Actualités, Numérique

Technologie : WhatsApp donne à tous ses utilisateurs un ultimatum

Technologie : WhatsApp donne à tous ses utilisateurs un ultimatum

WhatsApp, l’application de messagerie appartenant à Facebook, lance un ultimatum à ses 2 milliards d’utilisateurs et plus : accepter de partager leurs données personnelles avec le réseau social ou supprimer leurs comptes.

L’exigence est fournie par le biais d’une alerte dans l’application demandant aux utilisateurs d’accepter des modifications radicales des conditions de service de WhatsApp. Ceux qui n’accepteront pas la politique de confidentialité remaniée, d’ici le 8 février ne pourront plus utiliser l’application.

Peu de temps après que Facebook ait acquis WhatsApp pour 19 milliards de dollars en 2014, ses développeurs ont intégré un cryptage de bout en bout à la pointe de la technologie dans l’application de messagerie. Cette décision a été considérée comme une victoire pour les défenseurs de la protection de la vie privée, car elle utilisait le protocole Signal, un système de cryptage open source dont le code source a été examiné et audité par de nombreux experts en sécurité.

Rappelons que c’était en 2016 que WhatsApp avait donné aux utilisateurs la possibilité unique de refuser que leurs données de compte soient transmises à Facebook. Sauf qu’en date, la politique de confidentialité mise à jour entend changer cela. En effet le mois prochain, les utilisateurs n’auront plus ce choix. Cela inclut que seul l’acceptation des nouvelles conditions offrira désormais la possibilité d’accéder à la messagerie WhatsApp.

Essentiellement, ces données collectées par WhatsApp comprendront : 

  • Numéros de téléphone des utilisateurs
  • Numéros de téléphone d’autres personnes stockés dans les carnets d’adresses
  • Noms de profil
  • Photos de profil et Message d’état indiquant la date de la dernière connexion d’un utilisateur
  • Données de diagnostic collectées à partir des journaux d’application

Selon les nouvelles conditions, Facebook se réserve le droit de partager les données collectées avec sa famille d’entreprises.

« En tant que membre de la famille d’entreprises Facebook, WhatsApp reçoit des informations de cette famille d’entreprises et les partage avec elle », indique la nouvelle politique de confidentialité. « Nous pouvons utiliser les informations que nous recevons d’eux, et ils peuvent utiliser les informations que nous partageons avec eux, pour aider à exploiter, fournir, améliorer, comprendre, personnaliser, soutenir et commercialiser nos services et leurs offres. »

Dans certains cas, comme lorsqu’on utilise WhatsApp pour interagir avec des entreprises tierces, Facebook peut également partager des informations avec ces entités extérieures.

Un manque de transparence

Cette décision intervient un mois après qu’Apple ait commencé à demander aux fabricants d’applications iOS, y compris WhatsApp, de détailler les informations qu’ils collectent auprès des utilisateurs. WhatsApp, selon l’App Store, se réserve le droit de collecter : Achats, l’information financière, emplacement, contacts, contenu utilisateur, Identifiants, données d’utilisation et diagnostique

Une porte-parole de WhatsApp a refusé de parler officiellement des changements et de la possibilité pour les utilisateurs de les refuser. En revanche, elle a accepté d’envoyer par courrier électronique des informations supplémentaires à condition qu’elles soient conservées en arrière-plan, ce qui signifie qu’aucun des détails ne peut être cité textuellement.

Cette décision, a déclaré la porte-parole, fait partie d’une décision précédemment divulguée visant à permettre aux entreprises de stocker et de gérer les discussions WhatsApp à l’aide de l’infrastructure de Facebook. Les utilisateurs n’auront pas à utiliser WhatsApp pour interagir avec les entreprises et auront la possibilité de bloquer les entreprises. Elle a déclaré qu’il n’y aurait aucun changement dans la façon dont les partages WhatsApp fournissent des données avec Facebook pour les discussions non-professionnelles et les données de compte.

Tout bien considéré, la politique de confidentialité et les conditions de service de WhatsApp comptent plus de 8 000 mots et sont remplis d’un jargon juridique qui le rend difficile à comprendre pour les non-avocats. WhatsApp rend un mauvais service à ses utilisateurs en n’acceptant pas de parler officiellement afin que les journalistes puissent pleinement comprendre les changements et les expliquer aux lecteurs.

Lire aussi: WhatsApp : l’application de messagerie n’est plus la plus populaire au monde

Article précédentArticle suivant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *