Actualités, Politique

Côte d’ivoire/Présidentielle : Alassane Ouattara promet un coup KO au RHDP

Le coup KO de ADO en vue

Le stade Félix-Houphouët-Boigny d’Abidjan était, samedi 22 août 2020, le cadre d’investiture d’Alassane Ouattara pour un troisième mandat. Le chef de l’Etat ivoirien promet à ses partisans une victoire à coup sûr à la présidentielle d’octobre. Et ce dès le premier tour.

L’annonce a ravi les dizaines de milliers de partisans du Rassemblement des Houphouëtistes pour la Démocratie et la Paix (RHDP). Toutefois, cette énième candidature reste contestée de part et d’autre. En témoigne déjà les nombreuses manifestations réprimées voire interdites à travers le pays.

Une victoire écrasante d’ADO en vue

L’emporter assurément au premier tour de la présidentielle du 31 octobre, telle a été l’ambition affirmée et affichée par le président ivoirien Alassane Dramane Ouattara (ADO). « 1 coup KO », pouvait-on lire sur une pancarte brandie par ADO à la tribune, samedi. Le fameux slogan a été repris avec effervescence par ses partisans.

« Nous allons gagner », a laissé entendre le président lors de son allocution. Une prochaine victoire motivée, selon lui, par son excellent bilan à la tête de la Côte d’ivoire. Des résultats convaincants qui pourraient lui permettre de faire une « bis repetita » comme en 2015. Un scrutin remporté auparavant avec un score de 83,7%.

A quelques mois du scrutin, le ton d’une campagne assez rude entre les candidats est déjà lancé. La petite pique lancée par ADO à son principal adversaire Henri Konan Bédié sans le nommer en est une illustration. « Certains sont candidats, mais cela fait 10 ou 20 ans qu’ils ne travaillent plus. Que pensent-ils apporter à la Côte d’Ivoire ? Rien », a exprimé le candidat du RHDP.

Un troisième mandat fortement contesté

Depuis l’annonce de sa candidature le 6 août dernier, les heurts et manifestations de contestations n’ont cessé de se multiplier. Ceci du fait que le président actuel a déjà brigué deux mandats, notamment en 2010 et 2015. Et de surcroit, il avait promis ne plus se représenter.

Cependant, il s’est rétracté malgré la limitation du mandat présidentiel à deux en 2016. Il justifie sa décision par la mort de son Premier ministre Amadou Gon Coulibaly. Une décision qu’il qualifie de force majeure et de sacrifice à la nation.

Pour ADO, avec la révision constitutionnelle, le compteur des mandats est remis à zéro. Alors, il brigue légitimement son premier mandat sous la troisième république. Un mandat supplémentaire jugé anticonstitutionnelle par ses adversaires.

Pour l’heure, le bilan des contestations est de 6 décès, 173 blessés et 69 interpellés et 1500 déplacés. La candidature d’ADO ouvre elle encore la voie à une instabilité post-électorale ? Le coup KO tant espéré serait-il celui du chao en Côte d’Ivoire ? Autant de questions dont seul l’avenir possède les réponses.

Article précédentArticle suivant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *