La dépravation des mœurs prend de plus en plus de l’ampleur. Que ce soit dans les clips vidéo ou sur les réseaux sociaux, le phénomène devient récurrent.

Bénin: pour dénoncer les clips vidéo à caractère pornographique, le gouvernement met en place des numéros verts

Des numéros verts pour lutter contre la dépravation des mœurs au Bénin. Car estime les autorités, le phénomène prend de plus en plus de l’ampleur. Que ce soit dans les clips vidéo ou sur les réseaux sociaux, le phénomène devient récurrent. Ainsi, pour lutter contre le fléau, le gouvernement béninois par le biais de son ministre de la sécurité publique monte au créneau et met en place des numéros verts pour dénoncer ses actes.

COMMUNIQUÉ RADIODIFFUSÉ ET TÉLÉVISÉ

Le Ministre de l’intérieur et de la Sécurité Publique communique :

Il est constaté depuis quelques temps, une recrudescence d’actes impudiques sur les réseaux sociaux et dans des débits de boissons et assimilés

Lesdits actes se rapportent à:

1- des spectacles obscènes du genre strip-tease dont la danse dite «Wolosso » constitue une variante ;

2- des séances live de relations charnelles en groupe à tendance pornographique communément dénommées « partouse »;

3- des clips vidéo à relent pornographique;

Ces actes constituent pour les adolescents des sources de dépravation des mœurs sous ses différentes formes dont les conséquences dommageables sont connues de tous.

Les populations sont invitées à dénoncer sous anonymat les auteurs de ces actes au commissariat de Police le plus proche ou à la Brigade des Mœurs par les lignes vertes. 166 et 21 36 55 55 ou au téléphone numéros 65 48 78 71 et 65 48 78 79.

En tout état de cause, les forces de sécurité publique instruites, prendront les dispositions nécessaires à la protection des sources de dénonciation et à faire subir aux auteurs desdits actes la rigueur de la loi.

Lire sur: « Soirée de baise no limit », la réaction du Maire Aboka

Togo / Casier judiciaire : voici le site à utiliser

Togo / digitalisation du casier judiciaire : voici le site à utiliser

Soucieux des difficultés rencontrées par la population pour se faire délivrer un bulletin de casier judiciaire, le gouvernement a annoncé le 09 décembre dernier, la dématérialisation totale du processus.

Cette démarche, qui nécessitait de se déplacer dans sa préfecture de naissance, se digitalise avec la création d’un fichier des condamnations et l’interconnexion entre les tribunaux. Désormais, avec cette nouvelle approche, tout requérant pourra rien qu’en se connectant via un smartphone ou un ordinateur, soumettre en ligne, la demande, le paiement et le traitement des casiers judiciaires.

D’aspect plus spécifique selon le gouvernement, ce projet débutera en avril 2021. Et comme on pourrait s’y attendre, l’on pourra soumettre en ligne sur la plateforme http://www.casierjudiciaire.tg ; sa requête de traitement et de paiement dans toutes les juridictions du pays.

Pour mémoire, rappelons que cette nouvelle donne du gouvernement s’inscrit dans le programme de modernisation du secteur judiciaire, entamé depuis 2005 et qui a abouti à la mise en exploitation effective de la chaîne commerciale au tribunal de première instance (TPI) de Lomé.

Togo : voici les rémunérations fixées par le gouvernement pour les frais de mission à l’intérieur du territoire national

Togo : voici les rémunérations fixées par le gouvernement pour les frais de mission à l’intérieur du territoire national

Le Gouvernement togolais a décrété une modification fixant les indemnités à allouer aux agents de l’État lors des missions effectuées sur le territoire national. La modification décrétée jeudi 31 décembre 2020, prend en compte l’article 3 du décret numéro 2011-117/PMRT du 12 août 2011. Ceci, sur rapport de Sani Yaya, ministre de l’Économie et des finances.

En effet, la nouvelle mesure attestée par Victoire Tomégah-Dogbé, Chef du Gouvernement, Sani Yaya, Ministre de l’Économie et des finances et Kanka-Malik Natchaba, Secrétaire général du Gouvernement, prend en compte le « Déplacement avec Nuitée » et le « Déplacement sans Nuitée », journaliers de tous les agents de l’administration sans distinction de statut.

Ainsi dorénavant, la rémunération des agents de l’administration en mission sur le territoire national, sauf Lomé et Kara (les missions effectuées à Lomé et Kara, sont majorées de 20 % pour chaque catégorie), se présente en cinq (5) catégories en fonction du poste occupé.

En ce qui concerne la catégorie 1, qui regroupe des personnalités comme le Président de l’Assemblée nationale, les Ministres, le Président de la Cour Constitutionnelle, le Président de l’Université et autres personnalités comme les Généraux de l’armée, les rémunérations sont respectivement fixées à 55.000 FCFA et 35.000 FCFA, pour le déplacement avec nuitée et le déplacement sans nuitée.

Pour la catégorie 2 notamment, Députés, Directeurs de cabinet, Secrétaires généraux, Membres de la HAAC, Membres de la CNDH, Président de la Cour, Doyens de facultés, Corps enseignants universitaires pour ne citer que ceux-là, reçoivent dorénavant 40.000 FCFA et 25.000 FCFA, en fonction du déplacement effectué.

Ces indemnités de déplacement, sont de 35.000 FCFA et 20.000 FCFA pour les acteurs de la catégorie 3, que sont les Préfets, les Chefs des services régionaux, les Adjoints aux maires, les Conseillers, les Officiers de police et les Anciens Ambassadeurs.

En ce qui concerne la catégorie 4, les rémunérations sont fixées à 30.000 FCFA et 17.000 FCFA. Les personnes concernées sont les Chefs de section, les Cadres de catégories B, C, D, les Attachés financiers, Sous-officiers et les Officiers de police adjoint.

 La catégorie 5, qui vient en dernier classement, regroupe les autres Agents de l’administration, les Hommes de troupe 2ème classe et les Chauffeurs. Pour eux, la rétribution est fixée à 25.000 pour le déplacement avec nuitée et 15.000 pour le déplacement sans nuitée.

A lire: Togo : cette décision du gouvernement qui va renforcer davantage le système de décentralisation