Togo : voici les rémunérations fixées par le gouvernement pour les frais de mission à l’intérieur du territoire national

Togo : voici les rémunérations fixées par le gouvernement pour les frais de mission à l’intérieur du territoire national

Le Gouvernement togolais a décrété une modification fixant les indemnités à allouer aux agents de l’État lors des missions effectuées sur le territoire national. La modification décrétée jeudi 31 décembre 2020, prend en compte l’article 3 du décret numéro 2011-117/PMRT du 12 août 2011. Ceci, sur rapport de Sani Yaya, ministre de l’Économie et des finances.

En effet, la nouvelle mesure attestée par Victoire Tomégah-Dogbé, Chef du Gouvernement, Sani Yaya, Ministre de l’Économie et des finances et Kanka-Malik Natchaba, Secrétaire général du Gouvernement, prend en compte le « Déplacement avec Nuitée » et le « Déplacement sans Nuitée », journaliers de tous les agents de l’administration sans distinction de statut.

Ainsi dorénavant, la rémunération des agents de l’administration en mission sur le territoire national, sauf Lomé et Kara (les missions effectuées à Lomé et Kara, sont majorées de 20 % pour chaque catégorie), se présente en cinq (5) catégories en fonction du poste occupé.

En ce qui concerne la catégorie 1, qui regroupe des personnalités comme le Président de l’Assemblée nationale, les Ministres, le Président de la Cour Constitutionnelle, le Président de l’Université et autres personnalités comme les Généraux de l’armée, les rémunérations sont respectivement fixées à 55.000 FCFA et 35.000 FCFA, pour le déplacement avec nuitée et le déplacement sans nuitée.

Pour la catégorie 2 notamment, Députés, Directeurs de cabinet, Secrétaires généraux, Membres de la HAAC, Membres de la CNDH, Président de la Cour, Doyens de facultés, Corps enseignants universitaires pour ne citer que ceux-là, reçoivent dorénavant 40.000 FCFA et 25.000 FCFA, en fonction du déplacement effectué.

Ces indemnités de déplacement, sont de 35.000 FCFA et 20.000 FCFA pour les acteurs de la catégorie 3, que sont les Préfets, les Chefs des services régionaux, les Adjoints aux maires, les Conseillers, les Officiers de police et les Anciens Ambassadeurs.

En ce qui concerne la catégorie 4, les rémunérations sont fixées à 30.000 FCFA et 17.000 FCFA. Les personnes concernées sont les Chefs de section, les Cadres de catégories B, C, D, les Attachés financiers, Sous-officiers et les Officiers de police adjoint.

 La catégorie 5, qui vient en dernier classement, regroupe les autres Agents de l’administration, les Hommes de troupe 2ème classe et les Chauffeurs. Pour eux, la rétribution est fixée à 25.000 pour le déplacement avec nuitée et 15.000 pour le déplacement sans nuitée.

A lire: Togo : cette décision du gouvernement qui va renforcer davantage le système de décentralisation

Présidentielle aux USA : « Tout ce que je veux, c’est trouver 11 780 bulletins »,

Présidentielle aux Etats-Unis : nouveau coup de tonnerre de Donald Trump

L’affaire fait grand bruit actuellement sur la toile. Un appel téléphonique du Président Donald Trump harcelant le secrétaire d’État de la Géorgie, Brad Raffensperger.  Renversé par Joe Biden lors des élections du 3 novembre dernier, Trump ne compte toujours pas s’arrêter là.

Le président défait a de nouveau frappé fort. Il harcèle le secrétaire d’État pour qu’il annule la victoire de Joe Biden dans la Géorgie, allant même à lui suggérer de « trouver » suffisamment de votes pour lui donner la victoire, au cours d’un appel stupéfiant diffusé dimanche par le Washington Post.

Le président américain, qui refuse toujours de concéder sa défaite à la présidentielle du 3 novembre, a tenté, lors d’une longue conversation téléphonique, de rallier à sa cause Brad Raffensperger, l’élu républicain responsable des élections dans cet État, en alternant pressions et cajoleries.

« Il n’y a pas de mal à dire que vous avez recalculé », lui a-t-il notamment déclaré, selon un enregistrement de la discussion réalisé à son insu et rendu public par le Washington Post, puis d’autres médias.

« Tout ce que je veux, c’est trouver 11 780 bulletins […] parce que nous avons gagné cet État », a-t-il justifié, alors que la victoire du démocrate Joe Biden en Géorgie avec environ 12 000 voix d’écart a été confirmée par un recomptage et des audits. Brad Raffensberger, qui était accompagné d’un avocat de l’État, n’a pas cédé. « Nous pensons que nos chiffres sont bons », a sobrement rétorqué le secrétaire d’État de la Géorgie. Cette conversation téléphonique survient à moins de trois semaines de la date officielle de la cérémonie d’assermentation du président désigné Joe Biden.

Vous pourriez aussi lire: Etats-Unis : la grande et inoubliable décision de Donald Trump contre 15 pays africains

Togo : Faure Gnassingbé honore 15 fonctionnaires de la présidence admis à la retraite

Togo : Faure Gnassingbé honore 15 fonctionnaires admis à la retraite

Une cérémonie de remise de distinction honorifique a été organisée, le mercredi 30 décembre 2020, à l’honneur de 15 fonctionnaires admis à la retraite à la Présidence de la République. C’est une tradition au sein de la haute institution du Togo. L’évènement vise à rendre un hommage mérité aux nouveaux retraités après plusieurs années au service du pays.

Au nom du Chef de l’Etat, la cérémonie a été présidée par Sandra Ablamba Johnson, Ministre Secrétaire Générale de la Présidence de la République.

Cet évènement, qui s’est déroulé à l’ancien palais, a connu la présence de hauts responsables et des représentants du personnel de la Présidence de la République. Les 15 agents, après plusieurs années au service du Togo, ont reçu des distinctions spéciales des mains de la ministre Sandra Johnson et des autres personnalités présentes.

Ce fut un moment d’émotion et de souvenirs. L’occasion a permis également de rappeler le parcours exemplaire de ces nouveaux retraités ainsi que l’engagement et la loyauté dont ils ont fait preuve au cours de leur carrière.

Sandra Ablamba Johnson a rendu un vibrant hommage à ces retraités qui ont donné le meilleur d’eux-mêmes dans l’exécution de leurs tâches au quotidien.

Aussi, la Ministre Secrétaire Générale leur a transmis les très vives félicitations du Président de la République et a salué leurs contributions respectives notamment à travers l’écoute mutuelle, le partage, la solidarité et leurs capacités à faire avancer les choses.

Pour leur part, les bénéficiaires se sont réjouis de cette marque de reconnaissance de leurs efforts. Ils ont, dans ce sens, remercié le Chef de l’Etat et tous ses collaborateurs pour l’attention particulière dont ils ont bénéficié durant leur carrière. Selon eux, c’est un mérite de partir à la retraite dans la joie après plusieurs années de travail.

Lire aussi : Togo : cette décision du gouvernement qui va renforcer davantage le système de décentralisation

Bénin : Moïse Kérékou ne partage pas l’avis de Patrice Talon sur la réforme du système éducatif béninois

Bénin : Moïse Kérékou ne partage pas l’avis de Patrice Talon sur la réforme du système éducatif béninois

Ce mercredi 30 décembre, l’ex-ambassadeur du Bénin en Turquie, Moïse Kérékou a réagi au discours du chef de l’État, Patrice Talon sur l’état du Bénin notamment en ce qui concerne le système éducatif.

Patrice Talon et Moïse Kérékou ne partagent pas la même vision sur la réforme du système éducatif. Devant la représentation nationale, mardi, le président de la République, lors de son discours sur l’état de la Nation, a insisté sur l’urgence de réformer le système éducatif.

Pour le Président Talon, le « système éducatif forme la plupart de nos enfants au chômage et n’offre pas à notre économie la main-d’œuvre qualifiée dont elle a besoin pour se développer et créer de la richesse. Il urge de remédier à cela en remplaçant la majorité de nos établissements secondaires et universitaires actuels par des collèges, des lycées et des écoles supérieures techniques et professionnels. Cette réforme est déjà engagée ».

Pour sa part, en réaction à la déclaration du Président, Moïse Kérékou, ex-ambassadeur et fils du président Mathieu Kérékou estime que « c’est une erreur de penser que la formation technique et professionnelle vienne remplacer l’éducation de base et l’enseignement général ».

« Nous devons plutôt renforcer l’enseignement général et y ajouter les formations professionnelles ainsi que l’employabilité dès le secondaire », a-t-il ajouté.

Lire aussi : Togo : cette décision du gouvernement qui va renforcer davantage le système de décentralisation

cette décision du gouvernement qui va renforcer davantage le système de décentralisation

Togo : cette décision du gouvernement qui va renforcer davantage le système de décentralisation

La décentralisation est en marche et le gouvernement met tout en œuvre pour y parvenir. Promulguées en 2017 selon un décret d’application, plusieurs actions ont été menées par le gouvernement togolais.

De fait, pour avancer davantage le processus, le Togo compte construire 40 nouvelles mairies. Une décision prise en Conseil des ministres sous l’égide du Chef de l’Etat Faure Gnassingbé la semaine dernière.

Dans les perspectives du processus d’après la décision du conseil, outre la construction des nouvelles installations, le gouvernement prévoit également de former 1 500 conseillers municipaux à travers le pays, en plus d’élaborer un plan de développement pour 10 communes.

Le projet sera soutenu par l’Allemagne, à travers l’initiative ProDeGol de la GiZ. Le projet sera soutenu par l’Allemagne, à travers l’initiative ProDeGol de la GiZ. Les objectifs du programme sont en lien aux priorités fixées par la politique de développement togolaise. Ainsi, leur mise en œuvre contribue à la réalisation des objectifs du Plan national de développement (PND) et des objectifs de développement durable de l’Agenda 2030.

Aussi, notons que certaines communes travaillent déjà sur leur plan de développement. Il s’agit des communes Golfe 1, Haho 3, Kozah 2 et Dapaong. Ceci, à travers plusieurs initiatives, entre autres le projet dénommé « l’amélioration de la gouvernance urbaine ».

Lire aussi: Décentralisation au Togo : L’Allemagne appuie à nouveau avec 3,3 milliards FCFA

Pour célébrer le retour de Laurent Gbagbo, un pagne spécial à son effigie est confectionné

Pour célébrer le retour de Laurent Gbagbo, un pagne spécial à son effigie est confectionné (photo)

Les choses se précisent pour le retour de Laurent Gbagbo en Côte d’Ivoire. Les partisans de l’ex-dirigeant ivoirien ont confectionné un pagne à l’effigie de leur leader pour lui réserver un accueil des plus chaleureux.

Après la réception de ses deux passeports, un ordinaire et un diplomatique, l’ex-président a manifesté son désir de rentrer avant la fin de l’année 2020. Cette décision des autorités ivoiriennes fait d’ailleurs suite à la levée, par la Cour pénale internationale, des restrictions de voyage qui avaient été imposées au Woody de Mama, après son acquittement par la chambre préliminaire de ladite Cour.

Dans le but d’un accueil chaleureux à leur leader charismatique sur sa terre natale, les partisans et sympathisants de Laurent Gbagbo ont confectionné un pagne dénommé « Pagne de la paix » à son effigie et comportant le drapeau tricolore ivoirien, orange, blanc et vert. Ces tissus ont été présentés à plusieurs personnalités, dont le président de PDCI, Henri Konan Bédié, le secrétaire général du FPI (GOR), Assoa Adou sans oublier l’ancienne première dame, Simone Gbagbo.

Lire aussi : Côte d’Ivoire : affaire de 2000 frs pour le transport, la réaction de Papa Ado vis-à-vis des hommes 

les travaux d’appui aux promoteurs des projets retenus lors du premier forum ont été lancés

Togo/FETUE 2019 : les travaux d’appui aux promoteurs des projets retenus lors du premier forum ont été lancés

Les projets porteurs qui ont été retenus lors du Forum Economique Togo-Union Européenne, vont bientôt être suivis. Ainsi, le gouvernement togolais, avec l’appui de la Délégation de l’Union Européenne au Togo (DUE), a recruté un cabinet d’experts afin d’apporter leur savoir pour ces projets.

Ce cabinet a été retenu lors d’un appel d’offre lancé par la Cellule d’Appui à l’Ordonnateur National (CAON).

Un suivi primordial pour ces projets

Le cabinet BAGE SARL a donc été le cabinet d’experts retenu. Il sera donc chargé d’apporter une assistance technique aux porteurs de projets du forum au Togo. Le cabinet mobilisera, à cet effet, une équipe de 15 experts, spécialistes dans différents domaines notamment des experts comptables, des managers de projets, des agroéconomistes et des ingénieurs industriels. « Au total, 125 projets sont retenus pour bénéficier de cette assistance technique. A terme, le cabinet devra non seulement, renforcer les capacités des porteurs de projets notamment, dans la gestion d’entreprise, la gestion de la dette et sur d’autres aspects techniques pour leur permettre de mieux gérer leurs entreprises, mais aussi les accompagner dans la levée des fonds », lit-on dans le communiqué de presse du Forum Economique Togo – Union Européenne.

Dans cette logique, une rencontre de démarrage présidée par Madame le Ministre, Secrétaire Générale de la Présidence, s’est tenue le mardi 17 novembre 2020 à la Présidence de la République. Cette rencontre a enregistré la présence du Chef de Coopération de la DUE et du Chef de mission du cabinet BAGE SARL et a permis le lancement officiel des activités.

Des étapes à venir tout aussi importantes

Les prochains défis à relever seront donc la tenue d’un atelier de cadrage pour la première moitié du mois de décembre 2020. Ceci se fera entre le cabinet et les porteurs de projets d’une part. Cela permettra aux experts d’engager des échanges B to B en vue de la restructuration des plans d’affaires selon les standards requis. D’autre part, des visites d’entreprises ou de sites de productions sont aussi prévues pour janvier 2021.

« Des rencontres structurées auprès des banques, des institutions non-bancaires, des sociétés crédit-bail, des fonds d’investissement et des investisseurs potentiels seront organisées pour présenter les projets restructurés. Enfin, un atelier de pitching sera organisé en juin 2021, en présence des institutions financières locales, régionales et internationales, des fonds d’investissement pour la mobilisation des financements », précise le communiqué.

Lire aussi : Togo/Conseil des ministres : commodo et incommodo, des commissions d’enquête pour une amélioration du secteur foncier

la grande et inoubliable décision de Donald Trump contre 15 pays africains

Etats-Unis : la grande et inoubliable décision de Donald Trump contre 15 pays africains

Désormais, avant de se rendre aux Etats-Unis, les ressortissants de 15 pays africains vont devoir s’acquitter d’une caution de 15 000 dollars au maximum. Donald Trump a pris cette décision du fait de nouvelles règles temporaires sur les voyages aux États-Unis qui entreront en vigueur le 24 décembre.

Avant de quitter probablement ses fonctions en janvier 2021, l’actuel président des Etats-Unis Donald Trump vient de prendre une décision qui fera encore grincer des dents du côté des pays concernés en Afrique. Leurs ressortissants doivent aujourd’hui payer une caution allant de 5000 à 15000 dollars pour les Visas de tourisme et d’affaires de 6 mois.

Ce programme pilote de six mois se veut un effet dissuasif sur ceux qui dépassent la durée de leur visa, indique le département d’État américain, et qui s’installent définitivement très souvent.

Les pays africains que sont : l’Angola, le Burkina Faso, le Tchad, la République démocratique du Congo, Djibouti, l’Érythrée, la Gambie, la Guinée-Bissau, le Liberia, la Libye, la Mauritanie, le Soudan, Sao Tomé-et-Principe, le Cap-Vert et le Burundi, sont concernés par cette mesure.

Selon les Etats-Unis, la nouvelle réglementation règle d’obligation de visa vise les pays dont les ressortissants ont un “taux de dépassement de séjour légal” de 10 % ou plus en 2019. La caution pour l’obtention du visa est remboursée si le voyageur respecte son délai de séjour.

Lire aussi : Ces deux stars américaines se séparent à cause d’un soutien à Trump

Togo/Conseil des ministres : la journée du lundi 03 mai fériée sur toute l’étendue du territoire

Togo/Conseil des ministres : commodo et incommodo, des commissions d’enquête pour une amélioration du secteur foncier

Le gouvernement annonce la mise en place des commissions d’enquête de commodo et incommodo pour régulariser et améliorer les questions de foncier au Togo. C’est un projet de décret examiné par le gouvernement réuni en conseil des ministres ce mercredi 18 novembre.

Au menu du conseil de ce jour, les ministres sous l’égide du Chef de l’Etat Faure Gnassingbé ont examiné un avant-projet de loi, trois projets de décret et écouté trois communications. Parmi les décrets, le projet d’enquête de commodo et incommodo pour répondre aux aspirations de la population et des opérateurs économiques a fait sujet de réflexion.

Apporter des réponses aux aspirations de la population

Le Conseil a examiné un projet de décret portant attributions, composition et fonctionnement des commissions d’enquête de commodo et incommodo. C’est un texte d’application du code foncier et domanial qui permettra d’apporter des réponses aux aspirations de la population et des acteurs du développement concernant le foncier, a expliqué le communiqué sanctionnant le conseil des ministres.

Précisément, poursuit le communiqué, l’enquête de commodo et incommodo vise à mieux évaluer les impacts d’une opération d’intérêt général.

Elle portera notamment sur les projets des opérateurs économiques, l’expropriation pour cause d’utilité publique ; les opérations de lotissement réalisées par l’Etat ; le classement et le déclassement du domaine de l’Etat et des collectivités territoriales.

Répondre aux attentes des opérateurs économiques

En effet, cette enquête est ouverte pour recueillir toutes informations, réclamations et observations des populations et institutions concernant l’opération d’intérêt général envisagée.

L’enquête vise également à recueillir et à prendre en compte les souhaits et besoins des opérateurs économiques qui envisagent mener des opérations de développement économique dans le cadre des ambitions de la feuille de route gouvernementale.

Visiblement ce nouveau projet examiné par le gouvernement Tomégah Dogbé sous l’impulsion du Chef de l’Etat Faure Gnassingbé va apporter un coup de pousse pour l’amélioration du secteur foncier. Le projet vise également à accompagner les opérateurs économiques en facilitant la vie à ces derniers.

Lire aussi : Togo/Conseil des Ministres : vers la mise en place d’un dispositif innovant en matière d’identification

L’intégral du communiqué sanctionnant le Conseil des Ministres de ce mercredi 03 mars

Togo/Conseil des Ministres : vers la mise en place d’un dispositif innovant en matière d’identification

Les ministres étaient en conseil ce jeudi 05 novembre conduit par le Président de la République, Son Excellence Faure Gnassingbé. Plusieurs sujets ont fait objet d’échanges au cours de la séance notamment le projet de décret portant attributions, organisation et fonctionnement de l’Agence Nationale d’Identification (ANID).

L’objectif de ce décret pour les autorités est de faciliter la fourniture des services publics et sociaux par l’immatriculation biométrique des populations.

La création de l’Agence nationale d’identification

Ainsi, pour les autorités togolaises, la mise en place du dispositif innovant en matière d’identification est issue du constat selon lequel les mécanismes existant d’identification notamment dans les domaines financiers, sociaux et sécuritaires restent perfectibles.

Dans ce sens, le gouvernement s’est orienté vers la numérisation de l’identité des personnes physiques. Ce qui concoure à la dématérialisation des services publics.

L’Agence nationale d’identification est, à cet effet, créée et placée sous l’autorité de la Présidence de la République avec la tutelle technique des ministères chargés de l’économie numérique et de la sécurité. Il participera de manière significative à la définition de la politique et des orientations stratégiques de l’Etat en matière d’identification biométrique et est en charge de leur mise en œuvre.

Servir de base

Estimé à environ 24 milliards de francs CFA, le projet d’identification biométrique a reçu l’onction de l’Assemblée Nationale en août dernier.

En effet, le projet servira de base à la fourniture ciblée de services publics, privés et sociaux. En outre, il deviendra une composante essentielle des systèmes d’identification existants, notamment l’Etat civil, la nationalité, la carte nationale d’identité et le passeport.

Une fois installé, le système devrait, selon les autorités, se révéler fondamental pour la vérification de l’identité au Togo. Il permettra, à terme, de fournir un service de numéro d’identification unique (NIU) et une gestion du cycle de vie de l’ID à tous les citoyens et résidents du Togo, y compris les nouveau-nés et les enfants.

Lire aussi : Togo : l’exploitation du gisement d’argile de Lédjoblibo abordera un nouveau tournant grâce à Togo Invest