Education: des collégiennes tombent en transes collectives dans un lycée

Education: des collégiennes tombent en transes collectives dans un lycée

Selon l’Office National de la Projection Civile (ONPC), des jeunes collégiennes au nombre de sept (07) ont été victimes de transes collectives au cours de cette semaine.

C’est un fait très étrange qui s’est produit au collège municipal de Minigan en Côte d’Ivoire et qui laisse les élèves et le corps enseignant dans un étonnement total. Ce qui pousse même la population à se demander ce qui se passe dans ce collège cette semaine.

Selon les faits relatés, les victimes sont toutes dans les classes du premier cycle scolaire qui ont été prises d’agitations brusques les unes après les autres. Aussitôt alertés, les pompiers civils du Centre de Secours d’Urgence (CSU) de la ville, les ont pris en charge avant de les évacuer à l’hôpital général. Le fait suscite encore des interrogations dans cette localité du département d’Odienné, capitale du Kabadougou.

Lire aussi: Côte d’Ivoire : clip du nouveau morceau «L’élu», DJ Kerozen s’affiche avec des filles vierges (photo)

Notons que cette même scène s’est produite dans un lycée à Batcham dans le département des Bamboutos région de l’Ouest du Cameroun. Une trentaine d’élèves sont tombées en transes pendant une semaine.

Le phénomène attaque particulièrement les filles au sein de l’établissement public. Chez les parents, c’est l’inquiétude et l’incompréhension. Plusieurs dizaines d’entre eux ont manifesté bloquant l’accès au lycée pour exiger des explications aux autorités.

Bénin: les élèves filles interdit d’accès à la salle des professeurs

Bénin: les élèves filles interdites d’accès à la salle des professeurs

Nous sommes ici au Bénin à Cotonou précisément dans le Collège d’Enseignement Général (CEG) FIYEGNON. En effet, le Directeur général du CEG a sorti un communiqué qui fait la une sur la toile. Ledit communiqué porte une interdiction d’accès des élèves à la salle des professeurs.

En effet, il s’avère que des  enseignants entretiennent des privautés avec des élèves notamment des filles.

Ainsi, pour lever toute équivoque et restaurer l’image du bon éducateur, l’accès à la salle des professeurs est formellement interdit aux élèves filles jusqu’à nouvel ordre.

À cet effet, selon la note, les enseignants sont dorénavant priés de recourir aux élèves garçons ou aux vendeuses pour les services liés à leur restauration.

Lire aussi: « Soirée de baise no limit », la réaction du Maire Aboka

Aussi, ladite note exige une distanciation entre les enseignants et les filles dans la cour du collège ou ses abords immédiats. Tout contrevenant sera tenu responsable des déconvenues qui en découleraient.

Il faut noter que de nos jours la dépravation prend de plus en plus de l’ampleur. Sur la toile, l’on assiste à des vidéos des élèves montrant soit seins nus ou des danses sensuelles en tenue scolaire. Des situations qui demandent la prise des mesures pour mettre fin à ces dépravations.

Bénin : Moïse Kérékou ne partage pas l’avis de Patrice Talon sur la réforme du système éducatif béninois

Bénin : Moïse Kérékou ne partage pas l’avis de Patrice Talon sur la réforme du système éducatif béninois

Ce mercredi 30 décembre, l’ex-ambassadeur du Bénin en Turquie, Moïse Kérékou a réagi au discours du chef de l’État, Patrice Talon sur l’état du Bénin notamment en ce qui concerne le système éducatif.

Patrice Talon et Moïse Kérékou ne partagent pas la même vision sur la réforme du système éducatif. Devant la représentation nationale, mardi, le président de la République, lors de son discours sur l’état de la Nation, a insisté sur l’urgence de réformer le système éducatif.

Pour le Président Talon, le « système éducatif forme la plupart de nos enfants au chômage et n’offre pas à notre économie la main-d’œuvre qualifiée dont elle a besoin pour se développer et créer de la richesse. Il urge de remédier à cela en remplaçant la majorité de nos établissements secondaires et universitaires actuels par des collèges, des lycées et des écoles supérieures techniques et professionnels. Cette réforme est déjà engagée ».

Pour sa part, en réaction à la déclaration du Président, Moïse Kérékou, ex-ambassadeur et fils du président Mathieu Kérékou estime que « c’est une erreur de penser que la formation technique et professionnelle vienne remplacer l’éducation de base et l’enseignement général ».

« Nous devons plutôt renforcer l’enseignement général et y ajouter les formations professionnelles ainsi que l’employabilité dès le secondaire », a-t-il ajouté.

Lire aussi : Togo : cette décision du gouvernement qui va renforcer davantage le système de décentralisation

les nouveaux lycéens du Togo connus depuis le 22 septembre 2020

Education : les nouveaux lycéens du Togo connus depuis le 22 septembre 2020

Après cinq mois de suspension, les élèves des classes d’examen du Togo ont repris le chemin des écoles. C’est dans le respect des mesures barrières contre la Covid-19 que le reste des cours a été fait. C’est dans ces mêmes conditions que les examens de fin d’année ont été programmés. Depuis mardi, 22 septembre 2020, les candidats à l’examen du BEPC connaissent leur sort.

Au début du mois de septembre, 130 038 élèves de la classe de troisième ont passé le brevet d’étude du premier cycle (BEPC). Ils se préparaient tous à ouvrir les portes du lycée. Les résultats sont là pour situer les uns et les autres.

A propos du BEPC

Le Brevet d’Etude de Premier Cycle (BEPC) est un examen qui marque la fin du premier cycle du secondaire au Togo. C’est cet examen qui permet aux collégiens de devenir des lycéens. Au Togo, ils sont 130 038 candidats à se présenter à la session 2019-2020. Après avoir composé du 1er au 5 septembre 2020, les candidats des différents centres d’écrit du Togo ont la possibilité depuis hier 22 septembre, de consulter les résultats à partir de leurs téléphones mobiles (par un code ou une application).

La technologie au service de l’éducation

Ces dernières années, la technologie est beaucoup rentrée dans les habitudes de l’éducation au Togo. Outre les applications pour faciliter les révisions, préparer les examens, les résultats des différents examens se rendent public après délibération par ce même canal. Comme pour le baccalauréat première partie (BAC 1), les candidats au BEPC ont connaissance de leur situation depuis hier soir avant d’assister à la proclamation en présentiel ce 23 septembre. En effet, en envoyant ‘’BEPC (espace) N° de table au 6767’’ sur les deux réseaux de téléphonie mobile au Togo (Togocel et Moov), les résultats sont donnés. Ou les consulter à travers l’application Suisco.

Les candidats qui auront à décrocher leur BEPC pourront choisir de s’orienter vers les séries littéraires, scientifiques ou techniques dans les différents lycées du Togo. Il est à noter que la rentrée académique 2020-2021 est prévue pour le 26 octobre 2020 avec des dispositions telles que les cours de lundi à samedi.

Lire aussi : https://actusalade.com/blog/togo-rentree-scolaire-long-acdief-poursuit-sa-campagne-de-collecte-de-kits-scolaires-au-profit-des-enfants-et-jeunes-filles-necessiteux/

Alphabétisation au Togo

Togo/Alphabétisation : des résultats significatifs depuis 2011 grâce aux réformes entreprises par les autorités

L’alphabétisation est définie comme le fait de savoir lire et écrire une phrase dans une langue quelconque. Elle se rapporte généralement aux individus âgés de 15 ans ou plus d’une population donnée. Au Togo, les réformes dans le secteur de l’alphabétisation et de l’éducation non formelle ont permis d’enregistrer des progrès significatifs.

L’alphabétisation est considérée comme l’un des piliers majeurs du développement. Des efforts consentis par le gouvernement ont permis d’accroitre le taux alphabétisation depuis 2011.

L’Etat des lieux sur alphabétisation : résultats d’enquêtes

Au Togo, selon l’enquête MICS 2011, l’analphabétisme touche environ 43,3 % de jeunes et d’adultes de 15 à 44 ans soit 977 000 personnes, dont plus des deux-tiers sont des femmes (670 000). Ce taux d’analphabétisme se traduisait par un écart sensible allant de 18,5% pour Lomé à 67,2% pour la région des Savanes, 44,7% pour les Plateaux et la Centrale et 45,9% pour la Kara.

Les résultats issus de l’enquête Quibb 2015 présentent un taux d’alphabétisation de 63,3% contre 60,3% en 2011, soit un accroissement de 03 points.

Une enquête par grappes à indicateurs multiples, sixième édition (MICS6) réalisée en 2017, a montré que 71,8% des hommes de 15 à 49 ans sont alphabétisés contre 46,1% des femmes de la même tranche d’âge.

Au niveau national, le taux dalphabétisation était de 76,7% pour les hommes et 51% pour les femmes. S’agissant des jeunes âgés de 15 à 24 ans, les résultats de l’enquête ont indiqué un taux de 84,1% pour les hommes contre 66% pour les femmes.

La comparaison de ces différents résultats issus des enquêtes montre que le taux d’alphabétisation s’est accru. Ceci grâce aux efforts du gouvernement.

Les mécanismes nationaux mis en place

Le Togo s’est engagé dans la lutte contre l’analphabétisme des adultes depuis bientôt cinq décennies. Plus concrètement, l’Etat se charge de l’élaboration des politiques, des programmes et des projets ; de l’orientation des actions, du suivi et de l’évaluation des actions sur le terrain. En témoigne la stratégie nationale de l’alphabétisation et de l’éducation non-formelle qui a été adoptée en 2013.

Cette stratégie prévoie de rabaisser le taux de 43% en 2010 à 16% en 2025 et le pourcentage de la prise en charge des enfants de 09 à 14 ans exclus du système de 0% en 2013 à 25% en 2025.

En 2017, une subvention spéciale de 100 millions de francs CFA a été allouée au sous-secteur de l’alphabétisation et de l’éducation non formelle. On peut citer, entre autres, le Projet d’appui à l’alphabétisation fonctionnelle des femmes (PAAFF), le programme de renforcement de capacités pour l’amélioration de l’alphabétisation et de l’éducation non formelle (Cap EFA), et le volet alphabétisation du Projet éducation et renforcement institutionnel (Péri).

Les ressources publiques consacrées au secteur de l’éducation s’élevaient à 174 milliards de francs CFA en 2019 contre 25 milliards en 2005. Aujourd’hui pour relever les nouveaux défis, l’Etat a opté pour la contractualisation.