Sport

Togo/Football : les Eperviers de 2006, que sont-ils devenus ?

Le football togolais a connu des époques de gloire comme celle de 2006

Le football togolais a connu des époques de gloire comme celle de 2006. Plusieurs joueurs ont contribué à la qualification historique de la sélection togolaise au mondial 2006 en Allemagne. La majeure partie de ces héros sont perdus de vue, mais que sont-ils devenus en réalité ?

L’année 2006 est et reste historique dans l’histoire du football togolais. L’équipe des Eperviers avait participé à la CAN et avait validé son billet pour le mondial.

Amené par l’Allemand Otto Pfister et son staff (Piet Hamberg, Kodjovi Mawuéna, Joachim Schubert), l’équipe des Eperviers, composée de : Ouro Nimini Tchagnirou, Kossi Agassa, Kodjovi Dodji Obilalé, Daré Nibombé, Jean-Paul Abalo (le capitaine), Kuami Agboh, Éric Akoto, Richmond Forson, Ludovic Assémoassa, Affo Érassa, Franck Atsou, Assimiou Touré, Emmanuel Adebayor, Yao Aziawonou, Thomas Dossevi, Mamam Cherif Touré, Adékanmi Olufadé, Alaixys Romao, Yao Junior Sènaya, Massamesso Tchangaï, Moustapha Salifou, Robert Malm, Mohamed Kader, a ému tout un peuple lors du mondial 2006.

Même si les espoirs du Togo n’ont pas suffi pour passer le premier tour de cette fête mondiale du football, une chose a retenu l’attention, l’unique but du pays marqué par Kougbadja Kader sur une passe décisive d’Alaixys Romao.

Près de 15 ans après l’exploit de la qualification du Togo au mondial 2006, le football togolais peine à retrouver ses repères et l’on se remémore toutes ces stars et se pose des questions sur leurs actualités.

Les Eperviers du mondial 2006 reconvertis

Après la belle époque du mondial 2006, ils sont nombreux, ces héros Eperviers qui ont raccroché les crampons pour se tourner vers une autre carrière.

Jean Paul Abalo, le capitaine lors du mondial 2006, a pris sa retraite en 2008 et est devenu, depuis un moment, le sélectionneur des Eperviers locaux et l’adjoint au niveau de la sélection A. Il se retrouve aux côtés des sélections togolaises avec Agassa Kossi.

Le goal togolais, Agassa après une vingtaine d’années passées avec la sélection, raccroche au lendemain de la CAN 2017. Il revient sur la scène et devient l’entraineur des gardiens de la sélection nationale togolaise.

Quant à Kodjovi Dodji Obilalé, blessé dans l’enclave de Cabinda en 2010, le portier est, depuis lors, reconverti vers des projets pour les jeunes et l’agriculture. Rappelons qu’il a reçu un prix spécial de la CAF lors des Awards en janvier 2020.

Thomas Dossevi, pour sa part, a mis un terme à sa carrière en 2015 après son passage à l’USL Dunkerque. Ex recruteur du Standard de Liège, Thomas est devenu entraineur adjoint en charge des attaquants à Boulogne-sur-Mer et consultant sportif. Il est suivi, dans le rôle de consultant, par Robert Malm.

Cet ancien de Montpelier et de Nîmes a arrêté son parcours de joueurs en 2010. Il est, aussi, entraineur des attaquants au centre de formation et la section amateur du PSG.

Nibombé Daré, de son côté, a raccroché en 2015 pour une carrière d’entraineur. Depuis juin 2020, il est entraineur avec une licence UEFA A. Il officie, actuellement, comme adjoint au Tubize AFC (D2 belge).

Le fils de la région centrale, Mohamed Kader Kougbadja, a sifflé la fin de sa carrière en 2014. Depuis ce temps, il fait la détection nationale au Nigéria, en Turquie et en Côte d’Ivoire. Il est, en outre depuis la saison 2017-2018, l’entraîneur des U12 du FC Sochaux-Montbéliard, ainsi que l’entraîneur des attaquants pour les U17 et U19 sochaliens.

Dans la foulée, l’on a encore en mémoire Ludovic Assémoassa qui a pris sa retraite en 2008 suite aux blessures pour embrasser la carrière d’entraineur, ainsi que Franck Atsou (retraité en 2011 après un passage en Iran Pro League).

Richmond Forson, après sa retraite en 2012, s’est tourné vers le monde des affaires.

La vague de la retraite n’a pas épargné Olufadé Adékanmi, après son passage au Sporting Charleroi en Allemagne. Il s’est depuis reconverti en entraineur et a exercé dans le championnat d’élite togolais. L’histoire ne se rappelle pas seulement de ceux précités.

Où sont passés les autres Eperviers ?

Si certains Eperviers de 2006 ont quitté les pelouses, d’autres demeurent encore en compétition comme : Emmanuel Adébayor Shéyi, sans club depuis la fin prématurée de son contrat en juin dernier avec le club Olimpia Ascuncio, Assimiou Touré, joueur de FC Leverkusen en Allemagne depuis 2019, et Moustapha Salifou (joueur du club allemand de Türkspor Augsburg pour un contrat de 2015 à juin 2020).

D’autres encore sont sans grandes nouvelles comme : Ouro Nimini Tchagnirou (fin de carrière en 2011 au stade malien), Kuami Agboh (en retraite depuis 2008), Affo Erassa (fin en 2017 après AS Belfort Sud), Yao Aziawonou (a annoncé sa retraite en 2010 avant de rebondir et finir en 2015 en D4 suisse avec le FC Concordia).

Aussi, Touré Chérif, après Mouloudia Club d’Alger, a pris du repos depuis 2009.

Quant à Yao Junior Sénaya, il fait un tour à Al-Jazira Al-Hamra aux Emirats arabes unis avant de finir en 2011. Et depuis ce temps, il est sans nouvelles activités tout comme Eric Akoto qui a eu un souci judiciaire en 2014. Puis après, ce dernier a été annoncé au Petersdorf II en 2015.

Alaixys Romao est, pour l’heure, sans aucune précision puisqu’il est sur le point de résilier son contrat qui le lie Stade de Reims depuis 2018.

De cet effectif des Eperviers du Togo au mondial 2006, Massamesso Tchangaï, qui a le plus évolué dans les championnats italiens, a été emporté par la mort le 8 août 2010 à sa 32ème année.

Qu’en est-il des membres du staff technique ?

L’entraineur allemand qui a pris le relais au lendemain de la qualification pour le mondial, Otto Pfister a, après le Togo, conduit le Cameroun à la CAN 2008. En finissant en 2018 en Afghanistan, il est devenu un consultant.

Le togolais Kodjovi Mawuéna, défenseur et capitaine des Eperviers lors de la CAN 1984 quant à lui, est toujours dans le monde du football comme entraineur et officie dans le championnat togolais.

L’ancien milieu de terrain néerlandais, Piet Hamberg, entraineur adjoint du Togo en 2006 pour sa part, est sans nouvelle sur la suite de son parcours.

Plus d’une décennie après ce sacre de la génération dorée des Eperviers de 2006, les souvenirs restent dans les esprits des supporters togolais. Mais depuis cette époque, le football togolais n’a pas changé de carré et il peine à se relever.

Article précédentArticle suivant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *