Togo : les inscriptions pour le Programme présidentiel d’excellence sont ouvertes

Togo : les inscriptions pour le Programme présidentiel d’excellence sont ouvertes jusqu’au 31 mai

Le gouvernement a lancé la seconde promotion du Programme présidentiel d’excellence (PPE) mis en place par le Chef de l’Etat Faure Gnassingbé depuis 2019.

L’objectif de ce projet présidentiel est de renforcer les capacités de l’administration publique togolaise avec des talents émergents.

La participation du programme est gratuite et les jeunes pourront acquérir des compétences professionnelles de haut niveau.

Pour cette année, le Programme présidentiel d’excellence est ouvert à deux catégories d’étudiant. Le premier programme « master » est ouvert aux étudiants en master 1 ou 2 des universités de Lomé, de Kara et de l’Ucao (Université catholique de l’Afrique de l’ouest), âgés de moins de 28 ans. Le second programme « Jeune diplômé » est ouvert aux étudiants en master 1 ou 2 d’une université publique ou privée du Togo, âgé de 30 ans au maximum.

L’occasion pour Mme le ministre, Secrétaire général de la présidence, Sandra Ablamba Johnson, d’inviter les jeunes togolais à postuler au Programme.

« Jeunes togolais, ce programme est une double opportunité pour vous. Double opportunités en ce sens qu’il vous permettra non seulement de bénéficier d’une formation d’excellence avec des experts nationaux et internationaux, mais aussi de participer à la construction du Togo de demain et enfin naturellement de contribuer à l’implémentation de la feuille de route gouvernementale », a indiqué Mme Sandra Ablamba Johnson.

Pour rappel, comptant pour la première promotion, 20 étudiants en Master II avaient reçu à Lomé, le 27 janvier dernier, leur diplôme de fin de formation au cours d’une cérémonie présidée par le Premier ministre Mme Victoire Tomégah-Dogbé.

L’inscription au programme se fait sur le site : https://www.share-share.org/ppe-togo/

Lire aussi : Togo/diplomatie : Faure Gnassingbé en visite officielle à Paris

Togo: le Prof Komi Wolou, invite le gouvernement à revoir sa décision sur l’interdiction des cours de répétition dans les établissements

Togo: le Prof Komi Wolou, invite le gouvernement à revoir sa décision sur l’interdiction des cours de répétition dans les établissements

Dans une note de service rendu public le lundi 1er mars 2021, le ministre des enseignements primaire, secondaire, technique et de l’artisanat, Dodzi Kokoroko interdisait les cours de répétition dans les établissements scolaire privé comme public pour plusieurs raisons. Une décision qui selon le président du Pacte Socialiste pour le Renouveau (PSR), Prof. WOLOU Komi a besoin d’être revue.

Ainsi, dans un communiqué en date du 08 mars, le prof Wolou Komi invite le gouvernement à réunir les différents acteurs en vue des réflexions constructives.

Communiqué du Pacte Socialiste pour le Renouveau (PSR)

Nous avons lu avec intérêt la note de service n°021/2021/MEPSTA/CAB/SG interdisant les cours de répétitions dans les établissements secondaires privés et publics. La note de service faisait également allusion au cours organisés en dehors des établissements scolaires.

Plusieurs raisons justifieraient cette interdiction. Non seulement ces cours de répétitions constitueraient une rupture d’égalité devant les charges pédagogiques, mais ils seraient aussi vénaux et imposés aux élèves.

Cette note de service appelle quelques observations.

1) Il faut relever que de nombreux parents mieux nantis, très souvent, recourent au recrutement de répétiteurs personnels à leurs enfants à domicile.

2) Les élèves participant aux répétitions collectives dans les établissements sont, le plus souvent, ceux dont les parents n’ont pas les moyens de se procurer des répétiteurs à domicile ou qui ont besoin d’occuper leurs enfants alors qu’ils sont au service.

3) La rupture d’égalité des charges pédagogiques à laquelle il est fait référence dans la note nous paraît encore ambigüe et mérite clarification.

4) Il n’est pas toujours établi que ces cours soient imposés aux élèves puisqu’ils sont parfois organisés en dehors de l’école habituelle de l’élève et par un encadreur autre que son enseignant habituel. En ma qualité de parent d’élève, j’ai eu par le passé à y recourir sans y avoir été contraint.

5) Dans un contexte scolaire marqué par des effectifs très élevés, l’interdiction pure et simple des répétitions collectives serait une double sanction pour des familles déjà défavorisées.

6) Certes, il n’est pas souhaitable qu’un enseignant reprenne une partie de ses élèves en dehors des heures de cours pour des enseignements complémentaires. Cette hypothèse exceptée, la préoccupation du gouvernement devra être une réflexion sur un encadrement productif de ces répétitions et non une interdiction pure et simple.

7) Par ailleurs, les répétitions organisées par les étudiants au profit de leurs cadets en dehors de l’Université auraient été dispersées par les forces de sécurité.

Nous osons croire que ces mesures ont été dictées par les impératifs sanitaires de l’heure et qu’une fois les mesures barrières respectées, le gouvernement laissera les encadrements se poursuivre. Ces cours, organisés en faveur des étudiants, surtout dans le contexte actuel, présentent une réelle utilité pour les apprenants et accessoirement pour les organisateurs.

Ici encore, le souci du gouvernement doit être celui d’un meilleur encadrement et non d’une interdiction autoritaire contreproductive. La répression ne peut jamais constituer une solution viable durable.

Nous invitons le gouvernement à réunir sans délai les différents acteurs en vue des réflexions constructives sur le sujet.

Lire aussi: Togo : les dates des examens de fin d’année connues

Education: des collégiennes tombent en transes collectives dans un lycée

Education: des collégiennes tombent en transes collectives dans un lycée

Selon l’Office National de la Projection Civile (ONPC), des jeunes collégiennes au nombre de sept (07) ont été victimes de transes collectives au cours de cette semaine.

C’est un fait très étrange qui s’est produit au collège municipal de Minigan en Côte d’Ivoire et qui laisse les élèves et le corps enseignant dans un étonnement total. Ce qui pousse même la population à se demander ce qui se passe dans ce collège cette semaine.

Selon les faits relatés, les victimes sont toutes dans les classes du premier cycle scolaire qui ont été prises d’agitations brusques les unes après les autres. Aussitôt alertés, les pompiers civils du Centre de Secours d’Urgence (CSU) de la ville, les ont pris en charge avant de les évacuer à l’hôpital général. Le fait suscite encore des interrogations dans cette localité du département d’Odienné, capitale du Kabadougou.

Lire aussi: Côte d’Ivoire : clip du nouveau morceau «L’élu», DJ Kerozen s’affiche avec des filles vierges (photo)

Notons que cette même scène s’est produite dans un lycée à Batcham dans le département des Bamboutos région de l’Ouest du Cameroun. Une trentaine d’élèves sont tombées en transes pendant une semaine.

Le phénomène attaque particulièrement les filles au sein de l’établissement public. Chez les parents, c’est l’inquiétude et l’incompréhension. Plusieurs dizaines d’entre eux ont manifesté bloquant l’accès au lycée pour exiger des explications aux autorités.

Campagne Campus France 2021 : des documents frauduleux détectés dans de nombreux dossiers

Campagne Campus France 2021 : des documents frauduleux détectés dans de nombreux dossiers

Selon l’équipe de Campus France Côte d’Ivoire, de nombreux documents frauduleux ont été détectés dans les dossiers ivoiriens pour la campagne de cette année.

Des fraudes détectées dans les dossiers autant des élèves de Terminale que des étudiants du supérieur, autant des mineurs que des majeurs.

« La fraude documentaire nuit gravement à la réputation des étudiants et établissements ivoiriens ! Certains candidats ont avoué obtenir ces faux documents auprès d’agence ou cabinet de coaching. D’autres candidats ont pointé du doigt une tierce personne fournissant, contre rémunération, des documents litigieux », a indiqué l’institution.

Lire aussi: Bénin : Moïse Kérékou ne partage pas l’avis de Patrice Talon sur la réforme du système éducatif béninois

L’équipe Côte d’Ivoire est formée à la détection de la fraude documentaire. Il faut noter que la présentation d’un faux document (faux relevé de notes, faux diplôme, fausse inscription, etc.) entraîne l’inéligibilité à toute procédure et conduit le consulat général à apposer un refus de visa pour une durée de 5 ans. Tout cas de fraude documentaire enfreint le code pénal ivoirien et est passible de poursuites judiciaires.

« Aucun intermédiaire n’est reconnu par Campus France Côte d’Ivoire. Le recours à un intermédiaire (agence, cabinet, structure de coaching) contre rémunération pour élaborer un dossier Campus France et pour être accompagné dans la procédure Campus France ne facilite ni l’obtention d’une pré-inscription ni l’obtention d’un visa pour études. Aucune structure n’est reconnue par l’Ambassade de France en Côte d’Ivoire », a souligné l’institution.

Bénin: les élèves filles interdit d’accès à la salle des professeurs

Bénin: les élèves filles interdites d’accès à la salle des professeurs

Nous sommes ici au Bénin à Cotonou précisément dans le Collège d’Enseignement Général (CEG) FIYEGNON. En effet, le Directeur général du CEG a sorti un communiqué qui fait la une sur la toile. Ledit communiqué porte une interdiction d’accès des élèves à la salle des professeurs.

En effet, il s’avère que des  enseignants entretiennent des privautés avec des élèves notamment des filles.

Ainsi, pour lever toute équivoque et restaurer l’image du bon éducateur, l’accès à la salle des professeurs est formellement interdit aux élèves filles jusqu’à nouvel ordre.

À cet effet, selon la note, les enseignants sont dorénavant priés de recourir aux élèves garçons ou aux vendeuses pour les services liés à leur restauration.

Aussi, ladite note exige une distanciation entre les enseignants et les filles dans la cour du collège ou ses abords immédiats. Tout contrevenant sera tenu responsable des déconvenues qui en découleraient.

Il faut noter que de nos jours la dépravation prend de plus en plus de l’ampleur. Sur la toile, l’on assiste à des vidéos des élèves montrant soit seins nus ou des danses sensuelles en tenue scolaire. Des situations qui demandent la prise des mesures pour mettre fin à ces dépravations.

Lire aussi: « Soirée de baise no limit », la réaction du Maire Aboka

Togo : les dates des examens de fin d’année connues

Togo : les dates des examens de fin d’année connues

Démarré malgré le contexte difficile en lien à la pandémie de la Covid-19, l’année académique 2020-2021 fait son petit bonhomme de chemin au Togo. Par voie de conséquence, les autorités ont annoncé les dates des examens et concours comptant pour la fin d’année. L’information a été rendue publique à travers un communiqué interministériel signé par les Ministres Kokoroko Dodzi, Ministre des enseignements Primaires et Secondaires, Ihou Wateba, ministre de l’enseignement Supérieur et de la Recherche et Kokou Hodin, Ministre de l’enseignement technique et de l’artisanat.

Partant, le calendrier se déroulera comme suit :

CEPD : du 02 au 04 juin 2021, BAC 1 : du 07 au 12 juin 2021, BEPC : du 29 juin au 02 juillet 2021, BAC 2 : du 12 au 16 juillet 2021

Concernant les examens et concours professionnels (enseignement), ceux-ci débuteront du 01 et 02 septembre 2021

BT industriel et commercial : du 03 au 21 août 2021, BTS : épreuves pratiques du 21 au 26 juin, épreuves écrites : du 05 au 10 juillet 2021.

l’Université de Lomé innove avec un super calculateur

Togo : l’Université de Lomé innove avec un super calculateur

Bientôt, l’institution de l’enseignement supérieur de Lomé va se doter d’une superbe machine intelligente, un super calculateur. Il s’agit d’une marche de l’institution universitaire vers la promotion de l’intelligence artificielle.

Cette technologie permettra de répondre à plusieurs exigences tant au niveau des enseignants que des étudiants. Surtout pour ce qui concerne les calculs complexes.

Une vision futuriste pour l’Institution

Il s’agit d’une haute technologie que l’Université de Lomé veut s’employer à utiliser afin de maintenir son cap dans le domaine du numérique. Cette action s’inscrit ainsi dans l’optique d’une numérisation progressive et profonde de l’Université et de ses activités.

Doté d’une puissance de 1 pétaflop/s pouvant effectuer un million de milliard d’opérations par seconde, il permettra, en effet, de réaliser des calculs très complexes.

Ainsi, il permettra aux acteurs du monde universitaire du pays d’avoir des résultats rapides et fiables en ce qui concerne les chiffres. Il sera aussi utile dans les industries, les banques.

Une puissance et une utilité remarquables

Ces puissants ordinateurs sont capables de générer des millions de milliards de calculs par secondes. Des capacités de calculs toujours plus importantes qui viennent révolutionner nombreux domaines industriels.

L’utilité de ces énormes machines est de modéliser mathématiquement des phénomènes scientifiques, plutôt que de les expérimenter en conditions réelles.

Sans que l’on en prenne forcément conscience, les supercalculateurs servent aujourd’hui aussi bien à prévoir la météo, qu’à concevoir des voitures ou déterminer des gisements de pétrole.

Selon Michel Daydé, le Directeur de l’IRIT, un laboratoire en informatique de référence au sein du CNRS à Paris « Sans les supercalculateurs, on mettrait une semaine pour prévoir la météo à 48 heures ». 

Il faut rappeler qu’en 1997, c’est un supercalculateur, baptisé Deep Blue, qui avait battu le champion d’échecs russe Garry Kasparov.

Lire aussi : le CEJIP apporte une solution au chômage des jeunes

les disciplines sportives seront adaptées à la situation de la Covid-19

Togo/Rentrée scolaire : les disciplines sportives seront adaptées à la situation de la Covid-19

Dès la rentrée prochaine et ce jusqu’à la fin de la Covid-19, il n’y aura pas d’enseignement du grimper à la corde et du lancer de poids dans les écoles. Cette mesure et bien d’autres sont en études depuis lundi à Lomé.

C’est un atelier organisé, à cet effet, par les acteurs impliqués dans l’enseignement et la pratique des activités sportives et physique dans les centres et écoles de formation au Togo.

Définir une stratégie efficace adaptée à l’enseignement de l’EPS

En effet, avant cette rencontre, était en conclave le comité chargé de la rédaction de la stratégie d’adaptation de l’enseignement éducatif et sportif et des championnats universitaire et scolaire. L’objectif étant en cette période de crise sanitaire marquée par la Covid-19, d’étudier la situation et de proposer des solutions.

Ainsi, c’est ce document composé des solutions qui a été analysé ces deux jours par les acteurs venus des ministères en charge de l’éducation, de l’institut national de la jeunesse et des sports (INJS), des inspecteurs et directeurs régionaux des sports.

A l’issue des travaux, ils devraient définir une stratégie efficace adaptée à l’enseignement, l’organisation des cours et l’évaluation de la discipline de l’Education Physique et Sportive (EPS). Les acteurs vont trancher également sur l’organisation des championnats scolaires et universitaires au cours de la rentrée prochaine.

Un meilleur accompagnement des élèves

Ainsi, au cours de l’atelier, il y’a eu « à statuer sur certaines disciplines choisies notamment ; la course de vitesse, le saut en longueur, le saut en hauteur et la gymnastique. » Il était question de « réfléchir sur comment enseigner les disciplines toujours dans les mesures barrières », a souligné un membre du comité de la rédaction de la stratégie.

Le ministre en charge des sports, Folly-Bazy Katari qui a présidé l’ouverture des travaux, a exhorté les participants à prendre au sérieux les séances pour une meilleure protection des élèves. Pour le ministre, la bonne compréhension, l’enrichissement du document de l’atelier et l’appropriation des différents axes feront l’objet de partage et de discussion dans les groupes.

Ces différents aspects permettront d’être bien outillé en matière de gestion de la situation actuelle en vue d’un meilleur accompagnement des élèves, a ajouté le ministre des sports.

Lire sur : https://actusalade.com/blog/histoire-de-femme-les-diverses-interpretations-du-port-des-chaines-autour-des-chevilles/

les nouveaux lycéens du Togo connus depuis le 22 septembre 2020

Education : les nouveaux lycéens du Togo connus depuis le 22 septembre 2020

Après cinq mois de suspension, les élèves des classes d’examen du Togo ont repris le chemin des écoles. C’est dans le respect des mesures barrières contre la Covid-19 que le reste des cours a été fait. C’est dans ces mêmes conditions que les examens de fin d’année ont été programmés. Depuis mardi, 22 septembre 2020, les candidats à l’examen du BEPC connaissent leur sort.

Au début du mois de septembre, 130 038 élèves de la classe de troisième ont passé le brevet d’étude du premier cycle (BEPC). Ils se préparaient tous à ouvrir les portes du lycée. Les résultats sont là pour situer les uns et les autres.

A propos du BEPC

Le Brevet d’Etude de Premier Cycle (BEPC) est un examen qui marque la fin du premier cycle du secondaire au Togo. C’est cet examen qui permet aux collégiens de devenir des lycéens. Au Togo, ils sont 130 038 candidats à se présenter à la session 2019-2020. Après avoir composé du 1er au 5 septembre 2020, les candidats des différents centres d’écrit du Togo ont la possibilité depuis hier 22 septembre, de consulter les résultats à partir de leurs téléphones mobiles (par un code ou une application).

La technologie au service de l’éducation

Ces dernières années, la technologie est beaucoup rentrée dans les habitudes de l’éducation au Togo. Outre les applications pour faciliter les révisions, préparer les examens, les résultats des différents examens se rendent public après délibération par ce même canal. Comme pour le baccalauréat première partie (BAC 1), les candidats au BEPC ont connaissance de leur situation depuis hier soir avant d’assister à la proclamation en présentiel ce 23 septembre. En effet, en envoyant ‘’BEPC (espace) N° de table au 6767’’ sur les deux réseaux de téléphonie mobile au Togo (Togocel et Moov), les résultats sont donnés. Ou les consulter à travers l’application Suisco.

Les candidats qui auront à décrocher leur BEPC pourront choisir de s’orienter vers les séries littéraires, scientifiques ou techniques dans les différents lycées du Togo. Il est à noter que la rentrée académique 2020-2021 est prévue pour le 26 octobre 2020 avec des dispositions telles que les cours de lundi à samedi.

Lire aussi : https://actusalade.com/blog/togo-rentree-scolaire-long-acdief-poursuit-sa-campagne-de-collecte-de-kits-scolaires-au-profit-des-enfants-et-jeunes-filles-necessiteux/

l’ONG ACDIEF poursuit sa campagne de collecte de kits scolaires au profit des enfants et jeunes filles nécessiteux

Togo/Rentrée scolaire : l’ONG ACDIEF poursuit sa campagne de collecte de kits scolaires au profit des enfants et jeunes filles nécessiteux

Bientôt, c’est la reprise des classes. Comme d’habitude, les apprenants débutent l’année scolaire avec de nouvelles fournitures scolaires (cahiers, stylos, tenues scolaires, etc.). Mais, le manque d’accès à ces kits scolaires empêche certains enfants de se rendre à l’école. Afin d’aider les enfants et jeunes filles nécessiteux en milieu rural, une campagne de collecte de Kits scolaires est initiée depuis 2017.

L’initiative est portée par l’ONG Action Collective pour le Développement Intégral de l’Enfance et de la jeune Fille (ACDIEF). La campagne est dénommée « Un paquet de cahier pour Yawa ».

Mobiliser les bonnes volontés pour soutenir les enfants nécessiteux

« Un paquet de cahier pour Yawa » s’inscrit dans le cadre du projet « Appui aux enfants et jeunes filles nécessiteux des milieux ruraux ». Ce projet vise à lutter contre l’abandon scolaire dans ces localités où les parents sont confrontés à des difficultés financières.

Il s’agit de mobiliser les bonnes volontés. L’objectif est de les amener à apporter leurs aides aux enfants et jeunes filles nécessiteux. Ceci, à travers des dons en nature et en numéraire. Achetez un paquet de cahier, un stylo ou un tissu kaki aidera un enfant ou une jeune fille à faire sa rentrée scolaire.

Les dons, qui seront reçus pour le compte de cette année, seront destinés aux enfants et jeunes filles nécessiteux de Djagblé et de Kougnohou. « Vos contributions et dons nous seront d’une grande importance », a indiqué Koudjovi Gadjé, directeur exécutif de ACDIEF.

Une ONG très engagée au côté de la gente féminine

ACDIEF est une organisation à but non lucratif de promotion et de protection des droits de l’enfant et de la jeune fille. Elle est basée à Lomé et intervient dans quatre zones principales notamment Djablé, Badja, Agbandougni et Lomé.

Sa vision est d’œuvrer pour un Togo meilleur. Un pays, dans lequel, les droits de l’enfant et de la femme seront respectés. Egalement, un Etat où les enfants et les femmes seront épanouis, connaissent leurs droits et agissent positivement dans leurs communautés.

Ainsi, l’organisation s’est assignée pour mission de faire connaître à la population à la base ses droits et devoirs. L’ACDIEF compte aussi toucher les couches vulnérables à travers l’éducation, la communication et l’information. Plusieurs activités sont régulièrement menées en faveur de l’épanouissement et l’autonomisation de la gente féminine.

En rappel, la rentrée académique 2020-2021 est officiellement prévue pour le 26 octobre 2020.

Lire aussi: https://actusalade.com/blog/dormir-en-couple-permet-un-sommeil-de-meilleure-qualite-analysent-les-chercheurs-allemands/