Réduction de 12% sur les billets d’avion chez Asky pour la diaspora togolaise

Réduction de 12% sur les billets d’avion chez Asky pour la diaspora togolaise

Le ministre des affaires étrangères Robert Dussey a annoncé lundi, une réduction de 12%, sur les billets d’avion chez Asky pour la diaspora togolaise. L’initiative intervient dans le cadre des actions menées à l’endroit des togolais de l’étranger.  

Pour tout voyage, sans distinction de destination, les Togolais paieront en moins, 12% du tarif habituel d’Asky en classe affaires et économique suite à un accord signé le 5 avril dernier.

La compagnie panafricaine s’engage en retour « à accorder une levée de pénalité pour le premier changement de date effectué 72 heures avant la date du voyage ».

D’après les conditions, seuls les Togolais de l’extérieur disposant d’un passeport togolais ou de la carte d’identité nationale valide et de leur carte consulaire peuvent bénéficier des avantages de cette convention, en achetant leur billet dans une agence de la compagnie Asky.

Lire aussi : Recensement de la Diaspora togolaise : voici les sites officiels pour se faire enrôler

« Cet accord a été préconisé parce que la majorité de la diaspora togolaise se trouve en Afrique et cette compagnie (Asky) dessert beaucoup de villes africaines », indique le communiqué qui annonce également des négociations avec d’autres compagnies.

Jonathan Morrison, convoqué à la police économique

Côte d’Ivoire : Jonathan Morrison convoqué à la police économique pour activité illégale

Le concepteur de l’application, Treiize Taxi, Jonathan Morrison, l’ex petit ami de la bimbo togolaise, Maria Mobil a été convoqué à la Police économique concernant son activité. 

Dans le courant du mois d’août 2020, le service de veille du ministère de l’intérieur, en sa cellule économique et financière a repéré des centaines de transactions suspectes entre des souscripteurs à de prêts moyennant le versement de 10% de caution, et un organisme à caractère prosélytiste dénommé GDIco.

Selon le principal auteur de l’arnaque, M. Barry Ibrahim, ces fonds, non remboursables car provenant selon lui des pays du Golf, étaient issus de la finance islamique. Cet organisme installé au cœur du plateau, occupant deux étages dans un immeuble ayant pignon sur rue, avait tout ce qui a de plus respectable.

Par ailleurs, l’auteur des faits affichait une opulence rassurante et un discours à caractère prosélyte susceptible de facilement tromper de pauvres gens pieux issus de classes sociales difficiles.

Mais cette arnaque aura aussi pris au piège des grandes entreprises, comme celle qui a déboursé un chèque d’un milliard de FCFA, espérant en retirer dix. Une arnaque des plus classiques, celle de l’appât du gain facile et malheureusement le préjudice porté à la société est évalué à près de 2 milliards de francs CFA (certaines personnes ayant reçu une partie du prêt et ou du don promis.)

Il a fallu deux mois d’enquête et de pugnacité à la police économique et financière pour confondre cette organisation criminelle, car il fallait marcher sur des œufs, face à un homme puissant. Plusieurs biens matériels et pécuniaires ont été saisis, et des dizaines de personnes ont été déférées, dont plusieurs femmes, en attente de leur jugement.

Dans la même veine, suite à une veille digitale suivie d’une alerte qui date du mois de janvier 2022, puis une seconde datant du 4 avril 2022, la police économique, a comme elle le fait pour toutes applications digitales dans lesquelles des transactions financières sont effectuées, enquêté sur une entité dénommée Treiize Taxi.

Cette enquête a été accélérée lorsque les initiateurs de cette application ont annoncé dans une vidéo sur Facebook qu’ils s’apprêtaient à enregistrer les chauffeurs, ce qui implique d’office le paiement d’une caution. Dans ce cadre le 5 avril à 14:00 les sieurs Jonathan Morrison le fondateur et Cissé Ibrahim de l’entreprise Xearth, le développeur, ont été reçus à la police économique et financière en présence d’un avocat.

L’enquête sur l’activité de Jonathan Morrison

Les points saillants suivants ont été ceux sur lesquels la police économique et financière s’est appuyée pour mener cette enquête :

– La société Treiize Taxi n’a pas fait figurer sur son site les mentions légales obligatoires,

– La société Treiize Taxi n’a pas fait figurer sur son site le CGU (les droits et devoirs des consommateurs),

– La société Treiize Taxi n’existe pas légalement, elle n’est pas constituée,

– La société Treiize Taxi n’a pas de siège connu,

– La société Treiize Taxi n’a pas de compte contribuable,

– La société Treiize Taxi a relevé des milliers de données à caractère personnelles de consommateurs,

– L’appli Treiize Taxi est techniquement fonctionnelle, mais n’est pas encore opérationnelle faute d’inscription de taxis,

– La société Treiize Taxi n’a pas de compte bancaire,

– La société Treiize Taxi n’a pas d’agrément pour opérer en Côte d’Ivoire.

Le parquet a été immédiatement informé qu’il y a avait un risque de divulgation et d’utilisation des données à caractère privé des consommateurs à des fins criminelles.

Données relevées contre le gré des inscrits par Treiize Taxi. Le risque de voir des milliers de personnes payer une caution, qui s’élève à 40.000 F, somme fixée par M. Morrison, a aussi été identifié. Le risque de voir une levée de fonds sous seing privé être effectuée sous prétexte de milliers téléchargements et d’inscrits sur une application inachevée et non réglementaire, a également été identifié.

La police économique et financière a donc pris les dispositions techniques pour que L’ARTCI puisse bloquer l’appli Treiize Taxi. La procédure est en cours. Cela a été décidé parce que plusieurs délits ont été constatés, dont celui aggravé de tentative d’appel public à l’épargne de la part d’une entité non qualifiée pour le faire, selon les textes de L’UMOA. .

Au final il ressort des investigations que certaines personnes pouvaient se retrouver en train de verser de l’argent, à une entreprise qui n’existe pas, qui n’a pas obtenu l’autorisation d’opérer, qui n’a pas de compte contribuable, qui n’a pas de siège connu, ni compte bancaire, et dont le fondateur a pour seule adresse, selon ses propres dires, une chambre d’hôtel. C’est cette opération que la police économique est venue interrompre ou empêcher.

M. Morrison et M. Cissé n’ont pas été retenus, le parquet ayant constaté qu’il n’y avait pas encore de plainte. De plus, la police a pu empêcher de manière préventive, l’enregistrement payant des chauffeurs; enregistrement annoncé la veille par M. Morisson lui-même dans une vidéo Facebook.

Pour ce faire il a été formellement demandé à M. Morrison de ne plus communiquer dans le sens de l’inscription du grand public (chauffeurs ou utilisateurs) sur cette plate-forme, tant que les initiateurs de ce projet qui est encore à l’état embryonnaire, ne se seront pas mis en règle avec les textes en vigueur en Côte d’Ivoire.

La cellule de veille de la police économique et financière est à la tâche concernant ce point très précis. À ce stade l’enquête judiciaire se poursuit.

La population est invitée par NDCI à faire preuve de retenu et vigilance lorsqu’une entité nouvelle promet monts et merveilles. L’appât du gain facile donne des idées ingénieuses aux arnaqueurs. En cas de doute, le grand public doit avoir le réflexe de se rapprocher des services de police et signaler toutes opérations suspectes.

Le ministère de l’intérieur demeure au service des citoyens ivoiriens, on en veut pour preuve la nouvelle dynamique impulsée par Monsieur le ministre Vagondo Diomandé.

En effet, dès sa prise de fonction, il a visité tous les commissariats et tous les services de police de Côte d’Ivoire, en voiture de Bouna à Man, de Korhogo à Aboisso; tous sans exception et le résultat au niveau de l’engagement des hommes est là.

Ceci est le dernier des Nouveaux Dossiers de Côte d’Ivoire, (NDCI) nous reviendrons.

Lire aussi : « Goumin »: rupture du couple Jonathan et Maria Mobil

Terrorisme au Bénin : 1200 munitions saisies dans le centre-ville

Terrorisme au Bénin : 1200 munitions saisies dans le centre-ville

Les autorités multiplient les efforts pour contrer le terrorisme au Bénin. Dans cette dynamique, un colis a été saisi dans le centre-ville du Bénin sur l’axe Idigny-Savè. D’après les raisons évoquées par la police républicaine qui a saisi le colis, il s’agit des munitions.

En effet, un homme a été interpellé par la police républicaine à bord d’un moto taxi. Il est arrêté avec 1200 cartouches de calibre. Le monsieur a pris la fuite laissant le colis abandonné auprès du conducteur.

Les forces de l’ordre ont présenté le conducteur à la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (CRIET) puis placé en détention provisoire.

Lire aussi : Bénin : un Curé catholique expulse un photographe de l’église à cause de sa coiffure

Après écoute, ce dernier a déclaré qu’il ignorait la nature du colis, avouant toutefois que son passager « l’aurait conseillé de dépasser le poste de police en trombe. Ce qu’il n’a pas fait ».

Poursuivi pour appartenance à une organisation terroriste, son procès est attendu le 26 avril 2022.

Togo : la conférence sur les transitions politiques reportée

Togo : la conférence sur les transitions politiques reportée

Initialement prévue sur le 21 avril prochain, la conférence internationale de haut niveau annoncée par le gouvernement togolais n’aura plus lieu.

Elle a été reportée à une date ultérieure, nous communique le ministre en charge des Affaires étrangères, Robert Dussey.

En effet, sur initiative du Togo, une conférence sur les « transitions politiques et la lutte contre le terrorisme au Sahel et en Afrique de l’ouest » était prévue dans la capitale. Elle a pour objectif de contribuer aux efforts de stabilisation dans le Sahel et de l’Afrique de l’Ouest.

Lire aussi : 27 avril au Togo : le Grand Lomé s’active pour une bonne célébration

La rencontre, organisée en collaboration avec les Nations Unies, est ainsi « reportée à une date ultérieure qui sera communiqué à tous les acteurs nationaux et internationaux en temps opportun ».

France : Claudy Siar annonce la création de son parti politique

France : Claudy Siar annonce la création de son parti politique !

L’élection présidentielle en France bat son plein. Une aubaine pour l’animateur de radio et de télévision français Claudy Siar d’annoncer deux grands projets dont l’un démarre à l’entame de ces élections. Il s’agit d’un mouvement citoyen et plus tard d’un parti politique. L’information émane de sa dernière publication sur sa page Facebook.

En effet, le Producteur de l’émission Couleurs tropicales sur la Radio France Internationale (RFI), lancera un mouvement citoyen dénommé « unir ».

« J’ai également voté pour que #zemmour dégage !!!  Rendez-vous au second tour !! Et après le dernier round, je lance mon mouvement citoyen #unir ! Grâce aux femmes et hommes qui le composeront, nous aboutirons (dans un temps un peu plus long) à la création d’un parti politique. EN FRANCE NOS VOIX COMPTERONT ! », a écrit l’homme du micro sur le réseau social.

En effet, la course pour le prochain patron de l’Elysée se poursuit. Les résultats des premiers tours sont annoncés avec Emmanuel Macron, le président sortant en tête avec 28,1 % des voix selon l’institut Ipsos.

Lire aussi : Michel Platini porte plainte contre le président de la FIFA (communiqué)

Il est suivi de Marine Le Pen (23,3 %) et de Jean-Luc Mélenchon en troisième position, avec un score autour de 20 %. Et le candidat de Reconquête Eric Zemmour est dans le mur avec 7,2%.

Les regards sont ainsi tournés sur le second tour avec en lice M. Macron et Marine Le Pen.

Burkina Faso : les avocats demandent l’extradition de Blaise Compaoré

Burkina Faso : les avocats demandent l’extradition de Blaise Compaoré

Réfugié depuis 2014 en Côte d’Ivoire, l’ex-président du Burkina Faso, Blaise Compaoré est condamné mercredi par contumace, à la prison à perpétuité. L’ex-président du Burkina Faso est accusé de « complicité d’assassinat » et « atteinte à la sûreté de l’État ».

Une sentence prononcée par un tribunal militaire de Ouagadougou à la suite du procès enclenché il y’a six mois.

En effet, dans une sortie, les avocats représentant la famille de Thomas Sankara demandent l’extradition de Blaise Compaoré pour qu’il purge sa peine à perpétuité.

« Si ce n’est pas une parodie de justice que nous voulons, alors l’État doit faire tout son possible, dans le respect des droits des condamnés. Nous insistons là-dessus, pour que cette décision soit exécutée, s’ils doivent ensuite avoir droit à une grâce, à une amnistie, que ce soit fait dans les règles, c’est tout… », a exigé l’avocat Prosper Farama.

Lire aussi : Burkina : « je suis soulagé », les mots de la veuve de Sankara après la condamnation de Blaise Compaoré

Pour Bénéwende Stanislas Sankara, « nous avons la possibilité de faire revenir la justice de ce côté-là, donc pour nous ce sera l’affaire du collectif d’avocats, de concert avec les familles, si nous devons prendre cela en main, on ira jusqu’au bout ».

Deux autres co-accusés ont été également condamnés à la perpétuité. Il s’agit du commandant de la garde de Blaise Compaoré, Hyacinthe Kafando, en fuite depuis 2016, et le général Gilbert Diendéré, un des chefs de l’armée lors du putsch de 1987.

Le maillot de Chaker Alhadhur admis au musée de la FIFA

Comores : le maillot de Chaker Alhadhur admis au musée de la FIFA

L’exploit du latéral comorien, Chaker Alhadhur, devenu gardien de but face au Cameroun sera récompensé par la FIFA. La bonne nouvelle est que le légendaire maillot sera exposé au musée de la FIFA.

En effet, lors du 8e de finale entre les Comores et le Cameroun, l’équipe des Comores, a vu son effectif réduit à cause du nombre de contamination des joueurs y compris les gardiens de but. Pour sauver la situation, Chaker Alhadhur, sur accord du staff a enfilé les gangs.

Son numéro 16 initial, a été changé en 3, conçu avec du ruban adhésif, ce qui fait la particularité qui l’introduit au musée.

« La réalisation [au ruban adhésif] du nombre 3 au dos nous rappelle ce moment spécial et témoigne de la force et la volonté de s’adapter aux circonstances imprévues », poursuit le communiqué. Des mots qui résonnent avec ceux de Chaker Alhadhur au moment de revenir sur ce match si particulier :

« Ce qu’on a réalisé va au-delà du football. Avec nos armes et les valeurs qu’on a véhiculées ce soir-là, on a réussi à combattre et respecter le football face à une grande nation comme le Cameroun. Ce match est très symbolique, car on a montré que les Comores étaient une très bonne nation, et on a montré au monde entier les valeurs qu’on véhicule. »

Chaker Alhadhur au musée de la FIFA

Quelques jours après la rencontre, Chaker Alhadhur s’est confié aux médias, son souhait de vendre aux enchères sa légendaire tunique d’un soir et reverser l’argent aux associations Humanipedie et Sourire d’orphelins.

Lire aussi : Coupe du Monde 2022 : le Qatar érige un musée géant du sport

Souhait satisfait par la FIFA, à travers son musée, . « Pour commémorer cet inoubliable moment de l’histoire du football africain, [nous sommes] fiers d’ajouter à notre collection le maillot porté par Alhadhur lors de cette rencontre », lit-on sur le site du musée.

La durée des matches prolongée à 100 minutes? la FIFA répond

La durée des matches à 100 minutes? la FIFA répond

La Fédération internationale de football (Fifa) ne compte pas rallonger la durée des matches à 100 minutes. En tout cas, c’est ce qui ressort de son démenti. En effet, ce 6 avril 2022, des rumeurs ont circulé, d’allonger la durée des rencontres pour la Coupe du monde 2022 au Qatar.

« Suite à certains articles et rumeurs diffusés aujourd’hui (mercredi), la Fifa souhaite clarifier qu’il n’y aura aucun changement dans les règles concernant la durée des matchs de football pour la Coupe du monde ou toute autre compétition », a annoncé la Fifa.

Lire aussi : Mondial au Qatar : la FIFA veut rallonger la durée des matchs à 100 minutes

Burkina : "je suis soulagé", les mots de la veuve de Sankara après la condamnation de Blaise Compaoré

Burkina : « je suis soulagé », les mots de la veuve de Sankara après la condamnation de Blaise Compaoré

La veuve de Sankara, Mariam Sankara s’est prononcé sur la sentence tombée mercredi pour Blaise Compaoré et ses co-accusés.

« Je pense que le peuple burkinabé et l’opinion publique savent maintenant qui était le président Thomas Sankara, qui était l’individu, qui était l’homme politique, ce qu’il voulait, ce que ceux qui l’ont assassiné voulaient. En tout cas, je suis soulagé parce que nous savons qui il est. On l’avait traité de tout dans les discours et tout ça, maintenant on sait que c’était un homme intègre » a-t-elle déclaré.

Lire aussi : Procès Sankara : Blaise Compaoré et 2 de ses complices condamnés à la prison à vie

En effet, après des procédures judiciaires, un tribunal militaire du Burkina Faso a rendu le verdict. Il a condamné l’ancien président du Faso, Blaise Compaoré à la prison à vie pour l’assassinat de Thomas Sankara.

Même son pour le commandant de sa garde Hyacinthe Kafando et le général Gilbert Diendéré, un des chefs de l’armée lors du putsch de 1987.

Togo : 9 enseignants de nouveaux virés dans la fonction publique

Togo : 9 enseignants de nouveau virés dans la fonction publique

Le bras de fer se poursuit entre le gouvernement et le Syndicat des enseignants du Togo (SET). En effet, les autorités ont répliqué de nouveau à la grève jugée « illicite » reconduite par le SET. Dans un second arrêté, signé ce 05 avril, le ministre de la fonction publique, Gilbert Bawara a exclu 9 autres enseignants de la fonction enseignante à la fonction publique.

C’est le deuxième arrêté que M. Bawara signe depuis le début de la crise. Ceci, en réponse de la grève de 4 jours décrétés par le syndicat et qui est à son troisième jours.

Ainsi, cette nouvelle décision vient rallonger la liste des 137 précédents portant le nombre à 146 enseignants réaffecter dans la fonction publique.

Lire aussi : Grève du SET : le gouvernement exclut 137 enseignants grévistes

Le gouvernement estime que le SET n’a pas une base légale et ne reconnaissent pas ainsi son existence. Donc les mouvements de grève du syndicat sont qualifiés d’illicites et perturbe les activités scolaires.

Cette grève à créer un mouvement d’humeur chez les élèves qui ont envahi les rues. Certains réclament leurs enseignants et d’autres vont déloger les autres écoles qui continuent les cours malgré la grève.

Le mouvement a déchainé dans les savanes. Ainsi, 7 élèves dont une fille ont été arrêtés pour avoir commis des actes de vandalisme et ont été déposés à la prison civile de Dapaong.