Togo : l'ASECNA victime d'un piratage par un groupe de hackers

Togo : l’ASECNA Victime D’un Piratage Par un Groupe De Hackers  

L’Agence pour la sécurité de la navigation aérienne en Afrique et à Madagascar (ASECNA), a été récemment victime d’une cyberattaque.

Selon nos confrères d’ AfreePress, l’information est confirmée par son Directeur général, lors d’une rencontre tenue, lundi 07 novembre 2022 à Lomé.

« Cette attaque nous a fait beaucoup de mal, mais nous répondrons à toutes les menaces », a-t-il affirmé.

Lire aussi : Cybersécurité :  le sujet au cœur d’une discussion à Sigma Corporation

Selon les informations, c’est le groupe de hackers « LockBit 2.0 qui serait à l’origine de ce nouveau piratage ayant ciblé l’ASECNA.

Le groupe, déjà auteur de l’attaque contre le fisc malien, a ciblé les données de l’agence qui compte 18 pays membres et menace de les publier sur le dark web (web caché) si une rançon de 25.000 dollars ne lui est pas versée.

Twitter : dorénavant, c'est 8 dollars par mois pour la certification de son compte 

Twitter : dorénavant, c’est 8 dollars par mois pour la certification de son compte 

Elon Musk, le milliardaire américain, nouveau patron de Twitter a commencé le ménage depuis le rachat du réseau social jeudi dernier. Après le renvoi de certaines têtes au sein de la boite, l’homme de Tesla et SpaceX vient d’augmenter le coût mensuel de la certification des comptes Twitter. Initialement moins couteux avant sa montée à la tête.

Désormais, pour avoir la coche bleu a cote de son compte Twitter, il faudra débourser 8 dollars et ceci chaque mois. Une annonce faite mardi par Elon Musk. Le  »chef des crétins annonce par la même occasion des avantages à tous ceux qui opteront pour la nouvelle donne.  

Il s’agit entre autres des publications prioritaires, vidéos et messages audio plus longs, et moins de publicité.

Lire aussi : Rachat de Twitter : l’UE répond cache à Elon Musk


 » Le système actuel des seigneurs et des paysans, avec ceux qui ont le coche bleu et ceux qui ne l’ont pas, c’est des conneries. Pouvoir au peuple ! Blue pour 8 dollars par mois », a tweeté Elon Musk. 

Aussi, un abonnement à 5 dollars par mois pour un mode de lecture plus confortable et des outils d’édition seront inclue dans le badge bleu. La possibilité sera également donnée aux comptes éligibles de faire vérifier et certifier leur identité.

Jusqu’à ce jour, il faut dire que seuls certains comptes notamment ont le privilège de demander et d’obtenir le badge bleu. Mais peuvent le perdre s’ils ne respectent pas les règles du réseau à l’oiseau bleu. 

Cybersécurité :  le sujet au cœur d’une discussion à Sigma Corporation

Cybersécurité :  le sujet au cœur d’une discussion à Sigma Corporation

C’est la rentrée pour Ma Team, l’activité de l’agence de communication Sigma Corporation, qui a débuté sa saison 3 ce vendredi 19 août. Au menu du Café discussion, un thème très intéressant qui a réuni plusieurs experts. Il s’agit de, cybersécurité : hameçonnage, piratage, quelles solutions pour nos institutions toutes digitalisées.

Après avoir tenu en haleine son public avec des sujets d’actualité, Ma Team a connu une pose de quelques semaines. Aussi pour sa reprise, l’évènement a encore choisi un sujet alléchant autour duquel étaient réunis comme d’habitude des experts du domaine. Notamment Komlan Djifa TCHALLA, formateur à Cyber Défense Africa et Zangui NIMONDO, développeur Full stack. Le rôle de modérateur a été tenu par Guy-Victoire Kanikatoma SANBENA, Expert ès Qualité en Gestion des Projets.

Définition du concept

L’avènement d’internet a développé de nouvelles habitudes, ce qui fait qu’aujourd’hui une grande partie de nos activités se déroulent sur internet. Nos vies étant sur ce nouvel espace, il convient donc de protéger nos données. C’est ainsi qu’on peut définir la cybersécurité comme « l’ensemble des moyens mis en œuvre pour protéger tout ce qui se trouve sur le digital », les données des individus, des entreprises, d’un pays, a expliqué M. Tchalla.

Le besoin de protéger provient d’une criminalité qui s’est également développée sur le digital et qui consiste à usurper les données des individus et entités pour les exploiter à diverses fins. C’est ce qui est qualifié de cybercriminalité. Cette notion regroupe tous les « actes illégitimes commis sur ou travers un système d’information ou un réseau de communication », a ajouté l’expert. Comme exemple le fait qu’un individu vole les données sur le téléphone d’un autre.

La définition de la cybercriminalité varie selon les pays. Mais les méthodes sont pratiquement les mêmes. Il s’agit de l’hameçonnage (attaques de fichiers), piratage, chantage émotionnel, brouteurs, Yahoo boys. Il convient donc de se protéger contre ces risques.

Comment assurer sa cybersécurité

Selon M. Zangui, dès qu’un individu se connecte à internet, il est exposé aux cyberattaques. Il convient donc de se protéger et tout commence par la sensibilisation. Les entreprises sont donc invitées à sensibiliser leurs employés sur les dangers liés à l’utilisation des mails et leur montrer les comportements à avoir sur internet. Il faut ensuite mettre en œuvre des outils de protection. Pour prévenir, M. Zangui recommande de ne pas échanger des données personnelles sur des réseaux non sécurisés.

Lire aussi : Sigma Corporation : Personal et Institutional Branding, des experts en parlent

« Sur internet, il faut activer sur n’importe quelle plateforme, l’authentification double facteur, qui met une autre barrière même si le mot de passe est piraté. Les mots de passe doivent aussi composés de chiffres lettres et autres pour être vraiment sécurisés. Ils doivent aussi être uniques à chaque plateforme. Faire également les mises à jour sur les téléphones. Privilégier les logiciels open sources par rapport aux logiciels craqués », a recommandé M. Zangui.

En cas d’attaques, M. Tchalla conseille de faire appel à l’assistance. Le gouvernement togolais a mis en place une plateforme, cert.tg (Centre de réponse aux incidents de cybersécurité). On peut reporter sur le site l’incident et pouvoir bénéficier de l’assistance des experts. Ils conseillent sur les astuces pour remédier aux attaques. Le CERT peut être considéré comme « le sapeur pompier du cyberespace ».

WhatsApp : une nouvelle mise à jour pour la suppression d’un message

WhatsApp : une nouvelle mise à jour pour la suppression d’un message

La nouvelle mise à jour de WhatsApp va ravir les internautes. L’application de messagerie instantanée permet à présent de supprimer un message écrit il y a deux jours, même si c’est déjà tard.

Ce 8 août 2022, WhatsApp a annoncé ce nouveau changement via un message publié sur Twitter. Si avant, le délai était de quelques heures, désormais vous avez jusqu’à une soixantaine d’heures pour effacer un message.

Plus de panique ! Vous avez écrit un message erroné ? Envoyez un texte truffé de fautes d’orthographe ? Ou carrément textez la mauvaise la personne sans le savoir ? Vous avez maintenant jusqu’à 2 jours 12 heures pour le supprimer. Toutefois, la trace de la suppression restera toujours dans la conversation avec la phrase « Vous avez supprimé ce message ».

Lire aussi : WhatsApp : Cette nouvelle fonctionnalité que beaucoup d’utilisateurs n’apprécieront pas

Notez également que de nouvelles fonctionnalités ont été lancées par Mark Zuckerberg. Après l’augmentation des délais de suppression, il prochainement possible de quitter un groupe WhatsApp en silence et de mieux cacher son statut « Vu à ».

Un hacker pirate un milliard de Chinois et met les données en vente

Un hacker pirate un milliard de Chinois et met les données en vente

Un pirate informatique affirme qu’il s’est introduit sur le serveur de la police de Shanghai et qu’il a récupéré plus de 20 To de données. Ce hacker les met en vente sur un forum, et cela concernerait un milliard de citoyens chinois !

Des centaines de milliers, des millions, puis des dizaines de millions… D’année en année, le piratage de masse et la fuite de données prennent de plus en plus d’ampleur, et quand ça touche la Chine, ça dépasse le milliard !

Reuters révèle ainsi qu’un hacker s’est emparé des données personnelles d’un milliard de citoyens chinois, et ce serait l’un des plus gros piratages de l’histoire. Ce pirate, qui se fait appeler « ChinaDan », a posté la semaine dernière sur le forum Breach Forums un message où il propose de vendre plus de 23 To de données pour 10 bitcoins, soit environ 200.000 dollars.

Nom, adresse, lieu de naissance, piraté par le hacker

Selon lui, les données sont issues de la base de données de la police nationale de Shanghai et elles contiennent des informations sur un milliard de résidents chinois comme le nom, l’adresse, le lieu de naissance, le numéro de téléphone portable mais aussi des détails sur leur casier judiciaire ou leur plainte. En gros, tout ce que la police possède sur des citoyens.

Le gouvernement et le département de police de Shanghai n’ont pas répondu aux questions de l’agence de presse. Silence aussi chez l’auteur du piratage, et il est donc difficile de savoir si cette fuite de données est avérée. Mais dans son message posté sur le darkweb, le hacker a donné quelques détails sur sa prise et il a expliqué qu’il avait récupéré les données sur un serveur distant fourni par Aliyun (Alibaba Cloud), et qu’il faisait partie du réseau de la police chinoise.

Des victimes confirment…

P.-D.G de Binance (spécialiste des cryptomonnaies), Zhao Changpeng, a déclaré lundi que sa société avait intensifié les processus de vérification des utilisateurs pour éviter que des pirates n’usurpent l’identité d’éventuelles personnes présentes dans cet immense fichier. Selon lui, il s’agit au départ d’un bug dans le déploiement, par l’État, d’Elastic Search, un moteur de recherche de base de données. Il ajoute que cette vulnérabilité est née de la publication en ligne d’un article technique par un développeur qui aurait accidentellement inclus les informations d’identification.

Lire aussi : Togo : Faure Gnassingbé lance depuis Lomé, le câble sous-marin Equiano de Google

Pour sa part, le Wall Street Journal a contacté des dizaines de personnes dont les données auraient été volées lors de ce piratage et certaines d’entre elles ont validé toutes les informations disponibles dans l’échantillon divulgué. « À ce stade, il est impossible de confirmer l’ampleur de la fuite de données, mais cinq des personnes contactées ont vérifié tous les profils répertoriés avec leur nom, et ce sont des informations qu’il serait difficile d’obtenir d’une source autre que la police », conclut ce dirigeant sur Twitter.

Futura-Sciences

WhatsApp : Cette nouvelle fonctionnalité que beaucoup d’utilisateurs n’apprécieront pas

WhatsApp : Cette nouvelle fonctionnalité que beaucoup d’utilisateurs n’apprécieront pas

La fonctionnalité déjà présente sur Facebook Messenger a débarqué sur l’application de chat instantané WhatsApp. Elle arrange si on peut le dire ceux qui n’aiment pas trop parler et suscite des grincements de dent pour certains car elle réduit les conversations.

Si vous ne l’avez pas encore remarqué sur votre application, faites juste une mise à jour et vous aurez la nouvelle fonctionnalité.

Quelle est donc cette nouvelle fonctionnalité sur WhatsApp ?

Pour ceux qui ne sont pas familiers avec l’application, la nouvelle fonctionnalité a pour fonction de répondre à tous les messages avec un émoticône qui se place à la fin du message reçu.

Techniquement, cette innovation est pratique car elle raccourci les échanges. Cependant, elle est déplorée par certains utilisateurs parce qu’elle ne donne une réponse texte. Parfois même certaines réponses via les émoticônes prêtent à confusion et on ne comprend pas vraiment ce que veut dire exactement celui avec qui on échange.

Lire aussi : Whatsapp : ces téléphones n’auront plus accès à l’application

Également dans les conversations groupées, chacun pourra exprimer son avis sur le message d’une autre personne simplement en mettant un « smiley » en bas de la bulle qui contient le texte envoyé (et non l’intégralité du chat).

Les émoticônes ou smileys qui peuvent être utilisés sont les pouces vers le haut (ok ou « j’aime »), le cœur, le visage qui rit, le visage qui pleure et l’émoji qui prie.

Pour les utilisés, il suffit d’appuyer simplement lentement sur la bulle contenant un message dans une conversation WhatsApp et attendez que l’option apparaisse.

Téléphonie : nouvelle mise en demeure de Moov Africa Togo

Téléphonie : nouvelle mise en demeure de Moov Africa Togo

L’Autorité de Régulation des Communications Electroniques et des Postes (ARCEP), dans un communiqué annonce de nouveau la mise en demeure de la société de téléphonie Moov Africa Togo.

Selon l’ARCEP, la société de téléphonie mobile a observé des manquements graves. Il s’agit de l’obligation de Moov Africa Togo, de mettre à disposition permanente, continue et régulière des services de communications électroniques mobiles.

En rappelant que l’opérateur avait fait objet de la mise en demeure pour les mêmes raisons le 18 mai 2021, Moov Africa Togo n’a pas obéit aux demandes de l’ARCEP.

Lire aussi : Togo : Moov Africa écope d’une amende de près de 600 millions de francs CFA

« En conséquence, l’ARCEP a, conformément aux dispositions réglementaires, mis en demeure Moov Africa Togo afin qu’il se conforme au respect de son obligation de disponibilité de services dans un délai ferme de trois (03) mois sous peine de sanction au titre de la récidive. Cette décision lui a été notifiée le 02 juin 2022 et rendue publique ce jour », a indiqué l’ARCEP.

Métavers de Facebook : Une nouvelle agression sexuelle sur la plateforme

Métavers de Facebook : Une nouvelle agression sexuelle sur la plateforme

A peine lancée en décembre 2021, la plateforme de Facebook Métavers est sujette de polémiques. Après de nombreux scandales ayant fait jaser la toile, une nouvelle plainte pour agression sexuelle “virtuelle” vient d’éclater. Il s’agit d’une chercheuse Anglaise de 21 ans qui a été victime de l’incident via son avatar.

Alors qu’elle menait des recherches sur le comportement des utilisateurs du métavers de Meta, l’avatar de la chercheuse de SumOfUs a été victime d’une agression sexuelle. La chercheuse a décrit en détail l’agression dont elle a été victime dans un rapport intitulé “ Metaverse: another cesspool of toxic content” qui a été publié mardi 31 mai 2022 par l’association SumOfUs .

D’après les images de l’agression, deux avatars masculins se trouvaient dans la même pièce de cette dernière. Tandis qu’ils faisaient des commentaires obscènes, l’un des deux avatars inconnus s’est rapproché de celui de la chercheuse. Aussi virtuelle soit cette agression, “ça compte quand même, ça a un réel impact sur les utilisateurs”, a déclaré Vicky Wyatt, directrice des campagnes de SumOfUs, au micro de la BBC.

Lire aussi : Les algorithmes de Facebook mettent plutôt en avant les « Fakenews », révèle un rapport interne

Par ailleurs les équipes de Mark Zuckerberg ont tenté de mettre en place des dispositifs de sécurité afin protéger les utilisateurs notamment l’option “safe zone”, qui permet de téléporter son avatar dans un espace sécurisé si l’utilisateur se sent menacé.

Rappelons que le 26 novembre 2021, quelques jours avant l’ouverture du monde virtuel au grand public, une testeuse du jeu révélait avoir été “ tripotée “ par un autre utilisateur.

Enfin pour les entreprises BigTech, les faits de violences et d’agressions sexuelles rapportés par des utilisateurs laissent à penser que la réalisation du Métavers de Facebook reste préoccupante sur la protection des utilisateurs.

Perside Katanga (Stagiaire)

Whatsapp : ces téléphones n’auront plus accès à l'application

Whatsapp : ces téléphones n’auront plus accès à l’application

L’application WhatsApp change avec une nouvelle version qui ne sera plus compatible avec les versions antérieures d’Android et iOS de plusieurs téléphones.

Certains utilisateurs de smartphones ont dû constater un dysfonctionnement du réseau social. Pour d’autres, WhatsApp ne fonctionne carrément plus. D’ici le 31 mai, les choses pourraient se compliquer pour de nombreux utilisateurs de certains téléphones. La nouvelle version de Whatsapp n’est pas compatible avec leur système d’exploitation.

Ainsi pour savoir que son téléphone possède la bonne version pour continuer à utiliser WhatsApp Messenger, les spécialistes conseillent de faire une petite manipulation, dans les paramètres de son smartphone Android ou sous iOS. « Pour les iPhones, il faudra aller dans le menu, puis dans les réglages, puis dans « Informations ». La version de votre logiciel s’affiche sur l’écran. Pour les utilisateurs d’Android, il faudra se rendre dans les paramètres de votre Samsung et appuyer sur « Système », puis « Mise à jour du système », recommande des spécialistes cités par Cnews.

Après cette manipulation, ils assurent que la nouvelle version d’Android apparaîtra sur votre écran de smartphone. Qui vous permettra d’utiliser Whatsapp aisément. Une liste des smartphones dont le système d’exploitation avec une version antérieure d’iOS ou d’Android ne sera plus prise en charge par WhatsApp.

Lire aussi : Technologie : WhatsApp donne à tous ses utilisateurs un ultimatum

Lеnоvо А820, ZТЕ V956 – UМі Х2, Нuаwеі Аѕсеnd D2, Аѕсеnd G740, Ascend Mate, Fаеа F1, Аrсhоѕ 53 Рlаtіnum, НТС Dеѕіrе 500, Ѕаmѕung Gаlахy Тrеnd Lіtе, Galaxy Trend II, Galaxy S3 mini, Galaxy Xcover 2, Gаlахy Асе 2, Gаlахy Соrе, Саtеrріllаr, Саt В15, Ѕоny Хреrіа М, Wіkо, Сіnk Fіvе, Darknight, ТНL W8, ZТЕ Grаnd Х, Quаd v987, Grand Memo, Grand S Flex, LG Luсіd 2, Optimus F7, Optimus L3 II Dual, Optimus F5, Optimus L5 II Dual, Optimus L3 II, Optimus L7 II Dual, Optimus L7II, Optimus F6, Optimus L4 II Dual, Optimus F3, Optimus L4 II, Optimus L2 II, Optimus F3Q, Apple iPhone 6S, iPhone 6S Plus.

WhatsApp : désormais il est possible d’envoyer des fichiers jusqu’à 2Go

WhatsApp : désormais il est possible d’envoyer des fichiers jusqu’à 2Go

Utiliser WhatsApp dans une stratégie marketing n’est pas toujours chose aisée et pratique puisque la limite de 256 participants est l’un des critères les plus frustrants de la plateforme. WhatsApp a annoncé une série de nouvelles fonctionnalités via son blog.

L’une des nouvelles fonctionnalités de WhatsApp est l’augmentation de la taille des discussions de groupe jusqu’à 512 personnes, ce qui est le double dans sa capacité avant la mise à jour.

WhatsApp travaille également sur un autre moyen de gérer efficacement plusieurs discussions de groupe : Les communautés

Comme Statut et Appels, une communauté apparaît sous la forme d’un nouvel onglet dans l’application. WhatsApp Communities contiendra de nombreux groupes, permettant aux administrateurs d’envoyer des mises à jour et des annonces à tous les participants en une seule fois.

Les réactions aux messages sont désormais disponibles en direct. Ainsi, en appuyant longuement sur un message reçu, la fonctionnalité permet aux utilisateurs de réagir avec l’un des six émojis : pouce levé, cœur, pleurs, rire, visage choqué ou mains jointes.

Lire aussi : Technologie : WhatsApp donne à tous ses utilisateurs un ultimatum

Enfin, il est désormais possible d’envoyer et de partager des fichiers y compris les PDF jusqu’à 2 Go qui était fixé à 100 Mo. Cette limite de taille de fichier concerne les documents et non les fichiers multimédias. L’application recommande aux utilisateurs d’utiliser le Wi-Fi pour les fichiers plus volumineux.

Par ailleurs, WhatsApp indique que ces fonctionnalités sont déployées lentement, alors ne vous inquiétez pas si vous ne l’avez pas encore.