l’Université de Lomé innove avec un super calculateur

Togo : l’Université de Lomé innove avec un super calculateur

Bientôt, l’institution de l’enseignement supérieur de Lomé va se doter d’une superbe machine intelligente, un super calculateur. Il s’agit d’une marche de l’institution universitaire vers la promotion de l’intelligence artificielle.

Cette technologie permettra de répondre à plusieurs exigences tant au niveau des enseignants que des étudiants. Surtout pour ce qui concerne les calculs complexes.

Une vision futuriste pour l’Institution

Il s’agit d’une haute technologie que l’Université de Lomé veut s’employer à utiliser afin de maintenir son cap dans le domaine du numérique. Cette action s’inscrit ainsi dans l’optique d’une numérisation progressive et profonde de l’Université et de ses activités.

Doté d’une puissance de 1 pétaflop/s pouvant effectuer un million de milliard d’opérations par seconde, il permettra, en effet, de réaliser des calculs très complexes.

Ainsi, il permettra aux acteurs du monde universitaire du pays d’avoir des résultats rapides et fiables en ce qui concerne les chiffres. Il sera aussi utile dans les industries, les banques.

Une puissance et une utilité remarquables

Ces puissants ordinateurs sont capables de générer des millions de milliards de calculs par secondes. Des capacités de calculs toujours plus importantes qui viennent révolutionner nombreux domaines industriels.

L’utilité de ces énormes machines est de modéliser mathématiquement des phénomènes scientifiques, plutôt que de les expérimenter en conditions réelles.

Sans que l’on en prenne forcément conscience, les supercalculateurs servent aujourd’hui aussi bien à prévoir la météo, qu’à concevoir des voitures ou déterminer des gisements de pétrole.

Selon Michel Daydé, le Directeur de l’IRIT, un laboratoire en informatique de référence au sein du CNRS à Paris « Sans les supercalculateurs, on mettrait une semaine pour prévoir la météo à 48 heures ». 

Il faut rappeler qu’en 1997, c’est un supercalculateur, baptisé Deep Blue, qui avait battu le champion d’échecs russe Garry Kasparov.

Lire aussi : le CEJIP apporte une solution au chômage des jeunes

les disciplines sportives seront adaptées à la situation de la Covid-19

Togo/Rentrée scolaire : les disciplines sportives seront adaptées à la situation de la Covid-19

Dès la rentrée prochaine et ce jusqu’à la fin de la Covid-19, il n’y aura pas d’enseignement du grimper à la corde et du lancer de poids dans les écoles. Cette mesure et bien d’autres sont en études depuis lundi à Lomé.

C’est un atelier organisé, à cet effet, par les acteurs impliqués dans l’enseignement et la pratique des activités sportives et physique dans les centres et écoles de formation au Togo.

Définir une stratégie efficace adaptée à l’enseignement de l’EPS

En effet, avant cette rencontre, était en conclave le comité chargé de la rédaction de la stratégie d’adaptation de l’enseignement éducatif et sportif et des championnats universitaire et scolaire. L’objectif étant en cette période de crise sanitaire marquée par la Covid-19, d’étudier la situation et de proposer des solutions.

Ainsi, c’est ce document composé des solutions qui a été analysé ces deux jours par les acteurs venus des ministères en charge de l’éducation, de l’institut national de la jeunesse et des sports (INJS), des inspecteurs et directeurs régionaux des sports.

A l’issue des travaux, ils devraient définir une stratégie efficace adaptée à l’enseignement, l’organisation des cours et l’évaluation de la discipline de l’Education Physique et Sportive (EPS). Les acteurs vont trancher également sur l’organisation des championnats scolaires et universitaires au cours de la rentrée prochaine.

Un meilleur accompagnement des élèves

Ainsi, au cours de l’atelier, il y’a eu « à statuer sur certaines disciplines choisies notamment ; la course de vitesse, le saut en longueur, le saut en hauteur et la gymnastique. » Il était question de « réfléchir sur comment enseigner les disciplines toujours dans les mesures barrières », a souligné un membre du comité de la rédaction de la stratégie.

Le ministre en charge des sports, Folly-Bazy Katari qui a présidé l’ouverture des travaux, a exhorté les participants à prendre au sérieux les séances pour une meilleure protection des élèves. Pour le ministre, la bonne compréhension, l’enrichissement du document de l’atelier et l’appropriation des différents axes feront l’objet de partage et de discussion dans les groupes.

Ces différents aspects permettront d’être bien outillé en matière de gestion de la situation actuelle en vue d’un meilleur accompagnement des élèves, a ajouté le ministre des sports.

Lire sur : https://actusalade.com/blog/histoire-de-femme-les-diverses-interpretations-du-port-des-chaines-autour-des-chevilles/

les nouveaux lycéens du Togo connus depuis le 22 septembre 2020

Education : les nouveaux lycéens du Togo connus depuis le 22 septembre 2020

Après cinq mois de suspension, les élèves des classes d’examen du Togo ont repris le chemin des écoles. C’est dans le respect des mesures barrières contre la Covid-19 que le reste des cours a été fait. C’est dans ces mêmes conditions que les examens de fin d’année ont été programmés. Depuis mardi, 22 septembre 2020, les candidats à l’examen du BEPC connaissent leur sort.

Au début du mois de septembre, 130 038 élèves de la classe de troisième ont passé le brevet d’étude du premier cycle (BEPC). Ils se préparaient tous à ouvrir les portes du lycée. Les résultats sont là pour situer les uns et les autres.

A propos du BEPC

Le Brevet d’Etude de Premier Cycle (BEPC) est un examen qui marque la fin du premier cycle du secondaire au Togo. C’est cet examen qui permet aux collégiens de devenir des lycéens. Au Togo, ils sont 130 038 candidats à se présenter à la session 2019-2020. Après avoir composé du 1er au 5 septembre 2020, les candidats des différents centres d’écrit du Togo ont la possibilité depuis hier 22 septembre, de consulter les résultats à partir de leurs téléphones mobiles (par un code ou une application).

La technologie au service de l’éducation

Ces dernières années, la technologie est beaucoup rentrée dans les habitudes de l’éducation au Togo. Outre les applications pour faciliter les révisions, préparer les examens, les résultats des différents examens se rendent public après délibération par ce même canal. Comme pour le baccalauréat première partie (BAC 1), les candidats au BEPC ont connaissance de leur situation depuis hier soir avant d’assister à la proclamation en présentiel ce 23 septembre. En effet, en envoyant ‘’BEPC (espace) N° de table au 6767’’ sur les deux réseaux de téléphonie mobile au Togo (Togocel et Moov), les résultats sont donnés. Ou les consulter à travers l’application Suisco.

Les candidats qui auront à décrocher leur BEPC pourront choisir de s’orienter vers les séries littéraires, scientifiques ou techniques dans les différents lycées du Togo. Il est à noter que la rentrée académique 2020-2021 est prévue pour le 26 octobre 2020 avec des dispositions telles que les cours de lundi à samedi.

Lire aussi : https://actusalade.com/blog/togo-rentree-scolaire-long-acdief-poursuit-sa-campagne-de-collecte-de-kits-scolaires-au-profit-des-enfants-et-jeunes-filles-necessiteux/

l’ONG ACDIEF poursuit sa campagne de collecte de kits scolaires au profit des enfants et jeunes filles nécessiteux

Togo/Rentrée scolaire : l’ONG ACDIEF poursuit sa campagne de collecte de kits scolaires au profit des enfants et jeunes filles nécessiteux

Bientôt, c’est la reprise des classes. Comme d’habitude, les apprenants débutent l’année scolaire avec de nouvelles fournitures scolaires (cahiers, stylos, tenues scolaires, etc.). Mais, le manque d’accès à ces kits scolaires empêche certains enfants de se rendre à l’école. Afin d’aider les enfants et jeunes filles nécessiteux en milieu rural, une campagne de collecte de Kits scolaires est initiée depuis 2017.

L’initiative est portée par l’ONG Action Collective pour le Développement Intégral de l’Enfance et de la jeune Fille (ACDIEF). La campagne est dénommée « Un paquet de cahier pour Yawa ».

Mobiliser les bonnes volontés pour soutenir les enfants nécessiteux

« Un paquet de cahier pour Yawa » s’inscrit dans le cadre du projet « Appui aux enfants et jeunes filles nécessiteux des milieux ruraux ». Ce projet vise à lutter contre l’abandon scolaire dans ces localités où les parents sont confrontés à des difficultés financières.

Il s’agit de mobiliser les bonnes volontés. L’objectif est de les amener à apporter leurs aides aux enfants et jeunes filles nécessiteux. Ceci, à travers des dons en nature et en numéraire. Achetez un paquet de cahier, un stylo ou un tissu kaki aidera un enfant ou une jeune fille à faire sa rentrée scolaire.

Les dons, qui seront reçus pour le compte de cette année, seront destinés aux enfants et jeunes filles nécessiteux de Djagblé et de Kougnohou. « Vos contributions et dons nous seront d’une grande importance », a indiqué Koudjovi Gadjé, directeur exécutif de ACDIEF.

Une ONG très engagée au côté de la gente féminine

ACDIEF est une organisation à but non lucratif de promotion et de protection des droits de l’enfant et de la jeune fille. Elle est basée à Lomé et intervient dans quatre zones principales notamment Djablé, Badja, Agbandougni et Lomé.

Sa vision est d’œuvrer pour un Togo meilleur. Un pays, dans lequel, les droits de l’enfant et de la femme seront respectés. Egalement, un Etat où les enfants et les femmes seront épanouis, connaissent leurs droits et agissent positivement dans leurs communautés.

Ainsi, l’organisation s’est assignée pour mission de faire connaître à la population à la base ses droits et devoirs. L’ACDIEF compte aussi toucher les couches vulnérables à travers l’éducation, la communication et l’information. Plusieurs activités sont régulièrement menées en faveur de l’épanouissement et l’autonomisation de la gente féminine.

En rappel, la rentrée académique 2020-2021 est officiellement prévue pour le 26 octobre 2020.

Lire aussi: https://actusalade.com/blog/dormir-en-couple-permet-un-sommeil-de-meilleure-qualite-analysent-les-chercheurs-allemands/

le projet « Galilée » désormais étendu aux professeurs

Togo : le projet « Galilée » désormais étendu aux professeurs

Galilée « un étudiant, un ordinateur », jusque-là limité exclusivement aux étudiants, va donc être élargi aux autres composantes du secteur éducationnel. En effet, les élèves, les enseignants du primaire et du secondaire des écoles publiques ainsi que des établissements privés d’enseignement supérieur, et leurs personnels peuvent désormais en bénéficier.

Ces ordinateurs subventionnés entre 40 et 50% reviennent donc à 110 000 FCFA pour les apprenants et 160 000 FCFA pour les autres couches du secteur de l’éducation.

Un projet novateur qui profite à tous

Par ce projet, le ministère souhaite offrir de bonnes conditions d’étude aux apprenants togolais et aux enseignants. L’information a été rendue publique par le Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, le professeur Koffi Akpangana. « Par ce projet, le gouvernement togolais souhaite offrir des conditions d’étude conformes aux standards internationaux aux jeunes Togolais : un ordinateur neuf, de marque ACER et des tarifs de connexion à internet particulièrement bas », a expliqué le Dr Venant Eyouléki Palanga, coordonnateur du projet.

Désigné comme prestataire de choix, la société NEACOM PS aura à livrer 40 000 ordinateurs d’ici 2021. Jusqu’à présent 4000 personnes ont déjà bénéficié du projet. L’ancien Ministre de l’Enseignement supérieur, Octave Nicoué Broomh, s’était déjà félicité de ce projet lors de son lancement en 2018. « C’est un grand pas, pour l’édification d’un système éducatif plus novateur, plus efficient, plus adapté aux attentes et aux besoins de ses usagers », avait-il déclaré.

Comment bénéficier de ce projet

Galilée s’inscrit dans une logique de digitalisation de l’enseignement sur tous les plans. Par conséquent, l’acquisition de ses outils par un nombre important d’acteurs du domaine serait un vrai pas vers cet objectif. Pour donc en bénéficier, l’intendant doit d’abord s’inscrire sur la plateforme de gestion du projet.

Ainsi, un dépôt de 50 000 FCFA payable en plusieurs versements doit être fait. Ensuite, le reste du montant qui est de soixante mille (60 000 FCFA) est payable, soit au comptant, soit en 12 mensualités de 5 000 F CFA grâce à un accord de prêt auprès d’une banque partenaire du projet.

« L’étudiant fait un dépôt de 50 000 et il bénéficie d’un prêt de 60 000 FCFA auprès d’une banque partenaire puis il prend son ordinateur. Mensuellement, la banque retient sur sa bourse 5000. Le taux d’intérêt de 4% est pris en charge par le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche. Cette possibilité n’exclut pas le paiement immédiat des 110 000 F CFA par l’étudiant ou l’élève », a souligné le coordinateur.

En outre, les enseignants ou le personnel doivent payer l’entièreté de la somme qui est de 160 000 avant d’acquérir le matériel. Rappelons que le projet dans sa globalité est financé à environ 1 Milliards 600 mille FCFA.

Lire aussi : https://actusalade.com/blog/togo-deux-jours-de-formation-des-maires-sur-la-bonne-gestion-des-communes-boucles-ce-mardi/

programme de protection sociale en milieu scolaire

Togo/School Assur : de bons résultats enregistrés entre septembre 2017-août 2020

School Assur est un programme de protection sociale en milieu scolaire qui a été lancé en 2017 par le gouvernement togolais. Il contribue incontestablement à l’amélioration des conditions de vie et du mieux-être des apprenants dans les établissements primaires et secondaires du système public sur l’étendue du territoire. Depuis sa création jusqu’aujourd’hui, le nombre d’écoliers déjà pris en charge s’élève à plus de 1.700.000.

Après trois (03) ans de mise en œuvre de ce programme novateur, la vie des principaux bénéficiaires s’est véritablement métamorphosée. Le programme School Assur continue de s’occuper des élèves en milieu scolaire. Ce faisant, il a accentué ses actions en cette période de crise sanitaire engendrée par le coronavirus.

De nouvelles prises en charge sanitaires dans 678 formations sanitaires

Du 27 juillet au 02 août 2020, le programme a pris en charge 15.414 bénéficiaires dans 678 formations sanitaires. Au total, on dénombre 6379 consultations, 1965 analyses, 6770 sollicitations de pharmacie, 217 hospitalisations et 83 chirurgies.

Avec 5117 prises en charge, Kara reste la région la plus active. Elle représente aussi la région avec la plus forte progression en nombre, soit 96,58%. Le jour le plus actif de la semaine était le mardi 28 juillet où 2760 prises en charge ont été immatriculées.

Ces chiffres portent le cumul de prises en charge depuis le lancement au 02 août 2020, à 1 704 970. Ainsi, le nombre total de consultations s’élève à 669 157. Dans l’ensemble, on dénombre 188 155 analyses, 797 033 sollicitations de pharmacies, 8558 hospitalisations et 41 067 chirurgies.

Les statistiques sur ce programme montrent son importance

L’avant-dernière publication des autorités remontent au mois de mai. On enregistrait dans la semaine du 11 au 17 mai 2020, 8025 prestations médicales, 3297 consultations, 26 hospitalisations, 65 chirurgies. Par ailleurs, 590 analyses avaient été faites au niveau des hôpitaux et des pharmacies qui s’élevaient au nombre de 4047.

La région maritime était la plus active avec 3476 prestations. Cette performance avait porté le total de prises en charge depuis le début du programme à 1.564.377 avec 616.561 consultations, 173.282 analyses et 7607 chirurgies.

Les compagnies d’assurance NSIA et Ogar constituent le véritable soutien au programme School Assur.

C’est une initiative du président de la République. Elle vise une prise en charge et une assurance gratuite, incluant les risques de maladie et de responsabilité civile à ses bénéficiaires. En se basant sur les prévisions, le programme devrait permettre de couvrir 40% de la population d’ici quelques années.

évaluation finale des élèves en classe de première démarrée ce mardi

Togo/Education : évaluation finale des élèves en classe de première démarrée ce mardi

Les épreuves écrites du Baccalauréat première partie (BAC 1) démarrent officiellement, ce mardi 18 août 2020, sur le territoire national. Mais hier lundi, les candidats ont composé dans les matières facultatives. Compte tenu du contexte actuel, l’examen se déroule dans le respect strict des mesures barrières. 

Les examens nationaux marquant la fin de l’année académique 2019-2020 au Togo ont débuté depuis le 14 juillet dernier. Le bal a été ouvert par les candidats en quête du Certificat d’Aptitude Professionnelle (CAP).

Strict respect des mesures barrières

2020 est une année exceptionnelle. Avec la pandémie du coronavirus qui sévit à travers le monde entier, des habitudes ont été bousculées dans tous les domaines. Pour les examens de cette année, les cartes d’identité scolaires seules ne donneront pas accès aux salles aux candidats.

Ils devront, tous, avoir au visage une bavette (cache-nez), un des moyens de protection contre la Covid-19. Aussi, ils devront être examinés avec un thermo-flash et se laver régulièrement les mains. Si la distanciation entre les candidats lors de tous les examens permettait d’empêcher les tricheries, cette fois ci, cette mesure vise à les protéger du virus.

Ces élèves ont-ils le niveau requis ?   

La pandémie de la Covid-19 a provoqué l’arrêt des cours, avec un congé technique des élèves. Compte tenu de la situation épidémiologique au Togo, les autorités ont autorisé, le 15 juin dernier, l’ouverture des écoles fermées depuis le 20 mars.

Il est vrai que suite à cet arrêt, les cours en présentiel ont été remplacés par des cours à distance notamment par internet, à la radio et la télévision. Mais, les interrogations sur l’aptitude ou le niveau des élèves demeurent. Cependant, nombreux sont des élèves qui n’ont eu accès à ces cours pour des raisons diverses.

Ainsi, plusieurs questions retiennent l’attention des uns et des autres. L’une d’elles est de savoir si ces élèves pourront-ils affronter efficacement les épreuves auxquels ils seront soumis.

Par ailleurs, la rentrée scolaire 2020-2021 est prévue pour le 26 octobre 2020. Après le BAC1, cap sur le Baccalauréat (BAC) qui se tiendra du 24 août au 11 septembre 2020 pour les épreuves techniques. Les épreuves théoriques, quant à elles, se dérouleront du 14 au 18 septembre.

Alphabétisation au Togo

Togo/Alphabétisation : des résultats significatifs depuis 2011 grâce aux réformes entreprises par les autorités

L’alphabétisation est définie comme le fait de savoir lire et écrire une phrase dans une langue quelconque. Elle se rapporte généralement aux individus âgés de 15 ans ou plus d’une population donnée. Au Togo, les réformes dans le secteur de l’alphabétisation et de l’éducation non formelle ont permis d’enregistrer des progrès significatifs.

L’alphabétisation est considérée comme l’un des piliers majeurs du développement. Des efforts consentis par le gouvernement ont permis d’accroitre le taux alphabétisation depuis 2011.

L’Etat des lieux sur alphabétisation : résultats d’enquêtes

Au Togo, selon l’enquête MICS 2011, l’analphabétisme touche environ 43,3 % de jeunes et d’adultes de 15 à 44 ans soit 977 000 personnes, dont plus des deux-tiers sont des femmes (670 000). Ce taux d’analphabétisme se traduisait par un écart sensible allant de 18,5% pour Lomé à 67,2% pour la région des Savanes, 44,7% pour les Plateaux et la Centrale et 45,9% pour la Kara.

Les résultats issus de l’enquête Quibb 2015 présentent un taux d’alphabétisation de 63,3% contre 60,3% en 2011, soit un accroissement de 03 points.

Une enquête par grappes à indicateurs multiples, sixième édition (MICS6) réalisée en 2017, a montré que 71,8% des hommes de 15 à 49 ans sont alphabétisés contre 46,1% des femmes de la même tranche d’âge.

Au niveau national, le taux dalphabétisation était de 76,7% pour les hommes et 51% pour les femmes. S’agissant des jeunes âgés de 15 à 24 ans, les résultats de l’enquête ont indiqué un taux de 84,1% pour les hommes contre 66% pour les femmes.

La comparaison de ces différents résultats issus des enquêtes montre que le taux d’alphabétisation s’est accru. Ceci grâce aux efforts du gouvernement.

Les mécanismes nationaux mis en place

Le Togo s’est engagé dans la lutte contre l’analphabétisme des adultes depuis bientôt cinq décennies. Plus concrètement, l’Etat se charge de l’élaboration des politiques, des programmes et des projets ; de l’orientation des actions, du suivi et de l’évaluation des actions sur le terrain. En témoigne la stratégie nationale de l’alphabétisation et de l’éducation non-formelle qui a été adoptée en 2013.

Cette stratégie prévoie de rabaisser le taux de 43% en 2010 à 16% en 2025 et le pourcentage de la prise en charge des enfants de 09 à 14 ans exclus du système de 0% en 2013 à 25% en 2025.

En 2017, une subvention spéciale de 100 millions de francs CFA a été allouée au sous-secteur de l’alphabétisation et de l’éducation non formelle. On peut citer, entre autres, le Projet d’appui à l’alphabétisation fonctionnelle des femmes (PAAFF), le programme de renforcement de capacités pour l’amélioration de l’alphabétisation et de l’éducation non formelle (Cap EFA), et le volet alphabétisation du Projet éducation et renforcement institutionnel (Péri).

Les ressources publiques consacrées au secteur de l’éducation s’élevaient à 174 milliards de francs CFA en 2019 contre 25 milliards en 2005. Aujourd’hui pour relever les nouveaux défis, l’Etat a opté pour la contractualisation.

Tairou-Bagbiegue

Togo/Covid-19 : soutien de la Fondation Toubo au METFIP

La Fondation « Toubo » a offert, mercredi 05 août 2020, des matériels de protection contre la Covid-19. Le Ministère de l’Enseignement Technique, de la Formation et de l’Insertion Professionnelles (METFIP) a été le bénéficiaire de ce don.

Ces matériels ont été réceptionnés par le ministre du METFIP, Taïrou Bagbiègue. C’était lors de son passage au lycée technique d’Adidogomé pour constater le démarrage du Baccalauréat 1ère partie (BAC1). 

Garantir la sécurité des candidats

Au Togo, les épreuves techniques de l’examen du BAC1 ont officiellement démarrées depuis mardi 04 août, malgré le Coronavirus. Ces examens se déroulent dans le respect strict des mesures barrières, édictées par le gouvernement.

A travers son geste, la Fondation Toubo vient renforcer les capacités de l’Etat en termes de protection des apprenants en milieu scolaire. Ce don est composé des thermos-flash, des caches-nez, des gels hydro-alcooliques et des visières.

D’après Charles Toubo, directeur de la Fondation, ces matériels aideront le gouvernement à poursuivre efficacement sa lutte. Les candidats pourront sans doute, se protéger le visage et nettoyer les mains. « Le thermo-flash servira à prendre la température de tous les étudiants, élèves qui pourront intégrer les salles d’examen », a-t-il précisé.

Un geste reçu avec joie 

Ce fut une surprise pour le ministre Taïrou Bagbiègue. Il ne s’attendait pas à réceptionner pareil don. « Lorsqu’on vous fait un don qui n’est pas prévu, il n’ya rein de plus agréable que cela ». Et de poursuivre, « ça veut dire que la personne ou l’institution y a pensé depuis un certain moment ».

« C’est avec joie que nous avons reçu ce matériel », a laissé entendre le ministre. Le matériel permettra au patron du METFIP de répondre efficacement au besoin de ses structures. « Particulièrement les thermos-flash, parce que c’est du matériel qui coûte cher et qui n’est pas disponible partout », a-t-il indiqué.

Ces thermos-flash, cache-nez, gels hydro-alcooliques et visières reçus vont donc être utilisé d’une façon optimale durant toute la période des examens. En rappel, la « Fondation Toubo » est une organisation non gouvernementale qui intervient dans le domaine de la santé et de l’éducation.  

BAC1

Togo : démarrage des épreuves anticipées du BAC1 technique et du BT

Les examens officiels anticipés du Baccalauréat Première Partie (BAC1) de l’Enseignement technique, ont démarré, mardi 4 août, sur toute l’étendue du territoire national. Ils vont durer dix jours. Pendant cette même période, une vingtaine de candidats sont en course pour l’obtention du Brevet de Techniciens (BT) en hôtellerie.

Le déroulement de ces épreuves a été constaté, ce mercredi 5 août, par le ministre de l’Enseignement technique, de la Formation et de l’Insertion professionnelles, M. Taïrou Bagbiègue. Il a sillonné certains centres d’écrit du Grand Lomé, où il a encouragé et prodigué d’utiles conseils aux candidats.

Les filières concernées et répartition des effectifs

Ils concernent la G1 (secrétariat bureautique) et les séries industrielles, notamment la F1 (fabrication mécanique), la F2 (électronique), la F3 (électrotechnique), la F4 (génie civil), le génie mécanique (E) et la chaudronnerie (Ti1).

Les séries industrielles totalisent mille six cents (1600) candidats, dont 1518 garçons et 82 filles. Ils sont répartis dans cinq centres sur tout le territoire. Dans la série G1, ils sont deux mille cinq cent vingt-neuf (2529) candidats, dont 2414 filles et 115 garçons, répartis dans dix-neuf centres à travers le pays.

Lors de sa visite, le ministre en charge de l’Enseignement technique, Taïrou Bagbiègue a félicité les candidats pour avoir respecté les mesures barrières contre la Covid-19.

Il a, par ailleurs, souligné la place de ces différentes séries et de l’hôtellerie dans la réussite du Plan National de Développement (PND 2018-2022).

Un bon démarrage selon le ministre

« Actuellement, il y a le BAC1 industriel et tertiaire (la G1), plus le BT hôtellerie. Nous avons commencé par le BT hôtellerie où il y a une vingtaine de candidats. Là, les choses se passent bien », a déclaré le ministre.

« En dehors des six machines qu’on avait, il y a cinq de réparer en plus, ce qui fait onze. Nous sommes heureux de dire que le BAC1 pour la série E s’est très bien passé. Il a été prévu se dérouler en deux jours, mais avec la disponibilité des machines, en un seul jour tout est fait. Nous avons voulu également jeter un coup d’œil auprès des privés qui nous accompagnent dans la formation de nos compatriotes. Au centre HTIB Atlantis, tout le monde est à l’œuvre, il n’y a pas de manquements. Les machines sont fonctionnelles et donc tout se passe bien », ajoute-t-il.

Il faut rappeler qu’après cette phase d’épreuves anticipées, les candidats iront à l’écrit dans quelques semaines.

lire aussi : https://actusalade.com/blog/togo-demarrage-effectif-des-examens-du-togo/