France - Afrique : fin de l'opération Barkhane dans le Sahel, annonce Macron

France – Afrique : fin de l’opération Barkhane dans le Sahel, annonce Macron

Emmanuel Macron, le président français, a annoncé ce mercredi 9 novembre, la fin de l’opération Barkhane dans le Sahel, trois mois après le retrait des troupes françaises au Mali. Le patron de l’Elysée a annoncé par la même occasion, des phases prochaines, d’échanges avec des partenaires africains. 

 »Nous n’avons pas vocation à rester indéfiniment sur les terrains d’opération », a affirmé Macron, lors du discours prononcé à l’occasion Toulon.

« Nos interventions doivent être mieux bornées dans le temps », a-t-il ajouté. Et de poursuivre, « C’est pourquoi j’ai pris la décision, en coordination avec d’autres acteurs, de mettre fin à l’opération Barkhane ».

« Notre partenariat n’a de sens que s’il est véritable et qu’il répond à des besoins explicites des armées africaines, s’il s’inscrit en complémentarité des partenariats politiques économiques et administratifs dans ces pays ».

Lire aussi : Poutine-Macron : Les raisons de la longue table entre les 2 présidents connues

 L’opération Barkhane lancée en 2014 au Sahel consiste à mener la lutte anti- jihadiste, aux côtés des forces africaines. 

« Nous devons savoir changer de méthodes, notre engagement avec les pays africains doit être centré sur une logique d’appui et de coopération, c’est pourquoi nous lancerons une phase d’échanges avec nos partenaires africains, pour faire évoluer le statut et les missions des bases françaises en Afrique », a t- il poursuivi.

Sénégal : Pape Alé Niang arrêté, Sonko réagit

Sénégal : un journaliste arrêté pour « violation du secret professionnel », Sonko réagit 

La presse et la classe politique sénégalaise en ébullition depuis dimanche, après l’arrestation du directeur de publication de Dakar Matin, Pape Alé Niang. 

Placé, en garde à vue dans les locaux du commissariat central de Dakar, le journaliste est accusé de plusieurs faits. Il lui est reproché de publier une information de « nature à nuire à la défense nationale et des actes et manœuvres de nature à compromettre la sécurité publique et à occasionner des troubles », en plus de « violation du secret professionnel ». 

Ainsi, Ousmane Sonko, leader du Pastef qui dénonce, une arrestation injuste et illégale dans un long post sur ses comptes sociaux apporte son soutien a l’homme de média.  »Je lui apporte mon soutien total, car injustement et illégalement interpellé par la police sur instruction du parquet politique de Macky Sall  », a t- il écrit. Et de poursuivre :  » Libérez le et édifiez plutôt les Sénégalais sur le scandale des achats d’armes et sur vos relations douteuses avec la famille Peretz et ses entreprises. »

Lire aussi : Sénégal : arrestation de plusieurs gardes rapprochés d’Ousmane Sonko

L’avocat de l’accusé, de son côté dénonce « une montagne d’hérésies, des intimidations et une tentative de museler la presse », d’après les médias locaux.  

Burkina Faso :  ''actualité- fiction'', le gouvernement tacle RFI et Jeune Afrique 

Burkina Faso : ‘actualité- fiction’, le gouvernement tacle RFI et Jeune Afrique

Dans un communiqué, le gouvernement burkinabé a recadré les médias RFI et Jeune Afrique (JA). Une sortie de la junte burkinabé portant sur une publication de JA relayée par RFI intitulé  » Burkina Faso : cinq questions pour comprendre le recrutement massif de VDP) ». Ainsi, les médias ont, dans leurs commentaires, soutenu que :  » Alors que les groupes d’autodéfense et les VDP recrutent majoritairement au sein de la communauté Mossi, les groupes djihadistes eux, puissent largement dans la communauté peule  ».

Lire aussi : Mali : la junte suspend la diffusion de RFI et France 24 jusqu’à nouvel ordre


De ce fait,  » le Gouvernement regrette que cette actualité – fiction, fruit de l’imaginaire des rédactions de ces deux médias ait été publiée et relayée avec toutes les conséquences que cela pourrait engendrer  ».  

Lire le communiqué ci- dessous :


Burkina : le Togo aurait renvoyer 3 officiers de Damiba aux nouveaux putschistes

Burkina : le Togo aurait renvoyer 3 officiers de Damiba aux nouveaux putschistes

Rebondissement dans le putsch contre le pouvoir de Damiba les 29, 30 septembre et 1er octobre derniers. A en croire les informations, les officiers réfugiés avec l’ex président Paul-Henri Damiba à Lomé mènent des actions de déstabilisation du nouveau pouvoir burkinabé depuis leur exil. 

Ainsi, soupçonnés par le pouvoir togolais, ces derniers auraient été remis au nouveau gouvernement burkinabé. Il s’agit des capitaines Sidsoré Abdoul Kader Ouédraogo, Hassan Salem Diallo et Didas Charles Ouédraogo, tous des pilotes d’hélicoptères de l’armée de l’air burkinabè.

 » Selon nos sources, les autorités togolaises soupçonnent ces officiers de comploter depuis Lomé pour la déstabilisation du nouveau pouvoir burkinabé. Des messages interceptés par les hommes du Président Ibrahim Traoré auraient trahi les trois capitaines sur leurs intentions d’en découdre avec le MPSR II. Ce qui aurait poussé Lomé à les renvoyer dans leur pays. 

Lire aussi : Burkina Faso : En prison, le Général Diendéré reconnu coupable d’un autre assassinat

Aussitôt arrivés à Ouagadougou il y a trois jours, les trois jeunes officiers auraient été placés en résidence surveillée. Réputés très proches de Damiba, ils avaient été très actifs dans la prise de pouvoir de ce dernier en janvier 2022. D’ailleurs, c’est le capitaine Sidsoré qui avait lu à la télévision nationale, la première déclaration de proclamation du MPSR », écrit les echosdufaso.net.

 » Ayant choisi le camp de Damiba contre le Capitaine Traoré, ce sont eux qui avaient piloté l’hélicoptère MI 171 de l’armée burkinabé ayant permis à l’ancien Président de se réfugier au Togo.
L’appareil MI 171, avait rejoint sa base le lendemain à l’aide d’autres pilotes  », ajoute le média. 

Sénégal : arrestation de plusieurs gardes rapprochés de Sonko

Sénégal : arrestation de plusieurs gardes rapprochés d’Ousmane Sonko

Alerté quelques jours avant par le journaliste Pape Alé Niang sur une probable arrestation des gardes du corps de l’opposant Ousmane Sonko, c’est chose faite. D’après les informations, la gendarmerie procéderait à l’arrestation des gardes du corps du leader du Pastef

En compagnie de leur patron convoqué par le Doyen des juges Makham Diallo ce 03 novembre, les 6 gardes rapprochés ont été arrêtés à leur arrivée au tribunal. L’arrestation fait suite à une plainte déposée par les victimes des échauffourées de Thiky.

Lire aussi : Sénégal : Un ex-conseiller au ministère de l’Emploi arrêté pour vol

« Comme je l’avais annoncé, une réunion de briefing a été tenue par la gendarmerie pour procéder à des arrestations au niveau du noyau sécuritaire d’Ousmane Sonko. Au moment où Sonko est en face du juge, la gendarmerie est passée à l’action. Ils ont interpellé les gardes du corps qui accompagnaient Sonko. Présentement, ils sont entre les mains de la gendarmerie. Deux avocats ont quitté le palais pour suivre ce dossier qui frise la provocation », a écrit Pape Alé Niang. 

Rachat de Twitter : l'UE répond cache à Elon Musk

Rachat de Twitter : l’UE répond cache à Elon Musk

Le rachat de Twitter, le réseau à l’oiseau bleu est consommé. Le milliardaire Elon Musk, devient le patron. Le montant de la transaction s’élève à 44 milliards de dollars d’après les informations.  » l’oiseau est libéré », a tweeté jeudi soir le nouveau patron. Une façon d’annoncer son rachat définitif. En effet, quand l’on sait les valeurs que prônent Elon Musk sur le réseau, notamment la liberté d’expression, son tweet n’est pas passé inaperçue à l’Union européenne.

Ainsi, réagissant rapidement à la sortie d’Elon Musk, Thierry Breton, commissaire européen au Marché intérieur de l’institution a posté ce vendredi :  »En Europe, l’oiseau volera selon nos règles européennes ». Pour Thierry Breton, l’oiseau devra respecter la réglementation sur les grandes plateformes qui vient d’être adoptée.

Lire aussi : Buzz : Elon Musk cité dans une affaire de s€xtape

Peu avant l’annonce officielle, le PDG de Tesla et SpaceX a été aperçu dans une vidéo qu’il a diffusée lui même avec un lavabo dans les mains, entre dans les locaux de Twitter avec pour légende : « J’entre au siège de Twitter – je vous laisse absorber l’information [let that sink in] ! ». Il s’est également rebaptisé « Chef Twit » sur le réseau. 

Centrafrique : bras de fer entre Touadéra et Danièle Darlan

Centrafrique : bras de fer entre Touadéra et Danièle Darlan

Danièle Darlan n’est plus la présidente de la cour constitutionnelle en Centrafrique. C’est ce qui ressort de l’arrêté pris par décret présidentiel en date du 25 août 2022.

Le président de la République Centrafricaine, Faustin-Archange Touadéra a mis fin aux fonctions de la présidente de la Cour constitutionnelle, Danielle Darlan.

En effet, la présidente de la cour constitutionnelle (72 ans) est admise à la retraite dans l’Éducation nationale. Une aubaine pour le président de la République de sortir ce décret de révocation que dame Danièle refuse catégoriquement.

Lire aussi : Centrafrique : Touadera impose la langue russe dans les universités

Selon le Premier vice-président et porte-parole de la Cour, Jean-Pierre Ouaboué, « les juges sont inamovibles ». Ainsi, poursuit-il, « la Cour, face à cette adversité, lance un appel au président de la République, chef de l’Etat qui incarne et symbolise l’unité nationale, de veiller au respect de la Constitution et au respect de l’indépendance de la justice sans laquelle il n’y a pas d’Etat de droit ».

Rappelons que ces brouilles interviennent après que la présidente de la Cour constitutionnelle a rejeté toute réforme permettant au président Touadéra de briguer un troisième mandat.

L’opposition, de son côté, évoque un acte de haute trahison et une violation du serment fait par le président devant cette Cour constitutionnelle.

Meghan Markle : la duchesse de Sussex révèle son origine en partie africaine et surprend

Meghan Markle : la duchesse de Sussex révèle son origine en partie africaine et surprend

La duchesse de Sussex, Meghan Markle, dans une interview s’est prononcé sur ses origines en partie africaine.

Dans l’interview réalisée avec l’actrice et humoriste sénégalo-américaine Issa Rae, l’écrivain nigérian-américain Ziwe Fumudoh et le professeur Emily Bernards, la duchesse de Sussex a déclaré qu’elle a passé un test de généalogie qui lui a révélé qu’elle était à 43 % nigériane.

La femme du prince Harry a posé des questions honnêtes sur les jugements portés sur les femmes et en particulier les femmes de couleur. « J’ai fait ma généalogie il y a quelques années », explique Meghan, alors que ses invités lui demandent avec impatience de partager les résultats. « Je suis à 43% nigériane », a-t-elle révélé avec beaucoup de sérénité.

Lire aussi : Royaume Unis : Journée du 08 mai le message de la Elisabeth II

Elle a ensuite ajouté qu’elle va bientôt creuser davantage ses origines, afin de savoir si elle est Igbo, Yoruba. « Je vais commencer à faire des recherches sur tout cela parce que tous ceux à qui j’en ai parlé, en particulier les femmes qui déménagent du Nigeria, sont étonnés », a-t-elle souligné.

Meghan Markle est une Américaine née à Los Angeles, devenue plus tard membre de la famille royale de l’Empire britannique après avoir épousé le prince Harry, petit-fils de la reine Elizabeth II récemment décédée et fils du roi Charles.

Nigeria : saisie définitive des propriétés de l'ex ministre du pétrole

Nigeria : saisie définitive des propriétés d’une ministre de Goodluck Jonathan

Un tribunal nigérian a ordonné la saisie définitive de deux propriétés et de voitures appartenant à l’ancienne ministre du pétrole, Diezani Alison-Madueke. Elle est poursuivie par des allégations de corruption. Ce qu’elle ne reconnait pas.

L’information a été rendue publique lundi par la commission des crimes économiques du pays, dans la dernière décision liée aux allégations de corruption à son encontre.

Alison-Madueke a été membre de 2010 à 2015, du gouvernement de l’ancien président Goodluck Jonathan et a occupé le poste de ministre du pétrole.

Lire aussi : Nigeria : Vers une interdiction de consommation d’Akpaman » (Peau de bœuf)

La Commission des crimes économiques et financiers (EFCC) a déclaré dans un communiqué que le juge de la Haute Cour Mobolaji Olajuwon a prononcé la confiscation définitive des maisons et des voitures de l’ancienne ministre, d’une valeur de 3 millions de dollars, à Abuja.

Un tribunal a déjà ordonné la saisie de sa propriété haut de gamme dans la capitale commerciale Lagos et a gelé des fonds qui feraient partie du loyer perçu de la propriété.

En 2017, le ministère américain de la Justice a déposé une plainte civile visant à récupérer environ 144 millions de dollars d’actifs prétendument obtenus grâce à des pots-de-vin versés à l’ancienne ministre.

Dubaï : plus de visas de 30 jours à ces pays africains

Dubaï : plus de visas de 30 jours à plusieurs pays africains

Les autorités des Émirats arabes unis (EAU) sans grandes explications, ont annoncé une interdiction de visas à plusieurs pays africains. La décision qui est entrée en vigueur depuis le 18 octobre 2022, indique également que toutes les demandes de visas de 30 jours reçues seront rejetées.

En effet, se rendre à Dubaï avec effet immédiat n’est plus possible pour certains pays africains jusqu’à nouvel ordre d’après une note publique émanant des autorités des EAU.

Lire aussi : Mondiaux d’Abu Dhabi: des athlètes africains refusés d’accès au championnat

Au total, 20 pays sont touchés par cette décision dont les raisons ne sont pas encore évoquées. Il s’agit du Ghana, la Sierra Leone, le Soudan, le Cameroun, le Nigeria, le Liberia, le Burundi, la République de Guinée, la Gambie, le Togo, la République démocratique du Congo, le Sénégal, le Bénin, la Côte d’Ivoire, le Congo, le Rwanda, le Burkina Faso, la Guinée-Bissau, les Comores et la République Dominicaine.