voici le nom et l’emblème du nouveau parti politique de Gbagbo

Côte d’Ivoire : voici le nom et l’emblème du nouveau parti politique de Gbagbo

Le projet de création du nouveau parti politique de Gbagbo annoncé le 9 août dernier avance. Dans ce sens, le groupe de réflexion élargi ainsi que l’ancien Chef d’Etat ont tenu une séance de travail ce jeudi 14 octobre.

L’ordre du jour était axé essentiellement sur la restitution des travaux des deux commissions chargées respectivement de la rédaction du projet du manifeste et des textes fondamentaux du parti. A la suite de cette restitution, un débat a été mené à l’effet de trouver, entre autres, le nom, l’emblème et le sigle du parti.

A l’issu, le groupe a retenu comme projet de nom : 𝗹𝗲 𝗣𝗮𝗿𝘁𝗶 𝗱𝗲𝘀 𝗣𝗲𝘂𝗽𝗹𝗲𝘀 𝗔𝗳𝗿𝗶𝗰𝗮𝗶𝗻𝘀 – 𝗖𝗼̂𝘁𝗲 𝗱’𝗜𝘃𝗼𝗶𝗿𝗲, 𝗲𝗻 𝗮𝗯𝗿𝗲́𝗴𝗲́ « 𝗣𝗣𝗔-𝗖𝗜 ». Le projet d’emblème est « 𝗟𝗲𝘀 𝗱𝗲𝘂𝘅 𝗺𝗮𝗶𝗻𝘀 » 𝗲𝗻𝘁𝗿𝗲𝗹𝗮𝗰𝗲́𝗲𝘀 𝗾𝘂𝗶 𝘀’𝗶𝗻𝗰𝗿𝘂𝘀𝘁𝗲𝗻𝘁 𝗱𝗮𝗻𝘀 𝘂𝗻𝗲 𝗰𝗮𝗿𝘁𝗲 𝗱’𝗔𝗳𝗿𝗶𝗾𝘂𝗲. Le signe de ralliement proposé est « 𝗟𝗲𝘀 𝗱𝗲𝘂𝘅 𝗺𝗮𝗶𝗻𝘀 𝗲𝗻𝘁𝗿𝗲𝗹𝗮𝗰𝗲́𝗲𝘀 ».

Lire aussi : Un cyber-activiste proche de Laurent Gbagbo convoqué

« Ces propositions seront soumises au Congrès qui reste souverain quant au choix définitif du nom du parti, de son emblème, de son sigle ainsi que de ses couleurs », a indiqué le groupe dans un communiqué signé par le Président du Congrès, le Professeur Sébastien Djédjé Danon.

Laurent Gbagbo pourrait retourner à la CPI sous une autre casquette

Côte d’Ivoire : Laurent Gbagbo pourrait retourner à la CPI sous une autre casquette

Dans une sortie du porte-parole de la Cour pénale internationale (CPI) Fadi El Abdallah, a laissé entendre que tout n’était pas fini pour Laurent Gbagbo auprès de l’institution.

Acquittés définitivement et a regagné son pays la Côte d’Ivoire, Laurent Gbagbo pourrait jouer d’autres rôles à la CPI. Pour Fadi El Abdallah, l’ancien président ivoirien pourrait comparaitre devant les juges. Ceci, pas en tant qu’accusé mais comme un témoin.

Tout dépend des juges qui peuvent « décider qui serait appelé comme témoin relèvent des parties à une procédure » a-t-il indiqué.

Lire aussi : Côte d’ivoire : AFFI NGUESSAN traite cette décision de Laurent Gbagbo de « soif de pouvoir et de volonté de revanche »

Le porte-parole de la CPI a ajouté par ailleurs, que « concernant M. Gbagbo, s’il y a une demande pour dédommagement les juges décideront s’il y a eu erreur grave justifiant cela ou non ». Il s’est prononcé également sur un éventuel dédommagement de l’ancien pensionnaire de Schevenningen.

AFFI NGUESSAN traite cette décision de Laurent Gbagbo de « soif de pouvoir et de volonté de revanche »

Côte d’ivoire : AFFI NGUESSAN traite cette décision de Laurent Gbagbo de « soif de pouvoir et de volonté de revanche »

L’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo rencontrait hier le comité central du FPI légal pour réfléchir sur l’avenir du parti longtemps dirigé par Pascal AFFI NGUESSAN. Ainsi, au cours des travaux, Laurent Gbagbo dans un discours, a annoncé la proposition de création d’un nouveau parti politique. Une décision intervenue suite à la bataille pour le contrôle du parti du Font populaire ivoirien (FPI).

Pour AFFI NGUESSAN, Laurent Gbagbo ne devrait pas aller sur le terrain de la division. Le président du FPI trouve à cet effet cette sortie de « soif de pouvoir et de « volonté de revanche ».

« Une bataille inopportune »

 « A l’issue d’une rencontre avec ses sympathisants ce lundi 9 août 2021, le Président Laurent Gbagbo vient d’annoncer qu’il abandonne la bataille inopportune et destructrice qu’il mène depuis 7 ans contre le FPI et qu’il « va créer un autre parti avec le même contenu ».

Ainsi, en réponse à ma demande d’audience, à ma volonté de dialogue en vue de l’unité du FPI, Laurent Gbagbo a choisi la rupture et la division. Il enterre l’espoir qu’avaient nos militants, nos électeurs, nos sympathisants, en l’unité de la gauche, en la réconciliation de notre famille politique.

Lire aussi : Côte d’Ivoire : rencontre du Comité Central du FPI, voici le communiqué final

Il endosse de manière assumée devant nos compatriotes et devant l’histoire la responsabilité du schisme qui marque désormais l’épopée du FPI.

Et pourtant ses visites et ses embrassades avec ses tourmenteurs d’hier avaient laissé penser qu’il était véritablement le chaînon manquant de la réconciliation nationale et qu’il aurait à cœur d’œuvrer à l’unité de notre parti. Hélas !

« Soif de pouvoir et la volonté de revanche »

Cette décision, dictée essentiellement par la soif de pouvoir et la volonté de revanche, constitue un défi à notre force de caractère, à nos convictions idéologiques et à notre maturité politique.

Pour ma part, j’assure les militants et sympathisants du FPI, l’opinion nationale et internationale de ma ferme volonté de poursuivre ma mission pour la renaissance du parti en vue de la reconquête du pouvoir en 2025.

Je continuerai de me battre pour les valeurs de démocratie et de progrès que nous avons autrefois partagées.

Hauts les Cœurs, la lutte continue ! »

rencontre du Comité Central du FPI, voici le communiqué final

Côte d’Ivoire : rencontre du Comité Central du FPI, voici le communiqué final

1-Sur convocation du Secrétariat Général, le Comité Central du Front Populaire Ivoirien (FPI), s’est réuni le lundi 9 août 2021, en sa deuxième session extraordinaire de l’année 2021, au Palais de la Culture, sis à Treichville, de 12h05 heures à 14h32, sous la présidence effective du Président Laurent GBAGBO, président du Parti ;

2- L’ordre du jour de cette session extraordinaire a porté sur les points suivants :

Hommage à nos chers disparus ;

Adresse du Président Laurent Gbagbo.

Etaient conviés à cette session extraordinaire du Comité Central :

Les membres du Comité Central ;

Les membres du Comité de Contrôle ;

Les membres du Conseil Politique Permanent ;

Les membres fondateurs d’Ensemble pour la Démocratie et la Souveraineté (EDS) ;

Les Députés de EDS ;

Les membres du cabinet du Président.

Sur le même sujet : Urgent : Laurent Gbagbo va créer un nouveau parti

3- La session a entendu une communication du camarade ASSOA Adou, Secrétaire Général du Front Populaire Ivoirien ;

4- Dans sa communication, le camarade ASSOA Adou a souhaité la bienvenue au Président du Parti, et lui a dit « YAKO » pour toutes les souffrances qu’il a endurées ;

5- Le Secrétaire Général a ensuite adressé ses vifs remerciements au Président Laurent Gbagbo pour la confiance qu’il lui a manifestée à deux reprises ; D’abord en le nommant Directeur de sa campagne pour la présidence du Parti à l’occasion du Congrès qui était prévu en décembre 2014, alors qu’il était en exil au Ghana ; Ensuite, le Président Laurent GBAGBO l’a honoré en le nommant Secrétaire Général du Parti au Congrès de Mooussou qui s’est tenu les 3 et 4août 2018 alors qu’il était en prison ;

6- Le Secrétaire Général du Parti a indiqué qu’après le Congrès de Moossou qui s’est tenu les 3 et 4 août 2018, le Parti a été frappé par le décès subit du Vice-président Abou Drahamane SANGARE, Président par intérim ; Cette disparition durement ressentie par le Parti a été l’occasion pour certains camarades de défier ouvertement l’autorité du Président du Parti ;

7- Malgré ces difficultés, les militantes, militants, sympathisants, les Ivoiriens de la diaspora et les démocrates du monde entier se sont mobilisés pour faire triompher la juste ligne stratégique du Président Laurent GBAGBO ;

8- Abordant le premier point de l’ordre du jour, le Comité Central a entendu une seconde communication relative à un hommage rendu à nos camarades et sympathisants disparus ; Cette communication a été faite par le Vice-président Gnagne YADOU;

Le camarade Gnagne YADOU a exprimé aux familles, au nom du Parti, la reconnaissance éternelle du Front Populaire Ivoirien à tous nos militants et sympathisants disparus, pour le combat qu’ils ont mené, au péril de leur vie, pour un avenir radieux de notre pays, la Côte d’Ivoire ;

9- Au titre du deuxième point de l’ordre du jour, le Comité Central a entendu une importante intervention du Président Laurent GBAGBO sur la lutte du Front Populaire Ivoirien et les perspectives qui se présentent aujourd’hui pour la Côte d’Ivoire ;

10- Le Président Laurent GBAGBO a salué et honoré la mémoire de tous les militants et sympathisants décédés pendant son éloignement prolongé hors du pays. Il a salué leur engagement pour la liberté et la démocratie en Côte d’Ivoire. Il a particulièrement insisté sur le cas des plus illustres d’entre eux dont Bernard Blin DADIER, Abou Drahamane SANGARE, Sylvain Miaka OURETO, Désiré TAGRO, Bohoun BOUABRE, Sansan KOUAO, Basile Mahan GAHE, qui se sont résolument engagés pour notre cause commune au prix de leur vie ;

11- Le Président Laurent GBAGBO a demandé au Parti de tout mettre en œuvre pour perpétuer la mémoire des militants et sympathisants;

12- S’adressant aux militantes, militants et sympathisants du Front Populaire Ivoirien, le Président Laurent GBAGBO les a félicités pour leur courage et leur ténacité qui a permis au Parti de vaincre l’adversité ;

Rôle du FPI dans le multipartisme

13- Le Président Laurent GBAGBO a ensuite insisté sur le rôle éminemment important joué par le FPI dans l’instauration du multipartisme en Côte d’Ivoire ainsi que le début du processus de démocratisation du pays ;

14- C’est pourquoi il a déploré le comportement de certains camarades qui se situent aux antipodes de notre idéologie et qui s’acharnent sur notre Parti et sur nos militants et sympathisants ;

15- Notre seul instrument de lutte politique est confisqué par Monsieur Affi N’GUESSAN et malgré les nombreuses initiatives pour le raisonner, il s’arcboute sur sa soi-disant « légalité » ;

16- Le Président Laurent GBAGBO a pris acte de la volonté et de l’obstination de Monsieur Affi N’GUESSAN de prendre en otage le Front Populaire Ivoirien, foulant ainsi au pied les années de sacrifice des militantes et militants du Parti ;

17- Le Président Laurent GBAGBO n’entend pas s’engager dans une bataille juridique avec Monsieur Affi N’GUESSAN ;

18- Dès cet instant, il a proposé au Comité Central, la création d’un nouvel instrument de lutte conforme à notre idéologie et nos ambitions ;

19- Il a demandé au Comité Central d’autoriser la mise en place d’un comité de préparation du Congrès Constitutif ;

20- Le Comité Central félicite le président Laurent GBAGBO pour son brillant exposé et sa grande hauteur de vue qui lui permet de dépasser les outrages du passé et penser sereinement l’avenir de notre instrument de lutte ;

21- Le Comité Central décide en conséquence :

De la perpétuation de la mémoire de nos disparus ;

De la création d’un nouvel instrument de lutte ;

De la mise en place d’un comité de préparation du Congrès Constitutif.

22- Le Comité Central exhorte les militantes, militants et sympathisants du Front Populaire Ivoirien et l’ensemble des partisans du Président Laurent GBAGBO et les démocrates ivoiriens à s’inspirer de ce dépassement afin d’œuvrer à l’édification, dans la paix, d’une Côte d’Ivoire stable et prospère ;

23- Le Comité Central assure de son soutien indéfectible le président Laurent GBAGBO, homme de paix, de tolérance et de pardon dont le retour en terre ivoirienne est, pour tous les Ivoiriens, l’accélérateur du processus de la réconciliation véritable et de la paix en Côte d’Ivoire ;

24- Le Comité Central appelle, dès à présent, à la mobilisation de toutes les structures du Parti, de toutes les militantes, de tous les militants, de tous les sympathisants et de tous les patriotes, à s’engager, sans réserve, autour du Président Laurent GBAGBO pour relever le défi de l’instauration de la paix définitive et de la réconciliation vraie en Côte d’Ivoire.

𝗙𝗮𝗶𝘁 𝗮̀ 𝗔𝗯𝗶𝗱𝗷𝗮𝗻, 𝗹𝗲 𝟬𝟵 𝗮𝗼𝘂̂𝘁 𝟮𝟬𝟮𝟭

𝗟𝗲 𝗖𝗼𝗺𝗶𝘁𝗲́ 𝗖𝗲𝗻𝘁𝗿𝗮𝗹

Laurent Gbagbo va créer un nouveau parti

Urgent : Laurent Gbagbo va créer un nouveau parti

Acquitté définitivement par la Cour pénale internationale, Laurent Gbagbo a tenu ce lundi 9 août 2021, une réunion politique. Une première depuis son retour au pays. L’ex président ivoirien envisage ainsi de créer un nouveau parti politique avec ses fidèles, laissant ainsi le FPI à AFFI Pascal NGUESSAN.

En effet, c’est avec les membres du comité central du FPI légal, que l’ancien chef d’Etat ivoirien a tenu son tête à tête. Une rencontre intervenue suite aux bras de fer de leadership à la tête de son parti Front populaire ivoirien (FPI) conduit plusieurs années déjà par Pascal AFFI NGUESSAN.

Lire aussi : Un cyber-activiste proche de Laurent Gbagbo convoqué

 « Je propose au comité central de laisser AFFI avec l’enveloppe. Nous allons créer notre parti », a déclaré Laurent Gbagbo ce lundi au cours des travaux.

La réunion dont AFFI NGUESSAN n’est pas convié a vu la participation des de plusieurs regroupement. Il s’agit des alliés d’Ensemble pour la démocratie et la souveraineté, EDS et la coalition anti-Ouattara qui s’est créée autour du FPI en 2017.

Un cyber-activiste proche de Laurent Gbagbo convoqué

Un cyber-activiste proche de Laurent Gbagbo convoqué

Une publication sur la page Facebook de Gala KOLEBI, cyber-activiste et proche de Laurent Gbagbo annonce une convocation de ce dernier par la police scientifique.

En fin de l’après-midi de ce Lundi 05 Juin 2021, Gala KOLEBI a informé ses fans qu’il doit se rendre à la Police dans le cadre d’une cadre d’une enquête.

« La police scientifique vient de m’appeler pour nécessité d’enquête. Selon elle, une personne très proche de moi est concernée par un dossier. Alors, je dois me rendre dans les locaux de la police scientifique pour être interrogé. La police refuse de me donner des détails au téléphone. Visible comme un bœuf dans un couloir éclairé́, je ne suis pas concerné́ directement par cette affaire non identifiée. Lire aussi : Côte d’Ivoire : Simone Gbagbo revendique la présidence du FPI comme gage du divorce

Par ailleurs, j’ai passé́ dix années de ma vie à taper sur le clavier, à faire le tour de la Côte d’Ivoire avec le Front Populaire Ivoirien- FPI, pour la lutte pour L’ÉTAT DE DROIT, que guide le Président Laurent GBAGBO mon référent Politique, l’homme de dialogue et de PAIX.

J’ai été́ arrêté́ le 22 mars 2018 pour avoir MARCHÉ pour la modification de la Commission Électorale Indépendante (CEI).

Après le procès le 06 Avril 2018, j’ai été́ privé de droit civique pour des années et condamnée à 3 ans d’interdiction de sortie de mon lieu de naissance.

Au passage je suis né au village (LIADJENOUFLA) et nous sommes en 2021, je pense que j’ai le droit de circuler librement à Abidjan maintenant et partout sur la terre de mes ANCÊTRES. Voilà̀ le seul démêlé́ judiciaire qui me concerne.

Je crois donc que le pouvoir de Son Excellence Monsieur Alassane OUATTARA n’a pas de problème particulier avec moi, par conséquent, s’il s’agit d’une personne interne ; je veux dire de quelqu’un qui est membre de notre parti politique le Front Populaire Ivoirien FPI, qui veut me jeter au GNOUF, parce qu’il connait des gens, qu’il le fasse à visage découvert.

De toute les façons, je suis un enfant de PAUVRES PAYSANS, qui n’a JOUI de privilège d’aucun pouvoir depuis ma naissance, je ne pourrai rien contre cette personne qui connait les gens. Nous sommes dans un COMBAT de classe sociale: les RICHES contre les PAUVRES, je le sais.

La personne fera de moi ce qu’elle veut à SATIÉTÉ jusqu’à ce que le DIEU de nos TERRE, le DIEU Tout Puissant me délivre de ses griffes. En ce sens que je crois en la justice DIVINE, et je reste convaincu que personne n’est fort éternellement. Le monde est dynamique, il n’est pas statique, il évolue et les choses changent.

Cher(es) ami(es), bien aimé(es), peut-être que c’est mon dernier message sur Facebook, vu que je suis conscient de ce dont l’être humain est CAPABLE en matière de nuisance. Oui, CAPABLE en matière de nuisance. Dites à ma GRAND MÈRE CÉCILE que je l’aime beaucoup, je l’aimerai toujours et qu’elle continue de prier pour moi.

Que ceux qui peuvent s’occuper de mon unique fils, qu’ils le fassent, le Seigneur leur rendra ce service au centuple. Que la PAIX de Dieu soit avec nous et avec notre esprit. Je m’en remets au Seigneur JÉSUS-CHRIST de Nazareth, que la GLOIRE lui revienne. Au Nom du Père du Fils et du Saint Esprit j’ai écrit.

Gala KOLEBI

Ecrivain Engagé

Auteur de Broutage Politique

Caporal de GBAGBO

GRIOT de GBAGBO

Cote d’Ivoire : le ‘’couple’’ Laurent et Simone Gbagbo convoqués

Côte d’Ivoire : le ‘’couple’’ Laurent et Simone Gbagbo convoqués

Laurent et Simone Gbagbo convoqués à se présenter au tribunal du plateau ce jeudi 01 juillet devant le juge pour leur divorce annoncé par l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo.

La convocation fait suite à la requête de l’ex président de procéder à un divorce par voie de justice après le divorce à l’amiable refusé par Simone.

Lire aussi : Côte d’Ivoire : Simone Gbagbo revendique la présidence du FPI comme gage du divorce

En effet, un communiqué rendu public le 21 juin dernier, annonçait qu’en raison du refus réitéré depuis des années de dame Simone Ehivet de consentir à une séparation amiable, au demeurant voie de règlement appropriée à leurs statuts personnel et politique réciproques, le président Gbagbo s’est résolu à saisir ce jour, le juge des affaires matrimoniales du Tribunal de Première Instance d’Abidjan, d’une demande de divorce.

Côte d’Ivoire : Simone Gbagbo revendique la présidence du FPI comme gage du divorce

Côte d’Ivoire : Simone Gbagbo revendique la présidence du FPI comme gage du divorce

A en croire certaines confidences, l’ex-première dame aurait posé cette condition à son mari, Laurent Gbagbo, si celui-ci voudrait voir évoluer la procédure de divorce.

C’est connu depuis dimanche 20 juin 2021. L’ex-président Laurent Gbagbo veut divorcer de son épouse Simone Ehivet Gbagbo. La décision a été rendue publique par un communiqué de Claude Mentenon, l’un des avocats de l’ancien président. Mais jusqu’ici les choses se compliquent.

L’ex-président Laurent Gbagbo affiche sa volonté de quitter Simone depuis son transfèrement à La Haye, bien qu’une séparation ait déjà été évoquée avant l’arrestation du couple, le 11 avril 2011. Après en avoir informé au préalable ses enfants, l’ancien président propose à Simone Ehivet un divorce à l’amiable.

Celle-ci lui répond qu’elle est d’accord, mais qu’elle souhaite attendre la fin de leurs procédures judiciaires respectives. L’ancienne Première dame est alors incarcérée en Côte d’Ivoire, notamment pour infractions contre la sûreté de l’Etat. Laurent Gbagbo relance alors son épouse en douceur dans le courant de l’année 2019.

Lire aussi : L’avocat de Simone Gbagbo donne sa position suite à la demande de divorce de Laurent Gbagbo

Le FPI visé

Acquitté par la Cour pénale internationale (CPI), il s’est installé à Bruxelles dans l’attente de la fin de la procédure. Simone, elle, a été amnistiée par Alassane Ouattara. Cette fois-ci, c’est par le biais d’un de ses avocats que Gbagbo sollicite une séparation à l’amiable, au risque de devoir lui léguer une partie de leurs biens en commun.

Officiellement ouverte à cette idée, l’ex-Première dame estime toutefois qu’il faut que son mari soit présent sur le sol ivoirien pour qu’une telle procédure puisse être entamée. Alors que ce dernier insiste, Simone Gbagbo demande en contrepartie de prendre la tête du Front populaire ivoirien (FPI). Refus de Laurent, qui ne goûte guère qu’elle lie leur vie privée à celle du parti. « Depuis, les positions étaient figées et l’issue inéluctable tant Laurent Gbagbo était déterminé à acter leur séparation », explique l’un de ses proches.

Abandon

C’est la section des affaires matrimoniales du tribunal de première instance d’Abidjan-Plateau qui examinera la demande de divorce. Si le duo politique a perduré pendant leurs années au pouvoir, le couple s’était délité, au point que chacun avait ses propres appartements au sein de la résidence présidentielle de Cocody-Ambassades à Abidjan.

Après la chute de Gbagbo en 2011, durant leurs incarcérations respectives puis après leurs libérations, le couple ne s’est quasiment pas parlé directement. Les messages étaient transmis par des émissaires, à savoir leurs jumelles Marie-Laurence et Marie-Patrice, ou par leur gendre Stéphane Kipré. Depuis les années 2000, Laurent Gbagbo a pour compagne Nady Bamba, une ancienne journaliste de la radio Africa numéro 1, avec laquelle il a eu un fils David Al Raïs, né en 2002. Tous deux se sont unis, selon les rites musulmans, en 2001. Gbagbo s’était fait représenter par son ancien directeur de protocole, Allou Eugène.

Dès son retour au pays, Gbagbo a laissé sa résidence de la Riviera-Golf à Simone, qui y vit depuis sa sortie de prison en 2018. Il avait fait sa connaissance au cours de l’année 1973, alors qu’elle était jeune étudiante, par l’intermédiaire du professeur Bernard Zadi Zaourou, qui militait avec lui au sein de la gauche politique.

Source : Jeune Afrique

L’avocat de Simone Gbagbo donne sa position suite à la demande de divorce de Laurent Gbagbo

L’avocat de Simone Gbagbo donne sa position suite à la demande de divorce de Laurent Gbagbo

L’avocat de Simone Gbagbo, a réagi à la demande de divorce de l’ex-président de la Côte d’Ivoire, Laurent Gbagbo.

En effet, l’avocat de Madame Simone Gbagbo a clarifié sa position, précisant qu’il n’était pas de son ressort de confirmer ou d’infirmer la demande de divorce. « De grâce, ne remplissez pas mon téléphone de coups de fil et de messages. Je ne confirme ou n’infirme rien. La personne à qui est imputée un communiqué est la plus habilitée à l’infirmer ou le confirmer », a sèchement lâché Me Ange Rodrigue Dadjé.

Lire aussi : Refus d’une séparation amiable, Laurent Gbagbo saisi le tribunal pour son divorce avec Simone Gbagbo

C’est à travers un communiqué publié par Me Claude Mentenon que Laurent Gbagbo a demandé à divorcer de son épouse, Simone Gbagbo. L’ex-chef de l’Etat qui a regagné Abidjan le jeudi dernier a évoqué le refus réitéré depuis des années de Simone Ehivet Gbagbo d’un règlement à amiable.

Refus d’une séparation amiable, Laurent Gbagbo saisi le tribunal

Refus d’une séparation amiable, Laurent Gbagbo saisi le tribunal pour son divorce avec Simone Gbagbo

Le 24 février 2019, une information révélait depuis Bruxelles en Belgique, une demande de divorce avec Simone Gbagbo. Une décision que dame Simone refusait.

Ainsi, à quatre jours de son entrée en Côte d’Ivoire, le Président Gbagbo monte au créneau et décide dans un communiqué rendu public ce lundi 21 juin de procéder à sa demande de divorce par voie légale.

COMMUNIQUE DU PRESIDENT LAURENT GBAGBO

Monsieur Laurent GBAGBO annonce qu’en raison du refus réitéré depuis des années de dame Simone Ehivet de consentir à une séparation amiable, au demeurant voie de règlement appropriée à leurs statuts personnel et politique réciproques, il s’est résolu à saisir ce jour, le juge des affaires matrimoniales du Tribunal de Première Instance d’Abidjan, d’une demande de divorce.

Cette annonce ne sera suivie d’aucun commentaire.

Abidjan le 21 Juin 2021.

Le CONSEIL

Maitre Claude MENTENON

Avocat à la Cour.