Une Ecole Demande Aux Garçons De Porter Des Jupes, La Raison

Ecosse : Une Ecole Demande Aux Garçons De Porter Des Jupes, La Raison

Une école primaire en Écosse a demandé aux élèves et aux enseignants de porter des jupes en classe pour « promouvoir l’égalité ».

Nous voulons que notre école soit inclusive et promeuve l’égalité”, a déclaré un e-mail de Castleview Primary à Édimbourg aux parents, le Daily Mail a rapporté mercredi. Des garçons aussi jeunes que 3 ans ont été invités à participer, a noté le point de vente.

L’e-mail a ajouté que l’école souhaite que les enfants soient “à l’aise” et que des leggings ou d’autres pantalons puissent être portés sous les jupes. Des jupes seront même offertes aux étudiants qui n’en ont pas en leur possession, a rapporté le Daily Mail.

Lire aussi : Togo : Kokoroko met fin à la fonction de plusieurs Directeurs d’écoles ( liste complète)

“Nous tenons à faire passer le message que les vêtements n’ont pas de sexe et que nous devrions tous être libres de nous exprimer comme nous le voulons”, ont écrit les enseignants dans un message aux parents, selon le média.

Le projet fait suite à des manifestations en Espagne l’année dernière après qu’un adolescent aurait porté une jupe dans une école du pays et aurait été envoyé chez un psychologue à ce sujet et expulsé de l’école.

Kokoroko met fin à la fonction de plusieurs Directeurs d'écoles ( liste complète)

Togo : Kokoroko met fin à la fonction de plusieurs Directeurs d’écoles ( liste complète)

Le ministre des Enseignements primaire, secondaire, technique et de l’artisanat, prof Kokoroko, dans un communiqué rendu public ce jeudi met fin à la fonction de plusieurs Directeurs d’écoles.

Parmi les raisons évoqués par le ministre, cette nouvelle décision porte sur l’organisation interne du ministère.

Le communiqué annonce également l’affectation de ces directeurs reconvertis en enseignants.

Lire aussi : Togo / Grève des enseignants : la FESEN fait le bilan du premier jour

Cliquer sur le lien pour avoir la liste complète.

Grève des enseignants : la FESEN fait le bilan du premier jour

Togo / Grève des enseignants : la FESEN fait le bilan du premier jour

La FESEN (Fédération des syndicats de l’éducation nationale) a annoncé une grève de deux jours pour les enseignants des écoles publiques du Togo. En effet, le secrétaire général Senon Hounsime, dans une sortie a fait le bilan de ce premier jour.

D’après le secrétaire de la FESEN, le mot d’ordre de grève a été suivi totalement dans plusieurs localités du Togo.  « Je puis vous dire que le mot n’est pas tellement suivi à Lomé mais dans les périphéries à savoir Légbassito, Sogbossito etc le mot est suivi et certains établissements ont fermé », a-t-il.

Le mot d’ordre a été suivi

Le Secrétaire général de la FESEN précise que le mot d’ordre a été suivi à presque 100% dans les préfectures des Lacs (Aného), de Yoto, de Zio (surtout la partie nord) et de Haho, sauf à l’Ecole primaire du camp. Hounsime cite également Anié, Sokodoé, Sotouboua ou encore dans le grand nord notamment à Dapaong et Mandouri où les enseignants ont largement suivi le mot d’ordre.

Tout en notant une faible mobilisation dans la capitale et à Kara, Senon Hounsime se félicite de la réussite de la grève.

Lire aussi : Togo : Prof Kokoroko bénéficie de 46 véhicules pick-up pour son ministère

Le responsable de la FESEN avoue qu’il n’a pas encore les bilans de certaines localités comme Vo et Atakpamé. « De toute façon, il n’y a pas de mouvement de grève qui est suivi à 100%. Cela n’existe pas », a-t-il reconnu.

M. Hounsime invite les enseignants à respecter également le mot d’ordre pour ce jeudi 4 novembre. « J’appelle les camarades enseignants à continuer le mouvement demain jeudi. Je ne sais pas ce qu’on appelle faute lourde en matière de grève chez les enseignants, on attend voir. Ce que je sais c’est que si on fait une grève et qu’on vous défalque cela du salaire, ça veut dire que le travail qui devait se faire est considéré comme fait » nous a confié au téléphone M. Hounssimé.

Grève illicite

Pour rappel, la FESEN réclame la non-paiement des primes spéciales (la gratification exceptionnelle) promises à tous les enseignants par le gouvernement.

Cette grève est illicite selon les ministres de la fonction publique, Gilbert Bawara et des enseignements, Prof Dodzi Kokoroko. Pour le camp gouvernemental, la demande du syndicat sera réglée suite à la prochaine révision du statut général de la fonction publique.

Prof Kokoroko bénéficie de 46 véhicules pick-up pour son ministère

Togo : Prof Kokoroko bénéficie de 46 véhicules pick-up pour son ministère

L’Etat togolais offre 46 véhicules pick-up au ministère chargé des Enseignements primaire et secondaire pour renforcer ses capacités opérationnelles.  

C’était au cours d’une cérémonie de remise tenue le vendredi 29 octobre dernier, dans l’enceinte du Lycée scientifique de Lomé.

Elle a été présidée par Pr Dodzi Kokoroko, ministre chargé de l’enseignement et a réuni des membres du gouvernement et d’autres personnalités.

Lire aussi : Togo : Faure Gnassingbé offre des dons de plusieurs lots aux populations de Bassar

Cet appui qui s’inscrit dans le cadre de la feuille de route du gouvernement est estimé à 800 millions FCFA et vient renforcer la politique du Chef de l’Etat pour une éducation de qualité.

 « Ce don de véhicules apporte une contribution utile à la qualité de l’enseignement car l’encadrement pédagogique se retrouve facilité dans le cadre de notre république des territoires et des solidarités », a déclaré le ministre Kokoroko.  

une sensibilisation contre les grossesses précoces en milieu scolaire tourne au vinaigre

Togo : une sensibilisation contre les grossesses précoces en milieu scolaire tourne au vinaigre

Un directeur et son adjoint sont passés de classe en classe pour sensibiliser les élèves sur les grossesses précoces. Une belle initiative qui a tournée au vinaigre et coutera plus tard au deux responsables.

En effet, suite à un constat fait sur les grossesses précoces dans l’établissement, les dirigeants de l’école ont décidé de mener une campagne de sensibilisation auprès des élèves. L’objectif étant de réduire ces cas de grossesse.

Selon les raisons évoquées par le Directeur de l’établissement, l’idée est de primer les élèves toujours vierges afin qu’elles puissent maintenir leur état.  Malheureusement le procédé a provoqué des tollés causant des sanctions aux deux enseignants.

Ainsi, par une décision, le directeur régional de l’éducation, Yawo Dosseh, a procédé à la suspension de des 2 responsables de l’établissement des activités administratives et pédagogiques dudit CEG.

Lire aussi : Bénin: les élèves filles interdites d’accès à la salle des professeurs

Il s’agit, de Kokou Komlan Gnanou, directeur et de Kokou Agbemado. Les 2 sont provisoirement mis à la disposition de l’IESG Atakpamé.

La scène se passe au collège Doulassamé à Atakpamé (167 km au nord de Lomé).

le programme School Assur désormais étendue dans les écoles publiques du préscolaire

Togo : le programme School Assur désormais étendu dans les écoles publiques du préscolaire

Le programme School Assur est désormais accessible aux apprenants du préscolaire. En effet, la rentrée scolaire 2021-2022 s’est effectivement démarrée ce lundi 27 septembre 2021 sur toute l’étendue du territoire. Ils sont au total 3 millions d’apprenants à reprendre le chemin des écoles malgré le contexte difficile de crise sanitaire due à la Covid-19.

Après une rétrospection des défis relevés l’année écoulée entre autres, l’amélioration conséquente des conditions de vie et de travail des enseignants, le ministre a indiqué l’introduction de nouvelles réformes et dispositions par le gouvernement pour cette rentrée.

Ceci dit, des mesures fortes ont été prise au service de la cohésion sociale, notamment la gratuité des frais d’inscription et de scolarité, étendue aux collèges et lycées d’enseignement et centres de formation publics.

Le ministre a annoncé également l’extension du programme School Assur dans les établissements publics du préscolaire. Aussi, l’ancrage de la prime de gratification exceptionnelle des enseignants à la réforme du Statut général de la fonction publique.

Lire aussi : Togo: le Prof Komi Wolou, invite le gouvernement à revoir sa décision sur l’interdiction des cours de répétition dans les établissements

Le personnel enseignant sera renforcé. Pour ce faire, le recrutement de 2250 enseignants, l’entrée en formation imminente de 300 inspecteurs et conseillers pédagogiques de tous ordres, le renforcement du capital humain de qualité par les réformes des Écoles Normales des Instituteurs et de l’Ecole Normale Supérieure. Enfin, le démarrage des travaux préliminaires de construction de 30 000 salles de classe d’ici 2025.

Tout en souhaitant une bonne rentrée aux apprenants, le ministre des Enseignements primaire, secondaire, technique et de l’artisanat, le professeur Dodzi Komla Kokoroko rappelle la qualité, la rigueur et la discipline ainsi que les défis et les promesses du système éducatif togolais.

Togo / rentrée scolaire : les élèves seront « un par banc de façon diamétralement opposé »

Togo / rentrée scolaire : les élèves seront « un par banc de façon diamétralement opposé »

Initialement prévue sur ce 20 septembre, la rentrée scolaire 2021-2022 des élèves a été repoussée sur le 27 septembre prochain en raison de la flambée des cas de contamination de la Covid-19. En prélude de cette rentrée, le gouvernement prend des mesures pour limiter la propagation du virus.

D’après une note de l’inspection générale de l’éducation nationale, des nouvelles mesures ont été prises outre les mesures éditées l’année dernière. notamment le double flux du déroulement des cours et le respect des mesures barrières.

Ainsi, pour cette année, les élèves seront un par banc. « Les nouvelles dispositions prévoient un élève par banc de façon diamétralement opposé. Chaque salle de classe n’excédera pas 30 élèves », a indiqué la note. Il est également demandé aux parents de fournir deux cache nez par jour.

Lire aussi : Togo : retiré d’un groupe WhatsApp, le député Djissénou saisit le procureur et réclame justice

Pour rappel, la rentrée pédagogique est prévue sur ce lundi 20 septembre sur l’ensemble du territoire.

Togo - Education : plus de demande de création d’école

Togo – Education : plus de demande de création d’école

Les demandes de création d’école sont provisoirement suspendues sur l’ensemble du territoire togolais. C’est ce qu’a notifié un courrier du ministre des Enseignements primaire, secondaire, technique et de l’Artisanat, Prof Dodzi Kokoroko.

La sortie du ministre se justifie par la recrudescence des demandes de création de nouveaux établissements scolaires ou de transformation d’établissements scolaire d’initiative locale en établissements publics.

Ces écoles ne tiennent pas, toutes, « compte des normes fixées par la carte scolaire qui permet d’organiser au mieux, le réseau scolaire par la planification de l’offre éducative et la rationalisation des ressources disponibles », clarifie Dodji Kokoroko.

Lire aussi : Togo / Covid-19 : débat à l’Assemblée nationale, un citoyen frustré répond au Premier ministre

Pour cela, le ministre suspend provisoirement toute demande de transformation ou de création d’établissement scolaire pour une durée de deux ans, à compter de cette rentrée scolaire 2021-2022.

Il est nécessaire de procéder à l’actualisation des normes et standards de la carte scolaire et dans le souci de garantir les meilleures conditions d’enseignement/apprentissage et d’accompagner la politique de gratuité, a expliqué le ministre.

l’accès aux différents concours sera conditionné par un passeport vaccinal

Covid-19 / UL : l’accès aux différents concours sera conditionné par un passeport vaccinal

La flambée des cas de contamination de la covid-19 impose des mesures rigoureuses dans divers secteurs. Si l’accès à des administrations publiques est conditionnés par un passeport vaccinal, il en est de même à l’Université de Lomé (UL).

En effet, dans un communiqué rendu public ce lundi 13 septembre 2021, le Directeur de la Direction des Affaires Académiques et de la Scolarité (DAAS), le Prof Batchana Essohanam informe les candidats que l’accès aux salles de concours et aux sites d’inscription est subordonnées à la présentation d’un passeport vaccinal ou d’un test PCR négatif datant d’au moins 72 heures.

Ainsi, la DAAS invite les bacheliers candidats aux différents concours ou désireux de poursuivre leurs études à l’Université de Lomé à participer à la campagne vaccinale ouverte sur les sites du campus universitaire de Lomé.

Par ailleurs, le président de l’Université de Lomé, Prof Dodzi Kokoroko dans un communiqué, a porté à la connaissance des nouveaux bacheliers que les préinscriptions débuteront le lundi 18 octobre 2021.

Lire aussi : Entrepreneuriat : des spécialistes venus du Togo et du Bénin organisent une formation pratique sur la production du vin blanc

L’inscription définitive des nouveaux bacheliers prendra fin le vendredi 17 décembre 2021.  En ce qui concerne l’inscription des étudiants, elle commencera le 2 novembre 2021 et prendra fin le 17 décembre 2021.

gratuité des frais scolaire pour cette rentrée, le ministre Kokoroko anticipe sur des « éventuels afflux » dans les écoles

Togo : gratuité des frais scolaire pour cette rentrée, le ministre Kokoroko anticipe sur des « éventuels afflux » dans les écoles

En date du 21 août 2021, le gouvernement a annoncé sa prise en charge des frais d’inscription et de scolarité pour l’année scolaire 2021 – 2022. Une gratuité qui, selon le ministre Kokoroko, aura des répercussions sur les inscriptions des apprenants dans les établissements.

« Avec cette mesure salutaire, il est prévisible que les établissements publics connaissent une augmentation de la demande de places à la prochaine rentrée des classes », craint le ministre des enseignements primaire, secondaire, technique et de l’artisanat.

Ceci étant, dans une note de service en date de ce jeudi 26 août, le ministre informe les Chefs d’établissements publics des dispositions à prendre. « Pour gérer convenablement les éventuels afflux d’apprenants, il est demandé à chaque chef d’établissement de mettre en place une commission d’étude des dossiers qui, tout en respectant le principe d’équité sociale et de genre, se chargera de recruter les élèves en fonction de leurs mérites et des places disponibles dans le contexte sanitaire de COVID 19 », peut-on lire dans la note.

Lire aussi : Bénin: les élèves filles interdites d’accès à la salle des professeurs

« J’en appelle à la responsabilité des directeurs régionaux de l’éducation, inspecteurs d’éducation et chefs d’établissement dans l’exécution de cette consigne », précise Dodji Kokoroko en ajoutant : « toute complaisance constatée expose ses auteurs et complices aux sanctions disciplinaires en vigueur ».

Cette décision notamment, la gratuité des frais d’inscription et de scolarité pour rappel, a été prise par le Chef de l’Etat Faure Gnassingbé. Ceci, pour soulager les populations en cette période de pandémie de la Covid-19 qui affaiblit davantage les économies.