Education

Togo : l’Université de Lomé innove avec un super calculateur

l’Université de Lomé innove avec un super calculateur

Bientôt, l’institution de l’enseignement supérieur de Lomé va se doter d’une superbe machine intelligente, un super calculateur. Il s’agit d’une marche de l’institution universitaire vers la promotion de l’intelligence artificielle.

Cette technologie permettra de répondre à plusieurs exigences tant au niveau des enseignants que des étudiants. Surtout pour ce qui concerne les calculs complexes.

Une vision futuriste pour l’Institution

Il s’agit d’une haute technologie que l’Université de Lomé veut s’employer à utiliser afin de maintenir son cap dans le domaine du numérique. Cette action s’inscrit ainsi dans l’optique d’une numérisation progressive et profonde de l’Université et de ses activités.

Doté d’une puissance de 1 pétaflop/s pouvant effectuer un million de milliard d’opérations par seconde, il permettra, en effet, de réaliser des calculs très complexes.

Ainsi, il permettra aux acteurs du monde universitaire du pays d’avoir des résultats rapides et fiables en ce qui concerne les chiffres. Il sera aussi utile dans les industries, les banques.

Une puissance et une utilité remarquables

Ces puissants ordinateurs sont capables de générer des millions de milliards de calculs par secondes. Des capacités de calculs toujours plus importantes qui viennent révolutionner nombreux domaines industriels.

L’utilité de ces énormes machines est de modéliser mathématiquement des phénomènes scientifiques, plutôt que de les expérimenter en conditions réelles.

Sans que l’on en prenne forcément conscience, les supercalculateurs servent aujourd’hui aussi bien à prévoir la météo, qu’à concevoir des voitures ou déterminer des gisements de pétrole.

Selon Michel Daydé, le Directeur de l’IRIT, un laboratoire en informatique de référence au sein du CNRS à Paris « Sans les supercalculateurs, on mettrait une semaine pour prévoir la météo à 48 heures ». 

Il faut rappeler qu’en 1997, c’est un supercalculateur, baptisé Deep Blue, qui avait battu le champion d’échecs russe Garry Kasparov.

Lire aussi : le CEJIP apporte une solution au chômage des jeunes

Article précédentArticle suivant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *