Barack Obama rejoint la NBA Africa

Basketball : « même si je n’avais pas le talent pour jouer au plus haut niveau, le basket a quand même façonné ma vie… », Barack Obama rejoint la NBA Africa

La branche africaine de la National Basketball Association (NBA Africa) a apporté son soutien à la nouvelle ligue panafricaine de basketball. Elle a tenu sa saison inaugurale en mai dernier avec 12 équipes de 12 pays.

En effet, pour contribuer à l’essor du projet, l’ancien Chef d’Etat américain, Barack Obama rejoint la NBA Africa. Le diplomate devient propriétaire minoritaire et partenaire stratégique pour l’évolution de l’aspect social.

 « En Afrique, le basket-ball a le pouvoir de promouvoir les opportunités, le bien-être, l’égalité et l’autonomisation sur tout le continent », a-t-il déclaré.

Plusieurs programmes ont été lancé en l’occurrence, l’amélioration des moyens de subsistance des jeunes Africains. Egalement la sensibilisation à la violence sexiste avec la promotion de l’éducation des filles.

A lire également : Ballon d’or 2021 : le Boxeur Tony Yoka dézingue totalement Lionel Messi !

 « À ce titre, le président Obama détiendra une participation minoritaire dans la nouvelle entreprise, qu’il a l’intention d’utiliser au fil du temps pour financer les programmes de la Fondation Obama en faveur de la jeunesse et du leadership en Afrique », a déclaré la NBA.

 « Même si je n’avais pas le talent pour jouer au plus haut niveau, le basket a quand même façonné ma vie. Il m’a appris à travailler dur, à être compétitif, à faire partie d’une équipe », a-t-il déclaré dans une vidéo tweetée par NBA Africa au sujet du partenariat.

L’ancien locataire de la maison blanche a également déclaré que lorsqu’il s’était rendu dans le village de son père au Kenya il y a deux ans pour ouvrir un terrain de basket : « Il était clair pour nous tous que les Africains sont prêts à montrer au monde qu’ils ont du jeu ».

Obama et ses filles

Pourquoi Barack Obama a tant « peur » de sa fille Sasha ?

Voilà maintenant quatre ans que Malia et Sasha Obama ont quitté la Maison Blanche. Depuis, les filles de Barack et Michelle Obama sont devenues des étudiantes plutôt discrètes. En pleine tournée de promo pour ses mémoires, l’ancien président a donné de leurs nouvelles, avec humour.

L’ancien président des États-Unis continue sa tournée de promotion pour le premier tome de ses mémoires, Une terre promise (éd. Fayard). Après avoir accordé une interview événement à France 2 le 17 novembre 2020, jour de la sortie de l’ouvrage en France, Barack Obama était l’invité virtuel de Jimmy Kimmel dans son talk-show diffusé jeudi à la télévision américaine. L’occasion pour l’ex-chef d’État d’évoquer sa vie de famille avec Michelle Obama et leurs deux filles, Malia et Sasha (22 et 19 ans).

Il s’avère que la benjamine du couple Obama, jeune étudiante à l’Université du Michigan, ressemble fortement à sa mère…  » Sasha est une mini Michelle « , l’ancien président de 59 ans a-t-il expliqué. « J’ai peur de Michelle et Sasha, en voyant ça, au fond, elles ont le même physique et la même attitude. » Malia, qui termine ses études à l’Université d’Harvard, a quant à elle davantage hérité du tempérament de son célèbre papa : « Nous nous appelons les ‘Visages Longs’ parce que la forme de son visage ressemble plus à la mienne, et Michelle et Sasha sont les ‘Visages Ronds’. Les ‘Visages Ronds’ sont un clan plus féroce. Nous sommes comme les végétariens, les cueilleurs, et ils sont les chasseurs, Barack Obama a-t-il commenté avec humour. Nous essayons de maintenir la paix avec eux… Je suis généralement la cible privilégiée des blagues chez moi. »

Voir le livre de leur père devenir un best-seller dès sa sortie n’a pas vraiment impressionné les filles Obama, que ce soit Michelle, Malia ou Sasha… « Elles agissent du genre, ‘On a mieux à faire que de lire tes diatribes ennuyeuses’. Elles ont promis de le lire un jour. En vérité, ça leur a pris presque 10 ans avant qu’elles lisent enfin mon premier livre [Dreams of My Father, sorti en 1995 aux États-Unis]. Je suspecte qu’elles l’auront lu d’ici leurs 30 ans. » Comme le JDD l’a précisé ce dimanche, l’ouvrage Une terre promise s’est écoulé à 887 000 exemplaires dès le premier jour de sa mise en vente aux États-Unis. La version française a quant à elle déjà été réimprimée deux fois à 50 000 exemplaires pour atteindre un total de 350 000 copies.