Mme Kagbara lance officiellement « IYA », une application mobile qui met à disposition des artisans professionnels

Togo / Numérique : Mme Kagbara lance officiellement « IYA », une application mobile qui met à disposition des artisans professionnels

Les promoteurs de la plateforme « IYA », étaient face à la presse ce matin dans la salle de conférence de l’hôtel St Mannick à Lomé. Pour raison, le lancement officiel de l’application mobile dénommée « IYA ».

Issue de la phrase « Il y a », IYA est une plateforme qui regroupe des artisans qualifiés de tous les secteurs d’activités et mis à la disposition de la population. Ainsi, « que vous soyez à la recherche d’un coiffeur, d’un couturier, d’un mécanicien, menuisier, maçon, ou autres, IYA met à votre disposition des artisans extrêmement doués pour répondre avec minutie et efficacité à vos besoins », a expliqué Madame Sika Kagbara, la promotrice et cheffe projet. Ils sont des artisans disponibles en tout temps et en toute heure pour répondre à vos besoins, a-t-elle poursuivi.

De son côté, M. Elom Ayedi, le chef projet junior, faisant l’historique de l’entreprise a expliqué la genèse du projet. Selon lui, IYA créer en 2020, est « partie d’un carnet d’adresses des artisans mis à la disposition des populations. Nous avons évolué à un site web, puis après une vitrine, c’est-à-dire une boutique numérique. Et aujourd’hui, nous sommes arrivés à une application ».

IYA ambitionne, poursuit Elom Ayedi, de « devenir le Google en termes de recherche d’artisans au Togo et plus tard en Afrique. A ce jour, elle compte plus de 150 artisans et une trentaine de chef-d’œuvre », a-t-il indiqué.  

L’application IYA est disponible sur le web à l’adresse : www.iyatg.com et en application mobile sur Playstore. Télécharger l’application ici.

A LIRE : Togo : encore une retombée concrète du Forum économique Togo-UE

Khaby Lame, ce jeune immigré parmi les célébrités actuelles sur TikTok

Khaby Lame, ce jeune parmi les célébrités actuelles sur TikTok

Parti des vidéos moqueurs dans un décor non travaillé, le tiktokeur Khaby Lame est devenu célèbre avec plus de 68 millions d’abonnés.

Sénégalais d’origine, le surnommé « il fenomeno », Khaby Lame fait partie du top 100 des plus gros comptes TikTok. Son style, ce n’est pas la danse ou des sketchs drôles, mais plutôt le démontage de tutoriels que l’on peut voir un peu partout sur le web.

Avec un silence le plus complet, et avec un sourire déçu, le jeune Italien en se moquant des vidéos de tutoriels, montre à quel point l’on pouvait faire les choses autrement et simple.

Le succès est d’autant plus remarquable que Khaby Lame dénote des standards de la célébrité actuelle. Ce dernier est un ouvrier sénégalais immigré qui travaille dans la région du Piémont. Au chômage depuis plusieurs mois, il est retourné s’installer dans la maison familiale et c’est de sa chambre qu’il filme ses vidéos.

LIRE AUSSI : Donald Trump félicite le Nigeria pour avoir bloqué Twitter

Donald Trump félicite le Nigeria pour avoir bloqué Twitter

Donald Trump félicite le Nigeria pour avoir bloqué Twitter

Le vendredi dernier, le Nigeria a suspendu Twitter suite à un tweet du président Muhammadu Buhari supprimé pour avoir enfreint les règles.

Dans une sortie, Donald Trump a félicité le Nigeria pour sa décision de bloquer Twitter – et que d’autres pays devraient emboîter le pas.

« Félicitations au pays du Nigeria, qui vient d’interdire Twitter, parce qu’il a interdit son président », a-t-il déclaré dans un communiqué. L’ancien président a encouragé d’autres pays à suivre l’exemple et à interdire Facebook et Twitter « pour ne pas permettre un discours libre et ouvert ».

 « Qui sont-ils pour dicter le bien et le mal s’ils sont eux-mêmes mauvais ? Peut-être aurais-je dû le faire pendant que j’étais président. Mais [Mark] Zuckerberg, le fondateur de Facebook, n’arrêtait pas de m’appeler et de venir dîner à la Maison Blanche pour me dire à quel point j’étais génial », a poursuivi Trump.

Rappelons que l’ancien président américain, Donald Trump a été banni de Twitter et de Facebook en janvier après avoir été accusé d’avoir publié des messages incitant les foules à prendre d’assaut le Capitole américain.

Moov Africa écopé d’une amende de près de 600 millions de francs CFA sous peine de 20 millions de francs CFA par jour de retard

Togo : Moov Africa écope d’une amende de près de 600 millions de francs CFA

La sentence vient de tomber pour l’opérateur de téléphonie mobile Moov Africa convoqué en audience publique le mardi 18 mai dernier par l’ARCEP. Une convocation qui fait suite selon l’Autorité de régulation au « manquement à l’obligation de permanence, continuité et disponibilité de ses services, conformément à son cahier de charges ».

Lire le Communiqué de Presse de l’ARCEP :

Aux termes d’une procédure de sanction pour non-respect de l’obligation de disponibilité permanente, continue et régulière des services de communications électroniques mobiles, le Comité de direction de l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP) a prononcé, par décision n°2021-003/ARCEP/CD/21 du 18 mai 2021, une amende de cinq cent quatre-vingt-treize millions huit cent cinq mille huit cent vingt-huit (593 805 828) francs CFA à l’encontre de Moov Africa Togo. Ce montant correspond à 1 % de son chiffre d’affaires certifié 2019 et devra être réglé dans un délai de 30 jours, sous astreinte de vingt-millions (20 000 000) francs CFA par jour de retard.

Il est en outre enjoint à Moov Africa Togo de se conformer, dans un délai de trois (3) mois, à ses obligations conformément à l’article 27.1 de son cahier des charges qui stipule : « Le titulaire assure la disponibilité permanente, continue et régulière des services autorisés et l’adaptation permanente des moyens qu’il met en œuvre et des services aux exigences nouvelles. Le service doit être disponible de façon continue, vingt-quatre heures sur vingt-quatre et sept jours sur sept, sauf cas de force majeure. Pour cela, le Titulaire met en œuvre, les procédures, équipements, protections et redondances nécessaires pour garantir une qualité et une disponibilité de services conformes aux objectifs fixés par l’Autorité de régulation ».

Respect de son cahier des charges

A travers cette sanction, le Comité de direction de l’ARCEP entend obliger Moov Africa Togo au respect de son cahier des charges. En l’espèce, les perturbations liées à la fourniture d’énergie électrique ainsi que la coupure des câbles par des tiers, invoquées par Moov Africa Togo, ne sont pas constitutives de cas de force majeure et ne peuvent donc l’exempter du respect de ses obligations. En effet, Moov Africa Togo disposait suffisamment de temps pour déployer des solutions alternatives efficaces et performantes pour garantir la disponibilité de ses services.

Pour rappel, la décision de sanction découle du constat de cas significatifs, récurrents et durables d’indisponibilité de ses réseaux et services, de juin 2020 à avril 2021, dans de très nombreuses localités, causant ainsi de graves préjudices et désagréments à des centaines de milliers de consommateurs.

Lire aussi: Togo : manquement à l’obligation de permanence, Moov Africa convoqué devant l’ARCEP

Transaction Flooz : comment récupérer son argent en cas d’erreur ?

Transaction Flooz : comment récupérer son argent en cas d’erreur ?

Désormais, il est possible de récupérer son argent dans les minutes qui suivent après une mauvaise transaction via Flooz. En effet, l’opérateur de téléphonie mobile Moov Africa dispose d’un code qui permet de récupérer l’argent objet de la transaction erronée.

Il suffit de composer *155*1*4*code de transfert (de 13 chiffres du message de transfert) *code secret# et lancer. Dès que c’est fait, l’argent est récupéré immédiatement.

Togocom / T-money : mauvaise transaction, voici comment annuler votre opération

Togocom / TMoney : mauvaise transaction, voici comment annuler votre opération

L’opérateur de téléphonie mobile, Togocom vient de simplifier les démarches suite à une mauvaise transaction via TMoney. Une démarche salutaire qui vient réduire les tracasseries afin de soulager les abonnées.

En effet, l’opérateur a mis en place depuis mardi le 18 mai 2021, un code qui permettra désormais d’annuler des transactions ratées en ce qui concerne les services d’envoi et de retrait d’argent via TMoney.

Pour annuler une transaction erronée, il suffira de composer *145*8*4#, appuyer sur la touche entrée, taper le code secret puis la référence de la transaction. Après cela, il est indispensable de sélectionner l’option 1 et confirmer la demande.

Togocom ajoute que l’opération d’annulation ne concerne que les transactions monétaires supérieures ou égales à 20. 000 francs CFA et doivent surtout être effectuées dans un délai de 06 heures après l’erreur. Seulement deux (02) tentatives d’annulation sont autorisées au cours d’une journée, précise l’opérateur de téléphonie mobile.  

TMoney est un service de Togocom qui vous permet de réaliser des opérations financières à partir d’un compte électronique associé à votre numéro de téléphone. C’est un service simplerapide et sécurisé.

L’activation du service TMoney se fait gratuitement pour tous les abonnés Togocom. Il suffit de faire *145# et suivre les instructions.

Togo : manquement à l'obligation de permanence, Moov Africa convoqué devant l’ARCEP

Togo : manquement à l’obligation de permanence, Moov Africa convoqué devant l’ARCEP

L’Autorité de Régulation des Communications Électroniques et des Postes (ARCEP) poursuit son rôle de gendarme et de régulation dans le secteur des télécoms au Togo.

 Dans cette optique, l’autorité de régulation a convoqué ce mardi 18 mai 2021, Moov Africa Togo pour une audience publique. Cette convocation fait suite au « manquement à l’obligation de permanence, continuité et disponibilité de ses services, conformément à son cahier de charges ».

Pour ce faire, l’autorité de régulation a lancé, suite à ces manquements, une procédure de sanction vis-à-vis de Moov Africa Togo, le 9 novembre, pour violation de son cahier des charges.

A titre punitive, l’ARCEP laisse entendre qu’entre le mois de juin et celui de septembre, l’opérateur Moov Africa Togo répondra aux interruptions de ses services dans plusieurs localités du pays.

Togo: le gouvernement crée CERT.tg pour lutter contre les cyberattaques

Togo: le gouvernement crée un organe pour lutter contre les cyberattaques

Le Togo se dote du CERT.tg, un organe de protection du cyberespace togolais. Une information donnée ce mercredi 3 février sur les réseaux sociaux par Cina Lawson, Ministre de l’Économie numérique et de la Transformation Digitale.

Avec pour dénomination sociale Computer Emergency Response Team (CERT.tg), l’institution découle de la collaboration entre l’expert européen de la cybersécurité, Asseco Group et le gouvernement togolais.

 Ce Centre national de réponse aux incidents de cybersécurité au Togo, a pour mission « d’identifier, analyser et mitiger les cyberattaques affectant l’État, les citoyens, les entreprises et organisations togolaises ».

Elle se veut par ailleurs offrir des formations notamment en cybersécurité, investigation numérique et sur les crypto-monnaies.

« Pour profiter sereinement de la digitalisation des services et de l’administration, les Togolais ont besoin d’avoir confiance dans la sécurité du cyberespace. Le CERT-TG renforce cette confiance, en protégeant tous les acteurs du numérique et en participant à la formation d’experts locaux en cybersécurité. Le lancement d’un CERT répond aux meilleurs standards internationaux et prouve notre capacité à réaliser nos ambitions. », a indiqué Cina LAWSON.

Le CERT.tg sera piloté par Cyber Defense Africa (CDA), une Joint-Venture créée par les deux entités partenaires, et sous l’égide de l’Agence nationale de la cybersécurité.

Technologie : WhatsApp bientôt accessible sur PC sans smartphone connecté

Technologie : WhatsApp bientôt accessible sur PC sans smartphone connecté

Au dernière information, l’application WhatsApp serait en train de tester des améliorations pour se connecter plus facilement à plusieurs appareils.

WhatsApp va probablement améliorer la connexion multi-appareils.

Selon des indices trouvés par WABetaInfo dans la dernière version bêta, WhatsApp travaillerait sur une fonctionnalité qui permettrait d’utiliser son compte sur plusieurs appareils simultanément, sans avoir besoin de se connecter à son smartphone.

En effet, contrairement à d’autres applications de messagerie, WhatsApp ne permet pas encore une « réelle » prise en charge multi-appareils, c’est-à-dire que les utilisateurs doivent encore avoir leur smartphone connecté afin de pouvoir utiliser WhatsApp Web. Si WhatsApp déploie cette prise en charge multi-appareils améliorée, elle sera certainement très appréciée par ses utilisateurs sur mobile, qui souhaiteraient pouvoir accéder plus facilement à WhatsApp sur plusieurs appareils en même temps.

La possibilité d’utiliser jusqu’à 4 appareils simultanément

WhatsApp pourrait proposer prochainement une version bêta publique pour WhatsApp Web dans le but de permettre aux utilisateurs de tester WhatsApp sur PC sans smartphone connecté. Aucune date de sortie n’a pour le moment été annoncée.

Sur une capture d’écran de WABetaInfo de cette version bêta, il est indiqué qu’il serait possible d’utiliser jusqu’à 4 appareils en même temps.

D’autres nouveautés sont aussi mentionnées par WhatsApp à savoir une option pour archiver ou muter des discussions sur un appareil connecté, une option pour supprimer des messages et des discussions sur un appareil connecté, la possibilité d’effectuer un appel WhatsApp directement sur un desktop.

L’application de messagerie précise que ces nouveautés seront « bientôt » disponibles sans donner plus de détails.

Lire aussi: Technologie : WhatsApp donne à tous ses utilisateurs un ultimatum

USA / violence à Washington : voici la liste ꞌꞌcomplèteꞌꞌ des réseaux sociaux qui ont suspendu le compte de Donald Trump

Etats – Unis / violence à Washington : voici la liste ꞌꞌcomplèteꞌꞌ des réseaux sociaux qui ont suspendu le compte de Donald Trump

Suite aux violences qui ont eu lieu au Capitol à Washington, de nombreux réseaux sociaux et autres plateformes ont pris la décision de suspendre le compte de Donald Trump.

Suite à l’appel de Donald Trump sur les réseaux sociaux à rejoindre Washington pour contester l’élection présidentielle et la victoire de Joe Biden, de nombreux partisans du président sortant sont venus manifester par des actes violents, allant jusqu’à envahir le Capitole. Suite à cette violence sans précédent, Facebook et Twitter ont été parmi les premiers à bloquer le compte de Donald Trump, et d’autres plateformes ont suivi le pas.

Le 7 janvier, Facebook a annoncé dans un tweet le blocage du compte de Donald Trump pendant 24 heures, expliquant que cela signifiait que le président sortant des États-Unis n’aurait plus la possibilité de poster des informations via son compte. Puis le même jour, Mark Zuckerberg s’est exprimé dans un post Facebook, en indiquant que finalement le compte de Donald Trump serait bloqué pendant au moins 13 jours, voire plus. Cela implique son compte Facebook, mais aussi son compte Instagram (le réseau faisant partie du groupe Facebook).

Le 7 janvier également, Twitter annonce bannir le compte officiel de Donald Trump pendant au moins 12 heures pour violation de son règlement concernant la politique d’intégrité civique, pour empêcher toute personne « de manipuler ou d’interférer dans des élections ou d’autres processus civiques ». Puis le 9 janvier, Twitter a finalement annoncé suspendre définitivement le compte, en raison du risque de nouvelle incitation à la violence.

Après Facebook et Twitter, au tour de Snapchat de bloquer le compte du président sortant. La décision a été prise le mercredi 6 janvier. Selon TechCrunch, Snapchat surveille la situation de très près avant d’envisager la possibilité de réactiver le compte. Aucun délai de blocage n’a été indiqué officiellement par le réseau social. En juin, Snapchat avait déjà pris des mesures sur ce sujet, en cessant de promouvoir le compte de Donald Trump dans sa section « Discover ».

Les plateformes suivantes ont également suivi le pas pour lutter contre l’incitation à la violence et les fake news autour de l’élection présidentielle américaine :

Twitch : désactivation du compte utilisé par Donald Trump ; Discord : bannissement du serveur « The Donald » connecté au réseau social des partisans de Trump TheDonald ; Win, Shopify : fermeture de la boutique en ligne « TrumpStore » ; Stripe : suspension des traitements pour les paiements de la campagne Trump ; Reddit : blocage d’un forum dédié à Donald Trump.

De son côté, TikTok n’a pas de compte à bannir puisque Donald Trump boycotte depuis des mois l’application chinoise, souhaitant même son bannissement total sur le sol américain. TikTok a malgré tout pris des mesures, en supprimant toutes vidéos au nom du président Trump qui pourraient inciter à la violence. Les vidéos avec les mots-clés #patriotparty et #stormthecapital ont été notamment supprimées.

Donald Trump n’a pas de compte Pinterest, mais la plateforme a malgré tout limité la diffusion des hashtags reliés directement aux sujets pro-Trump comme #StopTheSteal qui insinuaient que les résultats de l’élection présidentielle américaine étaient truqués.

YouTube, appartenant à Google, a annoncé également sa lutte contre la désinformation, en expliquant que toute chaîne publiant des vidéos avec des fausses allégations concernant les élections américaines, violant les règles d’utilisation de la plateforme, recevrait un avertissement. Ces chaînes ne pourront plus poster temporairement ou réaliser des live streaming. Si des chaînes reçoivent 3 avertissements sur une période de 90 jours, elles pourraient être supprimées définitivement de la plateforme.

Autre actualité : Google et Apple ont pris la décision de bannir « Parler de leurs stores », ce réseau social prônant la liberté d’expression, similaire à Twitter, mais avec un manque de modération, qui incite les partisans Trump à y poster des contenus extrémistes ou complotistes. C’est pourquoi Google a décidé de supprimer l’application de son Play Store, suivi par Apple qui a fait de même sur l’App Store.

A lire: Etats-Unis / Violences à Washington : de Jimmy Carter à Barack Obama voici les principales réactions des anciens présidents sur l’attitude de Donald Trump