la célèbre actrice Angelina Jolie était chez le Président Christian Kaboré

Burkina Faso : la célèbre actrice Angelina Jolie était chez le Président Christian Kaboré (Photo)

Le président du Burkina Faso, Roch Marc Christian Kaboré a reçu en audience ce week – end la célèbre actrice et réalisatrice du cinéma américain, Angelina Jolie.

Selon les informations publiées par la Direction de la Communication de la présidence du Faso, la star du cinéma a été reçue dans le cadre de la célébration de la Journée mondiale des réfugiés, qui se tient les 20 juin de chaque année.

Angélina Jolie et le Président Marc Kaboré

Reçue comme envoyée spéciale du Haut-commissaire des Nations unies pour les réfugiés, Angelina Jolie et le chef de l’Etat ont échangés sur des questions humanitaires, notamment les conditions de vie des réfugiés et des déplacés internes.

Au cours des échanges, elle a aussi évoqué avec le président Roch Marc Christian Kaboré, l’essor du cinéma burkinabè et le rayonnement du FESPACO.

Ceci pourrait vous intéresser : Relations Togo – Bénin : quand cette photo des Présidents Faure et Talon relance les débats, lisez cette parodie qui amuse la toile

Burkina Faso / CHAN 2020: les maillots et autres survêtements retirés chez les joueurs après leur élimination

Burkina Faso / CHAN 2020: les maillots et autres survêtements retirés chez les joueurs après leur élimination

Les Étalons ont regagné le Faso dans l’après-midi de ce lundi 1 février après leur élimination au CHAN Cameroun 2020. L’entraîneur Seydou Zerbo’Krol’ et ses poulains n’avaient pas pu regagner leur pays aussitôt après leur élimination pour des raisons de vol.

Mais une fois à Ouaga, un fait inattendu s’est produit. En effet, le responsable du matériel, Salif Kaboré a fait savoir aux joueurs qu’ils doivent remettre les maillots et autres survêtements qu’ils portent et qu’ils ont utilisé lors du championnat.

Comme il fallait s’y attendre, les joueurs se sont opposés à cette décision. Face à ce refus, le responsable du matériel a dû faire recours à Boureima Kaboré afin d’intercéder auprès des joueurs.

L’entraîneur adjoint a dû faire un arrêt au hall du stade municipal pour que les joueurs se séparent de leurs tenues. Les joueurs ont concédé à remettre tout sauf les maillots d’entraînement. Boureima Kaboré a conseillé aux joueurs qui n’ont pas encore reçu leur prime, de faire preuve de discipline en attendant la décision du président Banssé sur la question.

Cette scène a déchaîné les internautes, surtout les amoureux du ballon rond. Plusieurs commentaires déshonorants ont été laissés par ces derniers. Pour certains, c’est une honte totale pour le football africain, et pour d’autres un manque de respect à l’endroit des joueurs.

Rappelons que l’équipe du Burkina Faso a produit un bon au cours de la compétition qui se déroule au Cameroun dont les demi-finales débuteront à partir de demain.

Lire aussi: Burkina Faso: le FESPACO 2021 renvoyé à une date ultérieure, les raisons

Burkina Faso: le FESPACO 2021 renvoyé à une date ultérieure, les raisons

Burkina Faso: le FESPACO 2021 renvoyé à une date ultérieure, les raisons

L’édition 2021 du célèbre festival panafricain du cinéma de Ouagadougou (Fespaco) ne respectera pas la règle. Covid-19 oblige. Ainsi, l’événement initialement prévu pour se tenir du 27 février au 6 mars, a été reporté à une date ultérieure.

L’annonce a été faite lors du point de presse tenu le vendredi 29 janvier dernier au cours duquel le Conseil des ministres burkinabè, a pris la décision de reporter la tenue du Fespaco 2021 : « Au regard de la situation sanitaire liée à la maladie à coronavirus, tant au plan national qu’international, il sera difficile de tenir le Fespaco à bonne date », a déclaré Ousseni Tomboura, ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement.

Il a également fait savoir qu’il ne sera pas facile pour les décideurs qu’ils sont, d’avancer une prochaine date parce que selon lui, tout est lié à l’évolution de la situation sanitaire. Une situation qui est avant tout un coup dur, aussi bien pour l’industrie cinématographique que pour tous les corps de métier engagés pour l’événement. Des corps professionnels tels que le Tourisme.

Tout en souhaitant, pour sa part, la tenue du festival, Alex Moussa Sawadogo, délégué général du Fespaco, a attiré l’attention sur l’impact de la Covid-19 sur les productions cinématographiques : « Vous savez que pour la plupart des films africains, la post-production se fait dans les pays du Nord et la situation sanitaire actuelle a empêché plusieurs producteurs et réalisateurs d’effectuer le déplacement dans certains pays africains. N’oublions pas qu’il y a eu des situations de confinement, il y a aussi eu des pays où l’attention était plutôt focalisée sur la lutte contre la pandémie » a souligné le délégué. Au regard de tout cela, « tout le secteur cinématographique a donc été impacté » a –t-il ajouté.

Il est à noter que le Fespaco, principal rendez-vous du cinéma en Afrique depuis 1969, se tient tous les deux ans à Ouagadougou.

A lire: Bonne gestion de la Covid-19: le Togo occupe le 15ème rang du classement au plan mondial

réouverture des frontières aériennes le 1er août

Burkina Faso : réouverture des frontières aériennes le 1er août

Le Burkina Faso va rouvrir le 1er août ses frontières aériennes, fermées depuis trois mois pour cause de coronavirus. En attendant la réouverture des frontières terrestres en harmonisation avec les autres pays d’Afrique de l’ouest, cette annonce a été faite par le gouvernement, le mercredi 22 juillet.

Nombreux sont les Burkinabè qui attendent le signal de la réouverture de toutes les frontières. La réouverture des frontières aériennes répond à un besoin d’harmonisation avec les autres pays de la CEDEAO. C’est ce qui ressort d’un point de presse du ministre de la Communication.

Une ouverture guidée par l’harmonisation de la pratique dans la CEDEAO

Lors du point de presse animé par le ministre de la Communication à l’issue du conseil des ministres, on peut retenir ceci : « Le Premier ministre prendra un décret pour la réouverture des frontières aériennes à compter du 1er août. Les autres frontières, terrestres et ferroviaires, restent fermées jusqu’à nouvel ordre ».

Aussi, poursuit-il en ces termes : « La réouverture des frontières aériennes correspond à un ensemble qui se fait dans la région » en expliquant, qu’« il y a une concertation (régionale) pour ce qui est des frontières terrestres ».

Parmi les pays de la région, le Niger voisin va rouvrir ses frontières aériennes le 1er août également, tandis que la Côte d’Ivoire l’a déjà rouverte le 1er juillet et le Sénégal le 15 juillet. Ceci prouve à suffisance que le Burkina Faso se conforme à la règlementation en vigueur dans l’espace CEDEAO.

Une ouverture conditionnée par la préservation des acquis dans la lutte anti-Covid

« Nous avons aujourd’hui une des situations les mieux maîtrisées de la sous-région » concernant l’épidémie de coronavirus. « C’est un élément que nous devons regarder pour nous assurer que la réouverture des frontières ne puisse pas remettre en cause cet acquis », a estimé M. Dandjinou.

C’est donc dire qu’au-delà de la nécessité d’ouvrir conformément aux principes de la CEDEAO, le Burkina Faso comme tout autre Etat ne veut pas remettre en cause ces avancées en matière de lutte contre la pandémie. D’où l’assurance que cette ouverture n’entrainera pas la propagation de la pandémie.

Pays de l’Afrique de l’Ouest, le Burkina Faso a enregistré 1.070 cas de Coronavirus, dont 53 décès, selon le bilan officiel diffusé mercredi 22 juillet 2020.