Guinée : deux voleurs félicitent les policiers qui ont pu les arrêter et demandent au gouvernement de mettre plus de moyens à leur disposition

Guinée : deux voleurs félicitent les policiers qui ont pu les arrêter et demandent au gouvernement de mettre plus de moyens à leur disposition

Les voleurs ont trouvé très sympathique de féliciter les policiers qui ont pu les attraper malgré l’insuffisance des moyens mis à leur disposition.

Etudiant à l’Institut Supérieur de Technologie de Mamou, Boubacar Diallo et son présumé complice Thierno Amadou Sow, mécanicien ont été très fair-play en reconnaissant non seulement les faits qu’on leur reproche mais ils sont allés plus loin en plaidant auprès des autorités ministérielles afin qu’on donne plus de moyens aux policiers dans le cadre de leur travail.

C’est en tout cas l’attitude de ces voleurs qui, pour les faits que nous rapporte un journal local, avaient pourtant réussi à voler la somme de 50 millions dans une boutique de téléphonie à Mamou, dans le nord-ouest de la Guinée.

Au moment de leur transfert en garde à vue, contre toute attente, comme une autorité qui accordait une interview, l’un des voleurs a plaidé pour l’octroi de moyens à la police : « La direction nationale de la police judiciaire doit être félicitée. Je voulais aussi dire que la DPJ mérite d’être équipée parce qu’ils ont des agents qui sont bien formés. Franchement », a-t-il indiqué.

Pour ces cambrioleurs, la police a été plus perspicace qu’eux qui pensaient avoir conçu un plan en béton. Ils se sont finalement retrouvés derrière les barreaux.

Lire aussi: Criminalité : la Police a saisie 3750 cartouches de calibre 12mm ce vendredi

Criminalité : la Police a saisie 3750 cartouches de calibre 12mm ce vendredi

Criminalité : la Police a saisie 3750 cartouches de calibre 12mm ce vendredi

Ce vendredi 05 mars 2021, les agents de la Police des Stupéfiants et des Drogues (DPSD) de Bondoukou ont intercepté, aux environs de 08 heures 30 minutes, un camion transportant des cartouches.

Il s’agit d’un camion remorque de chargement de noix de cajou (anacarde), qui provenait de Bouna pour Abidjan la capitale ivoirienne.

La fouille dudit camion a permis de découvrir 15 cartons emballés. Interrogé sur la nature du contenu du carton, le convoyeur a fait savoir que les cartons contenaient des pagnes de Bouna. C’est ainsi que les agents de la DPSD ont procédé à une minutieuse fouille des cartons.

Au cours de cette fouille, lesdits agents ont découvert 3750 cartouches de calibre 12 mm, soit 250 cartouches par carton.

Interpellé et interrogé, il a avoué avoir pour mission de convoyer les 15 cartons devant une société à Treichville où des individus viendraient récupérer moyennant la somme de 20000 FCFA.

Il s’agit du nommé OI, 22 ans, convoyeur. La Police a de ce fait ouvert une enquête a été ouverte pour mieux élucider l’affaire.

La criminalité prend de plus de l’ampleur en Afrique avec des questions terroristes. L’occasion d’appeler nos dirigeant à redoubler plus de vigilance afin de mettre les populations à l’abri.

Lire aussi: Togo: la Police nationale met la main sur deux cambrioleurs à Avépozo

Bénin : arrestation de Reckya Madougou, Joël Aïvo réagit et relate les faits

Bénin : arrestation de Reckya Madougou, Joël Aïvo réagit et relate les faits

À la suite d’un meeting tenu ce mercredi 03 mars entre les partis de l’opposition béninois, Reckya Madougou candidate en lice pour l’élection présidentielle d’avril prochain a été arrêtée. Une arrestation dont Frédéric Joël Aïvo, aussi candidat à ladite élection, a échappé belle. Dans une publication sur sa page Facebook, l’opposant revient sur la situation et relate les faits.

«N’ayez pas peur !!! »

«J’ai partagé ce mercredi 3 mars 2021 la tribune d’un meeting de l’opposition béninoise avec ma sœur Mme Reckya Madougou, candidate du Parti Les Démocrates, à l’élection présidentielle de 2021.

Alors que nous clôturions ce meeting aux environs de 19h, en présence de plusieurs  personnalités de l’opposition, la salle des fêtes Tiwani de Porto-Novo a été encerclée par un fort détachement des forces de l’ordre. Nous sommes néanmoins sortis et avons rejoint nos voitures pour rentrer chez nous.

Je suis reparti ensemble dans la même voiture que l’Ambassadeur Moïse Kérékou et la Ministre Reckya Madougou. C’est alors que, sur le pont de Porto-Novo, notre voiture a été bloquée par les forces de l’ordre. L’Ambassadeur Kérékou et moi-même ainsi que le conducteur avons été débarqués de force par ce détachement fortement militarisé.

Quatre (4) agents des forces de l’ordre se sont emparés de notre voiture avec Mme la Ministre Madougou, maintenue de force à bord et emportée vers une destination inconnue.

Après mes investigations, elle serait à la Brigade économique et financière de Cotonou.

Elle a évidemment tout mon soutien et celui de tout le Front. Comme convenu publiquement cet après-midi à Porto-Novo devant nos militants, il s’agit d’un combat pacifique mais résolu devant lequel nous ne reculerons pas quels que soient les intimidations, les obstacles et les brimades. »

Lire aussi: Bénin / Supposé refus de parrainage : « Reckya Madougou n’a appelé personne d’entre nous », réagit Orden Alladatin de l’Union progressiste (UP)

Togo: la Police nationale met la main sur deux cambrioleurs à Avépozo

Togo: la Police nationale met la main sur deux cambrioleurs à Avépozo

Dans sa lutte sans précédent contre la criminalité, le commissariat de Police d’Avépozo a interpellé deux cambrioleurs.

En effet, dans la nuit du 30 octobre 2020, aux environs de 23 heures, le domicile d’un ressortissant français a été cambriolé par trois individus à Avépozo, une banlieue située au sud-est de Lomé.

Les cambrioleurs l’ont agressé à la machette avant d’emporter plusieurs objets, dont deux bouteilles de gaz et un téléphone portable et une somme de 110 000 F CFA (cent dix mille francs CFA).

Près d’un mois plus tard, soit le 29 novembre 2020, alors qu’une enquête était ouverte, les mêmes individus sont revenus chez la victime, dans le même domicile, pour un second cambriolage. Cette fois-ci, ils ont réussi à emporter un autre téléphone portable et un portefeuille contenant un passeport français, une carte de séjour, un permis de conduire, une carte bancaire, ainsi que plusieurs autres documents importants.

Poursuivant les enquêtes, le 1er février 2021 le Commissariat de Police d’Avépozo a interpellé deux de ces cambrioleurs.

Il s’agit des nommés Samuel et Kossi, âgés respectivement de 20 et 21 ans, tous de nationalité togolaise et apprentis chauffeurs demeurant à Avépozo.

Une perquisition faite à leur domicile a permis de découvrir le portefeuille de la victime contenant toutes les pièces emportées lors du deuxième cambriolage.

Interrogés sur la provenance de ces documents, ils nous déclarent les avoir volés au domicile de la victime et que les autres objets volés ont été vendus à des inconnus au port autonome de Lomé.

Les enquêtes sont toujours en cours pour interpeller le troisième cambrioleur ainsi que les receleurs.

Quant aux deux cambrioleurs déjà interpellés, ils seront conduits devant le Procureur de la République pour répondre de leurs actes.

L’institution saisit l’occasion pour rappeler que pour rendre difficiles, voire impossibles, les cambriolages, il est nécessaire de sécuriser les portes et les fenêtres des maisons et magasins avec des matériaux solides et si possible de surmonter les clôtures de  de fils de fer barbelés.

 La Police Nationale remercie une fois encore la population pour sa collaboration et la rassure de sa disponibilité entière et permanente.

Lire aussi: Togo: le Policier qui a tué le jeune Mohamed est viré et mis à la disposition de la justice

Zambie: accusée d’avoir volé 3 dessous de sa mère, cet élève de 16 ans se suicide

Zambie: accusée d’avoir volé 3 dessous de sa mère, cet élève de 16 ans se suicide

C’est une très triste nouvelle qui a secoué plus d’uns sur la toile. Une élève âgée de 16 ans, accusée d’avoir volé les dessous de sa mère s’est suicidée. Du nom de Agness Katenga, elle est inscrite à l’école secondaire Lunga Day dans le district de Mwinilunga au Nord-Ouest de la Zambie.

Agness Katenga se serait suicidée après avoir été accusée à tort d’avoir volé 3 ensembles de dessous de sa mère.

Selon les détails recueillis, Agness a également été battue pour avoir prétendument volé les dits dessous qui appartenaient à sa mère. Les détails de l’incident révèlent que la jeune fille de 16 ans s’est faufilée hors de leur maison dans la nuit après avoir échappé aux coups de sa mère. Elle s’est ensuite pendue à un manguier voisin dans le quartier.

Une déclaration de la police révèle qu’ils ne soupçonnaient aucun acte criminel. La mère, quant à elle, aurait retrouvé plus tard les dessous dans sa valise après des recherches.

« Quand elle a voulu en porter un, elle a fouillé dans quatre autres sacs à l’exception de l’autre vieille valise et n’a rien trouvé. Elle a donc décidé d’appeler sa fille, qu’elle a ensuite accusée d’avoir volé ses nouveaux sous-vêtements. Quand elle a nié, la mère l’a battue. La fille s’est énervée et s’est pendue plus tard dans un manguier la nuit », une source proche de la famille a révélé.

Lire aussi: Nigéria : parce qu’elle a perdu son portable, une Nigériane se suicide

Nigeria : elle tue son mari avec le talon de sa chaussure parce qu’il lui a été infidèle

Nigeria : elle tue son mari avec le talon de sa chaussure parce qu’il lui a été infidèle

L’incident s’est produit ce samedi 23 janvier dans après-midi, où le commandement de la police de l’État du Delta au Nigeria a arrêté une femme qui aurait tué son mari avec le talon de sa chaussure pour infidélité soupçonnée.

Sylvester Etse baghranro, est la victime de la scène. Il a succombé devant sa femme qui l’a donné un coup de talon parce qu’elle l’accuse d’infidèle. L’homme a rendu l’âme sur le champ après avoir reçu le coup.

Informé de la situation, le commandement de la police de l’État du Delta au Nigeria a arrêté la femme : «Nous l’avons arrêtée pour la garder en détention préventive. Et pour que nous puissions la retrouver chaque fois qu’on a besoin d’elle», a déclaré le porte-parole du commandement, DSP Onome Onovwakpoyeya au téléphone à Vanguard.

«La dame a fait quelques aveux à la police au sujet de l’incident. Mais personne de la famille ou des alentours n’est venu signaler le problème. Nous continuons donc avec la déclaration de la femme selon laquelle elle n’a pas utilisé sa chaussure sur lui avant d’obtenir quelque chose de différent. L’enquête est ouverte», a-t-il continué.

Le porte-parole du commandement, DSP Onome Onovwakpoyeya a ajouté que le corps du défunt avait été déposé dans une morgue. Le couple était une famille qui vivait longtemps avec leur deux enfants qui vont vouloir vivre maintenant sans leur père tué, et leur mère en prison. Les retombées de la jalousie à grande échelle.

Lire aussi: Nigeria : Le lauréat du prix Nobel Wole Soyinka tacle le Président Buhari

Togo: le Policier qui a tué le jeune Mohamed est viré et mis à la disposition de la justice

Togo: le Policier qui a tué le jeune Mohamed est viré et mis à la disposition de la justice

225 policiers et de la gendarmerie avaient été sanctionnés au cours de l’année 2020 pour des fautes graves. L’information a été donnée par le ministre de la Sécurité et de la Protection Civile, le Général Yark Damehane en conférence de presse le jeudi 21 janvier 2021.

À la suite, un document confidentiel nous a révélé le cas d’un policier qui a fait usage de son arme, abattant ainsi froidement un jeune qui se battait avec deux militaires. Comme on pouvait s’y attendre, ce dernier a également été viré du corps et mis à disposition de la justice.

Sans pour autant l’affirmer ouvertement, il nous semble que cette scène ressemble fort à celle ayant entraîné la mort du jeune Mohamed au quartier Avédji Sun City en mai 2020. Scène au cours de laquelle un agent des forces de l’ordre avait abattu de sang-froid, un jeune homme, laveur de voitures qui avait eu une altercation avec deux éléments des Forces Armées Togolaises (FAT).

Rappelons pour mémoire, qu’au cours de l’année 2020, au total 225 policiers et gendarmes ont été sanctionnés. Parmi ceux-ci, 216 agents dont 79 policiers et 137 gendarmes ont écopé d’un mois d’arrêt de rigueur pour « indiscipline, inconscience professionnelle, négligence, abandon de poste, vol, racket, cupidité et indélicatesse. Quatre (4) policiers impliqués dans des trafics de tous genres, usage excessif de la force, violences volontaires et bavures ont été exclus pour six mois.

Lire aussi : Togo / sécurité: Cinq policiers virés de leurs fonctions pour fautes graves, voici ce qu’ils ont fait