Société

Prisons du Togo: des femmes en visites dénoncent des fouilles humiliantes qu’elles subissent

Prisons du Togo: des femmes en visites dénoncent des fouilles humiliantes qu’elles subissent

Le système de fouille à la prison pénitentiaire de Lomé crée des indignations depuis quelques semaines au sein de l’opinion publique. Toute femme qui rend visite à un détenu est l’objet de fouille intime. Des agents de l’administration pénitentiaires enfilent des gants et insèrent leurs doigts dans le sexe de ces femmes, venus voir des proches à elles, détenus à la prison.

Ces actes de traitements dégradants infligés par des gardiennes de prison à l’établissement pénitentiaire de Lomé ont été dénoncés par plusieurs femmes.

L’une d’entre elles témoignage sous couvert de l’anonymat. « On nous fait des attouchements, c’est-à-dire, on nous déshabille totalement, on enlève même les sous-vêtements et les femmes nous touchent, nous palpent les seins, nos partis intimes pour voir si nous ne cachons rien. C’est tellement humiliant, ce n’est pas normal. Je ne suis pas la seule. Beaucoup de femmes se sont engagées à dénoncer cette situation. »

Ces informations révélées, sur les réseaux sociaux, suscitent la colère au sein de l’opinion publique et des organisations de défenses des droits humains dénoncent ces pratiques.

Michèle Aguey, secrétaire générale du Groupe de réflexion et d’action Femmes, démocratie et développement (GF2D) et porte-parole d’une plateforme de défense des droits de la femme, monte au créneau :

« C’est une pratique inadmissible. C’est une pratique dégradante qui touche à la dignité de la femme. Aucune question sécuritaire ne peut justifier le fait qu’on puisse faire ces fouilles approfondies sur les femmes, toucher des parties des femmes en expliquant qu’il y a des questions de sécurité au niveau de la prison civile. »

Au sein de l’administration pénitentiaire, on se déclare surpris par ces informations. Akibou Idrissou, son directeur, invite les victimes à saisir la justice.

« Cela a été une surprise parce que ça n’existait pas de la sorte. Mais ce qui est évident, c’est que nous savons que les femmes sont porteuses de produits prohibés qu’elles dissimulent parfois dans leur sexe. Je crois que les victimes, si elles décident de porter plainte, alors l’administration et l’Etat vont prendre leurs responsabilités pour ouvrir une enquête. »

Le GF2D se dit disposé à assister les victimes, surtout celles qui voudront saisir la justice.

« Si elles veulent porter plainte, si elles veulent rentrer dans leurs droits, nous sommes là pour les accompagner. Donc elles n’ont pas à avoir peur », ajoute Michèle Aguey.

Lire aussi: Ghana : 2 ans de prison pour les hommes mariés s’ils refusent de manger la nourriture de leur femme

Article précédentArticle suivant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *