Culture

Culture/Ghana : Sylvia Arthur ouvre sa bibliothèque pour défendre la littérature africaine

Sylvia Arthur

En plein cœur d’Accra, Sylvia Arthur, une anglo-ghanéenne passionnée de la littérature africaine ouvre sa bibliothèque. Elle rend par ce projet un hommage aux écrivains descendants d’Africains. Aller à la découverte de cette bibliothèque 100% littérature africaine est un pur plaisir.

Parti d’une passion, l’ouverture d’une bibliothèque 100% littérature africaine est devenue un projet pour Sylvia Arthur. La bibliothèque de Sylvia voit le jour en 2017 à West Legon au cœur d’Accra (Ghana). Plus de 4000 ouvrages y sont exposés et l’initiatrice a projeté faire plus pour le rayonnement de la littérature africaine. C’est, donc, une fierté de découvrir cette passionnée et son projet.

Sylvia Arthur veut par son projet participer au rayonnement de la culture africaine, et à sa reconnaissance. Elle souhaite organiser des débats et des résidences d’écrivains au sein de sa bibliothèque.

A la découverte de Sylvia Arthur

Ghanéenne de par ses origines, Sylvia Arthur a passé plusieurs années en Europe. Passionnée de la littérature africaine, Sylvia a passé ses années d’étude à collectionner des livres. Quand son habitation à Londres ne supportait plus, elle les envoyait à sa mère à Kumasi.

En 2011, Sylvia rendit visite à sa mère. Elle fut choquée de voir tous ces livres qui contenaient assez de connaissances ne pas être lus. Ce fut là le déclic de l’ouverture d’une bibliothèque au profit des Ghanéens. Ce désir, qui au fil des années s’est transformé en un véritable projet, a fini par prendre corps.   

La bibliothèque de Sylvia Arthur, une initiative saluée par l’Afrique

Nombreux sont les fils et filles du continent noir à ne pas tarir d’éloges pour cette réalisation de Sylvia. Elle a mis six années pour que les portes de sa bibliothèque s’ouvrent en décembre 2017 après qu’elle ait abandonné son travail en communication pour regagner le Ghana.

Le but de ce projet est de donner l’accès de ces livres obtenus par de durs labeurs aux Ghanéens et ainsi accentuer la voix des écrivains noirs sur le continent. Véritable lieu d’échanges, Library of Africa and the African Diaspora (LOATAD) compte aujourd’hui plus de 4000 ouvrages.

Dans les rayons, l’on trouve une sélection d’œuvres de fiction, narratives d’auteurs de divers horizons, mais plus spécialement des écrivains descendants d’Afrique. Library of Africa and the African Diaspora est aujourd’hui une maison du livre qui rend un hommage aux écrivains panafricanistes comme Kwame Nkrumah.

A 600 cedis (l’équivalent de 90 euros), les lecteurs peuvent s’abonner à la Library of Africa and the African Diaspora (LOATAD) de Sylvia Arthur. Grand musée de connaissance, la bibliothèque de la littérature africaine offre un cadre de confort à la pointe.

Rappelons que l’initiative de la Library of Africa and the African Diaspora montre à suffisance que le peuple noir est intelligent, sophistiqué et doué pour les arts.

Article précédentArticle suivant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *