Le ministre Bataka et l'élevage au Togo

Togo/Filière avicole : un guide pratique pour les éleveurs de poulets

Le gouvernement togolais depuis quelques années a engagé une bataille d’amélioration dans plusieurs secteurs y compris l’élevage. L’un des départements du jeune ministre Noel Bataka.

Dans ce sillage, l’Institut togolais de recherche agronomique (Itra) a mis en place un référentiel d’une exploitation de poulet local amélioré à l’endroit des éleveurs de poulet. L’objectif est de servir de repère pour les éleveurs et les jeunes entrepreneurs désirant se lancer dans le domaine.

L’offre est faible par rapport à la demande

Le constat est amer. L’élevage du poulet local connait beaucoup de difficultés notamment d’ordre sanitaire, alimentaire et génétique. Il est beaucoup plus produit en famille. Malgré les apports du gouvernement pour ce secteur d’élevage, l’offre est toujours en deçà de la demande.

Ce phénomène oblige les distributeurs à se tourner vers l’importation qui n’est pas bénéfique pour le Togo. Car selon les statistiques, plus de soixante conteneurs de poulet arrive dans le pays par mois.

Cette situation est inquiétante du fait que le Togo dispose des moyens et des ressources nécessaires pour augmenter sa production locale afin de satisfaire la demande.

Un guide pour booster la filière avicole

Ayant pour objectif de générer près de 150 000 emplois décents et des milliards de chiffres d’affaires d’ici cinq ans, la filière avicole a besoin de soutien et de valorisation de ses produits.

Dans cette dynamique, l’Itra avec l’appui du PPAAO (Programme de productivité agricole en Afrique de l’Ouest), a mis à la disposition des éleveurs un guide comportant les éléments nécessaires à l’installation d’une unité d’exploitation de poulet local amélioré. L’objectif de ce document est de contribuer à l’augmentation de la disponibilité du poulet dont la demande ne cesse d’accroitre sur le territoire.

L’heure est à la consommation locale, car elle a des retombées économiques pour une nation. La viande du poulet est, tout de même, très consommée par la population togolaise. Grâce à ce référentiel de l’Itra, dont l’initiative demeure salutaire, l’élevage sera considérablement boosté et permettra de générer de milliers d’emplois.