Indice de perception de la corruption : le Togo classé en 4ème position

Transparency International vient de publier ce 28 janvier son rapport sur « l’indice de perception de la corruption (IPC) ». Publié chaque année, l’indice classe 180 pays et territoires en mesurant le « degré de corruption perçu dans chaque pays ».

Evaluation des experts

Indiquons que ce classement s’appuie sur les évaluations d’experts et enquêtes auprès des dirigeants d’entreprise, hommes d’affaires, etc. Il est mesuré sur une échelle de 0 (très corrompu) à 100 (très propre).

Rappelons que Transparency International, est une organisation basée en Allemagne. Ayant vocation à lutter contre la corruption dans le monde, elle est connue pour ses publications régulières des indices sur la corruption.

D’après les résultats de l’IPC 2020, dans la région d’Afrique de l’Ouest, la Guinée-Bissau trône au sommet des pays les plus corrompus avec un score de 19/100. Dans le rapport de Transparency International, il est suivi par le Nigeria avec un score de 25/100.

À la 3ème place des mauvaises notes, on trouve la Guinée équatoriale et le Liberia (ex aequo avec des scores de 28/100 chacun).

Le Togo et le Mali bouclent le Top 5 des mauvaises notes. Respectivement classés 4ème et 5ème avec des scores de 29/100 et 30/100, ces pays dressent un bilan moins enviable en matière de perception de la corruption.

L’un dans l’autre, en 8ème place nous retrouvons la Cote d’Ivoire avec un score de 36/100. La Gambie occupe la 9ème place avec un score de 37/100, suivi en 10ème place par le Burkina –Faso avec un score de 40/100, 11ème Bénin avec un score de 41/100 et le Ghana, 12ème avec un score de 43/100.

Niveau faible

Dans le classement, l’on retrouve le Cap-Vert et le Sénégal avec respectivement des scores de 58/100 et 45/100. Ce qui révèle le niveau moyennement faible de la corruption dans ces pays de la sous-région.

Lire aussi: Togo: 20 nouveaux diplômés vont apporter leur plus-value au PND

Au-delà de ce tableau général qui reflète le degré de corruption perçu par l’ensemble des pays concernés par ce dernier rapport de Transparency International, il faut noter qu’en ce qui concerne le Togo, le gouvernement s’est résolument engagé ces dernières années dans la lutte contre la corruption.

C’est dans ce sens qu’on a assisté à l’effectivité de plusieurs initiatives notamment la mise en place de la Haute Autorité de Prévention et de Lutte contre la Corruption et les Infractions Assimilées (HAPLUCIA).