Togo / drame : suicide d’un chef d’entreprise de trading pour une dette de 277 millions de FCFA

Togo / drame : suicide d’un chef d’entreprise de trading pour une dette de 277 millions FCFA

L’affaire de trading au Togo prend une allure drastique et interpelle plus d’un. C’est d’ailleurs pour anticiper et éviter le chaos que le gouvernement a pris des mesures. Il s’agit notamment de la cessation immédiate des activités de trading et la restitution des sommes collectés auprès de la population.

Ainsi, dans la journée d’hier lundi 05 avril, un évènement malheureux s’est produit et qui donne encore une mauvaise image des sociétés de trading au Togo. En effet, selon les informations relatées par nos confrères de Togoweb, un chef d’entreprise de trading se serait donné la mort par pendaison pour une dette de 277 millions de francs CFA envers ses investisseurs.  Cette scène qui choque sur la toile s’est produit à Adétikopé situé à quelques kilomètres de Lomé, la capitale du togolaise.   

Selon les faits relatés, tout allait bien au début de la création de l’entreprise du défunt chef. Il a réussi à fructifier l’argent de ses différents investisseurs. Ce qui lui a conduit à faire beaucoup de réalisations notamment la construction de sa maison à hauteur de 150 millions et de s’acheter plusieurs voitures.

Son suicide fait déjà grand bruit sur la toile. Selon les internautes ce communiqué du ministre de l’économie a bouleversé les sociétés de trading et les mets plus dans l’impasse. Ce qui justifierai selon ces derniers le suicide de ce chef d’entreprise.

Toute nos condoléances à la famille éplorée.

Lire aussi: Togo : démarrage d’une séance de renouvellement de certificat d’aérodrome à l’Aéroport de Lomé

Supposé suicide à l’Université de Lomé, le démenti de Franck Missité

Supposé suicide à l’Université de Lomé, le démenti de Franck Missité

Ce jeudi 18 février 2021, Franck Missité, ancien journaliste présentateur de la Télévision Togolaise et directeur de cabinet du ministre en charge de la culture a apporté un démenti total à ce supposé suicide. Il a en effet informé sur une plateforme qu’aucun suicide n’a eu lieu à l’Université de Lomé spécialement au village du Bénin comme le prétendent certains médias.

L’ancien journaliste présentateur de la Télévision Togolaise a fait une précision concernant le suicide d’un professeur qui se serait produit au village du Bénin. « Le suicide qui a eu lieu au village du Bénin remonte au mardi 20 octobre 2020, et c’est un vigile qui s’était donné la mort par pendaison ».

Cela dit, « il ne s’est produit aucun drame de ce genre au village du Bénin hier » a-t-il posté sur une plateforme où certains sites en ligne, indiquaient qu’il y avait eu deux suicides (un suicide au village du Bénin et l’autre au sein de l’établissement IAEC) dans la journée d’hier.

Franck Missité dans sa déclaration est allé loin en précisant le statut même du professeur qui s’est donné la mort à l’IAEC. « Je voudrais même ajouter que l’enseignant qui s’est suicidé à l’IAEC était un vacataire au département d’Anglais de l’Université de Lomé » a indiqué l’ancien journaliste de la TVT et d’ajouter, il n’a donc pas de lien direct avec cette institution.

Lire aussi : Drame : un professeur d’anglais se suicide dans l’enceinte de l’IAEC à Lomé

Drame : un professeur se suicide dans l’enceinte de l’IAEC à Lomé

Drame : un professeur d’anglais se suicide dans l’enceinte de l’IAEC à Lomé

C’est une triste nouvelle que nous avons appris l’après-midi de ce mercredi 17 février 2021 concernant l’université privée IAEC (Institut africain d’administration et d’études commerciales). Un professeur se serait donné la mort dans l’enceinte de l’établissement. Un fait qui a sans aucun doute choqué les étudiants de cette université et la population.

Un drame enregistré à l’IAEC

Selon les informations reçues, il s’agirait d’un ancien professeur d’anglais de ladite université. Ce dernier serait monté au 5 ème étage de l’école, ensuite écrit une lettre, et aurait bu un mélange d’acide et de ciment du haut de l’étage.

Les policiers sont venus pour un constat. Pour l’instant les causes de ce suicide restent inconnues. Nous vous tiendrons informé dès qu’il y’a une nouvelle information.

Une université internationale

Créé en 1986, IAEC s’est forgé une réputation dans l’enseignement supérieur au niveau national et international. Enrichi de plus de 30 ans d’expériences fructueuses, il s’est implanté dans plusieurs pays africains au sein du Groupe BK pour proposer des formations qualifiantes adaptées aux besoins de l’environnement professionnel.

Sept pays sont déjà conquis : le Bénin, le Mali, le Niger, le Burkina-Faso, le Gabon, la République Centrafricaine et bien sûr le Togo. L’IAEC offre une intégration professionnelle dans des domaines prometteurs des secteurs tertiaire et technologique.

Lire aussi : Drame: un policier s’est donné la mort au domicile de Gilchrist Olympio

Zambie: accusée d’avoir volé 3 dessous de sa mère, cet élève de 16 ans se suicide

Zambie: accusée d’avoir volé 3 dessous de sa mère, cet élève de 16 ans se suicide

C’est une très triste nouvelle qui a secoué plus d’uns sur la toile. Une élève âgée de 16 ans, accusée d’avoir volé les dessous de sa mère s’est suicidée. Du nom de Agness Katenga, elle est inscrite à l’école secondaire Lunga Day dans le district de Mwinilunga au Nord-Ouest de la Zambie.

Agness Katenga se serait suicidée après avoir été accusée à tort d’avoir volé 3 ensembles de dessous de sa mère.

Selon les détails recueillis, Agness a également été battue pour avoir prétendument volé les dits dessous qui appartenaient à sa mère. Les détails de l’incident révèlent que la jeune fille de 16 ans s’est faufilée hors de leur maison dans la nuit après avoir échappé aux coups de sa mère. Elle s’est ensuite pendue à un manguier voisin dans le quartier.

Une déclaration de la police révèle qu’ils ne soupçonnaient aucun acte criminel. La mère, quant à elle, aurait retrouvé plus tard les dessous dans sa valise après des recherches.

« Quand elle a voulu en porter un, elle a fouillé dans quatre autres sacs à l’exception de l’autre vieille valise et n’a rien trouvé. Elle a donc décidé d’appeler sa fille, qu’elle a ensuite accusée d’avoir volé ses nouveaux sous-vêtements. Quand elle a nié, la mère l’a battue. La fille s’est énervée et s’est pendue plus tard dans un manguier la nuit », une source proche de la famille a révélé.

Lire aussi: Nigéria : parce qu’elle a perdu son portable, une Nigériane se suicide

Drame : un policier s‘est donné la mort au domicile de Gilchrist Olympio à Accra

Drame: un policier s’est donné la mort au domicile de Gilchrist Olympio

Le corps d’un policier sans vie a été retrouvé ce lundi 01 février dans les toilettes au domicile de Gilchrist Olympio. La scène s’est déroulée dans l’une des résidences de ce dernier, situé au quartier Ridge dans la ville d’Accra en territoire ghanéen.

Le policier du nom de Yelnona Eugène, agent de l’Unité de protection nationale (NPU), aurait commis le suicide alors qu’il était déployé au domicile de l’opposant togolais. À en croire les premières informations, il se serait tiré une balle dans les toilettes de la résidence du président de l’Union des forces du changement. Même si son état de santé n’a pas été rendu public, il parait qu’il souffrirait de « trouble psychologique ».

D’après les informations rapportées par Graphic, le gendarme Yelnona a repris le travail le vendredi 29 janvier 2021 après un congé. Il aurait donc exprimé une demande de prolongation de celui-ci, afin de lui permettre de continuer son traitement à domicile, car n’étant pas rétabli. Cependant, il s’est vu refuser la prolongation du congé et a été affecté à la résidence Gilchrist Olympio.

Son corps a été retrouvé dans les toilettes et les premiers constats indiquent qu’il s’agirait d’un suicide. 

Notons que le fils du père de l’indépendance du Togo Gilchrist Olympio, a longtemps résidé dans la capitale ghanéenne. Il partage sa vie entre Lomé, Paris et Accra.

A lire: Burkina Faso: le FESPACO 2021 renvoyé à une date ultérieure, les raisons