Faure Gnassingbé commémore le 47ème anniversaire de l’attentat de sarakawa

Faure Gnassingbé commémore le 47ème anniversaire de l’attentat de sarakawa

Ce dimanche 24 janvier, le Togo a commémoré le 47ème anniversaire de l’attentat de sarakawa. La cérémonie a été présidée par le Chef de l’Etat Faure Gnassingbé avec à ses côtés, Madame la Première Ministre, Victoire Tomégah-Dogbé et Yawa Dzigbodi Tségan, Présidente de l’Assemblée nationale.  

Assisté également par de nombreuses hautes personnalités, la journée a été marquée par un dépôt de gerbes au mausolée de sarakawa, dans la préfecture de la kozah. Aussi, une cérémonie similaire s’est déroulée à la place des Martyrs à Lomé. Elle a été présidée par le Général Damehame yark, Ministre de la sécurité et de la protection civile.

Cette commémoration a lieu tous les 24 janvier, en souvenir des citoyens togolais qui avaient perdu la vie le 24 janvier 1974, à la suite de l’attaque perpétré sur l’avion à bord duquel se trouvait le président Gnassingbé Eyadéma. Un sabotage imputé aux milieux financiers étrangers hostiles au projet de nationalisation de la société des mines de phosphates.

A lire : Togo: le président Faure Gnassingbé aux côtés des populations d’Agou

Le 24 janvier est ainsi devenu une date symbolique rebaptisée « Jour de la libération économique », et le site de Sarakawa, un mémorial près duquel sont organisées des manifestations officielles en hommage au président « Miraculé de Sarakawa ». Sa célébration chaque année, se veut pour la nation togolaise, un devoir de mémoire collective.

La cérémonie s’est déroulé sans le public en raison de la maladie à coronavirus. Seuls les officiels invités ont pris part.

Togo 11 ans jour pour jour, les togolais pleurent toujours l’attentat de Cabinda

Togo : 11 ans jour pour jour, les togolais pleurent toujours l’attentat de Cabinda

Il y a onze ans, l’équipe de football du Togo était attaquée à Cabinda. Une attaque qui a occasionnée deux morts, neuf blessés dont deux graves. Onze ans après cette tragédie qui a secouée toute la nation togolaise, la population se souvient toujours des victimes qui sont tombées ce jour-là.

 8 janvier 2010, 08 janvier 2021, la peine est encore présente dans chaque esprit.  Alors qu’il se rendait à Cabinda, l’enclave angolaise située entre le Congo-Brazzaville et la RDC, pour y disputer la Coupe d’Afrique des Nations 2010, le bus de l’équipe de football du Togo avait été la cible des mitraillettes.

Une demi-heure sous le feu du FLEC (Front de libération de l’enclave de Cabinda), un mouvement séparatiste armé.

C’était une attaque terroriste qui s’est produite alors que les éperviers traversaient la province angolaise de Cabinda en route vers le tournoi de la CAN, deux jours avant le début.

Le secrétaire général du FLEC-PM Rodrigues Mingas, a affirmé à l’époque que l’attaque ne visait pas les joueurs togolais mais plutôt les forces angolaises à la tête du convoi.

Pour mémoire, ce fut dans un contexte de commémoration que le peuple togolais a accueilli ce deuil national de trois jours adopté par le gouvernement d’alors. Une journée sombre qui restera à tout jamais gravée dans la mémoire de chaque Togolais.

Hommages à toutes les victimes.

Lire aussi: Togo/Football : les Eperviers de 2006, que sont-ils devenus ?