Bénin : « Qui tue par l’épée, périra par l’épée », l’ancien Président Dieudonné SOGLO au régime de Patrice Talon

Bénin : « Qui tue par l’épée, périra par l’épée », l’ancien Chef de l’Etat Dieudonné SOGLO au régime du Président Patrice Talon

L’ancien Président Dieudonné SOGLO, dans un communiqué de presse revient la situation politique du Bénin et surtout sur l’attentat d’assassinat de Galiou SOGLO.

Communiqué de presse du président Nicéphore Dieudonné SOGLO

Cotonou, le mardi 09 Mars 2021

Deux mois que notre fils Galiou SOGLO a échappé à un assassinat et jamais nous, ses parents, n’avons eu droit au moindre message des autorités politico-judiciaires de notre pays. Pas d’information sur l’enquête, pas de demande de collaboration, encore moins, de point sur d’éventuelles investigations, ne serait-ce que partiel. Juste un silence méprisant. Tout ce que nous avons appris sur ce dossier, l’a été par la presse et les réseaux sociaux, notamment les persécutions à l’encontre du chauffeur du ministre Galiou SOGLO.

Visiblement son malheur était d’être le tout premier acteur politique à avoir déposé sa candidature à l’élection présidentielle auprès de la Commission Électorale Nationale Autonome (CENA) tout en exigeant le retour à la constitution de février 1990 et à la fin du mandat du Président Patrice TALON dès le 05 avril 2021, conformément à son serment du 06 avril 2016. Quelques jours seulement après avoir lancé son combat pour le respect des textes fondamentaux de notre pays, il a été froidement pris pour cible par des individus dont la mission était de mettre fin à sa vie.

Il est inadmissible que l’engagement politique au Bénin se traduise désormais par l’exil, l’assassinat, l’empoisonnement ou l’emprisonnement. Nous avons dit à la conférence nationale « Plus jamais ça ». Mais nous voici en train de revivre, quelques 30 ans plus tard, une forme plus pernicieuse de la dictature, du totalitarisme et de l’affairisme au sommet de l’Etat.

Depuis 2016, en effet, la famille SOGLO a accepté faire face à son lot d’épreuves dans la dignité et l’abnégation à l’instar de beaucoup d’autres familles béninoises qui ont vu leurs fils abattus dans les rues, contraints à l’exil ou emprisonnés par une justice aux ordres. Moi-même, le Président Nicéphore Dieudonné SOGLO, j’ai vu ma gestion à la mairie de Cotonou faire l’objet de plusieurs audits par un cabinet international avant que mon successeur, qui n’est rien d’autre que Léhady SOGLO ne soit radié de son poste de maire de la ville de Cotonou. Il sera condamné à 5 ans de prison par la justice spéciale du régime TALON pendant que tous ses autres coaccusés ont été relâchés.

Nous réitérons ici, avec force, notre adhésion totale à toutes les actions visant à la libération de notre peuple des griffes de prédateurs étrangers comme nationaux. Nous demeurons solidaires vis-à-vis des hommages rendus par Maman Rosine VIEYRA SOGLO au combat de notre fille, Madame Réckya MADOUGOU, emprisonnée par la justice spéciale du régime de TALON Patrice. Qu’ils sachent que : « Qui tue par l’épée, périra par l’épée ».

Nous tenons à rappeler que la famille SOGLO ne nourrit aucune animosité particulière ou personnelle à l’endroit du Chef de l’État, Patrice TALON. Lui et son épouse ont d’ailleurs des liens de parenté très proches avec respectivement les familles VIEYRA et SOGLO.

Notre famille a eu le privilège de connaître deux présidents de la République, plusieurs ministres, députés, ambassadeurs et autres hauts cadres et fonctionnaires dans l’administration de notre pays. Nous ne nous déroberons jamais à notre devoir vis-à-vis de la nation.

Nous exigeons, une fois encore, que la lumière soit faite sur l’assassinat manqué sur la personne de Galiou SOGLO.

Au-delà de notre exigence en tant que parents désireux de connaître la vérité sur l’agression contre notre fils, nous sommes solidaires de tous ceux qui combattent la nouvelle menace contre notre pays à savoir la « Mafiafrique » qui a pour tentacule l’affairisme, la prévarication au sommet de nos états.

A notre fille, la vaillante Réckya MADOUGOU et à tous les autres nous demandons de tenir bon. A toutes et à tous, nous vous exhortons à la mobilisation générale pour vaincre l’imposture. « N’ayez pas peur!!! ». Pour reprendre, souvenez-vous, c’était le 22 octobre 1978, les paroles inaugurales du pontificat du Pape Jean Paul II que nous avons reçu ici à Cotonou. Et comme je me plais à vous le dire, « nous allons vers la terre promise ».

Vive la Restauration de l’état de droit !

Vive la Démocratie !

Vive le Bénin !

Je vous remercie.

Nicéphore Dieudonné SOGLO

Ancien Président de la République

Ancien Maire de la ville de Cotonou

Vice-Président du Forum des Anciens Chefs d’Etats et de Gouvernements d’Afrique,

Créé en 2006 à Maputo sous le haut patronage de Nelson MANDELA

Lire aussi: Bénin : Reckya Madougou impliquée dans une affaire de terrorisme

Bénin: Claudine Prudencio s’aligne avec le duo Talon-Talata pour un K.O. limpide au soir du 11 avril

Bénin: Claudine Prudencio s’aligne avec le duo Talon-Talata pour un K.O. limpide au soir du 11 avril

Tout s’active au Bénin pour les élections présidentielles d’avril de cette année. Claudine Prudencio, présidente du parti l’Union Démocratique pour un Bénin Nouveau (U.D.B.N), dans un message publié sur sa page Facebook ce mercredi 17 février, a fait le point sur sa récente tournée de restitution des résolutions du 3ème congrès ordinaire de L’UDBN qui avait eu lieu le 30 janvier passé.

Dans son compte-rendu, elle a affiché un sentiment de satisfaction à cause de ses militants et militantes qui ont accepté de l’accompagner aux côtés du chef de l’État Patrice Talon pour un K.O. limpide au soir du 11 avril.

Message de Claudine Afiavi Prudencio

MERCI, GRAND MERCI AUX AMAZONES ET SOLDATS UDBN QUI M’ONT DIT OUI POUR LE K.O. LIMPIDE AU PROFIT DU DUO TCHIGAN, TALON-TALATA !

Vous pourriez aussi lire: Bénin / Supposé refus de parrainage : « Reckya Madougou n’a appelé personne d’entre nous », réagit Orden Alladatin de l’Union progressiste (UP)

J’ai eu le bonheur de communier avec les militantes et militants de ma famille politique, l’Union Démocratique pour un Bénin Nouveau (U.D.B.N), des quatre départements du septentrion, ceux des collines et du Zou, du 10 au 14 février 2021. C’est à l’occasion de ma tournée de restitution des résolutions du 3ème congrès ordinaire de notre parti tenu le 30 janvier passé. J’en ressors très satisfaite.

Ce sont des délégués des coordinations des 4 départements du Nord, des collines et du Zou qui ont été rencontrés et sensibilisés pour la cause commune : victoire écrasante au soir du 11 avril.

Partout, où nous sommes passés, l’accueil fut chaleureux.

Les mérites de notre grand leader Patrice TALON ont été célébrés. Nos messages de soutien au duo TALON-TALATA et celui de paix et de cohésion a été compris.

Avec mes vaillants soldats et braves Amazones, nous avons scellé le pacte du K.O. sans tâche, au soir du 11 avril 2021. On ne change pas une équipe qui gagne. Objectif : c’est désormais 98,5 % dès le 1er tour pour le duo TALON-TALATA.

Une fois encore Gracias à toutes les militantes et à tous les militants de UDBN, le parti de l’avenir !

Bénin : arrestation de Reckya Madougou, Joël Aïvo réagit et relate les faits

Bénin: Reckya Madougou et Joël Aïvo dans la course présidentielle d’avril 2021

Tout s’active au Bénin dans le cadre des présidentielles d’avril prochain. Dans le camp de l’opposition, le Front pour la Restauration de la Démocratie (FRD) a choisi Joël Aïvo et Reckya Madougou.

Ainsi, par un communiqué en date du 03 février, la Conférence des présidents du collectif a porté son choix sur l’Agrégé en droit Joël Aïvo et l’ancienne ministre des Finances Reckya Madougou.

Un duo sur lequel l’opposition compte faire face à l’actuel Président Patrice Talon au cours de cette élection présidentielle. Les Démocrates étant un parti appartenant au Front, ils ont eux aussi un des leurs comme candidat.

Rappelons que Reckya, est une femme politique. Elle fut deux fois ministre du gouvernement Boni Yayi, d’abord ministre de la Microfinance, de l’Emploi des jeunes et des femmes avant d’occuper le poste de ministre de la Justice. Auteure de l’ouvrage « Soigner les certitudes, Reckya Madougou est également conseillère spéciale du président togolais Faure Gnassingbé.

Quant à Frédéric Joël Aïvo, le surnommé « Le Professeur » au Bénin est un constitutionnaliste, professeur des universités et homme politique béninois. Doyen de la Faculté de droit et de science politique de l’Université d’Abomey-Calavi entre 2016 et 2019, il est actuellement Professeur titulaire de droit public.

Président de l’Association béninoise de droit constitutionnel (ABDC) depuis sa création en 2009, il annonce le 29 février 2020 mettre un terme à ses onze ans de présidence pour « scruter d’autres horizons ». Surement que ce choix pour les présidentielles fait partie de cette décision.

Lire aussi: Bénin : Moïse Kérékou ne partage pas l’avis de Patrice Talon sur la réforme du système éducatif béninois

Bénin : Moïse Kérékou ne partage pas l’avis de Patrice Talon sur la réforme du système éducatif béninois

Bénin : Moïse Kérékou ne partage pas l’avis de Patrice Talon sur la réforme du système éducatif béninois

Ce mercredi 30 décembre, l’ex-ambassadeur du Bénin en Turquie, Moïse Kérékou a réagi au discours du chef de l’État, Patrice Talon sur l’état du Bénin notamment en ce qui concerne le système éducatif.

Patrice Talon et Moïse Kérékou ne partagent pas la même vision sur la réforme du système éducatif. Devant la représentation nationale, mardi, le président de la République, lors de son discours sur l’état de la Nation, a insisté sur l’urgence de réformer le système éducatif.

Pour le Président Talon, le « système éducatif forme la plupart de nos enfants au chômage et n’offre pas à notre économie la main-d’œuvre qualifiée dont elle a besoin pour se développer et créer de la richesse. Il urge de remédier à cela en remplaçant la majorité de nos établissements secondaires et universitaires actuels par des collèges, des lycées et des écoles supérieures techniques et professionnels. Cette réforme est déjà engagée ».

Pour sa part, en réaction à la déclaration du Président, Moïse Kérékou, ex-ambassadeur et fils du président Mathieu Kérékou estime que « c’est une erreur de penser que la formation technique et professionnelle vienne remplacer l’éducation de base et l’enseignement général ».

« Nous devons plutôt renforcer l’enseignement général et y ajouter les formations professionnelles ainsi que l’employabilité dès le secondaire », a-t-il ajouté.

Lire aussi : Togo : cette décision du gouvernement qui va renforcer davantage le système de décentralisation