Économie : top 5 meilleurs ministres africains des Finances

Économie : Top 5 des meilleurs ministres africains des Finances

La Covid-19 depuis son apparition a bouleversé tous les secteurs d’activité en l’occurrence celui de l’économie. La pandémie a ainsi mis les équilibres macroéconomiques des pays africains à rude épreuve.

En effet, les ministères africains des Finances et de l’Économie ont été confrontés à la mobilisation des ressources pour le financement des programmes sociaux et sanitaires d’urgence alors que de l’autre côté, les murs du déficit et de la dette se rapprochent à grande vitesse depuis février 2020. Les ministres choisis dans ce classement, sur les 54 du continent, sont au pilotage manuel avec, constamment, la main sur le bouton de la relance et le pied sur le levier du financement des programmes d’urgence.

Ces ministres que voici présentent un niveau de leadership élevé, attesté par leurs parcours, leurs connaissances du système financier international et leur capacité à attirer des financements et à convaincre des investisseurs.

  • Romuald Wadagni, ministre de l’Économie et des Finances du Bénin
  • Abouldaye Diallo, ministre des Finances et du Budget et Amadou Hott, ministre de l’Économie, du Plan et de la Coopération Internationale du Sénégal
  • Dr Mohamed Ahmed Maait, ministre des Finances de l’Egypte
  • Tito Mboweni, ministre des Finances de l’Afrique du Sud
  • Renganaden Padayachy, ministre des Finances de Maurice

Méthodologie

– Si un pays présente 65% du PIB, il a une marge de manœuvre d’encore 5 % du PIB. Ce qui correspond à 5 points dans notre classement. S’il a en revanche 75 % du PIB, il a 5 % de PIB à réduire, ce qui correspond dans notre classement à -5%.

-Sur la croissance du PIB, la barre d’équilibre est zéro (0 % du PIB) avec des notes positives en dessus et négatives en dessous.

-Sur le déficit, la barre d’équilibre est de 3 %, avec des notes positives en dessous et négatives en dessous.

Critères

-Leadership

-Croissance 2020-2021

-Financement du secteur privé

-Maitrise de la dette

-Maitrise du déficit

Source : Financial Afrik

Lire aussi: RDC/COVID-19 : Le plan Marshall de Félix Tshisekedi pour l’économie congolaise, une ambition sans socle

Affaire petrolegate

Togo/Pétrolegate : les vraies raisons de l’absence de Ferdinand AYITE ce matin

Dans l’Affaire « Pétrolegate » qui défraie la chronique en ce moment au Togo, les Adjakly ont assigné le journal « L’Alternative » en justice. « L’Alternative » est le journal qui a révélé, pour la première fois, ces magouilles dans la commande du pétrole au Togo.

Le procès devrait avoir lieu le 12 août passé, mais il a été repoussé d’une semaine, donc sur ce 19 aout. Le jour tant attendu arriva. Cependant, contre toute attente, on note l’absence de Ferdinand AYITE au procès. Il s’est fait représenter par ses avocats. Pour quelles raisons ?

Confiant au départ, Ferdinand perd sa certitude

Depuis la naissance de cette affaire, l’auteur des révélations s’est toujours montré tranquille et sincère. Il avait même rassuré tous les Togolais en disant attendre impatiemment le procès. Bref, il s’est montré confiance à faire face à cette bataille juridique.

On se rappelle de certains de ces propos. « On ira au procès. On est tranquille, les révélations ne sont pas finies. Même si le procès est reporté sur demain, nous sommes prêts » s », a-t-il déclaré dans un passé très récent. 

Aujourd’hui, Ferdinand AYITE n’est pas arrivé au procès. Etonnant pour les uns, pas pour les autres.

Les vraies raisons de son absence

D’abord, selon les dernières informations, le Directeur de publication du journal « L’Alternative » manquerait de preuves tangibles. Contrairement à ce qu’il racontait et expliquait à longueur de journée sur le mécanisme de détournement, Ferdinand AYITE ne sera pas capable de démontrer un quelconque détournement. Les preuves dont il se disait disposer ne seraient pas suffisantes pour établir clairement le détournement.

Ensuite, il faut ajouter la sortie médiatique de l’avocat de la famille Adjakly. L’avocat a souligné que les images prises pour illustrer l’affaire du pétrole du Togo sont totalement fausses et prises sur internet. Surtout celle illustrant le père Adjakly n’est pas vraie. Du coup, on se rend compte que Ferdinand AYITE ne connaissait même pas ceux dont il parlait.

Enfin, sa tentative de conciliation avec la famille aurait échoué. Sur quel fondement se présenterait-il au procès ?