Togo: le Policier qui a tué le jeune Mohamed est viré et mis à la disposition de la justice

Togo: le Policier qui a tué le jeune Mohamed est viré et mis à la disposition de la justice

225 policiers et de la gendarmerie avaient été sanctionnés au cours de l’année 2020 pour des fautes graves. L’information a été donnée par le ministre de la Sécurité et de la Protection Civile, le Général Yark Damehane en conférence de presse le jeudi 21 janvier 2021.

À la suite, un document confidentiel nous a révélé le cas d’un policier qui a fait usage de son arme, abattant ainsi froidement un jeune qui se battait avec deux militaires. Comme on pouvait s’y attendre, ce dernier a également été viré du corps et mis à disposition de la justice.

Sans pour autant l’affirmer ouvertement, il nous semble que cette scène ressemble fort à celle ayant entraîné la mort du jeune Mohamed au quartier Avédji Sun City en mai 2020. Scène au cours de laquelle un agent des forces de l’ordre avait abattu de sang-froid, un jeune homme, laveur de voitures qui avait eu une altercation avec deux éléments des Forces Armées Togolaises (FAT).

Rappelons pour mémoire, qu’au cours de l’année 2020, au total 225 policiers et gendarmes ont été sanctionnés. Parmi ceux-ci, 216 agents dont 79 policiers et 137 gendarmes ont écopé d’un mois d’arrêt de rigueur pour « indiscipline, inconscience professionnelle, négligence, abandon de poste, vol, racket, cupidité et indélicatesse. Quatre (4) policiers impliqués dans des trafics de tous genres, usage excessif de la force, violences volontaires et bavures ont été exclus pour six mois.

Lire aussi : Togo / sécurité: Cinq policiers virés de leurs fonctions pour fautes graves, voici ce qu’ils ont fait

Côte d’Ivoire : affaire de 10 millions, Safarel Obiang brise le silence et réclame justice

Côte d’Ivoire : affaire de 10 millions, Safarel Obiang brise le silence et réclame justice

L’artiste ivoirien du Couper décaler Safarel Obiang, dans une vidéo publiée sur sa page Facebook, a fait savoir qu’il a été victime d’escroquerie de la part d’une dame à qui il dit avoir remis la somme de 10 millions de FCFA, pour l’achat d’une maison qui devrait servir à l’hébergement de ses danseurs.

« J’ai voulu acheter une maison depuis 2019, la dame m’a dit que la maison coûte 45 millions de FCFA. J’ai fait une avance de 10 millions de FCFA… Peu de temps après, la dame appelle pour nous dire que la maison est passée à 80 millions. On lui a dit que ce n’est plus la peine, qu’elle nous rembourse les 10 millions… Elle dit qu’elle a compris, mais depuis lors, elle ne fait que nous tourner en bourrique… On a déposé plusieurs plaintes à la Gendarmerie, à la Police… Mais il n’y a jamais eu de suite, et la dame se promène dans les grosses voitures comme si de rien n’était », a indiqué Safarel Obiang qui, pour l’occasion, s’est fait entourer de ses danseurs.

Poursuivant, l’artiste a lancé un appel aux autorités ivoiriennes afin que justice lui soit rendue. « Papa Hamed Bakayoko, vous êtes notre Papa, vous savez combien de fois les artistes souffrent. Maman Dominique Ouattara, M. Le Dg de la police, le père Youssouf Kouyaté, le procureur Adou Richard, voici de quoi on souffre. Il n’y a pas que la piraterie qui tue les artistes. Ce genre de personnes ruinent aussi les artistes. Chères Autorités, il faut que justice soit faite. Aidez-nous sur cette affaire… », a lancé Le Safking.

Avant d’ajouter : « J’ai plus de 15 danseurs sous ma responsabilité. Il y a des orphelins parmi eux ; ils ne vont pas dormir dans la rue. Je ne veux pas qu’on mette quelqu’un en prison. Je veux juste mon argent pour trouver une maison à mes danseurs. C’est comme ça les gens font et puis les artistes finissent mal. Aidez-nous à régler cette affaire », a-t-il imploré.

Lire aussi : Côte d’Ivoire : « affaire de se3tape de Didier Drogba », un gros mensonge

Faits divers : une jeune femme séquestrée, violée et poignardée par ses amis

Faits divers : une jeune femme séquestrée, violée et poignardée par ses amis

Cinq personnes dont deux mineurs étaient en garde à vue depuis mercredi 06 janvier dans le cadre d’une enquête sur la séquestration d’une jeune femme, violée et poignardée dans le dos à Creil (Oise). Elles ont dû être présentées devant un juge d’instruction le  jeudi, jour suivant.

En effet, la victime de 19 ans « s’est retrouvée dans l’appartement de certains de ses amis à cause des liens amicaux entre certains d’entre eux et une de ses amies », à en croire les explications du procureur de la République à Senlis, Jean-Baptiste Bladier.

Il ajoute que « Par la suite au cours de la nuit, la jeune femme aurait subi plusieurs viols, outre de nombreuses violences, ainsi qu’un coup de couteau dans le dos ». Cependant, les suspects présentés au juge répondront de leurs actes.

A lire : Nigeria : elle accouche d’un garçon après 3 ans de grossesse