L’Union africaine suspend le Soudan avec effet immédiat

L’Union africaine suspend le Soudan avec effet immédiat

Le Conseil de paix et de sécurité de l’Union Africaine, dans un communiqué a suspendu avec effet immédiat le Soudan et ses instances. Ceci, suite au « changement inconstitutionnel de gouvernement » intervenu dans le pays.

Selon l’UA, ce changement est qualifié d’affront aux valeurs partagées et à ses normes démocratiques.

Ainsi, cette suspension sera de rigueur jusqu’à la restauration effective des autorités de transition co-dirigées par des civils.

Lire aussi : Côte d’Ivoire : présidentielles 2025 dans le viseur ? cette sortie de Gbagbo suscite des interrogations

Ce lundi 25 octobre, le général Abdel Fattah al-Bourhane, chef d’état-major de l’armée soudanaise, annonçait l’état d’urgence. Il a dissous le Conseil souverain de transition et le gouvernement. Le général a également limogé les gouverneurs régionaux.

Depuis, les manifestants sont descendus dans les rues de Khartoum, la capitale, dénonçant les mesures du général Bourhane et réclamant un gouvernement civil.

Coup d’Etat au Soudan: les Etats-Unis prennent une décision drastique contre le pays

Coup d’Etat au Soudan: les Etats-Unis prennent une décision drastique contre le pays

Le putsch survenu le lundi, continue de faire tomber des conséquences sur le pays. Dans le rang des conséquences, les Etats-Unis, qui condamnent ce coup d’Etat ont pris une décision.

Il s’agit de la suspension d’une aide d’urgence économique de 700 millions de dollars. « Les Etats-Unis condamnent les actions prises pendant la nuit par les forces militaires soudanaises », a déclaré le porte-parole du département d’Etat américain Ned Price.

« L’arrestation de responsables gouvernementaux civils et d’autres dirigeants politiques, dont le Premier ministre (Abdalla) Hamdok, met en péril la transition du pays vers le régime civil démocratique. »

« A la lumière de ces événements, les Etats-Unis suspendent l’aide d’urgence de 700 millions de dollars en tant que fonds de soutien économique au Soudan », a-t-il ajouté.

Lire aussi : Soudan : Coup d’Etat en cours dans le pays

Ned Price a exhorté l’armée soudanaise à libérer immédiatement tous les acteurs politiques détenus. Restaurer complètement le gouvernement de transition dirigé par des civils. Et pour finir, s’abstenir de recourir à la violence contre les manifestants.

Le président du Conseil de souveraineté du Soudan, Abdel Fattah Al-Burhan, a déclaré l’état d’urgence dans l’ensemble du pays. Ainsi que la dissolution du Conseil de souveraineté et du gouvernement de transition.

Soro K. révèle le visage caché derrière l’avatar Chris Yapi

Côte d’Ivoire : Soro K. révèle le visage caché derrière l’avatar Chris Yapi

Des rumeurs circulant sur la toile concernant le visage caché derrière l’avatar CHRIS YAPI viennent d’être confirmées. En effet, un ex-bras droit du président de la Génération et Peuples Solidaires (GPS) a fait des révélations étonnantes. Révélations dans lesquelles, il affirme savoir connaitre le vrai visage caché derrière le compte CHRIS YAPI. 

Selon Soro Kanigui, l’ex-bras droit de Soro Guillaume, « ce n’est pas une question d’avis. Moi, je confirme que c’est Guillaume Soro qui est Chris Yapi ! ». Ce dernier confirme sans l’ombre d’un doute que l’homme caché derrière l’avatar Chris Yapi est bel et bien Guillaume Soro.

Il déclare « être plus que déçu » de son ex-mentor. Il qualifie Soro Guillaume d’être « un peu comme un mirage. Quand vous le voyez de loin, vous pensez qu’il existe réellement. Approchez-vous et vous vous rendrez compte que c’est une illusion. »

Lire aussi : Côte d’Ivoire : présidentielles 2025 dans le viseur ? cette sortie de Gbagbo suscite des interrogations

L’ex-bras droit s’est également prononcé sur le troisième mandat du président Alassane Ouattara. « Je pense que le président lui-même n’avait pas l’intention de faire un mandat de plus. On l’a bien vu. Il avait porté son choix sur un candidat qui, malheureusement, a été rappelé à Dieu, paix à son âme. Le RHDP choisit alors le président Ouattara, sur la base de la nouvelle Constitution qui a été votée. », a-t-il déclaré.

Alors, poursuit-il, « il y a eu polémique. Mais dès lors que le Conseil constitutionnel fait la lecture de cette nouvelle Constitution et estime que le président est éligible, le débat est clos. ».

Soudan : Coup d’Etat en cours dans le pays

Soudan : Coup d’Etat en cours dans le pays

Un coup d’Etat est en cours au Soudan. Tôt ce lundi 25 octobre au matin, plusieurs dirigeants soudanais à leur domicile après des semaines de tensions entre les autorités militaires et civiles de transition dans ce pays d’Afrique de l’Est.

Lire aussi : Diplomatie : « Est- ce à vous de faire la leçon à la Turquie ? », Erdogan hausse le ton et menace

La plupart des ministres ont été arrêtés et internet a été coupé dans tout le pays. Le Premier ministre, Abdallah Hamdok, se trouve entre les mains de « forces militaires ».

Est- ce à vous de faire la leçon à la Turquie ? », Erdogan hausse le ton et menace

Diplomatie : « Est- ce à vous de faire la leçon à la Turquie ? », Erdogan hausse le ton et menace

Des ambassadeurs de dix pays ont conjointement demandé la libération immédiate d’un homme d’affaires turc. Une demande qui n’a pas été digéré par le président turc Recep Tayyip Erdogan, qui menace d’expulser les diplomates.

Les diplomates ont affirmé lundi que « les ambassades du Canada, de la France, de la Finlande, du Danemark, de l’Allemagne, des Pays-Bas, de la Nouvelle-Zélande, de la Norvège, de la Suède et des Etats-Unis d’Amérique.

Ils estiment toutes qu’une résolution juste et rapide de son affaire doit répondre aux obligations internationales et aux lois nationales de la Turquie.

En prenant acte des décisions de la Cour européenne des droits de l’Homme sur ce sujet, nous appelons la Turquie à assurer sa libération immédiate ».

Lire aussi : Rencontre Europe-Afrique 2021 : qui seront les représentants du Togo à cette 14è édition ?

 « J’ai dit à notre ministre des Affaires étrangères que nous ne pouvions pas nous permettre de les accueillir dans notre pays. Est-ce à vous de faire la leçon à la Turquie ? » a demandé M. Erdogan aux journalistes au cours de son vol de retour d’Afrique vers la Turquie.

Le ministère turc des Affaires étrangères a convoqué mardi les ambassadeurs de dix pays, dont les Etats-Unis, l’Allemagne et la France, en réponse à une déclaration appelant à la libération de l’homme d’affaires incarcéré Osman Kavala.

Côte d’Ivoire : présidentielles 2025 dans le viseur ? cette sortie de Gbagbo suscite des interrogations

Côte d’Ivoire : présidentielles 2025 dans le viseur ? cette sortie de Gbagbo suscite des interrogations

Laurent Gbagbo continue sa bataille politique en Côte d’Ivoire. L’ancien président ivoirien, a accordé une interview exclusive sur France 24. Avec le journaliste, ils ont décortiqué la situation politique actuelle de l’homme. Plusieurs sujets ont été abordés en l’occurrence la limitation des mandats et l’âge des candidats à 75 ans.

Ainsi, sur la question de limitation d’âge à 75 ans, Laurent Gbagbo s’oppose et trouve « ringard » cette décision. Il s’est ensuite comparé à l’actuel président des Etats Unis, Joe Biden, qui selon Gbagbo est plus vieux que lui. 

« Dans un pays civilisé, on n’élimine pas les candidats par leur âge, à cause de leur âge. Joe Biden est plus vieux que moi », se justifie Laurent Gbagbo. « Je suis contre », a-t-il formellement martelé.

Il faut rappeler que le président avait milité pour la limitation des mandats et de l’âge des candidats à 75 ans.

Lire aussi : Rencontre Europe-Afrique 2021 : qui seront les représentants du Togo à cette 14è édition ?

Avec cette sortie, l’on voit clairement que l’ancien Chef d’Etat vise l’élection présidentielle de 2025 même si pour l’instant l’homme politique ne l’évoque pas.  Qui vivra verra dit-on.

Le weekend dernier, Gbagbo a organisé le premier congrès constitutif de son nouveau parti PPA CI à l’hôtel Ivoire à Abidjan. Une rencontre qui a connu la présence de plusieurs personnalités politiques.

Cour de justice de la CEDEAO : Faure Gnassingbé doit verser 30 millions à une victime

Cour de justice de la CEDEAO : Faure Gnassingbé doit verser 30 millions à une victime

L’Etat togolais doit verser une somme de 30 millions à une femme. Une sentence prononcée suite à une plainte portée par une dame, la nommée madame S. Elle a été victime de violence lors d’une manifestation en 2017.

« Entre août 2017 et 2019, des organisations de défense des droits de l’homme documentent plusieurs allégations de torture et de mauvais traitements au Togo. A l’origine de ces violences : la répression de manifestations contre le pouvoir en place. C’est dans ce contexte que Madame S., une commerçante de 40 ans, est arrêtée par des agents des forces de l’ordre le 7 septembre 2017. La victime, mère de quatre enfants, est battue et traînée par terre par des policiers. S’en suivent des séquelles physiques qui nécessitent une hospitalisation et un traumatisme psychologique », écrit le CACIT.

La décision a été prononcée par la Cour de justice de la CEDEAO et rendu public par le Collectif des associations contre l’impunité au Togo (CACIT).

En effet, la femme, soutenue par le Groupe d’intervention judiciaire SOS-Torture, a demandé réparation des actes de torture et des mauvais traitements que lui ont infligés les forces de police.

Lire aussi : Guinée : EBOMAF veut poursuivre Alpha Condé pour une facture impayée d’environ 20 millions d’euros

La cour de justice, dans sa décision, demande en outre à l’Etat togolais de mener l’enquête sur les circonstances de ces violences.

L’institution judiciaire indique que la dame avait dans un premier temps saisi le tribunal de première instance de Lomé de l’affaire. C’est face à l’inaction de la justice togolaise qu’elle a décidé en juillet 2018 de porter l’affaire devant la Cour de justice de la CEDEAO.

Brigitte Adjamagbo adresse un message à Laurent Gbagbo

Togo : Kafui Adjamagbo adresse un message à Laurent Gbagbo

Le parti Convention Démocratique des Peuples Africains dans un courrier signé par Kafui Adjamagbo JOHNSON, envoi ses salutations au PPA CI.

En effet, le parti CDPA n’est pas resté en marge du nouveau parti mis en place par Laurent Gbagbo. Dans ledit courrier, la CDPA félicite l’ancien Chef d’Etat et promet un travail acharné en vue d’un renforcement des liens de solidarité entre les deux partis.

Lire le message

« MESSAGE DE LA CDPA AU PARTI DES PEUPLES AFRICAINS COTE D’IVOIRE

La Convention Démocratique des Peuples Africains (CDPA), salue la naissance du Parti des Peuples Africains Côte d’ivoire (PPA CI) en son Congrès constitutif des 16 et 17 octobre 2021, une initiative qui est la suite de la victoire de Laurent Koudougou Gbagbo sur les forces réactionnaires et impérialistes qui ont échoué à le briser en même temps que son parti le FPl.

La CDPA affirme que le PPA CI, est un parti frère, à travers son nom, son logo, un parti qui campe résolument dans le socialisme, le panafricanisme, la souveraineté pour la démocratisation, la justice sociale et la refondation de I ‘Afrique.

La CDPA en effet, se retrouve parfaitement dans ces objectifs face au recul évident des acquis démocratiques en Afrique, avec des violences orchestrées, les manipulations des constitutions et des règles régissant les élections, l’instrumentalisation de l’appareil judiciaire et des services administratifs de l’Etat.

La CPDA travaillera d’arrache-pied au renforcement des liens de solidarité entre nos deux partis pour apporter notre contribution à la réalisation du bonheur et la souveraineté des peuples africains.

Guidés par les principes du socialisme et du panafricanisme vers la réalisation des Etats Unis de l’Afrique libre.

VIVE LA LUTTE PATRIOTIQUE DES PEUPLES AFRICAINS

La Secrétaire Générale

Kafui ADJAMAGBO JOHNSON »

Lire aussi : Côte d’Ivoire : Laurent Gbagbo rend hommage à SKELLY

L’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo a tenu le congrès de son nouveau parti PPA CI les 16 et 17 octobre à Abidjan. Plusieurs autorités du pays et d’ailleurs ont été de la partie.

Guinée Bissau : un autre coup d’Etat déjoué, les faits

Guinée Bissau : un autre coup d’Etat déjoué

Le Chef d’Etat-Major de la Guinée Bissau a annoncé un coup d’Etat avorté alors que le Chef d’Etat Umaru Sissoco Embalo est en visite de travail à l’extérieur du pays.

« Nous avons réussi à identifier un groupe de militaires des FARP (Forces armées révolutionnaires du peuple) qui est en train de mobiliser des soldats en achetant leur conscience contre des billets de banque afin de subvertir l’ordre constitutionnel établi », a déclaré le Général Nan Ntan, chef d’Etat-Major.

« Ce sont les soldats ayant reçu de l’argent qui ont dénoncé les auteurs de ces actes ignobles », a poursuivi le Chef d’Etat-major.

Le général a fait cette révélation, à l’occasion de la cérémonie de célébration du 47e anniversaire de la création de la Police militaire. L’armée sait ce qui se trame grâce à des fuites sur le coup d’Etat., a-t-il déclaré.

Lire aussi : Guinée : EBOMAF veut poursuivre Alpha Condé pour une facture impayée d’environ 20 millions d’euros

Cette annonce intervient le jour même où le président effectue une visite de travail de 48 heures.

Rappelons que la pays a connu 4 putschs d’Etat dont le dernier remonte à 2012. La Guinée-Bissau a été le théâtre de 16 tentatives de coup d’État et de nombreux changements de gouvernements.

voici le nom et l’emblème du nouveau parti politique de Gbagbo

Côte d’Ivoire : voici le nom et l’emblème du nouveau parti politique de Gbagbo

Le projet de création du nouveau parti politique de Gbagbo annoncé le 9 août dernier avance. Dans ce sens, le groupe de réflexion élargi ainsi que l’ancien Chef d’Etat ont tenu une séance de travail ce jeudi 14 octobre.

L’ordre du jour était axé essentiellement sur la restitution des travaux des deux commissions chargées respectivement de la rédaction du projet du manifeste et des textes fondamentaux du parti. A la suite de cette restitution, un débat a été mené à l’effet de trouver, entre autres, le nom, l’emblème et le sigle du parti.

A l’issu, le groupe a retenu comme projet de nom : 𝗹𝗲 𝗣𝗮𝗿𝘁𝗶 𝗱𝗲𝘀 𝗣𝗲𝘂𝗽𝗹𝗲𝘀 𝗔𝗳𝗿𝗶𝗰𝗮𝗶𝗻𝘀 – 𝗖𝗼̂𝘁𝗲 𝗱’𝗜𝘃𝗼𝗶𝗿𝗲, 𝗲𝗻 𝗮𝗯𝗿𝗲́𝗴𝗲́ « 𝗣𝗣𝗔-𝗖𝗜 ». Le projet d’emblème est « 𝗟𝗲𝘀 𝗱𝗲𝘂𝘅 𝗺𝗮𝗶𝗻𝘀 » 𝗲𝗻𝘁𝗿𝗲𝗹𝗮𝗰𝗲́𝗲𝘀 𝗾𝘂𝗶 𝘀’𝗶𝗻𝗰𝗿𝘂𝘀𝘁𝗲𝗻𝘁 𝗱𝗮𝗻𝘀 𝘂𝗻𝗲 𝗰𝗮𝗿𝘁𝗲 𝗱’𝗔𝗳𝗿𝗶𝗾𝘂𝗲. Le signe de ralliement proposé est « 𝗟𝗲𝘀 𝗱𝗲𝘂𝘅 𝗺𝗮𝗶𝗻𝘀 𝗲𝗻𝘁𝗿𝗲𝗹𝗮𝗰𝗲́𝗲𝘀 ».

Lire aussi : Un cyber-activiste proche de Laurent Gbagbo convoqué

« Ces propositions seront soumises au Congrès qui reste souverain quant au choix définitif du nom du parti, de son emblème, de son sigle ainsi que de ses couleurs », a indiqué le groupe dans un communiqué signé par le Président du Congrès, le Professeur Sébastien Djédjé Danon.