Bénin : Reckya Madougou impliquée dans une affaire de terrorisme

Bénin / Supposé refus de parrainage : « Reckya Madougou n’a appelé personne d’entre nous », réagit Orden Alladatin de l’Union progressiste (UP)

Au cours d’une conférence de presse tenue ce jeudi 11 février 2021, certains députés de l’Union progressiste (UP) ont réagi aux accusations portées à l’encontre de la mouvance présidentielle par les leaders du parti “Les Démocrates” sur la question du parrainage.

L’Union progressiste (Up) n’a pas refusé de parrainer le duo du parti “Les Démocrates”. C’est l’essentiel à retenir de la conférence de presse de cette grande formation politique de la mouvance présidentielle. « Depuis le début, j’ai dit que je veux parrainer l’opposition. Mais ils mentent quand ils disent qu’ils sont venus chercher les parrainages qu’on a refusé », a réagi le député Orden Alladatin.

Et de poursuivre : « Des partis politiques, la FCBE a écrit à notre parti politique…. Il y a d’autres qui ont écrit pour dire qu’ils veulent les parrainages… Pendant ce temps, le Duo dit Duo authentique des Démocrates n’a vu personne. Monsieur Djivo n’a appelé personne d’entre nous. Madame Reckya n’a appelé personne d’entre nous».

Il balaie ainsi d’un revers de main les allégations faisant état du refus des partis de la mouvance de parrainer le duo du parti “Les Démocrates” composé de Reckya Madougou et de Patrick Djivo. Pour le député de la 16è Circonscription électorale, le jeu sera bel et ouvert. «Ceux que nous on a vus, on les a parrainés. Et le jeu sera ouvert », a-t-il indiqué.

Selon lui, « Le président Yayi Boni ne veut pas que Les Démocrates se présentent. Ils ont tout mis en jeu pour.»

Lire aussi: Bénin / Présidentielle 2021: « Je resterai insensible aux forfaitures des 250 nouveaux activistes qu’ils viennent de recruter pour me dénigrer », Reckya Madougou

Bénin / Présidentielle 2021: « Je resterai insensible aux forfaitures des 250 nouveaux activistes qu’ils viennent de recruter pour me dénigrer », Reckya Madougou

Bénin / Présidentielle 2021: « Je resterai insensible aux forfaitures des 250 nouveaux activistes qu’ils viennent de recruter pour me dénigrer », Reckya Madougou

Ce mardi 9 février 2021 sur sa page Facebook, Reckya Madougou a publié un message poignant concernant la situation des parrainages pour la présidentielle de 2021 au Bénin et celui des attaques verbales et dénigrements qu’elle subit sur la toile.

Reckya Madougou monte au créneau. Candidate à l’élection présidentielle du 11 avril 2021 avec le parti Les Démocrates, l’ancienne ministre n’aurait jusqu’à présent pas de parrainages. Elle lance un vibrant appel à l’endroit des responsables concernés via les réseaux sociaux.

«Libérez Les Parrainages ! C’est depuis la place Bio Guerra à Parakou, la terre de mes aïeux, contrée où gît mon père enseveli au milieu des siens sous la latérite de la savane enveloppant la cité des Koborou. C’est depuis cette place emblématique de souvenirs et de symbole que je vous adresse cet appel. Libérez Les Parrainages pour la présidentielle 2021», a-t-elle fulminé avant de réagir contre ses détracteurs qui s’agitent contre sa candidature sur les réseaux sociaux.

Lire aussi: Bénin: Reckya Madougou et Joël Aïvo dans la course présidentielle d’avril 2021

«Je suis sensible à vos peines, j’entends votre rage face à leurs aboiements contre ma candidature à votre service. Je suis imperméable à leurs menaces. Je suis imperméable aux intimidations. Je suis imperméable aux diatribes des activistes qu’ils ont lâchés à mes trousses sur les réseaux sociaux. Je resterai insensible aux forfaitures des 250 nouveaux activistes qu’ils viennent de recruter pour me dénigrer », a-t-elle rassuré.

«Ma candidature leur cause si tant de l’insomnie ? S’ils sont aussi sûrs d’eux-mêmes, alors qu’ils ouvrent le jeu. Qu’ils laissent le peuple nous départager. S’ils ne craignent pas la razzia dans les urnes, qu’ils nous permettent de compétir », a ajouté Reckya Madougou. C’est pour dire que la dame de fer compte sur ses forces de frappe pour renverser les tendances. Et si les parrainages lui sont accordés, elle fera forte au soir du 11 Avril.

Tchad: « (…) j’ai décidé de répondre favorablement à cet appel, cet appel du peuple », Idriss Déby Itno investi pour un 6ème mandat

Tchad: « (…) j’ai décidé de répondre favorablement à cet appel, cet appel du peuple », Idriss Déby Itno investi pour un 6ème mandat

Le chef de l’État tchadien, Idriss Déby Itno, a été investi, samedi 6 février, par son parti pour un sixième mandat à l’élection présidentielle du 11 avril prochain, a constaté un journaliste de l’AFP.

« Si l’émotion d’être investi candidat à une élection présidentielle est toujours forte, celle que je ressens aujourd’hui a une portée plus grandiose », a déclaré Idriss Déby Itno, au pouvoir depuis 30 ans et grand favori du scrutin, devant les militants de son parti, le Mouvement patriotique du salut (MPS).

« Permettez-moi, mes frères et sœurs, de vous dire que c’est après une mûre et profonde introspection, que j’ai décidé de répondre favorablement à cet appel, cet appel du peuple », a-t-il poursuivi, après avoir été désigné candidat par acclamation par les membres de son parti.

Agé de 68 ans, Idriss Déby dirige le pays d’une main de fer, en muselant et en empêchant l’opposition de manifester. Il a été récemment promu au rang de maréchal par l’Assemblée nationale, largement dominée par sa majorité.

Lire aussi : Bénin: Reckya Madougou et Joël Aïvo dans la course présidentielle d’avril 2021

Dans l’optique de ce scrutin, douze responsables des partis politiques de l’opposition ont scellé, mardi 2 février, « une alliance électorale » pour présenter un candidat unique à l’élection présidentielle.

Rappelons que la proclamation des résultats définitifs de la prochaine présidentielle par la Cour constitutionnelle est prévue pour le 15 mai. Un second tour éventuel est fixé le 23 mai. L’élection présidentielle d’avril sera suivie par des législatives, fixées en juillet dernier, au 24 octobre 2021, après avoir été maintes fois repoussées depuis 2015.

Avec AFP

Bénin : arrestation de Reckya Madougou, Joël Aïvo réagit et relate les faits

Bénin: Reckya Madougou et Joël Aïvo dans la course présidentielle d’avril 2021

Tout s’active au Bénin dans le cadre des présidentielles d’avril prochain. Dans le camp de l’opposition, le Front pour la Restauration de la Démocratie (FRD) a choisi Joël Aïvo et Reckya Madougou.

Ainsi, par un communiqué en date du 03 février, la Conférence des présidents du collectif a porté son choix sur l’Agrégé en droit Joël Aïvo et l’ancienne ministre des Finances Reckya Madougou.

Un duo sur lequel l’opposition compte faire face à l’actuel Président Patrice Talon au cours de cette élection présidentielle. Les Démocrates étant un parti appartenant au Front, ils ont eux aussi un des leurs comme candidat.

Rappelons que Reckya, est une femme politique. Elle fut deux fois ministre du gouvernement Boni Yayi, d’abord ministre de la Microfinance, de l’Emploi des jeunes et des femmes avant d’occuper le poste de ministre de la Justice. Auteure de l’ouvrage « Soigner les certitudes, Reckya Madougou est également conseillère spéciale du président togolais Faure Gnassingbé.

Quant à Frédéric Joël Aïvo, le surnommé « Le Professeur » au Bénin est un constitutionnaliste, professeur des universités et homme politique béninois. Doyen de la Faculté de droit et de science politique de l’Université d’Abomey-Calavi entre 2016 et 2019, il est actuellement Professeur titulaire de droit public.

Président de l’Association béninoise de droit constitutionnel (ABDC) depuis sa création en 2009, il annonce le 29 février 2020 mettre un terme à ses onze ans de présidence pour « scruter d’autres horizons ». Surement que ce choix pour les présidentielles fait partie de cette décision.

Lire aussi: Bénin : Moïse Kérékou ne partage pas l’avis de Patrice Talon sur la réforme du système éducatif béninois

Togo: la cérémonie du 05 février de cette année sera particulière

Togo: la cérémonie du 05 février de cette année sera particulière

Le feu Président Gnassingbé Eyadema est décédé le 05 février 2005. Ainsi, à l’accoutumé le pays commémore chaque année le rappel à Dieu de l’ancien président.

En effet, la cérémonie de cette année sera particulière. Pour ce 16ème anniversaire, le ministre d’État Payadowa Boukpessi informe qu’il n’y aura pas de célébration publique au Palais des Congrès de Kara. Une décision prise en raison de la lutte contre le coronavirus.

Selon le programme arrêté pour cette édition, il ne sera pas organisé de veillée le 04 février. Une prière musulmane aura lieu le vendredi 05 février à 13h, dans les mosquées des chefs-lieux de préfectures en mémoire du Père de la Nation.

Le dimanche 07 février, une prière chrétienne sera organisée dans les églises et temples des chefs-lieux de préfectures pour la même intention.

Décédé à l’âge de 69 ans, feu Gnassingbé Eyadema surnommé le « Grand baobab » est né le 26 décembre 1935 à Pya, un village situé au nord du pays.

Il est mort le 5 février 2005, à bord de l’avion présidentiel qui l’évacuait pour des soins vers la France. Militaire et homme d’État, Étienne Eyadéma Gnassingbé est jusqu’à aujourd’hui considéré comme le père de la nation.

Lire aussi: Faure Gnassingbé commémore le 47ème anniversaire de l’attentat de sarakawa

Togo: 20 nouveaux diplômés pour apporter leur plus-value au PND

Togo: 20 nouveaux diplômés vont apporter leur plus-value au PND

Le Plan national de développement (PND 2018-2022) connaîtra un nouvel élan dans les prochains jours. Ceci, grâce aux nouveaux diplômés du Programme présidentiel d’excellence (PPE).  Au total 20 diplômés en Master 2 de la première promotion ont reçu leur diplôme de fin d’année ce mercredi 27 janvier.

C’est au cours d’une cérémonie solennelle présidée par le Premier ministre, Mme Victoire Tomégah-Dogbé au nom du Chef de l’Etat Faure Gnassingbé.

Après dix-huit mois de formation professionnelle, ces premiers bénéficiaires, disposent désormais de véritables compétences en leadership, communication et gestion de projet, pour apporter leur plus-value à l’administration en vue de l’implémentation des projets structurants du PND.

Encadré par SHARE, un organisme international spécialisé dans la formation de nouvelles générations de talents, les diplômés désormais pluridisciplinaires ont pu développer d’autres compétences en résolution de problèmes (pensée analytique, esprit critique, collecte de données primaires).

Au cours de la cérémonie de remise de diplôme, Madame le Premier ministre a remercié le Chef de l’Etat pour la confiance renouvelée en la jeunesse du Togo. Elle a ensuite exhorté les bénéficiaires à faire montre des valeurs notamment le patriotisme, l’entrepreneuriat et les compétences qu’ils ont acquises au cours de leur formation.

Rappelons que ces étudiants ont été pris après une sélection rigoureuse parmi  800 candidats étudiants  les plus méritants en Master 1 dans les Universités de Lomé et Kara et de l‘Université catholique de l’Afrique de l’ouest (UCAO).

La formation a été dispensée parallèlement à leur cursus universitaire avec l’appui des partenaires notamment le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) et Ecobank Transnational Incorporated (ETI).

Lire aussi: Togo: le Policier qui a tué le jeune Mohamed est viré et mis à la disposition de la justice

Joe Biden supprime les restrictions discriminatoires sur l’entrée aux États-Unis

Joe Biden supprime les restrictions discriminatoires sur l’entrée aux États-Unis

Les qualifiant d’« erreur pure et simple », le président Biden a mis fin, le 20 janvier, aux restrictions sur la délivrance de visas aux personnes issues de nombreux pays musulmans et africains.

La nouvelle proclamation sur la fin des restrictions discriminatoires signée par Joe Biden banni le décret présidentiel 13780 du 6 mars 2017 ainsi que les proclamations 9645, 9723 et 9983, et annule leur mise en application.

Les mesures annulées stipulaient que certains demandeurs de visa d’immigration venant des pays suivants n’étaient pas admissibles : Birmanie, Corée du Nord, Érythrée, Iran, Kirghizstan, Libye, Nigeria, Somalie, Soudan, Syrie, Tanzanie, Venezuela et Yémen.

Le secrétaire d’État des États-Unis a donné l’ordre à toutes les ambassades et consulats américains de traiter les demandes de visa faites par des personnes précédemment affectées par les restrictions maintenant annulées. Ces demandes de visa seront traitées de manière conforme aux procédures actuelles qui tiennent compte de la pandémie de COVID-19.

Conformément à la nouvelle proclamation, le département d’État proposera, au cours des 45 prochains jours, un système de réexamen du dossier des personnes dont la demande de visa avait été refusée ou limitée par les proclamations 9645 et 9983.

« Lorsqu’un demandeur de visa postulera à l’entrée aux États-Unis, nous appliquerons un système de contrôle rigoureux et individualisé », lit-on dans la proclamation du président. « Mais nous n’abandonnerons pas nos valeurs avec des interdictions d’entrée aux États- Unis discriminatoires. »

Lire aussi: Etats – Unis / Investiture de Joe Biden : voici le programme des événements de la journée

Togo / sécurité: Cinq policiers virés de leurs fonctions pour fautes graves, voici ce qu’ils ont fait

Togo / sécurité: Cinq policiers virés de leurs fonctions pour fautes graves, voici ce qu’ils ont fait

Le ministre de la Sécurité et de la Protection Civile, le Général Yark Damehane en conférence de presse le jeudi 21 janvier 2021, a affirmé que 225 agents de la police et de la gendarmerie avaient été sanctionnés au cours de l’année 2020 pour des fautes graves. Au titre des sanctions prises par le ministre en charge de la Sécurité, figure la radiation de cinq policiers.

D’après un document confidentiel, ces policiers virés de leur corps, sont coupables entre autres de bavures ayant entraîné la mort de citoyens, de trafics de tous genres, d’usage excessif de la force, d’escroquerie, de violences volontaires sur des personnes.

Le premier agent radié est un policier ayant abandonné son poste et retrouvé au volant de la voiture d’un usager qu’il a interpellé pour violation du couvre-feu. Interpellé par la Force anti-pandémie, l’agent indélicat a tenté de faire passer sa victime pour son frère avant d’être démasqué.

Le second policier qui a été viré du corps de la police nationale au cours de l’année 2020, informe le ministère de la Sécurité et de la Protection Civile, a fait usage de son arme en atteignant mortellement un jeune homme qui se battait avec deux militaires.

Le troisième agent radié du corps de la police est accusé d’avoir confié sa mission de distribution de soupe à un stagiaire contre une somme de mille (1000) F CFA et le quatrième a été interpellé nuitamment dans les locaux de l’École Supérieure des Affaires à Agoè par des agents de sécurité de ladite école en possession d’une somme d’un million huit cent mille (1 800 000) F CFA en faux billets. Le policier indélicat, précise le ministère de la Sécurité et de la Protection Civile, s’apprêtait à s’introduire au Secrétariat de cette école après avoir volé le portable d’un agent de sécurité.

« La perquisition de son domicile a permis de retrouver plusieurs autres objets issus de ses forfaits antérieurs ainsi qu’une somme d’un million quarante mille (1.040.000) F CFA en faux billets qu’il aurait obtenue en faisant des affaires avec un faussaire. Il est mis à la disposition de la justice », indique-t-on.

Enfin, le cinquième agent de la police radié de son corps faisait partie d’une bande de braqueurs. L’intéressé, procède avec ses camarades civils à des braquages sur des citoyens et à des vols de motos sous couvert d’un service de patrouille.

Notons qu’au total, 225 policiers et gendarmes ont été sanctionnés au cours de l’année 2020. Parmi ceux-ci, 216 agents dont 79 policiers et 137 gendarmes ont écopé d’un mois d’arrêt de rigueur pour « indiscipline, inconscience professionnelle, négligence, abandon de poste, vol, racket, cupidité et indélicatesse. Quatre (4) policiers impliqués dans des trafics de tous genres, usage excessif de la force, violences volontaires et bavures ont été exclus pour six mois.

Lire aussi: Faure Gnassingbé commémore le 47ème anniversaire de l’attentat de sarakawa

Faure Gnassingbé commémore le 47ème anniversaire de l’attentat de sarakawa

Faure Gnassingbé commémore le 47ème anniversaire de l’attentat de sarakawa

Ce dimanche 24 janvier, le Togo a commémoré le 47ème anniversaire de l’attentat de sarakawa. La cérémonie a été présidée par le Chef de l’Etat Faure Gnassingbé avec à ses côtés, Madame la Première Ministre, Victoire Tomégah-Dogbé et Yawa Dzigbodi Tségan, Présidente de l’Assemblée nationale.  

Assisté également par de nombreuses hautes personnalités, la journée a été marquée par un dépôt de gerbes au mausolée de sarakawa, dans la préfecture de la kozah. Aussi, une cérémonie similaire s’est déroulée à la place des Martyrs à Lomé. Elle a été présidée par le Général Damehame yark, Ministre de la sécurité et de la protection civile.

Cette commémoration a lieu tous les 24 janvier, en souvenir des citoyens togolais qui avaient perdu la vie le 24 janvier 1974, à la suite de l’attaque perpétré sur l’avion à bord duquel se trouvait le président Gnassingbé Eyadéma. Un sabotage imputé aux milieux financiers étrangers hostiles au projet de nationalisation de la société des mines de phosphates.

A lire : Togo: le président Faure Gnassingbé aux côtés des populations d’Agou

Le 24 janvier est ainsi devenu une date symbolique rebaptisée « Jour de la libération économique », et le site de Sarakawa, un mémorial près duquel sont organisées des manifestations officielles en hommage au président « Miraculé de Sarakawa ». Sa célébration chaque année, se veut pour la nation togolaise, un devoir de mémoire collective.

La cérémonie s’est déroulé sans le public en raison de la maladie à coronavirus. Seuls les officiels invités ont pris part.

Togo : gouvernement annonce un nouveau projet intégré de développement

Togo : le gouvernement annonce un nouveau projet intégré de développement

D’après les résultats obtenus sur le terrain par le gouvernement, les plateformes multifonctionnelles intelligentes (PTFM) portent leurs fruits et impactent positivement la vie des populations. Lancées par le Chef de l’Etat Faure Gnassingbé, ces plateformes sont source de déclencheurs d’une dynamique de développement rural.

En effet, dans le but de poursuivre ses efforts de développement pour le bien-être de la population, le Togo ambitionne mettre en œuvre un nouveau projet intégré de développement des Plateformes multifonctionnelles intelligentes. Il s’agira pour le gouvernement, de créer des pôles locaux de développement socioéconomique. Pour ce faire, il s’appuiera sur la combinaison de l’économie numérique et des infrastructures énergétiques décentralisées.

Ainsi, le projet contribuera au développement rural à travers la fourniture des services d’accès à l’électricité à moindre coût, via des centrales solaires photovoltaïques ; à la connexion mobile et Internet ainsi qu’à divers services associés à valeur ajoutée parmi lesquels, les entreprises de Plateformes multifonctionnelles (PTFM).

L’initiative permettra également de moderniser ces entreprises rurales de transformation agroalimentaire, dotées d’équipements simples et à coût réduit avec des services énergétiques hybridées et les services sociaux de base, et bien d’autres activités des microentreprises rurales.

Notons que selon les chiffres, les PTFM ont contribué à l’augmentation des revenus par une meilleure valorisation des productions agroalimentaires locales. Au total, 1 721 000 000 F CFA de recettes ont été mobilisées par les entreprises bénéficiaires.

Lire aussi : Togo : le président Faure Gnassingbé aux côtés des populations d’Agou