Société

Barrage sur le Nil: De l’électricité dans l’air

Barrage sur le Nil: de l'électricité dans l’air

Le plus long fleuve d’Afrique, qui est une source d’eau inestimable pour l’économie égyptienne, fait office de tensions vives entre l’Ethiopie, l’Egypte et le Soudan.

Après une récente crise provoquée par la construction du ‘’Barrage de la renaissance’’, initiée par l’Ethiopie en 2012, un accord avait été trouvé par les différents protagonistes le 17 juin 2018. Il a, donc, été mis en place un comité de suivi scientifique qui n’a pu se mettre d’accord pour les résultats.

Ayant financé quasi totalement le projet, l’Ethiopie s’apprête à remplir son barrage. Ce qui fait peur au pouvoir du Caire et de Khartoum qui craignent pour leurs intérêts.

Il faut souligner que le Nil Bleu coule depuis les hauts plateaux éthiopiens vers la Méditerranée via le Soudan puis l’Egypte. Il rejoint le Nil Blanc qui vient des grands lacs africains à Karthoum, capitale du Soudan. On estime qu’il fournit les deux tiers de l’eau du Nil.

Par ailleurs, Addis-Abeba aspire devenir une grande puissance régionale grâce à l’indépendance d’hydroélectrique que lui procurera ce barrage. Mais, ces voisins lui reprochent son manque de volonté de trouver un consensus.

Pour l’heure, les dernières discussions, menées cet hiver sous l’égide de Donald Trump, ont échoué. À la demande du Caire, le Conseil de sécurité des Nations unies s’est saisi du dossier et hier lundi, son porte-parole a appelé les trois pays à travailler ensemble pour résoudre pacifiquement leur différend.

TOGO: LA CROIX-ROUGE RECRUTE

TOGO: L’ UNICEF RECRUTE

Article précédentArticle suivant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *