Notice: Undefined index: HTTP_REFERER in /home/actusalade/public_html/wp-content/themes/bitz/bitz.template#template on line 43
une dizaine de militaires tués dans une attaque à Tiwoli

Nord-Est Togo : une dizaine de militaires tués dans une attaque à Tiwoli

Le nord-est du Togo a connu une attaque terroriste le jeudi 24 novembre. Tiwoli, une localité située à la frontière entre le Bénin et le Burkina Faso, a été le lieu d’un violent affrontement entre des hommes armés et les soldats togolais. Une dizaine de militaires ont perdu la vie dans l’attaque, selon plusieurs sources.

L’information a été confirmée par la Radio France International ce 28 novembre. L’attaque serait déroulée en plein jour dans la zone de Tiwoli. En effet, les assaillants seraient venus en nombre, provoquant des lourdes pertes à l’armée togolaise. On ignore le nombre exact de victimes, mais les opérations de ratissage sont toujours en cours.

Pour l’heure, l’assaut n’a pas été revendiqué, néanmoins, on sait que des éléments du GNIM, groupe de soutien à l’islam et aux musulmans, écument la région. Cette zone des trois frontières présente un intérêt pour ce groupe affilié à Al Qaïda. Étant une zone forestière, elle offre une base de repli pour ces hors-la-loi.

Lire aussi : Togo : 02 soldats blessés dans une attaque terroriste tôt ce matin 

Rappelons que le secteur est placé sous état d’urgence sécuritaire jusqu’en mars prochain. Dans le cadre de l’opération « Koundjoare« , un grand nombre de militaires ont été déployés dans la région pour venir en aide à la population.

Togo : un bateau géant avec plus de 1000 passagers en tourisme à Lomé

Togo : un bateau géant avec plus de 1000 passagers en tourisme à Lomé

Le Port Autonome de Lomé a accueilli dans une ambiance festive, un bateau de croisière avec à son bord plus de 1000 passagers. C’était dans la journée de ce dimanche 27 novembre.

En effet, le navire, dénommé « Seven Seas Voyager » appartenant à la compagnie américaine Regent était en provenance du Ghana. Il est le premier du genre à accoster sur les côtes togolaises depuis 3 ans.

D’après les informations de nos confrères d’Afreepress, ses plus de 1000 passagers sont de plusieurs nationalités, notamment, Américains, Anglais et Allemands. Ces derniers ont été accueillis dans une ambiance agrémentée par des prestations de plusieurs groupes folkloriques. 

Pendant toute la journée du dimanche, les touristes ont eu l’opportunité de visiter la région Maritime grâce à des excursions organisées à leur intention. Des excursions qui leur ont permis de visiter le Lac Togo, la cascade de Kpalimé et bien sûr Lomé. Ils ont également profité de l’occasion pour s’imprégner de la culture togolaise avant de reprendre la mer dans la soirée. Leur prochain arrêt, Sao Tomé. 

Donald Trump visé par une plainte pour viol

Scandale : Donald Trump visé par une plainte pour viol

Une semaine après avoir annoncé officiellement sa candidature à l’élection présidentielle, Donald Trump se retrouve au cœur d’un scandale sexuel. Grâce une nouvelle loi de l’État de New York, une journaliste a relancé une action en justice contre l’ancien président des États-Unis. Cette dernière l’accusait de l’avoir violé dans les années 90.

Déjà en procès pour diffamation depuis 2019, Jean Carroll poursuit de nouveau l’homme d’affaires pour viol. La journaliste a relancé la plainte grâce à la loi de l’État de New York qui protège les victimes d’agressions sexuelles. Elle accusait Donald Trump de l’avoir violée dans une cabine d’essayage d’un grand magasin de New-York en 1995 ou 1996. L’ex-président alors en exercice avait déclaré ne l’avoir jamais rencontré et qu’elle n’était pas son genre de femme.

Jean Carroll

« Il y a environ 27 ans (…) dans le grand magasin de luxe Bergdorf Goodman sur la Cinquième Avenue à New York (de) s’être saisi de E. Jean Carroll, de l’avoir plaquée et coincée contre la paroi d’une cabine d’essayage avec son épaule et de l’avoir violée« , peut-on lire en introduction de la plainte. 

Lire aussi : Scandale : Donald Trump aurait jeté des papiers officiels dans ses toilettes

Accompagnée de plusieurs avocats, la journaliste demande un procès civil en 2023 afin d’obtenir des dommages et intérêts. Pour l’heure, Donald Trump n’a pas encore réagi à cette nouvelle plainte.

[Vidéo] Une violente bagarre au parlement sierra-léonais fait le buzz

[Vidéo] Une violente bagarre au parlement sierra-léonais fait le buzz

Les échauffourées entre parlementaires deviennent de plus en plus récurrentes en Afrique. Ce mercredi, le Parlement sierra-léonais a été le lieu d’une bagarre entre députés suite à un débat sur une proposition de modification du système électoral. Une tentative de réforme six mois avant les élections prochaines.

Les députés du parti au pouvoir et les représentants de l’ex-parti ont voulu en découdre. Dans une vidéo virale authentifiée par l’AFP, on peut voir les législateurs se balancer des coups-de-poing et lancer des chaises et des vases, forçant la sécurité à intervenir. 

Lire aussi : Togo / Golfe 4 : Bagarre entre Isabelle Ameganvi et Anita Kpodar (vidéo)

Certains des députés impliqués dans l’accrochage ont été expulsés pour que le débat autour du changement du système puisse reprendre. Ci-dessous la vidéo : 

Togo : 02 soldats blessés dans une attaque terroriste tôt ce matin 

Togo : 02 soldats blessés dans une attaque terroriste tôt ce matin 

Les forces de défense et de sécurité du Togo en patrouille sont tombées tôt ce matin dans une embuscade des terroristes à Sankortchagou dans le Kpendjal. Il s’agit d’un grand nombre d’éléments terroristes d’après les informations. 

Lire aussi : Dapaong / Terrorisme : des propositions pertinentes à Faure Gnassingbé

En effet, selon des sources, les forces de l’ordre ont vigoureusement repoussé les assaillants. On apprend que des renforts ont été immédiatement envoyés dans la zone. Pour bilan on dénombre 02 soldats blessés évacués et pris en charge au CHR-DAPAONG, selon les sources.  

France - Afrique : fin de l'opération Barkhane dans le Sahel, annonce Macron

France – Afrique : fin de l’opération Barkhane dans le Sahel, annonce Macron

Emmanuel Macron, le président français, a annoncé ce mercredi 9 novembre, la fin de l’opération Barkhane dans le Sahel, trois mois après le retrait des troupes françaises au Mali. Le patron de l’Elysée a annoncé par la même occasion, des phases prochaines, d’échanges avec des partenaires africains. 

 »Nous n’avons pas vocation à rester indéfiniment sur les terrains d’opération », a affirmé Macron, lors du discours prononcé à l’occasion Toulon.

« Nos interventions doivent être mieux bornées dans le temps », a-t-il ajouté. Et de poursuivre, « C’est pourquoi j’ai pris la décision, en coordination avec d’autres acteurs, de mettre fin à l’opération Barkhane ».

« Notre partenariat n’a de sens que s’il est véritable et qu’il répond à des besoins explicites des armées africaines, s’il s’inscrit en complémentarité des partenariats politiques économiques et administratifs dans ces pays ».

Lire aussi : Poutine-Macron : Les raisons de la longue table entre les 2 présidents connues

 L’opération Barkhane lancée en 2014 au Sahel consiste à mener la lutte anti- jihadiste, aux côtés des forces africaines. 

« Nous devons savoir changer de méthodes, notre engagement avec les pays africains doit être centré sur une logique d’appui et de coopération, c’est pourquoi nous lancerons une phase d’échanges avec nos partenaires africains, pour faire évoluer le statut et les missions des bases françaises en Afrique », a t- il poursuivi.

Sénégal : Pape Alé Niang arrêté, Sonko réagit

Sénégal : un journaliste arrêté pour « violation du secret professionnel », Sonko réagit 

La presse et la classe politique sénégalaise en ébullition depuis dimanche, après l’arrestation du directeur de publication de Dakar Matin, Pape Alé Niang. 

Placé, en garde à vue dans les locaux du commissariat central de Dakar, le journaliste est accusé de plusieurs faits. Il lui est reproché de publier une information de « nature à nuire à la défense nationale et des actes et manœuvres de nature à compromettre la sécurité publique et à occasionner des troubles », en plus de « violation du secret professionnel ». 

Ainsi, Ousmane Sonko, leader du Pastef qui dénonce, une arrestation injuste et illégale dans un long post sur ses comptes sociaux apporte son soutien a l’homme de média.  »Je lui apporte mon soutien total, car injustement et illégalement interpellé par la police sur instruction du parquet politique de Macky Sall  », a t- il écrit. Et de poursuivre :  » Libérez le et édifiez plutôt les Sénégalais sur le scandale des achats d’armes et sur vos relations douteuses avec la famille Peretz et ses entreprises. »

Lire aussi : Sénégal : arrestation de plusieurs gardes rapprochés d’Ousmane Sonko

L’avocat de l’accusé, de son côté dénonce « une montagne d’hérésies, des intimidations et une tentative de museler la presse », d’après les médias locaux.  

Burkina Faso :  ''actualité- fiction'', le gouvernement tacle RFI et Jeune Afrique 

Burkina Faso : ‘actualité- fiction’, le gouvernement tacle RFI et Jeune Afrique

Dans un communiqué, le gouvernement burkinabé a recadré les médias RFI et Jeune Afrique (JA). Une sortie de la junte burkinabé portant sur une publication de JA relayée par RFI intitulé  » Burkina Faso : cinq questions pour comprendre le recrutement massif de VDP) ». Ainsi, les médias ont, dans leurs commentaires, soutenu que :  » Alors que les groupes d’autodéfense et les VDP recrutent majoritairement au sein de la communauté Mossi, les groupes djihadistes eux, puissent largement dans la communauté peule  ».

Lire aussi : Mali : la junte suspend la diffusion de RFI et France 24 jusqu’à nouvel ordre


De ce fait,  » le Gouvernement regrette que cette actualité – fiction, fruit de l’imaginaire des rédactions de ces deux médias ait été publiée et relayée avec toutes les conséquences que cela pourrait engendrer  ».  

Lire le communiqué ci- dessous :


Burkina : le Togo aurait renvoyer 3 officiers de Damiba aux nouveaux putschistes

Burkina : le Togo aurait renvoyer 3 officiers de Damiba aux nouveaux putschistes

Rebondissement dans le putsch contre le pouvoir de Damiba les 29, 30 septembre et 1er octobre derniers. A en croire les informations, les officiers réfugiés avec l’ex président Paul-Henri Damiba à Lomé mènent des actions de déstabilisation du nouveau pouvoir burkinabé depuis leur exil. 

Ainsi, soupçonnés par le pouvoir togolais, ces derniers auraient été remis au nouveau gouvernement burkinabé. Il s’agit des capitaines Sidsoré Abdoul Kader Ouédraogo, Hassan Salem Diallo et Didas Charles Ouédraogo, tous des pilotes d’hélicoptères de l’armée de l’air burkinabè.

 » Selon nos sources, les autorités togolaises soupçonnent ces officiers de comploter depuis Lomé pour la déstabilisation du nouveau pouvoir burkinabé. Des messages interceptés par les hommes du Président Ibrahim Traoré auraient trahi les trois capitaines sur leurs intentions d’en découdre avec le MPSR II. Ce qui aurait poussé Lomé à les renvoyer dans leur pays. 

Lire aussi : Burkina Faso : En prison, le Général Diendéré reconnu coupable d’un autre assassinat

Aussitôt arrivés à Ouagadougou il y a trois jours, les trois jeunes officiers auraient été placés en résidence surveillée. Réputés très proches de Damiba, ils avaient été très actifs dans la prise de pouvoir de ce dernier en janvier 2022. D’ailleurs, c’est le capitaine Sidsoré qui avait lu à la télévision nationale, la première déclaration de proclamation du MPSR », écrit les echosdufaso.net.

 » Ayant choisi le camp de Damiba contre le Capitaine Traoré, ce sont eux qui avaient piloté l’hélicoptère MI 171 de l’armée burkinabé ayant permis à l’ancien Président de se réfugier au Togo.
L’appareil MI 171, avait rejoint sa base le lendemain à l’aide d’autres pilotes  », ajoute le média. 

Sénégal : arrestation de plusieurs gardes rapprochés de Sonko

Sénégal : arrestation de plusieurs gardes rapprochés d’Ousmane Sonko

Alerté quelques jours avant par le journaliste Pape Alé Niang sur une probable arrestation des gardes du corps de l’opposant Ousmane Sonko, c’est chose faite. D’après les informations, la gendarmerie procéderait à l’arrestation des gardes du corps du leader du Pastef

En compagnie de leur patron convoqué par le Doyen des juges Makham Diallo ce 03 novembre, les 6 gardes rapprochés ont été arrêtés à leur arrivée au tribunal. L’arrestation fait suite à une plainte déposée par les victimes des échauffourées de Thiky.

Lire aussi : Sénégal : Un ex-conseiller au ministère de l’Emploi arrêté pour vol

« Comme je l’avais annoncé, une réunion de briefing a été tenue par la gendarmerie pour procéder à des arrestations au niveau du noyau sécuritaire d’Ousmane Sonko. Au moment où Sonko est en face du juge, la gendarmerie est passée à l’action. Ils ont interpellé les gardes du corps qui accompagnaient Sonko. Présentement, ils sont entre les mains de la gendarmerie. Deux avocats ont quitté le palais pour suivre ce dossier qui frise la provocation », a écrit Pape Alé Niang.