Officiel : Sidiki Diabaté enfin libéré de prison

Officiel : Sidiki Diabaté enfin libéré

Interpellé par la police le lundi 21 septembre 2020, puis présenté le jeudi 24 septembre dernier, Sidiki Diabaté a été libéré ce mardi 29 décembre à la prison centrale de Bamako au Mali.

La star a été inculpée de « violences, coups et blessures » devant le juge d’instruction du Tribunal de Grande instance de la Commune III.

L’artiste, après plusieurs tentatives de plaidoirie menées par ses défenseurs aux fins d’une mise en liberté provisoire sans succès, il a finalement été fixé sur son sort, apprend-on.

Rappelons que par le passé Me Magatte A Seye, l’un des avocats de l’artiste avait écrit au juge en charge de l’affaire à travers une lettre dont le contenu est la suivante : « Depuis le 24 septembre 2020, Monsieur Sidiki Diabaté a été placé sous mandat par vos soins. À ce jour et malgré nos multiples interventions, il n’a pas été entendu au fond. Cette situation, qui semble convenir à notre cabinet d’instruction, viole à mon avis un principe sacro-saint consacré pour le droit pénal moderne actuel et la constitution du Mali, je veux parler du droit de toute personne de bénéficier d’un procès équitable dans des délais raisonnables ».

Des actions qui ont certainement contribués à la libération de l’artiste ce jour. La rédaction souhaite un prompt repos à la star et vivement un bon retour sur scène pour le plaisir de ses mélomanes.

Vous pourriez aussi aimer : Affaire Sidiki Diabaté : vers une liberté provisoire de l’artiste ?

Le joueur brésilien Ronaldinho retrouve la liberté

Officiel : Ronaldinho enfin libéré après plus de cinq mois de détention

L’international Brésilien Ronaldinho, détenu depuis plus de cinq mois au Paraguay pour usage de faux passeport dans le pays, a été libéré le 24 août dernier.

Le ballon d’or 2005, qui a fêté ses 40 ans le 21 mars dernier, n’est plus sous le poids de la justice. Sa privation de liberté a été levée.

Ronaldinho est libre mais écope d’une amende de 90.000 dollars

« Dorénavant, la mesure de privation de liberté est levée. La star n’est soumise à aucune restriction, sauf celle de la réparation des dommages à la société », a laissé entendre le magistrat.

L’ex-joueur du club de football, FC Barcelone et du Paris Saint-Germain a indiqué au juge « accepter » la proposition du parquet d’une « suspension conditionnelle de la procédure » puisque la sanction envisagée ne dépasse pas deux ans. Néanmoins, le Ministère Public a demandé le paiement par Ronaldinho d’une amende de 90.000 dollars pour « dommage à la société ».

Son frère Roberto de Assis Moreira, condamné à deux ans de prison avec sursis, a été également libéré par le magistrat Gustavo Amanila. Il va aussi payer une amende de 110.000 dollars et à l’obligation de se présenter tous les quatre mois devant un juge brésilien pendant deux ans.

« C’est une sentence pour Roberto de Assis Moreira et un sursis pour Ronaldinho. La défense, elle-même, s’est ralliée à cette sortie judiciaire », a résumé le magistrat.

Ronaldinho et son frère victimes d’un usage de faux

Les deux Brésiliens sont, en effet, venus au Paraguay pour faire la promotion d’un livre et sont accusés d’être entrés dans le pays en possession de passeports paraguayens falsifiés. Ce qui a fait l’objet de leur détention.

Dans un communiqué, leur défense a indiqué que ces derniers avaient collaboré à l’enquête depuis le début. « Ils ont montré les documents paraguayens aux autorités de l’immigration en les croyant authentiques (…) L’enquête n’a trouvé aucune preuve de l’implication des deux frères dans du blanchiment d’argent ou dans une association criminelle », a-t-elle assuré.

« Nous demandons instamment à l’accusation d’agir sur les responsables » de cette affaire, ajoute-t-elle.Après avoir été détenus dans un commissariat d’Asuncion, les deux frères étaient assignés à résidence depuis presque cinq mois dans un hôtel de luxe de la capitale, contre le dépôt d’une caution de 1,6 million de dollars.

D’après les informations, Ronaldinho et Roberto rentreront dès que possible au Brésil à bord d’un vol privé, une fois les autorisations correspondantes obtenues.