Togo / rentrée scolaire : les élèves seront « un par banc de façon diamétralement opposé »

Togo / rentrée scolaire : les élèves seront « un par banc de façon diamétralement opposé »

Initialement prévue sur ce 20 septembre, la rentrée scolaire 2021-2022 des élèves a été repoussée sur le 27 septembre prochain en raison de la flambée des cas de contamination de la Covid-19. En prélude de cette rentrée, le gouvernement prend des mesures pour limiter la propagation du virus.

D’après une note de l’inspection générale de l’éducation nationale, des nouvelles mesures ont été prises outre les mesures éditées l’année dernière. notamment le double flux du déroulement des cours et le respect des mesures barrières.

Ainsi, pour cette année, les élèves seront un par banc. « Les nouvelles dispositions prévoient un élève par banc de façon diamétralement opposé. Chaque salle de classe n’excédera pas 30 élèves », a indiqué la note. Il est également demandé aux parents de fournir deux cache nez par jour.

Lire aussi : Togo : retiré d’un groupe WhatsApp, le député Djissénou saisit le procureur et réclame justice

Pour rappel, la rentrée pédagogique est prévue sur ce lundi 20 septembre sur l’ensemble du territoire.

Togo - Education : plus de demande de création d’école

Togo – Education : plus de demande de création d’école

Les demandes de création d’école sont provisoirement suspendues sur l’ensemble du territoire togolais. C’est ce qu’a notifié un courrier du ministre des Enseignements primaire, secondaire, technique et de l’Artisanat, Prof Dodzi Kokoroko.

La sortie du ministre se justifie par la recrudescence des demandes de création de nouveaux établissements scolaires ou de transformation d’établissements scolaire d’initiative locale en établissements publics.

Ces écoles ne tiennent pas, toutes, « compte des normes fixées par la carte scolaire qui permet d’organiser au mieux, le réseau scolaire par la planification de l’offre éducative et la rationalisation des ressources disponibles », clarifie Dodji Kokoroko.

Lire aussi : Togo / Covid-19 : débat à l’Assemblée nationale, un citoyen frustré répond au Premier ministre

Pour cela, le ministre suspend provisoirement toute demande de transformation ou de création d’établissement scolaire pour une durée de deux ans, à compter de cette rentrée scolaire 2021-2022.

Il est nécessaire de procéder à l’actualisation des normes et standards de la carte scolaire et dans le souci de garantir les meilleures conditions d’enseignement/apprentissage et d’accompagner la politique de gratuité, a expliqué le ministre.

l’accès aux différents concours sera conditionné par un passeport vaccinal

Covid-19 / UL : l’accès aux différents concours sera conditionné par un passeport vaccinal

La flambée des cas de contamination de la covid-19 impose des mesures rigoureuses dans divers secteurs. Si l’accès à des administrations publiques est conditionnés par un passeport vaccinal, il en est de même à l’Université de Lomé (UL).

En effet, dans un communiqué rendu public ce lundi 13 septembre 2021, le Directeur de la Direction des Affaires Académiques et de la Scolarité (DAAS), le Prof Batchana Essohanam informe les candidats que l’accès aux salles de concours et aux sites d’inscription est subordonnées à la présentation d’un passeport vaccinal ou d’un test PCR négatif datant d’au moins 72 heures.

Ainsi, la DAAS invite les bacheliers candidats aux différents concours ou désireux de poursuivre leurs études à l’Université de Lomé à participer à la campagne vaccinale ouverte sur les sites du campus universitaire de Lomé.

Par ailleurs, le président de l’Université de Lomé, Prof Dodzi Kokoroko dans un communiqué, a porté à la connaissance des nouveaux bacheliers que les préinscriptions débuteront le lundi 18 octobre 2021.

Lire aussi : Entrepreneuriat : des spécialistes venus du Togo et du Bénin organisent une formation pratique sur la production du vin blanc

L’inscription définitive des nouveaux bacheliers prendra fin le vendredi 17 décembre 2021.  En ce qui concerne l’inscription des étudiants, elle commencera le 2 novembre 2021 et prendra fin le 17 décembre 2021.

gratuité des frais scolaire pour cette rentrée, le ministre Kokoroko anticipe sur des « éventuels afflux » dans les écoles

Togo : gratuité des frais scolaire pour cette rentrée, le ministre Kokoroko anticipe sur des « éventuels afflux » dans les écoles

En date du 21 août 2021, le gouvernement a annoncé sa prise en charge des frais d’inscription et de scolarité pour l’année scolaire 2021 – 2022. Une gratuité qui, selon le ministre Kokoroko, aura des répercussions sur les inscriptions des apprenants dans les établissements.

« Avec cette mesure salutaire, il est prévisible que les établissements publics connaissent une augmentation de la demande de places à la prochaine rentrée des classes », craint le ministre des enseignements primaire, secondaire, technique et de l’artisanat.

Ceci étant, dans une note de service en date de ce jeudi 26 août, le ministre informe les Chefs d’établissements publics des dispositions à prendre. « Pour gérer convenablement les éventuels afflux d’apprenants, il est demandé à chaque chef d’établissement de mettre en place une commission d’étude des dossiers qui, tout en respectant le principe d’équité sociale et de genre, se chargera de recruter les élèves en fonction de leurs mérites et des places disponibles dans le contexte sanitaire de COVID 19 », peut-on lire dans la note.

Lire aussi : Bénin: les élèves filles interdites d’accès à la salle des professeurs

« J’en appelle à la responsabilité des directeurs régionaux de l’éducation, inspecteurs d’éducation et chefs d’établissement dans l’exécution de cette consigne », précise Dodji Kokoroko en ajoutant : « toute complaisance constatée expose ses auteurs et complices aux sanctions disciplinaires en vigueur ».

Cette décision notamment, la gratuité des frais d’inscription et de scolarité pour rappel, a été prise par le Chef de l’Etat Faure Gnassingbé. Ceci, pour soulager les populations en cette période de pandémie de la Covid-19 qui affaiblit davantage les économies.

voici le sort réservé à l’étudiant qui s’est déguisé en femme pour passer une épreuve de baccalauréat à la place de sa copine

Sénégal : voici le sort réservé à l’étudiant qui s’est déguisé en femme pour passer une épreuve de baccalauréat à la place de sa copine

L’amour rend aveugle dit-on. Et surement que cet adage serait à l’origine du sacrifice de cet étudiant. Nous sommes au Sénégal et les épreuves de baccalauréat ont débuté. En effet, les surveillants annoncent une grosse prise. Il s’agit d’un jeune étudiant qui s’est déguisé en femme afin d’aider sa copine dans une épreuve.

Selon les informations données par la presse locale, l’étudiant a avoué vouloir remplacer sa copine parce que celle-ci avait de sérieuses difficultés en anglais. Pris en flagrant délit, le déguiser a été mis en garde à vue avec sa compagne puis présenté au procureur. Les deux amoureux ont été placés sous mandat de dépôt.

A ne pas manquer : Fait divers: Il obtient son bac en 2020 après plusieurs échecs et meurt en 2021

L’étudiant accusé de fraude et d’usurpation d’identité et sa copine de complicité de fraude, pourraient être jugés jeudi prochain au tribunal de Diourbel situé à l’est de Dakar.

des tissus traditionnels à la place des kakis à la rentrée prochaine ?

Togo : des tissus traditionnels à la place des kakis à la rentrée prochaine ?

Introduites dans le système éducatif depuis l’époque coloniale, les tenues Kakis pourront laisser leur place aux tissus traditionnels. C’est ce qu’ont annoncé les autorités éducatives.

Après plusieurs innovations dans le système éducatif togolais, les autorités annoncent une autre grande nouvelle pour les établissements publics.

En effet, les tenues scolaires en Kaki dans les établissements publics pourront disparaitre en remplacement avec les tissus traditionnels.

D’après les informations recueillies sur le site de Doingbuzz, le ministre de l’enseignement technique et professionnel et de l’artisanat, Kokou Eké Hodin aurait fait appel aux artisans togolais de proposer des modèles pour la conception de la nouvelle tenue scolaire.

Lire aussi : Education: des collégiennes tombent en transes collectives dans un lycée

Les artisans togolais ont été sollicités pour la fabrication et les modèles à utiliser.  « Nous attendons d’eux des tenues originales conçues avec du matériel traditionnel », a indiqué le ministre.

 « Cette idée de changement de tenue devra d’abord être approuvée par les parents d’élèves, et ensuite par l’ensemble du corps enseignant », a souligné Kokou Eké Hodin.

Togo : allocations et bourses, les étudiants enfin fixés sur leur sort

Togo : allocations et bourses, les étudiants enfin fixés sur leur sort

Sevré depuis la rentrée universitaire 2020 -2021 de leur allocations et bourses, les étudiants des universités publiques du Togo sont enfin fixés.

A l’issue d’une rencontre tenue le vendredi 02 juillet, il a décidé que les étudiants toucheront à leurs bourses et allocations d’ici la fin de ce mois de juillet.  

« Nous tenons à dire nos remerciements aux camarades étudiants principalement pour la patience observée et à tous les autres acteurs, notamment, les associations, mais aussi à la direction des bourses et stages pour les efforts déployés pour le traitement des dossiers des étudiants », a déclaré Kossivi Richard Damali, délégué général de l’Université de Lomé.

Ceci pourrait vous intéresser : Togo : des poissons morts retrouvés au bord des bassins de l’Université de Lomé

Notons que le collège des délégués généraux et les associations estudiantines ont échangé avec la Direction des bourses et stages (DBS) sur ces questions d’allocations et bourses.

la « gifle de Macron » fait objet d’un exercice dans une épreuve de mathématique

Togo : la « gifle de Macron » fait objet d’un exercice dans une épreuve de mathématiques

Alors qu’il était en déplacement dans la Drôme le mardi 08 juin 2021, le Président français Emmanuel Macron, fut agressé par un homme nommé Damien T. Cette agression a fait objet d’une épreuve de mathématiques aux élèves de la classe de 3Eme.

Au CEG SANGUERA KLIKAME, un quartier de Lomé, le corps enseignant à proposer une épreuve de maths sur la gifle de Macron aux élèves.

La capture de l’épreuve en question fait le tour de la toile et suscite des interrogations chez les internautes. Pour certains, sûrement que les enseignants veulent voir si les élèves suivent l’actualité.

Pour rappel, deux jours après sa gifle contre Emmanuel Macron, Damien T, l’auteur de la gifle a été condamné, jeudi 10 juin en comparution immédiate, à quatre mois de prison ferme. Dix-huit mois de prison dont 14 avec sursis.

Lire aussi : France : « les gifles pendant les campagnes, ça porte bonheur », a réagi cette chroniqueuse après la claque reçue par Macron

Togo : les inscriptions pour le Programme présidentiel d’excellence sont ouvertes

Togo : les inscriptions pour le Programme présidentiel d’excellence sont ouvertes jusqu’au 31 mai

Le gouvernement a lancé la seconde promotion du Programme présidentiel d’excellence (PPE) mis en place par le Chef de l’Etat Faure Gnassingbé depuis 2019.

L’objectif de ce projet présidentiel est de renforcer les capacités de l’administration publique togolaise avec des talents émergents.

La participation du programme est gratuite et les jeunes pourront acquérir des compétences professionnelles de haut niveau.

Pour cette année, le Programme présidentiel d’excellence est ouvert à deux catégories d’étudiant. Le premier programme « master » est ouvert aux étudiants en master 1 ou 2 des universités de Lomé, de Kara et de l’Ucao (Université catholique de l’Afrique de l’ouest), âgés de moins de 28 ans. Le second programme « Jeune diplômé » est ouvert aux étudiants en master 1 ou 2 d’une université publique ou privée du Togo, âgé de 30 ans au maximum.

L’occasion pour Mme le ministre, Secrétaire général de la présidence, Sandra Ablamba Johnson, d’inviter les jeunes togolais à postuler au Programme.

« Jeunes togolais, ce programme est une double opportunité pour vous. Double opportunités en ce sens qu’il vous permettra non seulement de bénéficier d’une formation d’excellence avec des experts nationaux et internationaux, mais aussi de participer à la construction du Togo de demain et enfin naturellement de contribuer à l’implémentation de la feuille de route gouvernementale », a indiqué Mme Sandra Ablamba Johnson.

Pour rappel, comptant pour la première promotion, 20 étudiants en Master II avaient reçu à Lomé, le 27 janvier dernier, leur diplôme de fin de formation au cours d’une cérémonie présidée par le Premier ministre Mme Victoire Tomégah-Dogbé.

L’inscription au programme se fait sur le site : https://www.share-share.org/ppe-togo/

Lire aussi : Togo/diplomatie : Faure Gnassingbé en visite officielle à Paris

Togo: le Prof Komi Wolou, invite le gouvernement à revoir sa décision sur l’interdiction des cours de répétition dans les établissements

Togo: le Prof Komi Wolou, invite le gouvernement à revoir sa décision sur l’interdiction des cours de répétition dans les établissements

Dans une note de service rendu public le lundi 1er mars 2021, le ministre des enseignements primaire, secondaire, technique et de l’artisanat, Dodzi Kokoroko interdisait les cours de répétition dans les établissements scolaire privé comme public pour plusieurs raisons. Une décision qui selon le président du Pacte Socialiste pour le Renouveau (PSR), Prof. WOLOU Komi a besoin d’être revue.

Ainsi, dans un communiqué en date du 08 mars, le prof Wolou Komi invite le gouvernement à réunir les différents acteurs en vue des réflexions constructives.

Communiqué du Pacte Socialiste pour le Renouveau (PSR)

Nous avons lu avec intérêt la note de service n°021/2021/MEPSTA/CAB/SG interdisant les cours de répétitions dans les établissements secondaires privés et publics. La note de service faisait également allusion au cours organisés en dehors des établissements scolaires.

Plusieurs raisons justifieraient cette interdiction. Non seulement ces cours de répétitions constitueraient une rupture d’égalité devant les charges pédagogiques, mais ils seraient aussi vénaux et imposés aux élèves.

Cette note de service appelle quelques observations.

1) Il faut relever que de nombreux parents mieux nantis, très souvent, recourent au recrutement de répétiteurs personnels à leurs enfants à domicile.

2) Les élèves participant aux répétitions collectives dans les établissements sont, le plus souvent, ceux dont les parents n’ont pas les moyens de se procurer des répétiteurs à domicile ou qui ont besoin d’occuper leurs enfants alors qu’ils sont au service.

3) La rupture d’égalité des charges pédagogiques à laquelle il est fait référence dans la note nous paraît encore ambigüe et mérite clarification.

4) Il n’est pas toujours établi que ces cours soient imposés aux élèves puisqu’ils sont parfois organisés en dehors de l’école habituelle de l’élève et par un encadreur autre que son enseignant habituel. En ma qualité de parent d’élève, j’ai eu par le passé à y recourir sans y avoir été contraint.

5) Dans un contexte scolaire marqué par des effectifs très élevés, l’interdiction pure et simple des répétitions collectives serait une double sanction pour des familles déjà défavorisées.

6) Certes, il n’est pas souhaitable qu’un enseignant reprenne une partie de ses élèves en dehors des heures de cours pour des enseignements complémentaires. Cette hypothèse exceptée, la préoccupation du gouvernement devra être une réflexion sur un encadrement productif de ces répétitions et non une interdiction pure et simple.

7) Par ailleurs, les répétitions organisées par les étudiants au profit de leurs cadets en dehors de l’Université auraient été dispersées par les forces de sécurité.

Nous osons croire que ces mesures ont été dictées par les impératifs sanitaires de l’heure et qu’une fois les mesures barrières respectées, le gouvernement laissera les encadrements se poursuivre. Ces cours, organisés en faveur des étudiants, surtout dans le contexte actuel, présentent une réelle utilité pour les apprenants et accessoirement pour les organisateurs.

Ici encore, le souci du gouvernement doit être celui d’un meilleur encadrement et non d’une interdiction autoritaire contreproductive. La répression ne peut jamais constituer une solution viable durable.

Nous invitons le gouvernement à réunir sans délai les différents acteurs en vue des réflexions constructives sur le sujet.

Lire aussi: Togo : les dates des examens de fin d’année connues