Guinée Bissau: le président Umaro Sissoco Embaló captivé par les putschistes

Coup d’état en Guinée : « la CEDEAO est un gadget politique destinée à faire illusion », Umaro Sissoco Embalo

Ces dernières années, l’Afrique connait de plus en plus de coups d’états. Pour cause, la mauvaise gouvernance ou encore tripatouillage de la constitution à leur profit par certains candidats. Les condamnations fermes de la communauté internationale notamment la CEDEAO ne font plus effet. L’institution a perdu toute crédibilité et s’illustre plutôt comme un instrument au service des présidents.

Pour le Général Umaro Sissoco Embalo, Président de la République de Guinée Bissau, la CEDEAO est un « gadget politique ».

Selon le Président, « la CEDEAO est une organisation faible et hypocrite sans réel pouvoir et à la limite elle est un gadget politique destinée à faire illusion. Tant que la CEDEAO sera incapable d’empêcher les chefs d’états d’opérer des modifications constitutionnelles belliqueuses pour s’éterniser au pouvoir, personne ne pourra empêcher les militaires de s’inviter dans le débat politique ».

Par ailleurs, l’institution sous régionale devrait revoir sa copie et s’assurer d’être plus présente et ferme envers ceux qui veulent se maintenir au pouvoir.

Lire aussi : Coup d’Etat en Guinée : « j’ai suivi avec tristesse les images humiliantes de l’arrestation du Président Alpha Condé… », la réaction de Guillaume Soro

« Si la CEDEAO n’arrive pas à avoir le leadership nécessaire pour empêcher ces membres de tripatouiller les lois fondamentales de leur pays enfin de s’assurer une présidence éternelle au détriment de la vie de leurs compatriotes et de la démocratie personne ne pourra valablement condamner des militaires qui font un coup d’état disent-ils pour instaurer la démocratie et l’état de droit. Si on ne peut pas condamner des violeurs de constitution on ne peut pas non plus condamner ceux qui s’en prennent aux violeurs de constitution … », a-t-il précisé.

Coup d’Etat en Guinée, Guillaume Soro réagit

Coup d’Etat en Guinée : « j’ai suivi avec tristesse les images humiliantes de l’arrestation du Président Alpha Condé… », la réaction de Guillaume Soro

La Guinée fait la Une des journaux ces derniers jours suite au renversement du pouvoir du président Alpha Condé par un coup d’Etat. Cette situation a fait réagir les institutions internationales et hommes politiques.

Ainsi, dans une sortie sur sa page Facebook, l’Ancien Premier Ministre ivoirien Guillaume Soro s’est également prononcé.

« J’ai suivi avec tristesse les images humiliantes de l’arrestation du Président Alpha Condé depuis ma terre d’exil. Ma petite voix n’avait-elle point déclaré que la violation des constitutions engendrerait le désordre et le chaos? L’on m’a moqué à l’époque.

L’Afrique a changé. Les temps ont changé. La jeunesse africaine aspire au changement. La jeunesse africaine ne croit pas aux messies.

Pourquoi penser que nous sommes indispensables ou irremplaçables? D’autres illustres personnalités ne nous ont-elles pas précédées sur cette terre de nos ancêtres? Et notre génération disparaîtra pour que d’autres générations vivent. Pour ma part, le Président Alpha Condé du temps où il était opposant était un aîné admiré et pour cause ! Ancien leader de la FEANF, il nous a inspiré pour le leader de la FESCI que je fus! Au nom de cette proximité philosophique, idéologique et même corporatiste, je l’ai reçu avec honneur sur ma terre natale de Ferké et sollicité les bénédictions de mes parents pour sa carrière politique. Devenu Président de son pays, son homologue Alassane Ouattara lui demanda de m’interdire la terre africaine de Guinée. Et je l’ai regretté car il aurait dû savoir que les nouvelles amitiés sont parfois opportunistes. Mais je suis sans rancune. Aujourd’hui je suis profondément triste pour lui. Ces images de lui ont parlé à mon cœur. Mais à qui la faute ? Que l’Histoire s’écrive et que démocratie se fasse. Je demande que les nouvelles autorités guinéennes préservent la quiétude dans ces moments de troubles passagers. Je souhaite que ce soient les derniers soubresauts d’une Guinée qui renoue avec la paix et la tranquillité. Que la Sagesse Africaine au service des Peuples triomphe pour le bien-être du peuple guinéen. Telle est ma prière solennelle au Tout Puissant!

Lire aussi : Coup d’Etat en Guinée: ce selfie avec le Président qui fait jazzer sur la toile (photo)

Guillaume Kigbafori Soro

Ancien Premier Ministre

Ancien Président de l’assemblée nationale

Actuel Président de GPS. »

Pour rappel, les putschistes en leur tête le lieutenant-colonel Mamady Doumbouya, ont pris d’assaut le palais présidentiel Sékhoutouréya ce dimanche 05 septembre 2021.

Coup d’Etat en Guinée : la CEDEAO demande la libération immédiate et sans condition du Président Alpha Condé

Coup d’Etat en Guinée : la CEDEAO demande la libération immédiate et sans condition du Président Alpha Condé

La CEDEAO dans un communiqué rendu public ce dimanche a condamné́ le coup d’Etat intervenu à Conakry et demande la libération immédiate du Président Alpha Condé sans condition.

« La CEDEAO exige le respect de l’intégrité physique du Président de la République, le Professeur Alpha Condé et sa libération immédiate et sans condition ainsi que celle de toutes les personnalités arrêtées », indique le communiqué.

L’institution ouest africaine exige par ailleurs le retour à l’ordre constitutionnel sous peine de sanctions.

Lire aussi : Urgent : Coup d’Etat en Guinée, l’Union Africaine réagit

Tout en réaffirmant sa désapprobation de tout changement politique anticonstitutionnel, la CCEDEAO demande aux forces de défense et de sécurité de demeurer dans une posture républicaine et exprime sa solidarité envers le peuple et le Gouvernement Guinéens.

Urgent : Coup d’Etat en Guinée, l’Union Africaine réagit

Urgent : Coup d’Etat en Guinée, l’Union Africaine réagit

L’union africaine (UA) dans un communiqué ce dimanche a condamné́ le coup d’Etat intervenu plus à Conakry et a demandé́ la libération immédiate du Président Alpha Condé.

“Le Président en exercice de l’Union africaine Felix Tshisekedi et le Président de la commission africaine Moussa Faki Mahamat condamnent toute prise de pouvoir par la force et demande la libération immédiate du président Alpha Condé”, peut-on lire dans le communiqué de l’UA.

Lire aussi : Coup d’Etat en Guinée: ce selfie avec le Président qui fait jazzer sur la toile (photo)

Les patrons de l’UA invitent le conseil de paix et de sécurité́ de l’Union Africaine à se réunir d’urgence pour examiner la nouvelle situation en Guinée et pour prendre les mesures appropriées aux circonstances”, a indiqué ledit communiqué.

Coup d'Etat en Guinée: ce selfie avec le Président qui fait jazzer sur la toile

Coup d’Etat en Guinée: ce selfie avec le Président qui fait jaser la toile (photo)

Ce dimanche 05 septembre l’on apprenait des coups de tirs au palais présidentiel Sékhoutouréya où siégeait Alpha Condé. Il s’agissait selon les informations d’un coup d’Etat.

En effet, les putschistes en leur tête le lieutenant-colonel Mamady Doumbouya, ont pris d’assaut le palais présidentiel en renversant le gouvernement Condé.

A la fin des affrontements, les putschistes à bord d’un véhicule, ont emmené le président Alpha Condé. En cours de route le conducteur à fait une photo selfie avec le président. Cette photo est devenue virale sur la toile.  » c’est ça on appelle photo selfie », a posté un influenceur web sur sa page Facebook.

Lire aussi : Crise en Afghanistan : « l’homme qui a tué Ben Laden », réagit

Il faut rappeler que ce n’est pas la première fois que le Président Alpha Condé est confronté à une tentative de putsch. En 2011 notamment, son domicile avait été la cible d’un assaut.

Crise en Afghanistan : « l’homme qui a tué Ben Laden », réagit

Crise en Afghanistan : « l’homme qui a tué Ben Laden », réagit

La crise en Afghanistan continue d’alimenter des débats sur la toile provoquant des grincements de dent. Dans ce sillage, l’homme qui prétend tué Ben Laden monte également au créneau.

Robert O’Neill, ancien militaire américain, qui affirme être l’homme qui a abattu Oussama Ben Laden, n’a pas caché sa colère face au retour des talibans en Afghanistan.

Sur son compte Twitter, l’ex-membre des Navy Seals s’en est directement pris à Joe Biden, qualifiant le président des Etats-Unis de « catastrophe », ou traitant les personnes présentes à la Maison Blanche de « losers ».

Selon lui, la chute de l’Afghanistan aux mains des talibans est «la pire défaite de l’histoire des Etats-Unis ». Et ce revers doit avoir des conséquences sur certains dirigeants.

Vous avez peut être manqué ceci : USA : comment les photos de Melania Trump nue ont ressurgi

Ainsi, Robert O’Neill demande la démission de Mark A. Milley, l’actuel chef d’Etat-major des armées des Etats-Unis. « Des Afghans meurent en tombant de nos avions en fuite. [Milley] a-t-il enfin démissionné ? », écrit-il sur le réseau social.

Décoré à 52 reprises, dont deux Silver Stars et trois Bronze Stars, Robert O’Neill, a fait partie de l’unité Seal Team Six, qui a participé en 2011 à l’opération Neptune’s Spear (Trident de Neptune), qui a conduit à la mort d’Oussama Ben Laden.

Il affirme être celui qui a donné la mort au chef d’al-Qaida, même si certaines sources assurent que ce dernier était quasiment mourant après le tir d’un premier Marine.

Par CNEWS

Laurent Gbagbo pourrait retourner à la CPI sous une autre casquette

Côte d’Ivoire : Laurent Gbagbo pourrait retourner à la CPI sous une autre casquette

Dans une sortie du porte-parole de la Cour pénale internationale (CPI) Fadi El Abdallah, a laissé entendre que tout n’était pas fini pour Laurent Gbagbo auprès de l’institution.

Acquittés définitivement et a regagné son pays la Côte d’Ivoire, Laurent Gbagbo pourrait jouer d’autres rôles à la CPI. Pour Fadi El Abdallah, l’ancien président ivoirien pourrait comparaitre devant les juges. Ceci, pas en tant qu’accusé mais comme un témoin.

Tout dépend des juges qui peuvent « décider qui serait appelé comme témoin relèvent des parties à une procédure » a-t-il indiqué.

Lire aussi : Côte d’ivoire : AFFI NGUESSAN traite cette décision de Laurent Gbagbo de « soif de pouvoir et de volonté de revanche »

Le porte-parole de la CPI a ajouté par ailleurs, que « concernant M. Gbagbo, s’il y a une demande pour dédommagement les juges décideront s’il y a eu erreur grave justifiant cela ou non ». Il s’est prononcé également sur un éventuel dédommagement de l’ancien pensionnaire de Schevenningen.

le remplaçant de feu Hamed Bakayoko, Téné Birahima Ouattara évacué d’urgence en France

Côte d’Ivoire : le remplaçant de feu Hamed Bakayoko, Téné Birahima Ouattara évacué d’urgence en France

La santé du ministre de la défense, Téné Birahima Ouattara frère du président de la République ivoirienne s’est détérioré. Le remplaçant de feu Hamed Bakayoko au poste de la défense a été évacué d’urgence en France pour des soins de santé, a confié une source.

Pour l’instant aucune information n’a été donnée sur le mal dont souffre le ministre mais notons qu’il a été récemment mis en isolement après avoir été en contact avec une personne testée positive au coronavirus.

D’après une sortie du webactiviste Chris Yapi, il serait interné à American Hospital of Paris sur instruction du président Alassane Ouattara.

Nous y reviendrons

Lire aussi : Côte d’ivoire : AFFI NGUESSAN traite cette décision de Laurent Gbagbo de « soif de pouvoir et de volonté de revanche »

AFFI NGUESSAN traite cette décision de Laurent Gbagbo de « soif de pouvoir et de volonté de revanche »

Côte d’ivoire : AFFI NGUESSAN traite cette décision de Laurent Gbagbo de « soif de pouvoir et de volonté de revanche »

L’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo rencontrait hier le comité central du FPI légal pour réfléchir sur l’avenir du parti longtemps dirigé par Pascal AFFI NGUESSAN. Ainsi, au cours des travaux, Laurent Gbagbo dans un discours, a annoncé la proposition de création d’un nouveau parti politique. Une décision intervenue suite à la bataille pour le contrôle du parti du Font populaire ivoirien (FPI).

Pour AFFI NGUESSAN, Laurent Gbagbo ne devrait pas aller sur le terrain de la division. Le président du FPI trouve à cet effet cette sortie de « soif de pouvoir et de « volonté de revanche ».

« Une bataille inopportune »

 « A l’issue d’une rencontre avec ses sympathisants ce lundi 9 août 2021, le Président Laurent Gbagbo vient d’annoncer qu’il abandonne la bataille inopportune et destructrice qu’il mène depuis 7 ans contre le FPI et qu’il « va créer un autre parti avec le même contenu ».

Ainsi, en réponse à ma demande d’audience, à ma volonté de dialogue en vue de l’unité du FPI, Laurent Gbagbo a choisi la rupture et la division. Il enterre l’espoir qu’avaient nos militants, nos électeurs, nos sympathisants, en l’unité de la gauche, en la réconciliation de notre famille politique.

Lire aussi : Côte d’Ivoire : rencontre du Comité Central du FPI, voici le communiqué final

Il endosse de manière assumée devant nos compatriotes et devant l’histoire la responsabilité du schisme qui marque désormais l’épopée du FPI.

Et pourtant ses visites et ses embrassades avec ses tourmenteurs d’hier avaient laissé penser qu’il était véritablement le chaînon manquant de la réconciliation nationale et qu’il aurait à cœur d’œuvrer à l’unité de notre parti. Hélas !

« Soif de pouvoir et la volonté de revanche »

Cette décision, dictée essentiellement par la soif de pouvoir et la volonté de revanche, constitue un défi à notre force de caractère, à nos convictions idéologiques et à notre maturité politique.

Pour ma part, j’assure les militants et sympathisants du FPI, l’opinion nationale et internationale de ma ferme volonté de poursuivre ma mission pour la renaissance du parti en vue de la reconquête du pouvoir en 2025.

Je continuerai de me battre pour les valeurs de démocratie et de progrès que nous avons autrefois partagées.

Hauts les Cœurs, la lutte continue ! »