Grève du SET : le gouvernement exclut 137 enseignants grévistes

Grève du SET : le gouvernement exclut 137 enseignants grévistes

Le gouvernement a réagit à la grève du SET (Syndicat des Enseignants du Togo) qualifiée d’illicite par l’autorité. En effet, le ministre de la fonction publique, du travail et du dialogue social, Gilbert Bawara, a signé un arrêté portant mesures administratives et excluant du cadre des fonctionnaires de l’enseignement cent trente-sept (137) enseignants.

« Il s’agit, pour l’essentiel, d’agents qui se sont illustrés de façon répétitive dans des agissements contraires aux exigences d’enseignants en s’obstinant à créer et à entretenir dans ce secteur crucial de la vie nationale qu’est l’éducation, des tensions et perturbations », a posté Gilbert Bawara sur son compte Twitter.

Lire aussi : Togo: « charlatanisme, comédie juridique », jusqu’où ira le bras de fer SET – Gouvernement ?

La décision est prise en application des textes en vigueur et précise que les enseignants exclus sont désormais mis à la disposition de l’administration générale, a-t-il précisé dans le post.

Pour le ministre de la fonction publique, les enseignants visés ont affiché un mépris aux lois en vigueur. Et ce, malgré les informations du gouvernement quant au défaut d’existence légale et de représentativité du Syndicat des Enseignants du Togo (SET).

De même, Gilbert Bawara accuse les enseignants virés de continuer « à faire montre d’une attitude de défiance envers l’autorité de l’Etat ». Il ajoute que les mesures administratives prises sont sans préjudice des autres dispositions applicables en cas de préavis ou de grèves illicites.

« Bien naturellement, nous demeurons disponibles et ouverts au dialogue avec tous les acteurs légalement constitués et nous réitérons la ferme volonté du gouvernement à poursuivre les efforts pour réformer et moderniser notre système éducatif », affirme M. Bawara.

Le ministre indique par ailleurs que le « gouvernement continuera sans relâche à agir pour répondre progressivement et durablement aux défis de ce secteur et aux préoccupations des acteurs dont les enseignants qui s’y dévouent admirablement ».

Togo: « charlatanisme, comédie juridique », jusqu’où ira le bras de fer SET – Gouvernement ?

Togo: « charlatanisme, comédie juridique », jusqu’où ira le bras de fer SET – Gouvernement ?

Le syndicat des Enseignants du Togo (SET) a lancé un nouveau mot d’ordre de grève de 72 heures qui débute ce mardi 29 mars.

Cette nouvelle grève intervient après que, le gouvernement soit resté indifférent à la précédente tenue les 24 et 25 mars derniers par le SET.  

Une nouvelle grève de 72 heures

« Le débrayage débutera le mardi 29 mars 2022 à 06h 45 minutes sur l’ensemble du territoire togolais et s’arrêtera le 31 mars 2022 à 17h 00 minute. Toutefois la grève sera reconduite pour 72 heures la semaine suivante dépendant de la suite que vous donnerez à nos revendications », a indiqué le SET au gouvernement dans son courrier.

En effet, le ministre des enseignements primaire, secondaire, technique et de l’artisanat réagissant à la précédente grève du syndicat, a tenu des propos qualifiés d’ « injurieux » pour le SET. D’après le ministre, les responsables de cette organisation syndicale font du « charlatanisme » ou plutôt de la « comédie juridique ». Il prévient également que les récalcitrants seront exclus par la suite, de la fonction enseignante et mis à la disposition de la fonction publique. Il ne s’agit ni de menace ni d’intimidation mais de « la réaction ‘légitime’ de l’Etat », a expliqué le ministre.

Malgré les sorties du gouvernement, le SET, visiblement ne compte pas s’arrêter et l’on se demande jusqu’où ira le bras de fer entre les deux parties.

Un dialogue pour des discussions franches et sincères

Notons qu’ au-delà des revendications, le syndicat demande au gouvernement l’ouverture d’un dialogue pour des discussions franches et sincères. Pour les responsables du syndicat il s’agit « de parvenir à des solutions idoines et durables dans le secteur éducatif, en lieu et place des menaces, des intimidations et propos injurieux sur les enseignants ».

Lire aussi : Togo : grève de la SET, un Chef d’inspection met en garde les enseignants qui vont grever

Pour rappel, le SET revendique l’octroi d’une prime mensuelle de logement (50.000 f au moins) pour tout enseignant sans distinction en conformité avec la réforme de l’enseignement de 1975, une prime annuelle d’éloignement d’au moins 300 Fcfa/km.

Il réclame aussi le recrutement des enseignants volontaires exerçant ou ayant exercé dans un établissement public pendant 3 ans au moins et disposant de qualification professionnelle requise. Il demande également une allocation de mutation (au moins 100.000 f pour l’inter régional et 60 000 f pour l’intrarégional) pour les enseignants.

grève des enseignants, un Chef d’inspection prévient

Togo : grève de la SET, un Chef d’inspection met en garde les enseignants qui vont grever

Une grève des enseignants est prévue sur les 24 et 25 mars prochains. Elle est l’initiative du Syndicat des Enseignants du Togo (SET). Cette grève selon le gouvernement est de « nul et nul effet » qui indique que le Syndicat n’a pas une existence légale.

En effet, dans une note de service, un Chef d’inspection de Sokodé, une ville du Togo, invite les enseignants à ne pas observer cette grève. Selon la note, un « mémorandum d’entente a été signé par les centrales syndicales, les partenaires de l’éducation et le gouvernement au sein il est convenu d’une trêve de 5 ans pour permettre la satisfaction entière des revendications ». Ceci étant, il ne pourrait pas avoir une grève, a en croire le Chef d’inspection.

Ainsi, il « invite tous les enseignants à ne pas suivre un quelconque mot d’ordre de grève qui ne respecterait pas l’esprit d’apaisement au sein du secteur éducatif contenu dans le mémorandum d’entente », a précisé la note qui ajoute le « risque auquel s’exposerait tout enseignant qui se mettrait en grève illégalement malgré tous les rappels à l’ordre de sa hiérarchie ».

Lire aussi : UL : Prof Kokoroko exige une autorisation avant les prises de photos et tournages sur le campus

Réclamant le retour de la réforme de 1975, le SET rappelle que la grève aura pour mot d’ordre l’exigence d’une prime mensuelle de logement (50.000 f au moins) pour tout enseignant sans distinction en conformité avec la réforme de l’enseignement de 1975, une prime annuelle d’éloignement d’au moins 300 Fcfa/km.

Il s’agira aussi pour le syndicat de demander le recrutement des enseignants volontaires exerçant ou ayant exercé dans un établissement public pendant 3 ans au moins et disposant de qualification professionnelle requise, une allocation de mutation (au moins 100.000 f pour l’interrégional et 60 000 f pour l’intrarégional).

UL : Prof Kokoroko exige une autorisation avant les prises de photos et tournages sur le campus

Le président de l’Université de Lomé (UL), prof Kokoroko, dans un communiqué annonce de nouvelles mesures au sein de l’institution. Selon la note parvenue à notre rédaction, les tournages ainsi que des prises de vues sont soumis à des procédures préalables.

« Les personnes, médias ou organismes voulant réaliser des tournages ou prendre des vues sur le site du campus universitaire, sont invités à prendre attache avec la Direction de la Communication et du Protocole pour les formalités administratives requises », indique la note.

Lire aussi : Togo : Faure Gnassingbé lance depuis Lomé, le câble sous-marin Equiano de Google

 Ceci étant, tout individus réalisant un tournage ou prend des photos sur le site du campus sans autorisation sera soumis à des sanctions. « La Police Universitaire de Lomé a reçu des instructions pour saisir le matériel de toute personne réalisant un tournage ou prenant des vues sans avoir observé la procédure en vigueur », précise la note.

Ouvrez les livres et fermez vos jambes, ordonne la ministre de la santé aux filles

« Ouvrez les livres et fermez vos jambes », ordonne une ministre aux filles

La ministre sud-africaine de la Santé du Limpopo est critiquée pour son message d’éducation sexuelle aux filles lors d’une visite scolaire.

Phophi Ramathuba a dit aux filles « d’ouvrir vos livres et de fermer vos jambes » – d’une manière plutôt brutale d’encourager l’abstinence pour prévenir les infections par le VIH/SIDA.

Elle a déclaré que les filles étaient attirées par des hommes plus âgés utilisant des produits de luxe comme des perruques et des smartphones coûteux.

Son message a cependant été appelé à faire peser le fardeau de la responsabilité sexuelle sur les filles uniquement, car de nombreuses personnes en ligne ont déclaré qu’il était également de la responsabilité des garçons et des hommes d’arrêter de s’en prendre à elles.

La ministre a défendu son message, affirmant qu’il avait été sorti de son contexte et qu’elle avait également conseillé aux garçons de ne pas se livrer à des activités sexuelles, rapporte le journal Times Live.

Lire aussi : Togo : la production de duplicata de nationalité bientôt décentralisée

L’année dernière, les données des provinces d’Afrique du Sud ont montré qu’il y avait eu une augmentation significative du nombre de grossesses chez les adolescentes pendant la pandémie.

La mise en œuvre de programmes d’éducation sexuelle dans certaines écoles a été interrompue suite à la résistance des parents.

La loi sud-africaine sur les infractions sexuelles existe pour sévir contre les auteurs et un registre des auteurs d’infractions est disponible pour les institutions, mais de nombreuses victimes craignent de signaler ces crimes.

Avec mondeactuel.net

Concours ENA 2021 : les résultats définitifs sont sortis

Concours ENA 2021 : les résultats définitifs sont sortis

La liste des candidats admis au concours de ENA 2021 est disponible et peut être consultée sur le www.fonctionpublique.gouv.tg ou à l’Ecole Nationale d’Administration (ENA) à Lomé. L’information émane du Ministre de la Fonction publique, du Travail et du Dialogue social. Elle concerne les candidats précédemment déclarés admissibles pour les épreuves orales.

C’est pour le compte du recrutement interne et externe d’entrée au Cycle III de l’ENA. Ceci, pour la session des 06 et 07 octobre 2021 (promotion 2021-2023).

Lire aussi : Une structure de la place recherche un Juriste et une commerciale

Résultats disponibles ici

Centrafrique : Touadera impose la langue russe dans les universités

Centrafrique : Touadera impose la langue russe dans les universités

Les relations entre la Centrafrique et la Russie vont au-delà de l’aspect sécuritaire. Sur directive du président Archange Touadera, la langue russe réintroduite dans les universités en 2019 sera obligatoire dès la rentrée prochaine. Elle sera enseignée en première année de licence jusqu’au master.

Les programmes de formation sont en cours de rédaction et déjà une rencontre est prévue en janvier 2022. Elle réunira les ministres de l’Enseignement des deux pays. La disponibilité des enseignants sera l’un des sujets à l’ordre du jour. Il est prévu l’envoi des enseignants russes en Centrafrique pour implémenter la discipline.

Lire aussi : Education: des collégiennes tombent en transes collectives dans un lycée

Il faut souligner que la langue russe n’est pas étrangère dans le pays. Elle était introduite sous l’empereur Bokassa et enseignée dans le secondaire. Elle a été suspendue après la chute de l’empereur.

Rappelons que la Russie de Vladimir Poutine apporte son expertise dans plusieurs domaines en Centrafrique, notamment la sécurité et la lutte contre les groupes rebelles.

EPP Kliguekondji : la construction de nouveaux bâtiments scolaires lancée

Togo / grève illicite des enseignants : la sanction des directeurs d’écoles peut être levée à une condition

Dans une récente sortie médiatique le ministre Kokoroko s’est de nouveau prononcé sur la sanction des directeurs d’écoles.

En effet, les 3 et 4 novembre dernier, la Fédération des syndicats de l’éducation nationale (FESEN) a observé une grève sur l’ensemble du territoire national. Cette grève des enseignants jugée illégitime par son ministère verra la réaction des autorités. La punition tombée au soir de la grève va démettre près de 2000 directeurs de leur fonction.  

Non respect des consignes

En effet, Joint par téléphone ce matin sur une radio locale, le ministre est revenu sur les circonstances menant à la sanction et ce que ces directeurs doivent faire pour être réhabilités.

Selon Kokoroko, les directeurs d’écoles ont été démis de leurs fonctions, car ils n’ont pas respecté les consignes

« Quand un ministre donne des instructions sur l’illégalité et l’irrégularité d’une grève, ces instructions doivent être respectées à la lettre pas les chefs d’établissement. Ne pas le faire constitue une faute administrative qui doit être punie », a-t-il déclaré.

Le ministre rassure par ailleurs, que les directeurs d’écoles ” n’ont pas été renvoyés. Ils sont toujours des enseignants.”

Un espoir

A en croire les dires de Kokoroko, il y a encore de l’espoir pour les directeurs d’écoles. Ils pourront reprendre la direction de leurs établissements à condition qu’ils apportent la preuve qu’ils n’ont pas pris part à la grève.

Lire aussi : Togo : Kokoroko met fin à la fonction de plusieurs Directeurs d’écoles ( liste complète)

« Si un directeur d’école, apporte la preuve qu’il n’a pas pris part à la grève des 3 et 4 novembre et les tests en vigueur en disposent tel, alors les sanctions prises seront levées. Ceux qui se retrouvent sur la liste par erreur seront réhabilités s’ils apportent la preuve. », a-t-il rappelé.

Aussi, le ministre des Enseignements primaire et secondaire tient à rappeler que l’arrêté du 4 novembre concerne uniquement les directeurs d’écoles. En ce qui concerne les enseignants ayant participé à la grève, les mesures qui seront prises pour eux arriveront dans les semaines à venir.

ESTABAT : former et bâtir des architectes et topographes

ESTABAT : former et bâtir des architectes et topographes

ESTABAT basée à Lomé, la capitale Togolaise, forme depuis 12 ans d’éminents Architectes et Topographes. Avoir un chez soi, un toit sur la tête fait partie des rêves communes aux africains.

Dans ce processus de construction de l’habitat, interviennent des corps de métiers tels que l’architecture et la topographie. Si le second procède aux relevés métriques, le premier conçoit le plan de construction et aide à son implémentation.

En Afrique de l’Ouest, l’Ecole Supérieure d’Architecture et de Topographie ESTABAT fait partie des rares institutions qui forment et bâtissent des hommes édifices.

Fondée en 2009, l’Ecole Supérieure d’Architecture et de Topographie (ESTABAT) forme des Architectes et Topographes. Limitée pour l’heure au grade de Licence en Architecture et en Topographie avec la possibilité de faire le Master dans des écoles partenaires, l’ESTABAT offre néanmoins des formations modulaires.

L’ESTABAT accueille des étudiants provenant des pays comme le Bénin, le Burkina-Faso, le Mali, le Niger, le Tchad, la Centrafrique, le Gabon et bien d’autres encore. Pour ce faire, elle dispose d’un foyer pour étudiants. Les cours du soir sont aussi dispensés pour des personnes dont les occupations ne permettent pas un cour du jour. Et pour ceux qui ont hâte d’entrer dans la vie active, le cursus BTS est possible afin de sortir Assistant-Architecte ou Assistant-Topographe.

L’ESTABAT est situé au quartier Adidogomé-Doganto (Lomé-TOGO) juste derrière le supermarché « Le Champion ». Elle noue un partenariat intrinsèque avec des écoles de renoms telles que l’EAMAU au Togo, l’ESIAU au Mali ou encore l’UBL en Belgique. Site web : estabat.net, Email : contact@estabat.net

Lire aussi : Togo / Numérique : Mme Kagbara lance officiellement « IYA », une application mobile qui met à disposition des artisans professionnels

Une Ecole Demande Aux Garçons De Porter Des Jupes, La Raison

Ecosse : Une Ecole Demande Aux Garçons De Porter Des Jupes, La Raison

Une école primaire en Écosse a demandé aux élèves et aux enseignants de porter des jupes en classe pour « promouvoir l’égalité ».

Nous voulons que notre école soit inclusive et promeuve l’égalité”, a déclaré un e-mail de Castleview Primary à Édimbourg aux parents, le Daily Mail a rapporté mercredi. Des garçons aussi jeunes que 3 ans ont été invités à participer, a noté le point de vente.

L’e-mail a ajouté que l’école souhaite que les enfants soient “à l’aise” et que des leggings ou d’autres pantalons puissent être portés sous les jupes. Des jupes seront même offertes aux étudiants qui n’en ont pas en leur possession, a rapporté le Daily Mail.

Lire aussi : Togo : Kokoroko met fin à la fonction de plusieurs Directeurs d’écoles ( liste complète)

“Nous tenons à faire passer le message que les vêtements n’ont pas de sexe et que nous devrions tous être libres de nous exprimer comme nous le voulons”, ont écrit les enseignants dans un message aux parents, selon le média.

Le projet fait suite à des manifestations en Espagne l’année dernière après qu’un adolescent aurait porté une jupe dans une école du pays et aurait été envoyé chez un psychologue à ce sujet et expulsé de l’école.