Loi de finances 2022 : prélèvement des impôts sur les sites d’e-commerce au Togo

Loi de finances 2022 : prélèvement des impôts sur les sites de e-commerce au Togo

La loi de finances 2022 étend le prélèvement des impôts aux détenteurs de sites d’e-commerce au Togo. Ces derniers verseront désormais un impôt sur le bénéfice engendré à l’Office togolais des recettes (OTR).

La nouvelle donne s’inscrit dans la politique du gouvernement de réduire la charge fiscale des contribuables en élargissant l’assiette fiscale.

Ainsi, sont concernées par cette décision, « les sociétés et autres entités résidantes au Togo, c’est-à-dire celles dont le siège social, le lieu de direction effective ou la plateforme électronique est situé au Togo », ainsi que « les sociétés et autres entités non résidentes disposant d’un établissement stable au Togo, sous réserve des dispositions des conventions internationales relatives aux doubles impositions. »

L’office souligne en outre que ces entreprises sont désormais introduites avec ‘’emphase’’ dans la liste des assujettis à l’impôt sur les sociétés, en modification de l’article 95 du Code Général des Impôts.

L’OTR informe de ce fait, les entreprises basées au Togo de s’immatriculer afin d’obtenir un numéro d’identification fiscale (NIF).

Lire aussi : Mobile Money : Payement De Taxes Sur Les Transferts d’argent

« Toute personne physique ou morale, entité et construction juridique qui entreprend une activité commerciale ou toute autre activité, susceptible d’entraîner des obligations fiscales, y compris l’exploitation de plateformes électroniques, doit se faire immatriculer auprès de l’Administration fiscale dès le début de l’activité ou de la création de l’entreprise », précise le garant des questions fiscales au Togo.

Sanction de la CEDEAO : Air France suspend ses vols sur le Mali

Sanctions de la CEDEAO : Air France suspend ses vols sur le Mali

Les sanctions de la CEDEAO contre le Mali provoque déjà des retombées, à l’instar de la compagnie aérienne Air France.

« Air France confirme qu’elle ne pourra pas assurer la desserte de Bamako au Mali ce jour, le 10 janvier 2022, en raison de tensions géopolitiques régionales liées à un embargo décidé par les pays membres de la CEDEAO, Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest.

Les équipes d’Air France sont mobilisées pour assister les clients dont les vols sont annulés.

Lire aussi : Mali : le Colonel Assimi Goїta rappelle tous ses ambassadeurs de l’espace CEDEAO

Air France suit la situation en temps réel et informera ses clients de toute évolution de son programme de vols de et vers Bamako. »

Expo 2020 Dubaï : « le Togo reflète son engagement à devenir un pôle de services dans la sous-région ouest-africaine »

Ouvert officiellement le 1er octobre dernier, l’exposition universelle de Dubaï (Expo 2020 Dubaï) offre des opportunités aux nations de mettre en lumière leurs atouts aux investisseurs. Une journée nationale a été dédiée dans ce sens, à chaque pays participant pour promouvoir ses atouts économiques et culturels.

En effet, le Premier ministre Victoire Tomégah-Dogbé, accompagné de Johnson Banka, commissaire général de la République du Togo à l’Expo 2020 Dubaï, a été accueilli par Son Excellence Cheikh Shakboot Nahyan Al Nahyan, ministre d’État des Émirats arabes unis, au ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale.

Le numérique, une priorité

 « Dans sa marche vers le progrès, le Togo a fait du numérique une priorité. C’est ce qui explique le slogan de notre pavillon, qui est « Inclusion du numérique dans le développement », a déclaré le Premier ministre lors de l’ouverture des séances.

Lire aussi : Expo Dubaï 2020 : au Pavillon du Togo, un américain célèbre la langue Ewé

 Et de poursuivre, « pour y parvenir, nous avons préparé la Feuille de route gouvernementale 2020-2025 qui promeut l’inclusion et la concorde sociales, et propose la création d’emplois à travers 42 projets et réformes, dont 75 % ont une composante numérique ».

La délégation togolaise composée des autorités et des opérateurs économiques, a mis en avant les atouts du pays. Il s’agit notamment de la Plateforme industrielle Adétikopé (PIA) qui offre un cadre propice pour l’implantation d’usines et des aires pour la logistique, les agropoles pour promouvoir la transformation agro-industrielle. Ainsi que la centrale thermique Kekeli, la centrale photovoltaïque de Blitta pour garantir la disponibilité énergétique, de même que le Data center.

Devenir un pôle de services

De son côté, Cheikh Shakboot Nahyan a déclaré qu’« à travers sa participation à l’Expo 2020, le Togo reflète son engagement à devenir un pôle de services dans la sous-région ouest-africaine, et à mettre le numérique au service et au bien-être de ses populations. Grâce à la présence du Togo à l’Expo 2020 et au-delà, nous sommes impatients de tirer parti des partenariats existants entre nos deux pays dans divers secteurs d’intérêt mutuel, tels que la logistique, l’agriculture, la numérisation et l’autonomisation des PME ».

L’Expo 2020 Dubaï qui accueille plus de 200 participants internationaux se poursuit jusqu’au 31 mars 2022.

Dimas Dzikodo n’a jamais eu de contrat de travail à Global Trade Corporation SA, plaide Ghislain Awaga

Trading : Dimas Dzikodo n’a jamais eu de contrat de travail à Global Trade Corporation SA, clarifie Ghislain Awaga

De nouveau dans l’affaire trading au Togo. Dans une longue adressée aux autorités du pays notamment le procureur de la République, Ghislain Awaga, le PDG de Global Trade Corporation apporte des éclaircissements sur le dossier Dzilan Komlan Dodji alias Dimas Dzikodo.

En effet, Dimas Dzikodo placé sous mandat de dépôt depuis plus de deux mois pour complicité d’escroquerie, Ghislain Awaga clame son innocence à travers des éléments de preuve qu’il apporte à travers sa lettre.

Lire aussi : Concours Nanagan : Amélé Aklamanou remporte la couronne

« M. DZILAN Komlan Dodji n’a jamais été contacté dans l’exercice de nos activités de trading qui ont débuté dès que nous avions créé la société. Il a été contacté récemment lors du changement de statut et n’a jamais reçu un compte rendu ni pris une décision quelconque en tant qu’administrateur pour la simple raison que nous n’avons encore tenu aucune réunion de conseil d’administration (…) », explique Ghislain Awaga.

Lire la lettre :

Mobile money : payement de taxes sur les transferts d’argent

Mobile Money : Payement De Taxes Sur Les Transferts d’argent

C’est un nouveau projet que projette les autorités en 2022. Il s’agit du payement des taxes sur les transferts d’argent mobile money. D’une valeur de 0,2%, la nouvelle donne concerne les services Mobile Money et aussi les opérations monétaires traçable.

En effet, d’après le gouvernement, ce taux imposé sera prélevé lors d’envois et de retraits d’argent. Il sera ensuite reversé au trésor national par les entreprises prestataires auprès de leur centre des impôts de rattachement. Ceci, au plus tard le 15 du mois suivant celui où les opérations ont été effectuées.

« La taxe sur les transferts d’argent est collectée par les entreprises prestataires (…) », indique les autorités camerounaises.   

Lire aussi : Ghana : vers un prélèvement de taxes sur les transferts d’argent

 « Sont passibles de la taxe sur les transferts d’argent: Les opérations de transfert d’argent réalisés par tout moyen ou support technique laissant trace, notamment par voie électronique, téléphonie mobile, télégraphique, ou par voie de télex ou télécopie. A l’exception des virements bancaires et des transferts pour le règlement des impôts, droits et taxes. Les retraits en numéraire consécutifs à un transfert d’argent effectué  auprès des établissements financiers ou des entreprises mobiles », peut-on lire dans le document.

Ghana : vers un prélèvement de taxe sur les transferts d’argent

Ghana : vers un prélèvement de taxes sur les transferts d’argent

« E-Levy ou Taxe sur les transactions électroniques », c’est le nom que portera le nouveau projet du gouvernement portant sur le prélèvement des taxes sur les transactions électroniques. La démarche s’inscrit dans le cadre de la recherche de solutions de financement des projets routiers.

Le gouvernement cherche à introduire des moyens innovants pour générer des revenus, tels que la taxe proposée sur les transactions téléphoniques. L’objectif d’après les autorités est de compenser les frais de péage supprimé par les autorités.

Précisément, il sera question d’imposer une taxe de 1,75 % sur les transferts mobiles d’argent et d’autres transactions électroniques qui dépassent 100 GH¢. Soit un montant de 10 000 F Cfa par jour.

Lire aussi : Ghana : suppression des postes de péages dans tout le pays, les raisons évoquées

« Les transactions électroniques couvrant les paiements d’argent mobile, les virements bancaires, les paiements marchands et les envois de fonds entrants seront facturés au taux applicable de 1,75 % à la charge de l’expéditeur, à l’exception des envois de fonds entrants, qui seront à la charge du destinataire », a expliqué le ministre des Finances.

Ghana : suppression des postes de péages dans tout le pays, les raisons évoquées

Ghana : suppression des postes de péages dans tout le pays, les raisons évoquées

Désormais les frais aux postes de péage ne seront plus payés sur toutes les routes au Ghana. Une décision annoncée devant le parlement du pays par le ministre des finances, Ken Ofori-Atta. C’est à l’occasion de la déclaration budgétaire et la politique économique 2022.

Cette mesure qui sera actée après l’approbation du budget 2022, intervient après le constat amer remarqué aux postes de péage dans le pays.

Selon le gouvernement les postes de péage créent de l’embouteillage et ont un impact négatif sur la productivité. « Au fil des années, les points de péage sont devenus des centres de marché malsains, occasionnent une circulation dense sur nos routes, allongent les durées de trajet d’un endroit à un autre et ont un impact négatif sur la productivité. La congestion générée aux points de péage, en plus de créer ces inconvénients, conduit également à la pollution dans et autour de ces environs », a soutenu le ministre des finances.

Lire aussi : Relations Togo – Bénin : quand cette photo des Présidents Faure et Talon relance les débats, lisez cette parodie qui amuse la toile

Ofori-Atta a fait noter que les gouvernements successifs après avoir imposé et maintenu des péages sur certaines routes publiques afin de collecter des fonds pour la construction et l’entretien des routes. Il urge à présent de les réémettre en état. En ce qui concerne l’avenir des agents des postes de péage, le ministre a annoncé qu’ils seront réaffectés.

Cameroun : vers une légalisation de la crypto-monnaie

Cameroun : vers une légalisation de la crypto-monnaie

La crypto-monnaie séduit de plus en plus des gouvernants. Si dans certains pays son utilisation est interdite, d’autres nations n’y trouvent pas d’inconvénients.

En effet, les autorités camerounaises étaient en atelier le 15 novembre dernier pour un tête à tête sur la crypto-monnaie.

Autour du thème « défis, opportunités et risques de la crypto-monnaie au Cameroun », des cadres du ministère des Postes et Télécommunications ont échangé sur le sujet.

Il s’agit des éventuelles réglementations de la monnaie numérique. Les travaux ont été dirigés par Minette Libom Li Likeng, ministre dudit ministère.

Lire aussi : Togo / drame : suicide d’un chef d’entreprise de trading pour une dette de 277 millions FCFA

Ensemble, ils ont discuté et examiné les différents mécanismes qui faciliteront le processus de la légalisation de la crypto-monnaie au Cameroun

Togo : les Nana Benz seront bientôt dotés d’un musée

Togo : un musée en vue pour rendre hommage aux Nana Benz

Une délégation des Nana Benz a rencontré ce mardi 09 novembre le Ministre du commerce, Kodjo ADEDZE. Elles ont apporté des doléances à l’autorité pour une amélioration de leur secteur d’activité.

Il s’agira entre autres, de l’accès aux financements, du renforcement des capacités et de la sécurisation de la logistique et des transferts monétaires.

Les autorités se pencheront également sur la lutte contre la concurrence déloyale. Aussi, la mise en place d’un musée en hommage aux Nana Benz est envisagé. 

Lire aussi : Togo : « Si tu savais », le nouveau recueil de poèmes du prof Kouméalo Anaté à lire à tout prix

Cette rencontre dont la BAD a pris part, s’inscrit dans le cadre d’une mission d’évaluation des besoins d’accompagnement. Ceci, pour la croissance de l’entrepreneuriat féminin au Togo.

voici les prix réels du ciment sur l’ensemble du territoire

Togo : voici les prix réels du ciment sur l’ensemble du territoire

Il a spéculé sur la toile il y’a quelques jours, une supposée augmentation du prix du ciment CIMTOGO.

En effet, dans un communiqué rendu public ce mercredi, le Ministre du Commerce, de l’industrie et de la consommation locale, Kodjo Adedzé revient à la charge. Il informe la population que les structures de prix du ciment au Togo n’ont pas changé.

Ainsi les prix du ciment sur toute l’étendue du territoire national se présentent comme suit :

Ciment CIMTOGO : 81 000 FCFA la tonne soit 4050 FCFA le paquet de 50 Kg

Ciment FORTIA : 80 000 FCFA la tonne soit 4000 FCFA le paquet de 50 Kg

Lire aussi : Expo Dubaï 2020 : au Pavillon du Togo, un américain célèbre la langue Ewé

Ciment DIAMOND : 80 000 FCFA la tonne soit 4000 FCFA le paquet de 50 Kg

Le ministre invite tous les acteurs (consommateurs et vendeurs) au respect scrupuleux de ces prix dans tout le Togo. « Tout contrevenant sera sévèrement sanctionné conformément aux textes en vigueur », souligne le communiqué.