Sénégal : Un ex-conseiller au ministère de l'Emploi arrêté pour vol

Sénégal : Un ex-conseiller au ministère de l’Emploi arrêté pour vol

Au Sénégal, dans la nuit du 19 septembre 2022, un des ex-conseillers au ministère de l’Emploi, de la Formation professionnelle, de l’Apprentissage et de l’Insertion (MEFPAI) a été arrêté et mis sous les verrous pour vol. L’homme dont l’identité n’a pas été relevée à la presse a été pris en possession de 20 cartouches d’imprimante qu’il tentait de faire sortir nuitamment de la sphère ministérielle.

En effet, le nouveau ministre de l’Emploi n’est pas encore pris les reines du MEFPAI depuis le changement de gouvernement au Sénégal. Alors que les deux ministres n’ont pas encore fait de passation de service, un ex-conseiller du ministère en question a été interpellé par la police pour avoir tenté de voler 20 cartouches d’imprimante. Les faits se sont déroulés dans la nuit du lundi 19 septembre. 

Selon des informations du journal Enquête, les gendarmes lui ont demandé d’où venait ce matériel, surtout à cette heure tardive de la nuit. Il a déclaré devant les gendarmes que ces cartouches lui appartenaient.

C. , pour ne pas le nommer, a été par la suite remis en liberté, après de fortes pressions. D’après Senenews, le patron de la Direction de l’Administration générale et de l’Équipement du ministère concerné a été entendu, dans cette affaire. Ce dernier a confié aux enquêteurs que les cartouches d’imprimante appartiennent au ministère. Ainsi, il a été replacé en garde à vue. 

À nouveau interrogé, l’ex-conseiller reste campé sur sa position. Les enquêteurs souhaitaient l’envoyer au parquet pour des faits d’abus de confiance et vol dans un lieu public, quand ils ont reçu l’ordre venant de haut de le libérer. 

Une fusillade dans une école russe fait au moins 13 morts

Drame : Une fusillade dans une école fait 13 morts

Ce lundi, au moins treize personnes, dont sept enfants, ont été tués au cours d’une fusillade dans une école. Le drame est survenu à Ijevsk, une ville russe. Selon les informations rapportées par les médias, l’assaillant dont l’identité est en train d’être établie s’est suicidé après la fusillade.

Les enquêteurs ont indiqué d’après les données préliminaires que 13 personnes, dont six adultes, ont été victimes du crime. Quatorze enfants et sept autres adultes ont été blessés. Le suspect portait un pull noir avec un symbole nazi, affirme une source témoin de la scène. 

Une vidéo montrant le corps de l’auteur de la fusillade a été publiée par les enquêteurs. On peut y voir l’individu allongé au sol, du sang autour du crâne et réellement vêtu d’un pull noir sur lequel figurait la croix gammée.

Pour rappel, les faits se sont déroulés dans la matinée à Ijevstk, une cité qui abrite les usines de fabrication de Kalachnikov. Une enquête pour meurtre et de port illégal d’armes a été ouverte et transférée au Comité d’enquête de Russie.

Série Riverdale : Prison à vie pour Ryan Grantham l'un des acteurs

Série Riverdale : Prison à vie pour Ryan Grantham l’un des acteurs

Ryan Grantham, acteur dans la série Riverdale, a été condamné à perpétuité ce 21 septembre, pour le meurtre de sa mère. Il jouait le rôle de Jeffrey Augustine dans la saison 4. L’acte abominable est survenu en mai 2020. Alors que Barbara Waite jouait au piano, Ryan l’a tuée d’un coup de feu à l’arrière de la tête.

« Je lui ai tiré une balle derrière la tête », avait-il expliqué dans une vidéo qu’il avait tournée après le meurtre.

Selon les informations de Cnews, l’acteur de Riverdale s’est offert une bière et de la marijuana, avant d’aller se coucher après son crime. Le lendemain, il avait couvert le corps de sa mère avec un drap, disposé des chandelles autour et accroché un rosaire au piano, puis chargé sa voiture de diverses armes et munitions avec l’intention d’aller tuer le Premier ministre canadien Justin Trudeau.

Ryan Grantham fit demi-tour en chemin, et décide d’aller commettre une tuerie de masse dans son université à Vancouver. Il finit par se raviser finalement et se rend à police, avouant le meurtre de sa mère.

Lire aussi : Burkina Faso : En prison, le Général Diendéré reconnu coupable d’un autre assassinat

D’après le juge, la santé mentale de Ryan Grantham s’était détériorée des mois précédents son crime. La Radio-Canada a également rapporté à ses propos « qu’il passait de plus en plus de temps à fumer du cannabis, à regarder des vidéos violentes sur le dark web, tout en se sentant isolé et envahi par des idées suicidaires et homicidaires.

Après son procès, l’acteur est condamné à perpétuité avec impossibilité de libération conditionnelle avant 14 ans.

62e anniversaire du Mali : "C'est le jour de souvenir de notre dignité retrouvée...", Assimi Goïta

62e anniversaire du Mali : « C’est le jour de souvenir de notre dignité retrouvée… », Assimi Goïta

À l’occasion de la 62e fête nationale du Mali, le Col. Assimi Goïta a adressé un message à la nation, ce 21 septembre. Dans ses propos, le Chef de la Transition malienne a salué cette célébration historique et a rappelé son importance à ses compatriotes.

Le Mali célèbre ce jeudi, le 62e anniversaire de sa fête nationale. Pour Assimi Goïta, cette commémoration est, pour le peuple malien, un souvenir de leur dignité retrouvée.

« Il y a soixante-deux ans que les pères fondateurs du Mali célébraient, en communion avec le peuple, l’accession de notre pays à la souveraineté nationale et internationale. Cet événement historique que nous consacrons à notre tour est un rendez-vous citoyen auquel chaque Malienne et Malien doit accorder la plus haute importance, car c’est le jour du Souvenir de notre dignité retrouvée après une longue période de domination coloniale. C’est pour cette raison que nous plaçons ce 62e anniversaire sous le signe de l’ « Union dans la Souveraineté retrouvée », a déclaré le président Assimi Goïta.

Pour la même occasion, le président guinéen de la Transition, le Col. Mamady Doumbouya a effectué une visite d’amitié et de travail, de 24 heures, au Mali. 

Col. Mamady Doumbouya en visite au Mali

Général Diendéré

Burkina Faso : En prison, le Général Diendéré reconnu coupable d’un autre assassinat

Le Général Diendéré vient de se voir infliger une nouvelle lourde peine de prison. Incarcéré pour l’assassinat de Thomas Sankara, l’ex-militaire est reconnu coupable dans l’affaire du meurtre de Dabo Boukary, un étudiant séquestré et torturé à mort en 1990.

Vingt ans de prison pour Gilbert Diendéré pour avoir séquestré à mort l’étudiant Boukary. La décision a été annoncée la justice burkinabé, ce mercredi 21 septembre dans le cadre de cette affaire. Plusieurs autres militaires ont par ailleurs été condamnés avec lui.

Le Général Diendéré a également été condamné à payer une amende d’un million de francs CFA. À ses côtés dans cette affaire, le lieutenant-colonel Mamadou Bemba qui écope de 10 ans de réclusion et un million de francs CFA d’amende. Quant au troisième accusé, Victor Yougbaré actuellement en fuite, a été jugé par contumace et écope de 30 ans de prison et cinq millions d’amendes.

Les acolytes du Général Diendéré étaient poursuivies dans l’affaire Dabo Boukary. Tous les trois ont été reconnus coupables de complicités, d’arrestation illégale, de séquestration aggravée et de recel de cadavre.

Il faut rappeler que dans les années 1990, alors que le vent de la démocratie soufflait sur l’Afrique de l’Ouest, les régimes dictatoriaux ont commis beaucoup d’exactions qui sont, à ce jour, non révélées.

Guerre en Ukraine Poutine veut mobiliser 300.000 réservistes et provoque la fuite de la population

Guerre en Ukraine : Poutine veut mobiliser 300.000 réservistes et provoque une fuite de la population

Plusieurs milliers de Russes se ruent sur les billets d’avion pour tenter de quitter la Russie, ce 21 septembre. Ceci après l’annonce de la mobilisation de 300.000 réservistes faite par Vladimir Poutine, afin de renforcer son armée engagée en Ukraine.

Au total, 25 millions de Russes sont mobilisables pour rejoindre les rangs de l’armée dans l’est et le sud de l’Ukraine. Le président estime que l’Occident veut détruire la Russie et lance ainsi une mobilisation partielle pour renforcer ses troupes. Il a par ailleurs menacé encore une fois d’utiliser l’arme nucléaire.

Cette nouvelle sortie a suscité une vague d’inquiétudes au sein de la population. En effet, l’outil statistique Google Trends, qui permet de connaître la fréquence à laquelle un mot a été tapé sur Google, révèle que les recherches concernant les termes « billets » et « avion » ont plus que doublé, ce mercredi.

La requête « quitter la Russie », a été saisi dans le moteur de recherche plus de 100 fois qu’en temps normal. Et d‘après Metrotime, les billets de vols vers les destinations les plus proches de la Russie sont tous épuisés pour ce mercredi. Pareil pour les vols avec Turkish Airlines, qui sont déjà complets jusqu’à samedi. 

Rappelons qu’au début de l’offensive en Ukraine, un premier exode de Russes opposés à l’assaut ou craignant la mobilisation avait eu lieu. Aucune estimation officielle n’a été rendue publique.

RDC Un colonel arrêté pour avoir empoisonné un Général de l'armée

RDC : Un colonel arrêté pour avoir empoisonné un Général de l’armée

C’est la terrible affaire qui fait tâche actuellement à l’armée congolaise. Un colonel a été arrêté pour avoir tué par empoisonnement, son supérieur hiérarchique, le Général Tshinkobo Ghislain.

La justice militaire congolaise va devoir trancher sur une affaire révélatrice des dissensions entre les soldats de la RDC. Le Général Tshinkobo Ghislain, commandant de la 34e régiment militaire, mort le 16 août, serait empoisonné, d’après les premières enquêtes ouvertes par la Cour militaire du Nord-Kivu.

Après l’autopsie du corps d’un défunt, la justice militaire a arrêté le Colonel Kahombo Augustin, son subalterne. Il est suspecté d’être l’auteur de l’empoisonnement aux phénothiazines, des produits reconnus très toxiques entraînant une brûlure d’estomac. Les résultats de l’autopsie, rendus publics le 10 septembre, montraient que le Général a bel et bien été empoisonné trois jours avant son décès.

Le Général Tshinkobo Ghislain

Le Général Tshinkobo Ghislain n’était affecté dans le Nord-Kivu que l’année dernière. La justice est à pied d’œuvre pour découvrir le mobile de son assassinat.

Elizabeth II : Ces pays interdits d’assister aux funérailles de la reine

Elizabeth II : Ces pays interdits d’assister aux funérailles de la reine

Décédée le 8 septembre à Balmoral à l’âge de 96 ans, la reine Elizabeth II est le monarque ayant eu le plus long règne de l’histoire britannique. Ses Obsèques ont débuté ce 19 septembre à Londres, après une pluie d’hommages rendus à l’illustre disparu.

La reine Elizabeth II sera inhumée à l’abbaye de Westminster ce lundi. Les funérailles seront suivies par les grands dirigeants du monde entier invités spécialement pour prendre part à la cérémonie.

Alors que les invitations ont été envoyées à tous les dirigeants mondiaux, six pays ont été exclus de la liste, rapporte Afrikmag. Selon les informations, les présidents de la Russie, de la Biélorussie, du Myanmar, du Venezuela, de la Syrie et l’Afghanistan sont interdits d’assister aux funérailles du monarque. 

Lire aussi : Ghana : ce roi décline l’invitation aux funérailles de la reine Elizabeth II, la raison

Cette mesure a été prise compte tenu du climat politique actuel que le Royaume-Uni partage avec ces nations. Il n’est pas surprenant que la Russie, n’ait pas reçu d’invitation aux obsèques de la reine. Le conflit ukrainien en est la cause. La Biélorussie a également été exclue compte tenu de son alliance avec la Russie.

La Syrie et le Venezuela, n’ont aucune relation diplomatique avec le Royaume-Uni, ce qui explique leur exclusion de la liste des invités. Quant à l’Afghanistan et la Syrie, ces deux pays ont été exclus après avoir examiné leurs situations politiques actuelles.

Cependant, il faut noter que la Corée du Nord, le Nicaragua et l’Iran ont reçu des invitations, mais uniquement au niveau de leurs ambassadeurs.

Obsèques d'Elizabeth II : Faure Gnassingbé signe le livre de condoléances

Obsèques d’Elizabeth II : Faure Gnassingbé signe le livre de condoléances

Le Président de la République togolaise Faure Gnassingbé assiste ce lundi 19 septembre 2022 les obsèques d’Elizabeth II. Elle est décédée le jeudi 08 septembre à Balmoral à l’âge de 96 ans, après avoir régné pendant 70 ans.

Ainsi, les obsèques se déroulent ce lundi à l’abbaye de Westminster à Londres dont le numéro 1 togolais prend part. Il a signé le livre de condoléances ouvert au Palais de Lancaster House, en mémoire du monarque le plus ancien du Royaume-Uni.

Lire aussi : Ghana : ce roi décline l’invitation aux funérailles de la reine Elizabeth II, la raison

Selon un communiqué de la présidence togolaise, Faure Gnassingbé est arrivé à Londres à la veille de la cérémonie.

Ghana : ce roi décline l’invitation aux funérailles de la reine Elizabeth II, la raison

Ghana : ce roi décline l’invitation aux funérailles de la reine Elizabeth II, la raison

La reine Elizabeth II est décédée le jeudi 08 septembre dernier à l’âge de 96 ans à Balmoral. Après un ballet d’hommage à l’illustre disparu, les obsèques ont débuté ce lundi 19 septembre à Londres. Plusieurs chefs d’Etats et autorités venus du monde entier prennent part à la cérémonie.

En effet, sur instruction du roi Charles III, le secrétariat de la famille royale britannique, a invité le 16e roi du royaume d’Ashanti au Ghana, Otumfuo Osei Tutu II et son épouse à assister aux funérailles.

Ainsi, selon les informations émanant du palais de Manhyia, ce dernier a décliné l’invitation ainsi qu’à son épouse. Pour raison, les restrictions traditionnelles l’empêchent de prendre part à des cérémonies.

Lire aussi : Carnet noir : La reine Elizabeth II est décédée

Selon la source, la tradition Ashanti empêche le roi de voir les restes d’une personne décédée, par conséquent, son incapacité à assister aux funérailles.

L’information sera démentie plus tard par une personne du même palais. Cette dernière a fait savoir que la décision du roi Otumfuo de ne pas assister aux obsèques de la reine n’a rien à voir avec la tradition et elle est plutôt personnelle et que le roi Charles III avait été mis au courant.