Sénégal : les premiers mots de l’opposant Ousmane Sonko après sa libération sous contrôle judiciaire

Sénégal : les premiers mots de l’opposant Ousmane Sonko après sa libération

Le jeune opposant Ousmane Sonko, remis en liberté sous contrôle judiciaire, s’est adressé au peuple sénégalais ce lundi après de rudes manifestations dans le pays. Libéré, le jeune animal politique devenu une icône mondiale et surtout un héros national, s’est adressé tout premièrement aux populations sénégalaises dans les rues avec des mots de reconnaissance. Rappelons tout de même qu’il a été accusé dans une affaire de viol et de menace de mort sur la personne d’Adji Saar.

Quelques-unes de ses déclarations sur son compte twitter :

« Ce n’est pas le combat pour Ousmane Sonko. Nous devons entendre le message et avoir une lecture de ce que le peuple dit. Nous rendons hommage aux jeunes qui ont compris, bien avant nous autres politiques, les enjeux de ce combat ».

« Nous remercions également toutes les personnes qui ont porté ce combat pour la démocratie. En ce 8 mars, je rends hommage aux femmes de tout bord. Que l’on ne s’y trompe pas. Ce combat est celui du peuple, pour le peuple, debout pour les acquis démocratiques », a-t-il posté. Et de poursuivre : « Pour finir, ils parlent de contrôle judiciaire, mais qu’ils se le tiennent pour dit, je suis un acteur politique et personne ne me privera de mon indépendance politique. Et que s’ouvre le procès pour que la vérité éclate ».

Pour mémoire, Ousmane Sonko, le jeune opposant a été arrêté alors qu’il se rendait au tribunal pour répondre des charges retenues contre lui. Depuis lors, des tensions ont éclaté dans le pays faisant des pertes humaines et matérielles. Vivement que le calme regagne le pays suite à sa libération.

Vous pourriez aussi lire : Bénin : Reckya Madougou impliquée dans une affaire de terrorisme

Côte d’Ivoire : élections législatives du 06 mars, l’ancien Président Laurent Gbagbo dénonce les propos de certains candidats

Côte d’Ivoire : élections législatives du 06 mars, l’ancien Président Laurent Gbagbo dénonce les propos de certains candidats

Le peuple ivoirien était dans les urnes le samedi 06 mars dernier pour élire leur représentant au parlement. Ainsi, à la fin du scrutin déroulé dans la paix et la sécurité, l’ancien Président Laurent Gbagbo adresse un message aux Ivoiriens et dénonce les propos de certains candidats.

« Après les élections législatives du 06 mars 2021 qui viennent de se tenir, je voudrais saluer le peuple de Côte d’Ivoire, chaque ivoirienne et chaque ivoirien d’avoir accompli leur devoir civique dans le calme qui a régné dans l’ensemble, pendant ce scrutin. Je salue particulièrement les militantes et militants de l’opposition, notamment ceux de la plateforme politique Ensemble pour la Démocratie et la Souveraineté (EDS) et du Parti Démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) qui ont répondu, dans la discipline, à l’appel de leur parti et groupement politique.

Je félicite les cadres de EDS et du PDCI à qui les ivoiriens ont accordé leurs suffrages pour les représenter au Parlement, lieu par excellence de l’exercice de la démocratie dont la quête est notre combat permanent. Le Front Populaire Ivoirien se félicite de l’élection de certains de ses cadres que j’engage, dès maintenant, à poursuivre ce combat de la liberté, de l’égalité et de la solidarité qui sont pour nous des valeurs qui fondent la création d’une nation. Nous devons bâtir la Nation ivoirienne autour de ces valeurs pour favoriser le vivre ensemble des ivoiriens du Nord, du Sud, de l’Ouest, du Centre et de l’Est, dans le respect des lois de la République.

C’est le lieu de regretter et de dénoncer les propos tenus, pendant la campagne, par certains candidats, parfois issus de nos rangs et qui sortent du cadre de nos choix politiques et idéologiques. Je rappelle que le Front Populaire Ivoirien est un parti de la gauche socialiste, panafricaniste et qui lutte pour la construction d’un Etat démocratique, laïc, solidaire, multiethnique et multi racial. Le FPI ne s’aurait donc tolérer des propos tribalistes et exclusionnistes qui sont de nature à le mettre en  porte-à-faux avec son idéal de société de justice, de paix et de solidarité.

Il reste entendu que la pratique constante de la xénophobie et de l’exclusion comme choix politique affiché par certains partis ou groupements politiques ivoiriens, qui n’ont ni la même culture ni la même histoire que le FPI, ne peut constituer un exemple à suivre sur le contraignant chemin de la démocratie et de la liberté. Bonne mandature aux nouveaux élus de la Nation à qui je souhaite plein succès dans l’accomplissement des missions que la Nation vient de leur confier ».

Lire aussi: Côte d’Ivoire / Covid-19 : cet ex-ministre de Gbagbo préfère se purger avec du piment que de se faire vacciner

Bénin : Reckya Madougou impliquée dans une affaire de terrorisme

Bénin : Reckya Madougou impliquée dans une affaire de terrorisme

Suite à l’arrestation de la candidate du parti « Les Démocrates », le procureur de la République béninoise, M. Mario Metonou dans une sortie médiatique annonce que Reckya Madougou est impliqué dans une affaire terroriste et relate les faits.

Lire la déclaration du procureur :

« Le 3 mars 2021 vers 19 heures, Madame Reckya Madougou a été interpellée par la police Républicaine. L’intéressée avait été gravement mise en cause dans une procédure d’enquête ouverte le vendredi 26 février 2021 contre les nommés Ibrahim MAMA TOURE, Colonel de l’ex gendarmerie à la retraite et Georges SACCA. A l’étape actuelle, les faits ainsi qu’ils ressortent de la procédure d’enquête se présentent comme suit :

Disqualifiée de la course à l’élection présidentielle d’avril 2021, Madame Reckya Madougou et certains membres de sa formation politique ont, selon toute vraisemblance, formé le dessein de perturber le déroulement du prochain scrutin en perpétrant des actes de terreur de grande ampleur.

Ainsi, le 24 février 2021 vers 22H30, Georges SACCA qui se trouve être l’un des plus proches collaborateurs de Madame Reckya Madougou à Parakou, est entré en contact avec le colonel Ibrahim MAMA TOURE pour, dit-il, lui confier une mission très sensible et importante. Cette mission, prévue pour se dérouler en plusieurs étapes, devait commencer par le meurtre d’une autorité influente de la ville de Parakou sur un axe routier emprunté régulièrement par cette dernière. La mission devait ensuite se poursuivre par l’élimination d’une seconde autorité politique à l’occasion des obsèques de la première victime.

Le but de ces manœuvres est de provoquer la terreur, le chaos et de parvenir ainsi à faire suspendre le processus électoral en cours. Le Colonel Ibrahim MAMA TOURE accepte la mission. Les deux mis en cause définissent les modalités de la première opération avant de s’accorder sur son coût. La somme convenue est versée par Georges SACCA au colonel Ibrahim MAMA TOURE dans la journée du vendredi 26 février 2021 peu avant 11 heures. Juste après la remise des fonds, les deux individus sont interpellés par la Police Républicaine.

De l’aveu du colonel Ibrahim MAMA TOURE chargé de l’exécution de la mission, il ressort que cette somme a été envoyée par madame Reckya Madougou. C’est ce qui justifie l’interpellation de cette dernière dans le cadre de l’enquête. Il faut rappeler que l’atteinte volontaire à la vie des personnes, à leur intégrité, ou à leur liberté, ainsi que l’enlèvement ou la séquestration des personnes lorsqu’elle a pour but de contraindre indûment les pouvoirs publics à accomplir ce qu’ils ne sont pas tenus de faire ou à s’abstenir de faire ce qu’ils sont tenus de faire est qualifiée de terrorisme par les articles 161, 162 et 163 de notre code pénal. Je vous remercie ».

Lire aussi: Bénin: les choses se compliquent pour Reckya Madougou

Reckya-Madougou

Bénin: les choses se compliquent pour Reckya Madougou

Hier soir mercredi 3 mars après une conférence par la police, Reckya Madougou a été arrêtée et conduite à la Brigade économique et financière de Cotonou.

L’ancienne ministre Reckya Madougou est annoncée devant le procureur spécial de la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (CRIET) ce jeudi.

Selon le procureur de la République béninoise, M. Mario Metonou, dans une sortie médiatique, elle est impliqué dans une affaire terroriste et relate les faits.

Nous apprenons à l’instant que Reckya Madougou est déférée. Nous y reviendront en profondeur sur le sujet.

Pour l’heure nous pourront dire que les choses se compliquent ainsi donc où elle passera sa première nuit en prison ce soir.

Lire aussi: Bénin : arrestation de Reckya Madougou, Joël Aïvo réagit et relate les faits

Bénin : arrestation de Reckya Madougou, Joël Aïvo réagit et relate les faits

Bénin : arrestation de Reckya Madougou, Joël Aïvo réagit et relate les faits

À la suite d’un meeting tenu ce mercredi 03 mars entre les partis de l’opposition béninois, Reckya Madougou candidate en lice pour l’élection présidentielle d’avril prochain a été arrêtée. Une arrestation dont Frédéric Joël Aïvo, aussi candidat à ladite élection, a échappé belle. Dans une publication sur sa page Facebook, l’opposant revient sur la situation et relate les faits.

«N’ayez pas peur !!! »

«J’ai partagé ce mercredi 3 mars 2021 la tribune d’un meeting de l’opposition béninoise avec ma sœur Mme Reckya Madougou, candidate du Parti Les Démocrates, à l’élection présidentielle de 2021.

Alors que nous clôturions ce meeting aux environs de 19h, en présence de plusieurs  personnalités de l’opposition, la salle des fêtes Tiwani de Porto-Novo a été encerclée par un fort détachement des forces de l’ordre. Nous sommes néanmoins sortis et avons rejoint nos voitures pour rentrer chez nous.

Je suis reparti ensemble dans la même voiture que l’Ambassadeur Moïse Kérékou et la Ministre Reckya Madougou. C’est alors que, sur le pont de Porto-Novo, notre voiture a été bloquée par les forces de l’ordre. L’Ambassadeur Kérékou et moi-même ainsi que le conducteur avons été débarqués de force par ce détachement fortement militarisé.

Quatre (4) agents des forces de l’ordre se sont emparés de notre voiture avec Mme la Ministre Madougou, maintenue de force à bord et emportée vers une destination inconnue.

Après mes investigations, elle serait à la Brigade économique et financière de Cotonou.

Elle a évidemment tout mon soutien et celui de tout le Front. Comme convenu publiquement cet après-midi à Porto-Novo devant nos militants, il s’agit d’un combat pacifique mais résolu devant lequel nous ne reculerons pas quels que soient les intimidations, les obstacles et les brimades. »

Lire aussi: Bénin / Supposé refus de parrainage : « Reckya Madougou n’a appelé personne d’entre nous », réagit Orden Alladatin de l’Union progressiste (UP)

L’intégral du communiqué sanctionnant le Conseil des Ministres de ce mercredi 03 mars

Conseil des Ministres: ce que Faure Gnassingbé et son gouvernement se sont dits ce mercredi

1. Le Conseil des Ministres s’est réuni ce jour à la Présidence de la République sous la présidence de Son Excellence Monsieur Faure Essozimna Gnassingbé, Président de la République.

2. Le Conseil a tenu deux séminaires gouvernementaux, le premier relatif à l’état d’avancement du projet « Identification biométrique » et le second sur la trajectoire d’industrialisation du Togo autour de la Plateforme Industrielle d’Adéticopé.

3. Le conseil a tenu un premier séminaire sur l’état d’avancement du projet d’identification biométrique afin de permettre aux membres du Gouvernement d’en apprécier les implication en terme de mobilisation des acteurs.

4. Premier projet inscrit sur la feuille de route gouvernementale, il vise à attribuer un Numéro d’Identification Unique à toutes les personnes physiques présentes sur le territoire national.

5. Le Numéro d’Identification Unique sera le moyen par excellence d’interactions entre les usagers et l’administration publique et servira de base pour l’identification et l’authentification des individus.

6. Ce projet, mené en partenariat avec la Banque mondiale, permettra, à terme, de mettre en place notamment le Registre Social Unique, la Couverture Maladie Universelle et tout autre service social tel que « Novissi » si besoin. Il servira en outre de base pour la digitalisation de la vie publique.

7. Trois composantes essentielles restent à mettre en œuvre pour la conduite du processus d’identification : Il s’agit du développement de la solution logicielle ; de la mise en œuvre d’une campagne d’Information, d’Éducation et de sensibilisation ; de l’enregistrement de la population à travers une campagne nationale.

8. Le gouvernement a félicité les acteurs pour les étapes déjà franchies notamment la réalisation des aspects normatifs et institutionnels et a instruit pour une poursuite des travaux en synergie avec l’ensemble des services.

9. Il a encouragé à intensifier la communication en impliquant l’ensemble des acteurs de terrain, en vue de l’adhésion de la population.

10. Le conseil a ensuite tenu un deuxième séminaire sur la trajectoire d’industrialisation de notre pays autour du Projet de plateforme industrielle d’Adéticopé (PIA)

11. En vue d’accroitre la transformation et la création d’emploi en s’appuyant sur les forces de l’économie, le projet de Plateforme Industriel d’Adéticope envisage proposer des espaces pour accueillir des industries de transformation et des plateformes logistiques.

12. L’objet de ce séminaire est de permettre à l’ensemble des membres du gouvernement d’appréhender les implications opérationnelles des ambitions de cette plateforme pour chaque département ministériel.

13. En effet, la réussite d’une industrialisation pourvoyeuse d’emploi dans notre pays passe par l’optimisation des facteurs de production mais aussi par une amélioration des dispositifs de formation des futurs salariés sans oublier une plus grande intégration dans la chaîne de valeur de l’économie nationale. Créant ainsi un écosystème vertueux avec un impact réel sur l’économie togolaise.

Lire aussi: Togo: communiqué sanctionnant le conseil des ministres de ce mercredi 17 février 2021

Bénin : réaction du parti « Les Démocrates » après la convocation de ses militants

Bénin : réaction du parti « Les Démocrates » après la convocation de ses militants

Suite à la convocation de certains de ses militants à la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (CRIET), le parti « Les Démocrates » réagi et dénonce un harcèlement judiciaire constitutif de torture morale inacceptable. Ceci, à travers un communiqué rendu public ce dimanche 21 février 2021.

COMMUNIQUÉ

(Au sujet des intimidations et harcèlement judiciaire sur les militants du parti « LES DÉMOCRATES »)

Depuis le vendredi 19 février 2021, plusieurs militants du parti « LES DÉMOCRATES », font l’objet d’intimidations et de harcèlement judiciaire.

En effet, convoqués sans raison et de façon cavalière à la CRIET (tribunal d’exception du Président Patrice TALON), les camarades Nourénou ATCHADE Premier vice-président et Justin Cohovi ADJOVI Secrétaire national à la Trésorerie et au Patrimoine n’ont été reçus qu’après plus de 11 heures d’attente.

À l’analyse les motifs de la convocation seraient basés sur des rumeurs et les fausses informations sur des activités régulières du parti. Il s’agit purement et simplement d’un harcèlement judiciaire constitutif de torture morale inacceptable. De même, le camarade Bio Dramane TIDJANI, vice-Coordonnateur de la huitième Circonscription Électorale est attendu à la CRIET le lundi 22 février 2021 certainement pour le même motif.

Le parti « LES DÉMOCRATES » élève une vive protestation contre ces manœuvres d’intimidation préjudiciables à un processus électoral crédible et inclusif et à la paix.

Lire aussi: Bénin / Supposé refus de parrainage : « Reckya Madougou n’a appelé personne d’entre nous », réagit Orden Alladatin de l’Union progressiste (UP)

De toute évidence, la finalité de cette manœuvre n’est rien d’autre que la volonté d’exclure pour une troisième fois l’opposition des élections et de faire un passage en force.

Le parti « LES DÉMOCRATES » met en garde contre la répétition de telles manœuvres et demande à ses militantes et militants ainsi qu’à l’ensemble du peuple béninois de rester mobilisés pour la restauration de la démocratie et de l’État de droit par toutes les voies légales que nous offrent la Constitution et les lois de la République.

Le parti « LES DÉMOCRATES » rappelle au gouvernement et à son chef l’exigence de la mise en œuvre des décisions de la CADHP et les assises nationales demandées par l’opposition en vue de créer les conditions propices pour une élection crédible et inclusives gage de paix sociale.

C’est ensemble que nous gagnerons la bataille du développement qui passe par la restauration de la démocratie, de l’État de droit et de l’alternance démocratique en 2021.

Vive le Parti « LES DÉMOCRATES »

Vive le BENIN

Le Président

Eric HOUNDETE

Conseil des ministres

Togo: communiqué sanctionnant le conseil des ministres de ce mercredi 17 février 2021

  1. Le Conseil des Ministres s’est réuni ce jour à la Présidence de la République sous la présidence de Son Excellence Monsieur Faure Essozimna Gnassingbé, Président de la République.
  2. Le Conseil a examiné, deux (02) avant-projets de loi, un (01) projet de décret et écouté sept (07) communications.

I. AU TITRE DES AVANT-PROJETS DE LOI,

  1. Le conseil a examiné l’avant-projet de loi de règlement 2018 et l’avant-projet de loi de règlement 2019 afin de rendre compte de l’exécution respectivement de la loi n° 2017-014 du 27 décembre 2017 portant loi de finances, gestion 2018 et de la loi n° 2018-020 du 20 novembre 2018 portant loi de finances, gestion 2019.
  2. Ces projets de loi ,qui sont des exercices de transparence et de redevabilité, font ressortir des résultats excédentaires pour 2018 et 2019. Ils traduisent les performances économiques remarquables de notre pays malgré un contexte marqué, notamment en 2018, par une crise socio politique.
  3. Le Conseil a attiré l’attention des membres du gouvernement sur une implication plus forte afin d’améliorer les performances en matière d’efficience dans l’exécution des budgets d’investissement.
  4. A cet effet, le Conseil a écouté une communication relative au Programme d’investissements publics (PIP 2022-2024), présentée par le ministère auprès de la Présidence de la République chargé de la planification du développement et de la coopération.
  5. Face au constat des faiblesses rencontrées dans l’exécution des investissements, il est proposé un renforcement du processus d’élaboration du PIP afin qu’il prenne en compte de manière exhaustive la feuille de route gouvernementale 2020-2025.

II. AU TITRE DES PROJETS DE DÉCRET

  1. Le conseil a examiné en première lecture un projet de décret portant sur la numérisation des moyens de paiement au sein de l’administration qui est pris en application de la loi relative aux mesures de promotion de la bancarisation et de l’utilisation des moyens de paiement scripturaux.
  2. Il vise à promouvoir l’utilisation de moyens électroniques de paiement au sein de l’administration, la bancarisation, l’inclusion financière et la lutte contre la corruption, le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme.

III. AU TITRE DES COMMUNICATIONS,

  1. Le Conseil a examiné une communication relative aux avant-projets de décrets portant sur l’alimentation scolaire au Togo, présentée par le ministre du développement à la base, de la jeunesse et de l’emploi des jeunes.
  2. Lancé depuis 2008, le programme d’alimentation scolaire a fourni plus de 76 millions de repas pour un coût de près de 22 milliards. Ce programme permet de réduire la faim et la malnutrition infantile tout en encourageant les ménages les plus vulnérables à envoyer leurs enfants à l’école et de les y maintenir contribuant ainsi à l’amélioration du taux de scolarisation et au développement de l’économie locale.
  3. Afin d’amplifier l’impact de ce programme, l’Assemblée nationale a adopté la loi n°2020-007 du 26 juin 2020 relative à l’alimentation scolaire. La communication présente un premier bilan et les textes visant à opérationnaliser les évolutions contenues dans cette loi notamment les modalités d’approvisionnement et de stockage des produits destinés à l’alimentation scolaire au Togo.
  4. Le Conseil a examiné une deuxième communication relative à l’occupation anarchique et illégale du littoral togolais, présentée par le ministre de l’économie maritime, de la pêche et de la protection côtière.
  5. Cette communication fait suite à l’adoption en Conseil des Ministres de la loi portant aménagement du littoral.
  6. Constatant l’occupation anarchique et illégale du littoral, le Gouvernement a initié des travaux devant conduire à l’adoption d’un schéma directeur d’aménagement du littoral afin de faciliter une occupation rationnelle du littoral tout en préservant la sécurité et l’environnement.
  7. Le Conseil a instruit le Ministre une accélération des travaux du schéma directeur ; une sécurisation du littoral (par exemple en renforçant l’éclairage public) et une sensibilisation des occupants tout en préparant les processus de déguerpissement conformément au communiqué du Gouvernement en date du 30 août 2020.
  8. Le Conseil a suivi une troisième communication relative au plan de sécurisation de la fourniture de l’énergie au Togo en particulier durant les périodes de forte consommation notamment lors des fêtes de fin d’année présentée par le ministre délégué auprès du Président de la République, chargé de l’énergie et des mines.
  9. En vue d’assurer la qualité et la continuité de fourniture de l’énergie électrique aux populations, un plan de sécurisation a été mis en place. Il permet de prendre des dispositions rapides pour combler le déficit en énergie entre la capacité disponible sur le territoire national et la demande en période de pointe.
  10. A terme, la mise en œuvre des différents projets de production (centrale Kekeli et centrale de Blitta) contribuera à assurer l’indépendance en énergie électrique de notre pays.
  11. S’en est suivi une communication relative à la réalisation d’une campagne géophysique aero-portée au Togo, présentée par le ministre délégué auprès du Président de la République, chargé de l’énergie et des mines.
  12. Cette campagne, initiée avec l’appui de la Banque mondiale à travers le projet de développement et de gouvernance minière (PDGM), permettra d’évaluer et de certifier les zones de potentialités minières du sous-sol national et de doter le Togo de données géo-scientifiques.
  13. À l’issue de cette campagne, le Togo sera davantage attractif sur le marché international afin d’attirer considérablement des investisseurs dans le secteur minier.
  14. Le conseil a ensuite écouté une communication portant sur la phase pilote de la cartographie des infrastructures socio-économiques du Togo présentée par le ministre délégué en charge du développement des territoires.
  15. Pour que cette cartographie devienne l’outil de planification du déploiement des infrastructures socio-économiques sur tout le territoire national, une phase pilote a porté sur une dizaine de cantons. Le conseil est sollicité pour approuver une extension de cette cartographie à l’échelle nationale.
  16. Ensuite, le conseil a examiné une communication relative à la situation de la société nationale des éditions du Togo présentée par le ministre de la communication et des médias.
  17. Tenant compte de la mutation du monde de l’édition, il est proposé un audit stratégique et organisationnel de la société en vue de sa restructuration.

III. AU TITRE DES DIVERS,

  1. Le ministre de la santé, de l’hygiène publique et de l’accès universel aux soins a fait un compte rendu sur la situation de la pandémie à la Covid-19.
  2. Il a ensuite porté à la connaissance du Conseil que notre pays recevrait ses premières doses de vaccin contre la Covid 19 dans le courant de la semaine prochaine. Le dispositif pour la campagne de vaccination est déjà mis en place à cet effet.
  3. Parlant de la résurgence d’un foyer de l’épidémie d’Ebola en Guinée, il a annoncé la réactivation du dispositif de lutte contre cette maladie.

Fait à Lomé, le 17 Février 2021 Le Conseil des Ministres

Lire aussi: Togo/Conseil des ministres : commodo et incommodo, des commissions d’enquête pour une amélioration du secteur foncier

Bénin: Claudine Prudencio s’aligne avec le duo Talon-Talata pour un K.O. limpide au soir du 11 avril

Bénin: Claudine Prudencio s’aligne avec le duo Talon-Talata pour un K.O. limpide au soir du 11 avril

Tout s’active au Bénin pour les élections présidentielles d’avril de cette année. Claudine Prudencio, présidente du parti l’Union Démocratique pour un Bénin Nouveau (U.D.B.N), dans un message publié sur sa page Facebook ce mercredi 17 février, a fait le point sur sa récente tournée de restitution des résolutions du 3ème congrès ordinaire de L’UDBN qui avait eu lieu le 30 janvier passé.

Dans son compte-rendu, elle a affiché un sentiment de satisfaction à cause de ses militants et militantes qui ont accepté de l’accompagner aux côtés du chef de l’État Patrice Talon pour un K.O. limpide au soir du 11 avril.

Message de Claudine Afiavi Prudencio

MERCI, GRAND MERCI AUX AMAZONES ET SOLDATS UDBN QUI M’ONT DIT OUI POUR LE K.O. LIMPIDE AU PROFIT DU DUO TCHIGAN, TALON-TALATA !

Vous pourriez aussi lire: Bénin / Supposé refus de parrainage : « Reckya Madougou n’a appelé personne d’entre nous », réagit Orden Alladatin de l’Union progressiste (UP)

J’ai eu le bonheur de communier avec les militantes et militants de ma famille politique, l’Union Démocratique pour un Bénin Nouveau (U.D.B.N), des quatre départements du septentrion, ceux des collines et du Zou, du 10 au 14 février 2021. C’est à l’occasion de ma tournée de restitution des résolutions du 3ème congrès ordinaire de notre parti tenu le 30 janvier passé. J’en ressors très satisfaite.

Ce sont des délégués des coordinations des 4 départements du Nord, des collines et du Zou qui ont été rencontrés et sensibilisés pour la cause commune : victoire écrasante au soir du 11 avril.

Partout, où nous sommes passés, l’accueil fut chaleureux.

Les mérites de notre grand leader Patrice TALON ont été célébrés. Nos messages de soutien au duo TALON-TALATA et celui de paix et de cohésion a été compris.

Avec mes vaillants soldats et braves Amazones, nous avons scellé le pacte du K.O. sans tâche, au soir du 11 avril 2021. On ne change pas une équipe qui gagne. Objectif : c’est désormais 98,5 % dès le 1er tour pour le duo TALON-TALATA.

Une fois encore Gracias à toutes les militantes et à tous les militants de UDBN, le parti de l’avenir !

Togo: le député Gerry Taama réclame le retour des activistes politiques sur les réseaux sociaux

Togo: le député Gerry Taama réclame le retour des activistes politiques sur les réseaux sociaux

Dans l’une de ses publications sur sa page Facebook, l’honorable et président du parti politique NET (Nouvel Engagement Togolais) Gerry Taama, réclame le retour des activistes politiques sur les réseaux sociaux. Pour l’homme politique, les futures batailles politiques se dérouleront sur les réseaux sociaux.

À l’interrogation où sont passés les Web activistes politiques, découvrez l’analyse du député Gerry Taama.

« Il y’a une évidence, les prochaines batailles politiques se dérouleront sur les réseaux sociaux. Il suffit de regarder le parcours politique du président Trump, qui sans les réseaux sociaux, surtout Twitter, aurait eu du mal à se faire élire président. Le plus curieux, c’est qu’au Togo, on dirait que les partis politiques n’ont aucuns soutiens sur les médias sociaux.

À commencer par le parti Unir, qui est parti majoritaire. Tous les jours, le pays, le président de la République, Unir, se font prendre à partie par des Togolais révoltés et frustrés. Zéro réponse. Même sur la page Facebook du président de la République, la seule riposte, c’est la censure. Le dernier Web activiste réellement pro Faure que j’ai connu était Abdel Kader. C’est à se demander où sont partis tous les cadres et jeunes du parti. Pendant la campagne, ils sont des milliers à crier un coup KO, mais après, on ne trouve personne pour prendre la défense du parti ou du gouvernement. Aujourd’hui, en dehors des ministres Bawara et Trimua, on trouve peu de communicants, réellement politiques dans unir. Or, ces deux-là n’existent pas sur les réseaux sociaux. Même avec les médias traditionnels (radio, télévision,) on ne trouve personne dans unir pour faire des débats contradictoires. Ce qui appauvrit l’offre politique dans notre pays.

Les partis de l’opposition ne font pas mieux. Que ce soit l’ANC, l’Ufc, le Net, le Car où les Fdr, nos partis ont peu d’animateurs sur ces nouveaux médias. Et quand on en trouve, c’est surtout des Togolais de la diaspora. Je dois dire que le seul parti qui avait des activistes proactifs était le Pnp. Mais bon, ça fait un moment qu’on ne les entend pas.

Cette situation fait qu’au Togo, ce sont les journalistes qui font la politique à la place des politiciens. Et la nature des débats en est biaisée.

Il faut que les jeunes assument leur choix politiques et défendent les bannières de leur formation politique. Le débat politique est encore trop pauvre, en qualité et en quantité. »

Lire aussi: Togo : le président Faure Gnassingbé aux côtés des populations d’Agou