voici le sort réservé à l’étudiant qui s’est déguisé en femme pour passer une épreuve de baccalauréat à la place de sa copine

Sénégal : voici le sort réservé à l’étudiant qui s’est déguisé en femme pour passer une épreuve de baccalauréat à la place de sa copine

L’amour rend aveugle dit-on. Et surement que cet adage serait à l’origine du sacrifice de cet étudiant. Nous sommes au Sénégal et les épreuves de baccalauréat ont débuté. En effet, les surveillants annoncent une grosse prise. Il s’agit d’un jeune étudiant qui s’est déguisé en femme afin d’aider sa copine dans une épreuve.

Selon les informations données par la presse locale, l’étudiant a avoué vouloir remplacer sa copine parce que celle-ci avait de sérieuses difficultés en anglais. Pris en flagrant délit, le déguiser a été mis en garde à vue avec sa compagne puis présenté au procureur. Les deux amoureux ont été placés sous mandat de dépôt.

A ne pas manquer : Fait divers: Il obtient son bac en 2020 après plusieurs échecs et meurt en 2021

L’étudiant accusé de fraude et d’usurpation d’identité et sa copine de complicité de fraude, pourraient être jugés jeudi prochain au tribunal de Diourbel situé à l’est de Dakar.

la « gifle de Macron » fait objet d’un exercice dans une épreuve de mathématique

Togo : la « gifle de Macron » fait objet d’un exercice dans une épreuve de mathématiques

Alors qu’il était en déplacement dans la Drôme le mardi 08 juin 2021, le Président français Emmanuel Macron, fut agressé par un homme nommé Damien T. Cette agression a fait objet d’une épreuve de mathématiques aux élèves de la classe de 3Eme.

Au CEG SANGUERA KLIKAME, un quartier de Lomé, le corps enseignant à proposer une épreuve de maths sur la gifle de Macron aux élèves.

La capture de l’épreuve en question fait le tour de la toile et suscite des interrogations chez les internautes. Pour certains, sûrement que les enseignants veulent voir si les élèves suivent l’actualité.

Pour rappel, deux jours après sa gifle contre Emmanuel Macron, Damien T, l’auteur de la gifle a été condamné, jeudi 10 juin en comparution immédiate, à quatre mois de prison ferme. Dix-huit mois de prison dont 14 avec sursis.

Lire aussi : France : « les gifles pendant les campagnes, ça porte bonheur », a réagi cette chroniqueuse après la claque reçue par Macron