Sports

CAN 2021 / Tunisie-Mali : « c’était une situation étrange », l’arbitre Janny Sikazwe explique ce qui lui était arrivé

CAN 2021 : « c’était une situation étrange », l’arbitre qui a sifflé la fin du match Tunisie-Mali à la 89e minute explique ce qui lui était arrivé

Janny Sikazwe était à deux doigts de la mort, mais Dieu l’a sauvé.

L’arbitre qui a sifflé la fin du match Tunisie-Mali à la 89e minute lors de la phase de groupes de la CAN 2021 affirme qu’il aurait pu mourir d’un coup de chaleur.

Le Zambien Janny Sikazwe a sifflé la fin du match à la 89e minute.

« J’ai vu plusieurs personnes partir en mission à l’extérieur du pays et revenir dans un cercueil. J’étais très proche de revenir ainsi », a-t-il déclaré.

« J’ai eu de la chance de ne pas tomber dans le coma. L’histoire aurait été très différente. Les médecins m’ont dit que mon corps ne se refroidissait pas. Il n’aurait fallu qu’un peu de temps avant que je ne tombe dans le coma, et cela aurait été la fin. Je pense que Dieu m’a dit de siffler la fin du match. Il m’a sauvé », a-t-il ajouté.

Le match du Groupe F à Limbe, mercredi 12 janvier, s’est terminé dans la controverse lorsque l’équipe d’entraîneurs de la Tunisie, qui était menée 1-0 et jouait contre 10 hommes, a couru sur le terrain pour confronter Sikazwe et ses assistants pour contester cette décision.

Cependant, Sikazwe a maintenu sa décision et a dû être escorté par le personnel de sécurité pour quitter le terrain.

Vingt minutes plus tard, les organisateurs du tournoi ont ordonné que le match se poursuive, mais les joueurs tunisiens ne sont pas revenus sur le terrain et le Mali a été déclaré vainqueur.

CAN 2021, les explications de l’arbitre Sikazwe

S’adressant aux médias zambiens à son retour au pays, Sikazwe a déclaré que l’impact du temps à Limbe était la raison de sa performance erratique en seconde période.

« Il faisait très chaud et le degré d’humidité était d’environ 85 % », a-t-il déclaré.

« Après l’échauffement, j’ai senti que le climat était hostile. Nous essayions de boire de l’eau, mais nous ne pouvions pas sentir l’eau nous désaltérer. Mais nous [les arbitres de match] pensons que nous sommes des soldats et que nous allons nous battre. Tout ce que je portais était chaud. Même l’équipement de communication, j’avais envie de le jeter. Il faisait si chaud. »

La deuxième mi-temps a connu plusieurs arrêts, dont deux révisions de l’arbitre assistant vidéo (VAR), une pause boisson et plusieurs remplacements, et on aurait pu s’attendre à ce qu’au moins cinq minutes de temps additionnel soient ajoutées.

Cependant, Sikazwe a déclaré qu’il n’était pas en mesure de communiquer avec le reste de son équipe d’arbitres.

« J’ai commencé à être confus. Je ne pouvais entendre personne. J’ai atteint le point où je pouvais commencer à entendre du bruit et j’ai pensé que quelqu’un communiquait avec moi et les gens me disaient ‘non vous avez terminé le match’. C’était une situation très étrange.

Lire aussi : CAN 2021 / Tunisie-Mali : la CAF rejette la plainte déposée par le staff tunisien

Je me suis demandé qui m’avait dit de mettre fin au match. Peut-être que je me parlais à moi-même, je ne sais pas. Voilà à quel point la situation était grave », a-t-il expliqué.

Le lendemain du match Tunisie-Mali, Sikazwe s’est rendu à l’hôpital pour des examens cardiaques, sanguins et physiques – mais tous ses résultats étaient négatifs.

Il a également reçu la visite à son hôtel du président de la, Patrice Motsepe, et d’Andrew Kamanga, le président de la fédération zambienne.

Avec Afrikmag

Article précédentArticle suivant

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.