Retour de Gbagbo : l’Avocate personnelle de l’ancien président communique

Retour de Gbagbo : l’Avocate personnelle de l’ancien président communique

L’avocate de Laurent Gbagbo dans un communiqué fait des précisions sur l’affaire affiches publicitaires de l’ancien président déchirée.

Paris, le 9 Juin 2021 – Dans la nuit du 8 au 9 juin 2021, le Conseil Supérieur de la Publicité (CSP) a fait arracher les affiches commandées par des sympathisants du Président Laurent GBAGBO, et qui visaient à informer les populations de son retour dans son pays, la Côte d’Ivoire, le 17 juin 2021.

Pour seule explication de ces arrachages nocturnes, le CSP a indiqué qu’il serait interdit d’utiliser l’image d’une personnalité politique sur des affiches publicitaires.

Cette explication apparait étonnante au regard de récentes affiches publicitaires à l’effigie de personnalités politiques RHDP, en dehors de toute campagne électorale, et qui n’ont pas subi le même traitement.

«  » »LIRE AUSSI : Côte d’ivoire : le gouvernement dit non à la date de retour de Laurent Gbagbo

Le Président Laurent GBAGBO appelle les Ivoiriens à l’apaisement, et leur demande d’aller au- delà d’un simple problème d’affichages.

Il estime que le chantier de la réconciliation est bien plus important que cela.

Le Président Laurent GBAGBO rappelle qu’il entend bien rentrer dans son pays le 17 juin 2021, et cela dans la paix et la sérénité.

P/O le Président Laurent GBAGBO

Maître Habiba TOURE

Avocate Personnelle du Président Laurent GBAGBO

Côte d’ivoire : le gouvernement dit non à la date du retour de Laurent Gbagbo

Côte d’ivoire : le gouvernement dit non à la date de retour de Laurent Gbagbo

L’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo ne rentrera plus au bercail à la date prévue. En effet, le Front populaire ivoirien (FPI) de l’ancien président a annoncé le lundi dernier, le retour de Gbagbo pour le 17 juin prochain, date de son anniversaire. Une décision qui, pour le gouvernement ivoirien n’est pas la bienvenue.

Ainsi, pour le porte-parole du gouvernement, Amadou Coulibaly, il a été « convenu que la date devait être choisie de façon consensuelle ». Donc pour nous, « il n’y a pas de date », a-t-il poursuivi.

Le ministre va jusqu’à remettre en cause la possibilité de ce retour : « Je ne sais pas comment il arriverait à cette date du 17 juin si aucune disposition n’est prise pour son accueil ».

Rappelons qu’au début du mois d’avril, Alassane Ouattara avait déclaré que Laurent Gbagbo pouvait rentrer « quand il le souhaitait », et que ses frais de voyage seraient pris en charge. Mais visiblement ceci devrait faire objet d’une décision consensuelle avec le gouvernement d’après les déclarations du ministre Amadou Coulibaly.