Un père enceinte sa propre fille et poste les photos

Un père enceinte sa propre fille et poste les photos

Plusieurs fois incarcéré, Willie Edward Griffin, pourrait être surnommé le ‘maitre des actes abominable’. En effet, l’homme a été en prison pour des actes de violence sexuelle sur une fille d’un âge compris entre 12 et 17 ans.

Willie ne compte pas s’arrêter à ces crimes. S’il a l’habitude de commettre ces crimes à l’extérieur, cette fois-ci c’est dans sa propre maison qu’il a visée.

Il vient de surprendre à nouveau en enceintant sa propre fille. Comme s’il ne suffisait pas, le couple père et fille a organisé une fête prénatale et a posté les photos.

Le site a également rapporté que l’affaire a fait l’objet d’une enquête active dans le comté d’Osceola, en Floride.

Lire aussi : « Si vous voulez survivre, vous devez coucher de droite à gauche », terribles révélations sur la vie de certaines femmes

Une source proche de la famille a révélé à KissyDenise.com que l’adolescente avait déclaré que son père ne l’avait pas forcé et qu’elle a désiré la grossesse.

Nigéria : le plus grand arnaqueur est arrêté à Dubai et risque gros

Nigéria : le plus grand arnaqueur est arrêté à Dubai et risque gros

La Police a mis la main sur le plus grand arnaqueur du Nigéria Hushpuppi à Dubai. Selon les informations, le richissime brouteur risque la peine de mort ou la prison à vie.

Voici son parcours énorme dans le métier :

« Son gang et lui ont anarqué 1.9 Millions de personnes en Europe. En 3 ans, il s’est fait la somme de 400 Millions de Dollar soit 200 Milliards de Fcfa.

Hushpuppi exhibe sa réussite : voitures de sport, montres bling-bling, jets privés, résidence à Dubaï… Rien n’est trop luxueux pour celui qui dit avoir fait fortune dans l’immobilier.

Mais le millionnaire est soupçonné de longue date d’être à la tête d’un réseau de cybercriminels. Pendant la perquisition de sa maison, plus de 40 millions de dollars en liquide sont saisis ainsi que du matériel informatique. Les forces de l’ordre y découvrent les coordonnées de près de deux millions de personnes dont il aurait usurpé les identités.

Lire aussi : Togo : un jeune homme déclare sa flamme à la ministre Mila Aziablé

Hushpuppi est ensuite extradé vers les États-Unis. Là-bas, le FBI le recherche pour blanchiment d’argent. Selon les enquêteurs américains, Ramon Abbas est également derrière une cyberattaque contre une banque de Malte en 2019. Près de 15 millions de dollars avaient alors été détournés. Il aurait aussi tenté d’extorquer une centaine de millions de dollars à un club de football de la Premier League anglaise ».

Sécurité maritime : plusieurs pirates condamnés à Lomé

Sécurité maritime : plusieurs pirates condamnés à Lomé

Dans la nuit du 11 au 12 Mai 2019, le Tanker G-DONA 1 a fait objet d’une attaque perpétrée par des pirates en mer togolaise. L’attaque a rapidement été maitrisée par la marine togolaise, qui a réussi à prendre le contrôle du bateau et à interpeller les pirates.

En effet, ce lundi 05 juin 2021, la Cour d’appel de Lomé a prononcé la sentence pour 9 pirates dont 7 nigérians et 2 togolais. Un autre dénommé Anthony de nationalité ghanéenne, en fuite, a écopé 20 ans de prison. Un mandat d’arrêt a été émis à son encontre.

Selon Gnambi Garba, procureur général près la cour d’appel de Lomé, cette décision est très satisfaisante. Il a indiqué ensuite que le vol à main armée et la piraterie en mer seraient désormais punis et que la loi togolaise serait très rigoureuse. Lire aussi : Un cyber-activiste proche de Laurent Gbagbo convoqué

Mali : Sidiki Diabaté, 15 millions de francs CFA, prix de sa liberté provisoire

Mali : Sidiki Diabaté, 15 millions de francs CFA, prix de sa liberté provisoire

Le célèbre chanteur malien Sidiki Diabaté a été libéré sous caution, après avoir payé près de 23 000 euros. Rappelons que depuis le 21 septembre 2020, ce dernier était en détention provisoire à Bamako pour des faits présumés de coups et séquestration sur son ex-compagne.

C’est son manager, Aly Traoré qui a annoncé la libération de la star malienne. « Toutes les démarches ont été faites, nous avons eu la liberté provisoire pour Sidiki Diabaté », a-t-il déclaré, en précisant qu’elle avait été obtenue contre le versement d’une caution.

Le manager disait attendre qu’il y ait « moins de monde aux alentours de la maison d’arrêt de Bamako pour le faire rentrer à la maison sans bruit ». «Après trois mois de détention préventive, nos avocats nous ont informés que Sidiki Diabaté a payé une caution de 15 millions de francs CFA (près de 23 000 euros) pour avoir la liberté provisoire», a déclaré Balla Mariko, membre de l’Alliance contre les violences basées sur le genre.

« Notre lutte contre les violences basées sur le genre continue, nous faisions confiance à la justice, nous ne sommes pas opposés à cette demande de liberté provisoire », a-t-il ajouté.

 « À tout moment la personne détenue préventivement peut demander sa mise en liberté provisoire. C’est dans ces conditions que Sidiki Diabaté a demandé sa mise en liberté provisoire », déclare son avocat Me Cheick Omar Konaré à la BBC.

« Le premier juge d’instruction a refusé la liberté, nous avons fait appel et la Chambre d’accusation de la Cour d’appel a décidé d’accorder la mise en liberté sous caution de 15 millions de Fcfa », a expliqué le défenseur de l’artiste.

Lire aussi: Officiel : Sidiki Diabaté enfin libéré

Officiel : Sidiki Diabaté enfin libéré de prison

Officiel : Sidiki Diabaté enfin libéré

Interpellé par la police le lundi 21 septembre 2020, puis présenté le jeudi 24 septembre dernier, Sidiki Diabaté a été libéré ce mardi 29 décembre à la prison centrale de Bamako au Mali.

La star a été inculpée de « violences, coups et blessures » devant le juge d’instruction du Tribunal de Grande instance de la Commune III.

L’artiste, après plusieurs tentatives de plaidoirie menées par ses défenseurs aux fins d’une mise en liberté provisoire sans succès, il a finalement été fixé sur son sort, apprend-on.

Rappelons que par le passé Me Magatte A Seye, l’un des avocats de l’artiste avait écrit au juge en charge de l’affaire à travers une lettre dont le contenu est la suivante : « Depuis le 24 septembre 2020, Monsieur Sidiki Diabaté a été placé sous mandat par vos soins. À ce jour et malgré nos multiples interventions, il n’a pas été entendu au fond. Cette situation, qui semble convenir à notre cabinet d’instruction, viole à mon avis un principe sacro-saint consacré pour le droit pénal moderne actuel et la constitution du Mali, je veux parler du droit de toute personne de bénéficier d’un procès équitable dans des délais raisonnables ».

Des actions qui ont certainement contribués à la libération de l’artiste ce jour. La rédaction souhaite un prompt repos à la star et vivement un bon retour sur scène pour le plaisir de ses mélomanes.

Vous pourriez aussi aimer : Affaire Sidiki Diabaté : vers une liberté provisoire de l’artiste ?

Affaire Sidiki Diabaté vers une liberté provisoire de l’artiste 

Affaire Sidiki Diabaté : vers une liberté provisoire de l’artiste ?

Interpellé par la police le lundi 21 septembre 2020, puis présenté le jeudi 24 septembre dernier devant le juge d’instruction du Tribunal de Grande instance de la Commune III qui a aussitôt, inculpé Sidiki Diabaté de « violences, coups et blessures ».

L’artiste Sidiki Diabaté, après plusieurs échecs de tentatives de ses défenseurs, sera fixé sur son sort aujourd’hui aux dires de nos sources. L’artiste saura s’il aura la liberté provisoire ou non. Sauf changement de dernière minute le verdict sera connu aujourd’hui. Il est bien de noter que les greffiers avaient annoncé qu’ils observeront la grève de l’UNTM.

Lire aussi : Adja Diallo : « Emmanuel Adebayor, je m’adresse à toi, je suis désolée »

Faut-il rappeler que par le passé Me Magatte A Seye, l’un des avocats de l’artiste avait écrit au juge en charge de l’affaire à travers une lettre dont le contenu est la suivante : « Depuis le 24 septembre 2020, Monsieur Sidiki Diabaté a été placé sous mandat par vos soins. A ce jour et malgré nos multiples interventions, il n’a pas été entendu au fond. Cette situation qui semble convenir à notre cabinet d’instruction viole à mon avis un principe sacro-saint consacré pour le droit pénal moderne actuel et la constitution du Mali, je veux parler du droit de toute personne de bénéficier d’un procès équitable dans des délais raisonnables ».

2 ans de prison pour les hommes mariés s’ils refusent de manger la nourriture de leur femme

Ghana : 2 ans de prison pour les hommes mariés s’ils refusent de manger la nourriture de leur femme

Au Ghana, les hommes mariés qui refusent délibérément de manger la nourriture que leur prépare leur femme seront emprisonnés et ce, pour deux bonnes années.

En effet, le Coordonnateur régional central de l’Unité de lutte contre la violence domestique et le soutien aux victimes (DOVVSU) au Ghana, George Appiah-Sakyi a récemment fait comprendre que selon la loi, le fait que les hommes mariés refusent de manger la nourriture de leur femme constitue désormais un délit.

Pour lui, ce refus de manger la nourriture de sa femme constitue une forme de « violence psychologique ».

Il ajoute que les hommes mariés récalcitrants pourraient être inculpés pour violence psychologique et seront emprisonnés pour une durée maximum de deux ans en plus d’une amende.

C’est lors d’un atelier de sensibilisation pour les femmes musulmanes que l’officier de police a sorti ce communiqué.

Conseils aux hommes mariés

Au cours de son discours, il a également exhorté les hommes mariés à ne pas battre leurs femmes même si ces dernières les insultent.

Il suggère plutôt que les maris dénoncent leurs épouses au poste de police le plus proche et d’éviter de se faire justice eux-mêmes.

D’autant plus que les agressions verbales sont également une infraction qui peuvent être réglées par la loi.

« Si vos maris refusent de manger votre nourriture, vous rendent malheureuses et vous causent des douleurs émotionnelles, vous pouvez les signaler à la police. Si votre mari rentre tard à la maison et vous rend malheureuse, vous pouvez plaider contre lui », a-t-il déclaré.

Sanctions pour les femmes aussi

Il a ensuite ajouté que les femmes qui refusent d’avoir des relations sexuelles avec leur mari seront également amendées car le refus d’avoir des relations sexuelles avec un partenaire légal est également une violation fondée sur la loi et équivaut à des abus émotionnels qui sont punis par la loi.

« Si votre femme porte des jeans pour dormir et vous cause une violence psychologique, c’est une infraction et vous pouvez la dénoncer au DOVVSU », a déclaré Monsieur Appiah-Sakyi.

Cette décision est appréciée tant par les hommes que par les femmes puisque chacun sort gagnant.

Lire sur : https://actusalade.com/blog/togo-victoire-tomegah-dogbe-nouveau-premier-ministre-pour-une-nouvelle-relance-du-pays/

Le joueur brésilien Ronaldinho retrouve la liberté

Officiel : Ronaldinho enfin libéré après plus de 5 mois de détention

L’international Brésilien Ronaldinho, détenu depuis plus de cinq mois au Paraguay pour usage de faux passeport dans le pays, a été libéré le 24 août dernier.

Le ballon d’or 2005, qui a fêté ses 40 ans le 21 mars dernier, n’est plus sous le poids de la justice. Sa privation de liberté a été levée.

Ronaldinho est libre mais écope d’une amende de 90.000 dollars

« Dorénavant, la mesure de privation de liberté est levée. La star n’est soumise à aucune restriction, sauf celle de la réparation des dommages à la société », a laissé entendre le magistrat.

L’ex-joueur du club de football, FC Barcelone et du Paris Saint-Germain a indiqué au juge « accepter » la proposition du parquet d’une « suspension conditionnelle de la procédure » puisque la sanction envisagée ne dépasse pas deux ans. Néanmoins, le Ministère Public a demandé le paiement par Ronaldinho d’une amende de 90.000 dollars pour « dommage à la société ».

Son frère Roberto de Assis Moreira, condamné à deux ans de prison avec sursis, a été également libéré par le magistrat Gustavo Amanila. Il va aussi payer une amende de 110.000 dollars et à l’obligation de se présenter tous les quatre mois devant un juge brésilien pendant deux ans.

« C’est une sentence pour Roberto de Assis Moreira et un sursis pour Ronaldinho. La défense, elle-même, s’est ralliée à cette sortie judiciaire », a résumé le magistrat.

Ronaldinho et son frère victimes d’un usage de faux

Les deux Brésiliens sont, en effet, venus au Paraguay pour faire la promotion d’un livre et sont accusés d’être entrés dans le pays en possession de passeports paraguayens falsifiés. Ce qui a fait l’objet de leur détention.

Dans un communiqué, leur défense a indiqué que ces derniers avaient collaboré à l’enquête depuis le début. « Ils ont montré les documents paraguayens aux autorités de l’immigration en les croyant authentiques (…) L’enquête n’a trouvé aucune preuve de l’implication des deux frères dans du blanchiment d’argent ou dans une association criminelle », a-t-elle assuré.

« Nous demandons instamment à l’accusation d’agir sur les responsables » de cette affaire, ajoute-t-elle.Après avoir été détenus dans un commissariat d’Asuncion, les deux frères étaient assignés à résidence depuis presque cinq mois dans un hôtel de luxe de la capitale, contre le dépôt d’une caution de 1,6 million de dollars.

D’après les informations, Ronaldinho et Roberto rentreront dès que possible au Brésil à bord d’un vol privé, une fois les autorisations correspondantes obtenues.