le gouvernement autorise la réouverture des Eglises et invite les responsables à la sensibilisation

Togo : le gouvernement autorise la réouverture des Eglises et invite les responsables à la sensibilisation

Le gouvernement togolais vient de rouvrir les lieux de culte et des bars fermés le 10 septembre dernier suite à une flambée drastique des cas de contamination.

En effet, promis pour une réouverture suite à un constat de baisse des contaminations, le gouvernement a tenu promesse. Dans un communiqué signé par le ministre Payadowa Boukpessi de l’administration territoriale, le gouvernement informe la population la réouverture des lieux de culte.

Une décision prise suite à une baisse constatée des cas de contamination et après une concertation des responsables religieux et des bars. 

Lire aussi : Vaccination Covid-19 : la stratégie marche, le Togo classé 1er dans l’espace UEMOA

Cette réouverture se fera conformément à la liste des lieux de culte dont l’ouverture était autorisée avant la mesure de fermeture en septembre et dans le strict respect des mesures barrières, précise le communiqué.

Tout en invitant les responsables religieux et bars à sensibiliser les fidèles à se faire vacciner, le gouvernement informe par ailleurs que des dispositifs mobiles de vaccination seront installés à côté des lieux de culte.

Vaccination Covid-19 : la stratégie marche, le Togo classé 1er dans l’espace UEMOA

Vaccination Covid-19 : la stratégie marche, le Togo classé 1er dans l’espace UEMOA

Le Togo poursuit sa campagne de vaccination contre la Covid-19. Selon Financial Times, le Togo bat le record dans l’UEMOA en terme de personnes s’étant faites vacciner contre le virus. 

Selon les informations données par le gouvernement, plus d’un million de doses de vaccins ont été administrées à ce jour. « 1,13 million de doses de vaccins ont été administrées à ce jour. Les contaminations à la Covid-19 en légère baisse grâce à votre mobilisation de plus en plus massive », ont indiqué les autorités.

Les données publiées par le Financial Times indiquent à peu près 13,6 doses pour 100 habitants. La couverture vaccinale au Togo est actuellement de 4,9 % et 8,7 % de Togolais ont reçu au moins une dose.

Ainsi, le Togo devance le Sénégal (7,3 % des habitants y ont reçu au moins une dose), la Côte d‘Ivoire (6,6 % ont reçu au moins une dose), la Guinée Bissau (4,4 %), le Niger (1,7 %), le Mali (1,6 %), le Bénin (1,9 %), et le Burkina Faso (0,8 %).

Pour rappel, la Cheffe du gouvernement Victoire Tomegah Dogbe était à l’Assemblée nationale le 14 septembre 2021. Une rencontre qui avait pour objectif, la présentation de la nouvelle stratégie et la prorogation de l’état d’urgence sanitaire.

Lire aussi : Togo / Covid-19 : « nous sommes obligés de passer à une autre stratégie pour être plus agressifs et faire peur », Victoire Tomegah-Dogbe

Outre, le renforcement du respect des mesures barrières, le gouvernement a conditionné l’accès aux institutions publiques par la présentation obligatoire d’une passe vaccinale.

Visiblement, cette nouvelle stratégie déployée par les autorités togolaises semble apporter les résultats escomptés. Pour preuve, ce premier record enregistré en quelques semaines de sa mise en œuvre.

« Syndrome anal sans repos », un effet secondaire de la Covid-19 détecté par les médecins

« Syndrome anal sans repos », un effet secondaire de la Covid-19 détecté par les médecins

La pandémie de la covid-19 continue de bouleverser le monde en l’occurrence les chercheurs. Si les efforts ont été déployés pour trouver des vaccins capables d’éradiquer la maladie, des effets secondaires surprenants aussi s’en suivent.  

« Syndrome anal sans repos »

En effet, les médecins japonais, dans un récent rapport rendu public, ont révélé une maladie mystérieuse associée à la covid-19 appelée « syndrome anal sans repos ».

Son nom est assimilé au syndrome des jambes sans repos (SJSR) plus communément discuté et décrit exactement les afflictions d’un patient de 77 ans.

Selon les faits racontés par Afrikmag, un homme venait tout juste de quitter l’hôpital universitaire de médecine de Tokyo après un séjour de 21 jours alors qu’il était malade de la COVID-19. Bien qu’il fut déclaré complètement remis du virus, il est revenu pour signaler de nouveaux symptômes inconfortables.

Un malaise anal profond

Il a déclaré aux médecins qu’il avait commencé à souffrir d’un « malaise anal profond » dans la zone située entre son anus et ses organes génitaux, ce qui l’a poussé à ressentir « l’envie incessante de bouger » ses intestins – ce qui ne lui a apporté aucun soulagement, selon le rapport, disponible chez BMC Infectious Diseases.

Au fil des jours, le patient a observé que l’activité physique semblait soulager son anus malade, tandis qu’être allongé ne faisait qu’augmenter son inconfort, qui augmentait également pendant les heures du soir.

Une coloscopie a montré que l’homme souffrait d’hémorroïdes internes, mais cela n’expliquait pas ses spasmes. Son système nerveux semblait également fonctionner correctement.

La covid-19 est connue pour provoquer une onde de choc d’effets secondaires, dont certains neurologiques, notamment une perte du goût et de l’odorat, un brouillard cérébral et un engourdissement.

C’est à ce moment-là que les médecins ont estimé que son état gênant devait être neurologique, notant que ses symptômes s’étaient manifestés de manière similaire au SJSR, qui a été détecté chez au moins deux autres patients COVID-19 récupérés.

Un premier cas

En effet, le rapport entre la maladie et le SJSR n’est pas encore compris, a déclaré l’auteur du rapport, le Dr Itaru Nakamura. Le patient de Nakamura, cependant, pourrait être le premier cas documenté de syndrome anal sans repos associé à la COVID-19, a-t-il écrit.

Lire aussi : Togo / Vaccination Covid-19 : voici comment se passe l’inscription en ligne

Le syndrome des jambes sans repos se produirait chez au moins 3 millions d’Américains, et ses symptômes peuvent apparaître ailleurs sur le corps, comme les bras ou même le visage. Certains experts pensent que la maladie est largement sous-déclarée, car la Restless Legs Syndrome Foundation estime que 7 à 8 % aux États-Unis vivent avec une forme de SJSR.

Nakamura a prescrit à l’homme un régime quotidien de sédatif clonazépam (Klonopin) pour aider à détendre ses muscles anaux, et il a continué à s’améliorer après 10 mois de traitement, selon le rapport.

Togo : l’Institut Goethe suspend toutes ses activités

Togo : l’Institut Goethe suspend toutes ses activités

Sur son compte Twitter, l’Institut Goethe a annoncé à la population la suspension de toutes ses manifestations culturelles et activités.

La pandémie de la covid-19 continue de faire des victimes. En effet, la nouvelle décision de l’Institut Goethe concerne les activités prévues pour se tenir en présentiel. La décision couvre le délai fixé par les autorités notamment les un mois, a indiqué l’Institut.

Lire aussi : Togo : plusieurs employés licenciés à la société Amina

Pour rappel, le gouvernement a annoncé, le 09 septembre 2021, la suspension de toutes les manifestations culturelles, sportives et politiques pour une durée d’un mois. Ceci, à cause de l’inquiétante flambée des cas de contamination au Togo.

Mystère : un chauffeur de corbillard se fait gifler par un cadavre

Mystère : un chauffeur de corbillard se fait gifler par un cadavre

L’affaire-ci nous dépasse comme le dirait quelqu’un. Un conducteur de corbillard affirme recevoir des gifles du cadavre qu’il transporte a en croire nos confrères de Gapola.

Nous sommes à Tsévié une ville située à 30 km de Lomé, la capitale togolaise. Un corbillard transportant la nommée Avigan Tina décédée 5 jours plus tôt au CHR de la localité, refuse de se rendre au cimetière. Pour cause, le chauffeur du véhicule s’est stationné en raison des gifles d’une main invisible qu’il recevait.

Selon les faits, la défunte Avigan Tina n’a pas eu droit à des cérémonies funèbres. Car elle serait morte de Covid-19, ce qui aurait irrité cette dernière.

En détresse respiratoire accompagnée de toux, Tina avait été admise en soins intensifs au CHR de Tsévié. Testée plus tard positive, elle a été déférée au centre de prise en charge des personnes atteintes du virus avant de mourir le samedi 18 septembre passé, rapporte Gapola.

Déjà privée de visite de ses proches lors de son hospitalisation, la défunte Avigan Tina ne voulait pas être enterrée sans la présence de sa famille. Ces dernières étaient déjà contre le fait que leur fille soit enterrée sans leur accord.

Lire aussi : Une « sœur religieuse » filmée en train de danser avec des squelettes près d’un cimetière (Photos)

L’intervention des autorités locales pour débloquer la situation n’a pas eu gain de cause. Sur décision, le conducteur du corbillard à dû ramener le cadavre à la morgue afin de réorganiser les cérémonies funèbres.

Un évènement qui nous rappelle encore une fois que l’Afrique n’est pas dépourvue de ses mystères.

Togo / rentrée scolaire : les élèves seront « un par banc de façon diamétralement opposé »

Togo / rentrée scolaire : les élèves seront « un par banc de façon diamétralement opposé »

Initialement prévue sur ce 20 septembre, la rentrée scolaire 2021-2022 des élèves a été repoussée sur le 27 septembre prochain en raison de la flambée des cas de contamination de la Covid-19. En prélude de cette rentrée, le gouvernement prend des mesures pour limiter la propagation du virus.

D’après une note de l’inspection générale de l’éducation nationale, des nouvelles mesures ont été prises outre les mesures éditées l’année dernière. notamment le double flux du déroulement des cours et le respect des mesures barrières.

Ainsi, pour cette année, les élèves seront un par banc. « Les nouvelles dispositions prévoient un élève par banc de façon diamétralement opposé. Chaque salle de classe n’excédera pas 30 élèves », a indiqué la note. Il est également demandé aux parents de fournir deux cache nez par jour.

Lire aussi : Togo : retiré d’un groupe WhatsApp, le député Djissénou saisit le procureur et réclame justice

Pour rappel, la rentrée pédagogique est prévue sur ce lundi 20 septembre sur l’ensemble du territoire.

Togo / Vaccination Covid-19 : voici comment se passe l’inscription en ligne

Togo / Vaccination Covid-19 : voici comment se passe l’inscription en ligne

La Vaccination est pour l’instant la solution idéale pour contrer la pandémie de la Covid-19. Et le gouvernement togolais multiplie les actions pour atteindre l’objectif. A cet effet, pour éviter l’affluence dans les centres de santé, les autorités ont mis en place un portail en ligne (vaccin.covid19.gouv.tg) pour se faire enrôler.

L’initiative est du Ministère de l’Économie Numérique et de la Transformation Digitale en collaboration avec le Ministère de la Santé. Elle vise à limiter la propagation du virus.

Ainsi, pour toute personne voulant se faire enrôler pour la vaccination voici les étapes à suivre :

-Pour vous enregistrer, vous aurez besoin de :

-Votre carte de votre numéro de téléphone,

-Une pièce d’identité,

-Votre date de naissance,

-Une adresse mail valide,

-Identifier la formation sanitaire la plus proche de votre lieu de résidence.

-Une fois certain d’avoir toutes ces informations à votre disposition, vous devez :

-Vous connectez au site vaccin.covid19.gouv.tg. A la fin de ce processus, choisir « Enrôlement du corps médical » si vous êtes un agent de santé ou « Enrôlement du reste de la population » si vous êtes un simple citoyen puis cliquez sur “s’inscrire”.

Entrer ensuite votre numéro de téléphone qui vous sera demandé puis accédez au formulaire d’inscription à compléter,

Autre moyen pour se faire enrôler via le *844#

Un autre moyen pour se faire enrôler est de composer *844# sur votre téléphone (Togocel comme Moov). Certaines informations concernant votre carte d’identité, vous seront demandées. Une fois que vous avez entré correctement les données, votre inscription sera donc prise en compte.

Lire aussi : Pourquoi il ne faut pas dormir nu? la réponse de ce médecin va vous choquer

Qui peut se faire enrôler ?

L’inscription sur le site ou par téléphone est ouverte aux togolais majeurs, qui remplissent les conditions précitées et qui aimeraient se faire vacciner contre le coronavirus.

Togo / Covid-19 : « nous sommes obligés de passer à une autre stratégie pour être plus agressifs et faire peur », Victoire Tomegah-Dogbe

Togo / Covid-19 : « nous sommes obligés de passer à une autre stratégie pour être plus agressifs et faire peur », Victoire Tomegah-Dogbe

Le Premier ministre Tomegah Dogbe était, ce mardi 14 septembre 2021 devant les élus du peuple. Au cours de son discours, la Cheffe du gouvernement a présenté la nouvelle stratégie déployer par l’Etat pour renforcer la lutte contre le coronavirus.

En effet, pour une prorogation de 06 mois demandé par le gouvernement, l’Assemblée nationale a octroyé 12 mois. Ceci afin de maintenir la vigilance et d’adapter la riposte suivant l’évolution de la pandémie à coronavirus au Togo.

Selon le Premier ministre Tomegah-Dogbe la nouvelle stratégie consiste à faire peur afin d’inciter la population à se faire vacciner. Pour la seule journée de lundi, 20.000 personnes se sont fait vacciner, a-t-elle donné pour exemple. La pédagogie a montré ses limites, a-t-elle déclarée à l’Assemblée Nationale.

 « Je voudrais vous demander de nous aider à passer le bon message. Nous avons commencé par faire de la pédagogie et nous avons vu les résultats. Les gens ne vont pas dans les centres de santé juste parce qu’ils ont été plus affectés par des Fake news ou des Infox et ils ont peur d’aller se faire vacciner. Nous sommes obligés de passer à une autre stratégie pour être plus agressifs et faire peur parce que nous perdons beaucoup de temps, d’énergie et de ressources. Nous devons aller très vite. C’est une affaire de sursaut patriotique individuel et collectif. Nous devons commencer par faire peur », a déclaré le Premier ministre.

Lire sur : Covid-19 / UL : l’accès aux différents concours sera conditionné par un passeport vaccinal

Sinon, poursuit –elle, c’est toute l’économie du pays qui va prendre un coup. Et après, on ne pourra pas faire les filets sociaux parce qu’on n’aura pas les moyens pour faire face aux besoins sociaux des populations.

l’accès aux différents concours sera conditionné par un passeport vaccinal

Covid-19 / UL : l’accès aux différents concours sera conditionné par un passeport vaccinal

La flambée des cas de contamination de la covid-19 impose des mesures rigoureuses dans divers secteurs. Si l’accès à des administrations publiques est conditionnés par un passeport vaccinal, il en est de même à l’Université de Lomé (UL).

En effet, dans un communiqué rendu public ce lundi 13 septembre 2021, le Directeur de la Direction des Affaires Académiques et de la Scolarité (DAAS), le Prof Batchana Essohanam informe les candidats que l’accès aux salles de concours et aux sites d’inscription est subordonnées à la présentation d’un passeport vaccinal ou d’un test PCR négatif datant d’au moins 72 heures.

Ainsi, la DAAS invite les bacheliers candidats aux différents concours ou désireux de poursuivre leurs études à l’Université de Lomé à participer à la campagne vaccinale ouverte sur les sites du campus universitaire de Lomé.

Par ailleurs, le président de l’Université de Lomé, Prof Dodzi Kokoroko dans un communiqué, a porté à la connaissance des nouveaux bacheliers que les préinscriptions débuteront le lundi 18 octobre 2021.

Lire aussi : Entrepreneuriat : des spécialistes venus du Togo et du Bénin organisent une formation pratique sur la production du vin blanc

L’inscription définitive des nouveaux bacheliers prendra fin le vendredi 17 décembre 2021.  En ce qui concerne l’inscription des étudiants, elle commencera le 2 novembre 2021 et prendra fin le 17 décembre 2021.

Covid-19 au Togo : Vers un nouveau confinement ?

Covid-19 au Togo : Vers un confinement ?

Au Togo, la situation de la Covid-19 devient de plus en plus inquiétante et voir grave. Pour protéger, ses citoyens, le gouvernement a endurcit le ton quant aux mesures barrières. Dans cette dynamique, les autorités dans un communiqué rendu public ce jeudi 09 septembre, ont annoncées de nouvelles dispositions afin de freiner les risques de contamination du virus.

Les populations seront-elles confrontées à un confinement ? Les interrogations se font multiples. Mais le gouvernement rassure.

Les nouvelles mesures

Selon le communiqué, les manifestations culturelles, sportives et politiques sont interdites pour une durée d’un (1) mois à compter du 10 septembre 2021. L’interdiction de toutes les célébrations de mariages civils, religieux et traditionnels pour une durée d’un (1) mois à compter du 10 septembre 2021.

Aussi la fermeture de tous les lieux de culte pour une durée d’un (1) mois à compter du 10 septembre 2021. De même, les funérailles et les mariages sont interdits (les mesures prises imposent une demande d’autorisation auprès du préfet pour les cérémonies d’enterrement (15 personnes au maximum). Les grands bars et discothèques sont aussi fermés.

En plus, ces mesures interdisent aussi des ateliers et des réunions physiques pour une durée d’un (1) mois à compter 10 septembre 2021.

Un nouveau confinement

« Les administrations sont invitées à privilégier les réunions virtuelles, le cas échéant, assujettir l’accès à la présentation d’une preuve de vaccination », ajoute ledit communiqué.

Lire aussi : Togo / Covid-19 : les vaccinés de la première dose d’AstraZeneca invités à la deuxième avec le vaccin Pfizer

 « Tout contrevenant à ces mesures s’expose à des sanctions conformément aux lois et règlements en vigueur » prévient les autorités. Pour finir, le gouvernement invite les responsables de chaque secteur à poursuivre la concertation afin de faire respecter les mesures et, le cas échéant, définir ensemble les solutions les plus adaptées pour garantir une application stricte.

Ces nouvelles mesures alimentent les débats auprès des populations qui croyaient être sorties du tunnel. Dans les cœurs et les esprits, la crainte est grande par rapport à un confinement total.