Côte d’Ivoire / Covid-19 : cet ex-ministre de Gbagbo préfère se purger avec du piment que de se faire vacciner

Côte d’Ivoire / Covid-19 : cet ex-ministre de Gbagbo préfère se purger avec du piment que de se faire vacciner

La Côte d’Ivoire a démarré sa campagne de vaccination anti-covid en début de cette semaine. Si pour les autorités le vaccin est la solution pour faire face à la pandémie, ce n’est pas le cas pour les populations. Selon ces derniers, les effets secondaires du vaccin observé notamment sur les premières personnes qui ont été vaccinés en Angleterre n’encouragent pas à se faire vacciner.

C’est le cas de Joel N’guessan, ancien ministre des droits de l’homme sous le régime de Laurent Gbagbo qui dans une vidéo incroyable, affirme avoir des doutes sur le vaccin contre la Covid-19. Cet ex-porte-parole d’Alassane Ouattara et militant actif du RHDP préfère se purger avec du piment que de se faire vacciner.

“Là, on m’a dit qu’ils ont trouvé un vaccin. Donc tout le monde se presse pour se vacciner. Je disais à des amis, d’ores et déjà qu’est-ce qu’on apprend ? C’est que les effets secondaires des premières personnes qui ont été vaccinés en Angleterre laissent à désirer”, constate Joël N’guessan.

“ Donc, franchement, je ne vois pas pourquoi je vais me presser si je suis capable d’aller prendre le « aromangnrin » (des feuilles aux vertus thérapeutiques) pour mettre cela dans mes narines, si je suis capable d’aller prendre le piment et puis quelques herbes pour me purger avec et puis je me sens bien, franchement…”, déclare l’ex-ministre des droits de l’homme.

“Je n’ai pas dit que le vaccin n’est pas bon hein, mais moi je ne prendrai pas ce vaccin ” a terminé Joël Nguessan qui a dit attendre au moins un an afin de voir les effets du vaccin sur les premières personnes qui se seront vaccinées.

Lire aussi: Côte d’Ivoire : « affaire de se3tape de Didier Drogba », un gros mensonge

Économie : top 5 meilleurs ministres africains des Finances

Économie : Top 5 des meilleurs ministres africains des Finances

La Covid-19 depuis son apparition a bouleversé tous les secteurs d’activité en l’occurrence celui de l’économie. La pandémie a ainsi mis les équilibres macroéconomiques des pays africains à rude épreuve.

En effet, les ministères africains des Finances et de l’Économie ont été confrontés à la mobilisation des ressources pour le financement des programmes sociaux et sanitaires d’urgence alors que de l’autre côté, les murs du déficit et de la dette se rapprochent à grande vitesse depuis février 2020. Les ministres choisis dans ce classement, sur les 54 du continent, sont au pilotage manuel avec, constamment, la main sur le bouton de la relance et le pied sur le levier du financement des programmes d’urgence.

Ces ministres que voici présentent un niveau de leadership élevé, attesté par leurs parcours, leurs connaissances du système financier international et leur capacité à attirer des financements et à convaincre des investisseurs.

  • Romuald Wadagni, ministre de l’Économie et des Finances du Bénin
  • Abouldaye Diallo, ministre des Finances et du Budget et Amadou Hott, ministre de l’Économie, du Plan et de la Coopération Internationale du Sénégal
  • Dr Mohamed Ahmed Maait, ministre des Finances de l’Egypte
  • Tito Mboweni, ministre des Finances de l’Afrique du Sud
  • Renganaden Padayachy, ministre des Finances de Maurice

Méthodologie

– Si un pays présente 65% du PIB, il a une marge de manœuvre d’encore 5 % du PIB. Ce qui correspond à 5 points dans notre classement. S’il a en revanche 75 % du PIB, il a 5 % de PIB à réduire, ce qui correspond dans notre classement à -5%.

-Sur la croissance du PIB, la barre d’équilibre est zéro (0 % du PIB) avec des notes positives en dessus et négatives en dessous.

-Sur le déficit, la barre d’équilibre est de 3 %, avec des notes positives en dessous et négatives en dessous.

Critères

-Leadership

-Croissance 2020-2021

-Financement du secteur privé

-Maitrise de la dette

-Maitrise du déficit

Source : Financial Afrik

Lire aussi: RDC/COVID-19 : Le plan Marshall de Félix Tshisekedi pour l’économie congolaise, une ambition sans socle

Emplois-International.com

Emplois-International.com lance une vaste campagne de recrutement en Afrique pour répondre à la pénurie de personnels de santé en France

Face à la crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19, les établissements de santé sont confrontés à un manque d’effectifs criant. Emplois-International.com lance une campagne de recrutement de plus de 7 500 spécialistes africains du secteur médical pour des missions dans les établissements de santé en France.

Emplois-International.com est un organisme spécialisé dans les solutions en ressources humaines pour les travailleurs africains qui recherchent des opportunités professionnelles en Europe. Un accompagnement de placement dans l’emploi à l’international, qui depuis l’année dernière et la manifestation de la pandémie mondiale de Covid-19, devient indispensable, notamment dans le secteur de la santé pour la France. Infirmiers, aide-soignants, brancardiers, médecins, pharmaciens, kinésithérapeutes…, des centaines de postes disponibles sont aujourd’hui à pourvoir avec l’organisme de placement Emplois-International.com. Les candidats peuvent postuler quels que soit leurs métiers ou spécialisations. Ils doivent parler français et résider dans un pays d’Afrique Francophone.

Pour tous les professionnels de la santé diplômés d’une université africaine ou tout autre établissement d’études supérieures du continent, Emplois-International.com parvient à placer ses clients sur des postes en France avec une Validation des Acquis de l’Expérience de ses clients leur permettant sous 18 mois de faire valider pleinement leurs compétences. Elle permettra ainsi une reconnaissance de leurs diplômes partout dans le monde. L’organisme Emplois-international.com propose également un programme spécifique pour toutes les personnes motivées pour devenir aide-soignant, peu importe leur âge, peu importe leurs diplômes déjà obtenus, il suffit là aussi de parler français et d’être en bonne forme physique car les aide-soignants sont debout la plupart de la journée. Les clients pourront bénéficier d’un statut d’alternant, c’est-à-dire qu’ils seront salariés dans un établissement de santé mais pourront, en parallèle, poursuivre leur formation dans une école de santé. Il s’agit d’un contrat spécial de 2 ans, sans aucun frais de scolarité, à l’issue duquel le candidat recevra un diplôme d’Etat français d’aide-soignant. Etre payé chaque mois tout en apprenant un métier, superbe opportunité.

Par contre, il est possible de s’inscrire seulement jusqu’au vendredi 19 février 2021 fin après-midi. « Nous envoyons de nombreux futurs employés africains en Europe dans différents secteurs. Mais effectivement la pandémie de COVID-19 a bouleversé le marché de l’emploi. Les besoins dans le secteur de la santé sont apparus de manière criante, sans pouvoir être différés, par rapport à l’année dernière. Il faut recruter, et vite. Ce phénomène va certainement encore perdurer au moins jusqu’à la fin de l’année » précise Sébastien Samier, responsable de l’activité placement dans l’emploi pour emplois-international.com Outre le secteur médical, Emplois-international.com accompagne également tous les clients professionnels dans les métiers de l’ingénierie, des nouvelles technologies, du bâtiment, de l’industrie, de l’agriculture, des transports, etc.

Des secteurs d’activité en manque de personnels dans la majeure partie des pays européens. L’ensemble des démarches administratives seront intégralement prises en charge et gérées par cet organisme spécialisé dans les solutions en ressources humaines. Les conditions de prise en charge sont expliquées sur le lien suivant : www.emplois-international.com. emplois-international.com a son siège à Dakar, Sénégal, et des bureaux partenaires au Bénin, Burkina Faso, au Cameroun, en Côte d’Ivoire, au Gabon, en Mauritanie et au Togo. Leurs coordonnées sont indiquées sur www.emplois-international.com.

Lire aussi: SOS Villages d’Enfants Togo recherche une (01) aide-soignante