les 29 mars et 19 avril 2020.

Selon les informations, l’enlèvement a été « vraisemblablement »perpétré par un groupe djihadiste dirigé par Amadou Koufa. En effet, Koufa est un prédicateur peuhl qui dirige la katiba du Macina, apparue dans le centre du Mali en 2015 et qui constitue l’une des branches du Groupe de Soutien à l’Islam et aux Musulmans (GSIM), principale alliance djihadiste du Sahel affiliée à Al-Qaïda.

La bonne nouvelle est que le chef de file de l’opposition est jusqu’à présent en vie. Cette annonce a été faite, mardi 16 juin dernier, par le chef de l’Etat malien, Ibrahim Boubacar Keïta, aux responsables des organisations de la société civile. « Nous connaissons ses ravisseurs. Et s’il plaît à Dieu, il reviendra bientôt », a-t-il laissé entendre tout en précisant que les autorités détenaient des « preuves » de son maintien en vie.

Aux dernières nouvelles, le président du Parlement panafricain, Roger Nkodo Dang a exprimé son inquiétude et celle de son institution face à la détention de leur collègue surtout en cette période de crise sanitaire (pandémie du Coronavirus).

Agé de 70 ans, Soumaïla Cissé a été enlevé avec plusieurs membres de sa délégation. Ces derniers ont été remis en libertés, mais l’on déplore la mort de son garde du corps.

Christelle A.

Togo/Covid-19 : La mesure sur le non regroupement est toujours en vigueur, rappelle les Ministres de l’administration territoriale et de la culture

Togo/Covid-19 : La mesure sur le non regroupement est toujours en vigueur, rappelle les Ministres de l’administration territoriale et de la culture

Secoué depuis quelques mois par la pandémie de la Covid-19, le Togo a entamé des actions pour endiguer la propagation du virus. Dans ce sens, plusieurs mesures ont été prises notamment le lavage systématique des mains, la distanciation d’au moins 1 mètre, le bouclage de certaines villes (Lomé et Tchaoudjo), tousser et éternuer dans le coude, le non regroupement de personnes, le couvre-feu, etc.

Ainsi, après l’analyse de l’évolution du coronavirus, le Gouvernement a décidé de revoir certaines mesures entre autres la levée du couvre-feu et du bouclage des villes afin de permettre la circulation des populations.

Cependant, un communiqué conjoint rendu officiel du ministre de la culture, du tourisme et des loisirs et le ministre de l’administration territoriale, de la décentralisation et des collectivités locales vient rappeler à la population et aux responsables des fêtes traditionnelles, la mesure relative à l’interdiction des regroupements.

Lire ci-dessous le communiqué :

Lire aussi : TOGO/COVID-19 : COUVRE-FEU LEVÉ, PAS DE NOVISSI

Togo : Couvre-feu levé, pas de Novissi

Togo/Covid-19 : Couvre-feu levé, pas de Novissi

La nouvelle a surpris plus d’un. La suspension brusque de « Novissi », le programme de Revenu Universel de Solidarité. Après l’annonce le 12 juin dernier, les premiers responsables ont tenu à expliquer aux bénéficiaires les raisons qui ont conduit à la suspension dudit programme.

Novissi, est un programme de transferts monétaires mis en place en avril 2020 par l’Etat togolais dans le cadre d’accompagnement de la population prises en cette période de la pandémie du coronavirus. Les personnes bénéficiaires étaient celles ayant perdu leurs revenus en raison des mesures de riposte contre la COVID-19 notamment le couvre-feu et le bouclage des villes.

D’après la directrice de l’Agence Nationale d’Appui au Développement à la Base (ANADEB), Mazalo Katanga, la décision de suspendre le programme a été principalement motivée par la levée du couvre-feu et le bouclage des villes.

En effet, c’est seulement deux villes notamment Lomé dans la région maritime et Tchaoudjo dans la centrale qui ont été prises en compte par le programme Novissi. Et la majorité des bénéficiaires travaillent dans le secteur informel.

Pour rappel, au total, une somme de onze milliards trois cent quatorze millions deux cent quatre-vingt-un mille huit cent soixante-quinze (11 314 281 875 FCFA) a été versée à cinq cent soixante-six mille cinq cent soixante-sept (566 567) togolais.

Christelle A.

Lire aussi: TOGO/CORONAVIRUS : 12 MILLIARDS DE FRANCS CFA POUR LE PROJET NOVISSI

Togo : les dates officielles des examens connues

Togo/Reprise des cours : Acteurs impliqués, plus de vigilance !

Les élèves (environ 600 000) sont de retour en classes, après près de trois mois de congés techniques provoqués par la pandémie du Coronavirus. Opérée, le 15 juin dernier, cette rentrée extraordinaire concerne  uniquement les apprenants en classes d’examen et se déroule dans le respect des gestes barrières édictées par le gouvernement. Les élèves seront-ils à la hauteur de cette nouvelle mission qui leur ont été confiée, notamment celle du « respect strict des mesures barrières ?».

Ce n’est plus un secret de polichinelle. Pour éviter d’être contaminé par le coronavirus, il faut entre autres : se couvrir la bouche et le nez, se laver régulièrement  les mains et respecter une distance d’au moins un mètre en attroupement. En tout cas, c’est ce que les spécialistes de la santé recommandent. 

C’est, en effet, conformément à ces dispositions que le gouvernement a rendu  obligatoire le port des bavettes (caches nez) sur l’ensemble du territoire national. Ainsi, tous les  élèves sont obligés d’intégrer les cache-nez dans leurs uniformes. Aussi, ils doivent  régulièrement se laver les mains une fois dans l’enceinte de l’école.

Visiblement, cette approche du gouvernement visant à sauver l’année scolaire est saluée par beaucoup de togolais. Toutefois, il est à relever qu’il s’agit d’un risque énorme. 

Les enseignants et responsables des établissements scolaires feront de leurs mieux pour contrôler les élèves et les amener à se plier aux exigences de l’heure.  Cependant, que se passera-t-il une fois sur le chemin de l’école, que ce soit à l’aller ou au retour, ou encore pendant les travaux de groupes. 

Si les adultes n’arrivent  pas à garder leurs bavettes pendant un long moment, ce ne serait pas les élèves (enfants et jeunes) qui y arriveront.

Il va falloir alors que le gouvernement et les acteurs impliqués dans le système éducatif restent vigilants et attentifs afin de minimiser les éventuelles conséquences négatives. La négligence et le manque de respect pourraient entrainer des contaminations.

TOGO/COVID-19 : LES COURS REPRENNENT CE LUNDI 15 JUIN

TOGO / COVID-19 : LE GOUVERNEMENT VEUT AIDER LE SECTEUR DE L’ENSEIGNEMENT PRIVÉ ET LES ENSEIGNANTS VOLONTAIRES

Christelle A.