Urgent : Coup d’Etat en Guinée, l’Union Africaine réagit

Urgent : Coup d’Etat en Guinée, l’Union Africaine réagit

L’union africaine (UA) dans un communiqué ce dimanche a condamné́ le coup d’Etat intervenu plus à Conakry et a demandé́ la libération immédiate du Président Alpha Condé.

“Le Président en exercice de l’Union africaine Felix Tshisekedi et le Président de la commission africaine Moussa Faki Mahamat condamnent toute prise de pouvoir par la force et demande la libération immédiate du président Alpha Condé”, peut-on lire dans le communiqué de l’UA.

Lire aussi : Coup d’Etat en Guinée: ce selfie avec le Président qui fait jazzer sur la toile (photo)

Les patrons de l’UA invitent le conseil de paix et de sécurité́ de l’Union Africaine à se réunir d’urgence pour examiner la nouvelle situation en Guinée et pour prendre les mesures appropriées aux circonstances”, a indiqué ledit communiqué.

Coup d'Etat en Guinée: ce selfie avec le Président qui fait jazzer sur la toile

Coup d’Etat en Guinée: ce selfie avec le Président qui fait jaser la toile (photo)

Ce dimanche 05 septembre l’on apprenait des coups de tirs au palais présidentiel Sékhoutouréya où siégeait Alpha Condé. Il s’agissait selon les informations d’un coup d’Etat.

En effet, les putschistes en leur tête le lieutenant-colonel Mamady Doumbouya, ont pris d’assaut le palais présidentiel en renversant le gouvernement Condé.

A la fin des affrontements, les putschistes à bord d’un véhicule, ont emmené le président Alpha Condé. En cours de route le conducteur à fait une photo selfie avec le président. Cette photo est devenue virale sur la toile.  » c’est ça on appelle photo selfie », a posté un influenceur web sur sa page Facebook.

Lire aussi : Crise en Afghanistan : « l’homme qui a tué Ben Laden », réagit

Il faut rappeler que ce n’est pas la première fois que le Président Alpha Condé est confronté à une tentative de putsch. En 2011 notamment, son domicile avait été la cible d’un assaut.

Crise en Afghanistan : « l’homme qui a tué Ben Laden », réagit

Crise en Afghanistan : « l’homme qui a tué Ben Laden », réagit

La crise en Afghanistan continue d’alimenter des débats sur la toile provoquant des grincements de dent. Dans ce sillage, l’homme qui prétend tué Ben Laden monte également au créneau.

Robert O’Neill, ancien militaire américain, qui affirme être l’homme qui a abattu Oussama Ben Laden, n’a pas caché sa colère face au retour des talibans en Afghanistan.

Sur son compte Twitter, l’ex-membre des Navy Seals s’en est directement pris à Joe Biden, qualifiant le président des Etats-Unis de « catastrophe », ou traitant les personnes présentes à la Maison Blanche de « losers ».

Selon lui, la chute de l’Afghanistan aux mains des talibans est «la pire défaite de l’histoire des Etats-Unis ». Et ce revers doit avoir des conséquences sur certains dirigeants.

Vous avez peut être manqué ceci : USA : comment les photos de Melania Trump nue ont ressurgi

Ainsi, Robert O’Neill demande la démission de Mark A. Milley, l’actuel chef d’Etat-major des armées des Etats-Unis. « Des Afghans meurent en tombant de nos avions en fuite. [Milley] a-t-il enfin démissionné ? », écrit-il sur le réseau social.

Décoré à 52 reprises, dont deux Silver Stars et trois Bronze Stars, Robert O’Neill, a fait partie de l’unité Seal Team Six, qui a participé en 2011 à l’opération Neptune’s Spear (Trident de Neptune), qui a conduit à la mort d’Oussama Ben Laden.

Il affirme être celui qui a donné la mort au chef d’al-Qaida, même si certaines sources assurent que ce dernier était quasiment mourant après le tir d’un premier Marine.

Par CNEWS

Laurent Gbagbo pourrait retourner à la CPI sous une autre casquette

Côte d’Ivoire : Laurent Gbagbo pourrait retourner à la CPI sous une autre casquette

Dans une sortie du porte-parole de la Cour pénale internationale (CPI) Fadi El Abdallah, a laissé entendre que tout n’était pas fini pour Laurent Gbagbo auprès de l’institution.

Acquittés définitivement et a regagné son pays la Côte d’Ivoire, Laurent Gbagbo pourrait jouer d’autres rôles à la CPI. Pour Fadi El Abdallah, l’ancien président ivoirien pourrait comparaitre devant les juges. Ceci, pas en tant qu’accusé mais comme un témoin.

Tout dépend des juges qui peuvent « décider qui serait appelé comme témoin relèvent des parties à une procédure » a-t-il indiqué.

Lire aussi : Côte d’ivoire : AFFI NGUESSAN traite cette décision de Laurent Gbagbo de « soif de pouvoir et de volonté de revanche »

Le porte-parole de la CPI a ajouté par ailleurs, que « concernant M. Gbagbo, s’il y a une demande pour dédommagement les juges décideront s’il y a eu erreur grave justifiant cela ou non ». Il s’est prononcé également sur un éventuel dédommagement de l’ancien pensionnaire de Schevenningen.

le remplaçant de feu Hamed Bakayoko, Téné Birahima Ouattara évacué d’urgence en France

Côte d’Ivoire : le remplaçant de feu Hamed Bakayoko, Téné Birahima Ouattara évacué d’urgence en France

La santé du ministre de la défense, Téné Birahima Ouattara frère du président de la République ivoirienne s’est détérioré. Le remplaçant de feu Hamed Bakayoko au poste de la défense a été évacué d’urgence en France pour des soins de santé, a confié une source.

Pour l’instant aucune information n’a été donnée sur le mal dont souffre le ministre mais notons qu’il a été récemment mis en isolement après avoir été en contact avec une personne testée positive au coronavirus.

D’après une sortie du webactiviste Chris Yapi, il serait interné à American Hospital of Paris sur instruction du président Alassane Ouattara.

Nous y reviendrons

Lire aussi : Côte d’ivoire : AFFI NGUESSAN traite cette décision de Laurent Gbagbo de « soif de pouvoir et de volonté de revanche »

AFFI NGUESSAN traite cette décision de Laurent Gbagbo de « soif de pouvoir et de volonté de revanche »

Côte d’ivoire : AFFI NGUESSAN traite cette décision de Laurent Gbagbo de « soif de pouvoir et de volonté de revanche »

L’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo rencontrait hier le comité central du FPI légal pour réfléchir sur l’avenir du parti longtemps dirigé par Pascal AFFI NGUESSAN. Ainsi, au cours des travaux, Laurent Gbagbo dans un discours, a annoncé la proposition de création d’un nouveau parti politique. Une décision intervenue suite à la bataille pour le contrôle du parti du Font populaire ivoirien (FPI).

Pour AFFI NGUESSAN, Laurent Gbagbo ne devrait pas aller sur le terrain de la division. Le président du FPI trouve à cet effet cette sortie de « soif de pouvoir et de « volonté de revanche ».

« Une bataille inopportune »

 « A l’issue d’une rencontre avec ses sympathisants ce lundi 9 août 2021, le Président Laurent Gbagbo vient d’annoncer qu’il abandonne la bataille inopportune et destructrice qu’il mène depuis 7 ans contre le FPI et qu’il « va créer un autre parti avec le même contenu ».

Ainsi, en réponse à ma demande d’audience, à ma volonté de dialogue en vue de l’unité du FPI, Laurent Gbagbo a choisi la rupture et la division. Il enterre l’espoir qu’avaient nos militants, nos électeurs, nos sympathisants, en l’unité de la gauche, en la réconciliation de notre famille politique.

Lire aussi : Côte d’Ivoire : rencontre du Comité Central du FPI, voici le communiqué final

Il endosse de manière assumée devant nos compatriotes et devant l’histoire la responsabilité du schisme qui marque désormais l’épopée du FPI.

Et pourtant ses visites et ses embrassades avec ses tourmenteurs d’hier avaient laissé penser qu’il était véritablement le chaînon manquant de la réconciliation nationale et qu’il aurait à cœur d’œuvrer à l’unité de notre parti. Hélas !

« Soif de pouvoir et la volonté de revanche »

Cette décision, dictée essentiellement par la soif de pouvoir et la volonté de revanche, constitue un défi à notre force de caractère, à nos convictions idéologiques et à notre maturité politique.

Pour ma part, j’assure les militants et sympathisants du FPI, l’opinion nationale et internationale de ma ferme volonté de poursuivre ma mission pour la renaissance du parti en vue de la reconquête du pouvoir en 2025.

Je continuerai de me battre pour les valeurs de démocratie et de progrès que nous avons autrefois partagées.

Hauts les Cœurs, la lutte continue ! »

rencontre du Comité Central du FPI, voici le communiqué final

Côte d’Ivoire : rencontre du Comité Central du FPI, voici le communiqué final

1-Sur convocation du Secrétariat Général, le Comité Central du Front Populaire Ivoirien (FPI), s’est réuni le lundi 9 août 2021, en sa deuxième session extraordinaire de l’année 2021, au Palais de la Culture, sis à Treichville, de 12h05 heures à 14h32, sous la présidence effective du Président Laurent GBAGBO, président du Parti ;

2- L’ordre du jour de cette session extraordinaire a porté sur les points suivants :

Hommage à nos chers disparus ;

Adresse du Président Laurent Gbagbo.

Etaient conviés à cette session extraordinaire du Comité Central :

Les membres du Comité Central ;

Les membres du Comité de Contrôle ;

Les membres du Conseil Politique Permanent ;

Les membres fondateurs d’Ensemble pour la Démocratie et la Souveraineté (EDS) ;

Les Députés de EDS ;

Les membres du cabinet du Président.

Sur le même sujet : Urgent : Laurent Gbagbo va créer un nouveau parti

3- La session a entendu une communication du camarade ASSOA Adou, Secrétaire Général du Front Populaire Ivoirien ;

4- Dans sa communication, le camarade ASSOA Adou a souhaité la bienvenue au Président du Parti, et lui a dit « YAKO » pour toutes les souffrances qu’il a endurées ;

5- Le Secrétaire Général a ensuite adressé ses vifs remerciements au Président Laurent Gbagbo pour la confiance qu’il lui a manifestée à deux reprises ; D’abord en le nommant Directeur de sa campagne pour la présidence du Parti à l’occasion du Congrès qui était prévu en décembre 2014, alors qu’il était en exil au Ghana ; Ensuite, le Président Laurent GBAGBO l’a honoré en le nommant Secrétaire Général du Parti au Congrès de Mooussou qui s’est tenu les 3 et 4août 2018 alors qu’il était en prison ;

6- Le Secrétaire Général du Parti a indiqué qu’après le Congrès de Moossou qui s’est tenu les 3 et 4 août 2018, le Parti a été frappé par le décès subit du Vice-président Abou Drahamane SANGARE, Président par intérim ; Cette disparition durement ressentie par le Parti a été l’occasion pour certains camarades de défier ouvertement l’autorité du Président du Parti ;

7- Malgré ces difficultés, les militantes, militants, sympathisants, les Ivoiriens de la diaspora et les démocrates du monde entier se sont mobilisés pour faire triompher la juste ligne stratégique du Président Laurent GBAGBO ;

8- Abordant le premier point de l’ordre du jour, le Comité Central a entendu une seconde communication relative à un hommage rendu à nos camarades et sympathisants disparus ; Cette communication a été faite par le Vice-président Gnagne YADOU;

Le camarade Gnagne YADOU a exprimé aux familles, au nom du Parti, la reconnaissance éternelle du Front Populaire Ivoirien à tous nos militants et sympathisants disparus, pour le combat qu’ils ont mené, au péril de leur vie, pour un avenir radieux de notre pays, la Côte d’Ivoire ;

9- Au titre du deuxième point de l’ordre du jour, le Comité Central a entendu une importante intervention du Président Laurent GBAGBO sur la lutte du Front Populaire Ivoirien et les perspectives qui se présentent aujourd’hui pour la Côte d’Ivoire ;

10- Le Président Laurent GBAGBO a salué et honoré la mémoire de tous les militants et sympathisants décédés pendant son éloignement prolongé hors du pays. Il a salué leur engagement pour la liberté et la démocratie en Côte d’Ivoire. Il a particulièrement insisté sur le cas des plus illustres d’entre eux dont Bernard Blin DADIER, Abou Drahamane SANGARE, Sylvain Miaka OURETO, Désiré TAGRO, Bohoun BOUABRE, Sansan KOUAO, Basile Mahan GAHE, qui se sont résolument engagés pour notre cause commune au prix de leur vie ;

11- Le Président Laurent GBAGBO a demandé au Parti de tout mettre en œuvre pour perpétuer la mémoire des militants et sympathisants;

12- S’adressant aux militantes, militants et sympathisants du Front Populaire Ivoirien, le Président Laurent GBAGBO les a félicités pour leur courage et leur ténacité qui a permis au Parti de vaincre l’adversité ;

Rôle du FPI dans le multipartisme

13- Le Président Laurent GBAGBO a ensuite insisté sur le rôle éminemment important joué par le FPI dans l’instauration du multipartisme en Côte d’Ivoire ainsi que le début du processus de démocratisation du pays ;

14- C’est pourquoi il a déploré le comportement de certains camarades qui se situent aux antipodes de notre idéologie et qui s’acharnent sur notre Parti et sur nos militants et sympathisants ;

15- Notre seul instrument de lutte politique est confisqué par Monsieur Affi N’GUESSAN et malgré les nombreuses initiatives pour le raisonner, il s’arcboute sur sa soi-disant « légalité » ;

16- Le Président Laurent GBAGBO a pris acte de la volonté et de l’obstination de Monsieur Affi N’GUESSAN de prendre en otage le Front Populaire Ivoirien, foulant ainsi au pied les années de sacrifice des militantes et militants du Parti ;

17- Le Président Laurent GBAGBO n’entend pas s’engager dans une bataille juridique avec Monsieur Affi N’GUESSAN ;

18- Dès cet instant, il a proposé au Comité Central, la création d’un nouvel instrument de lutte conforme à notre idéologie et nos ambitions ;

19- Il a demandé au Comité Central d’autoriser la mise en place d’un comité de préparation du Congrès Constitutif ;

20- Le Comité Central félicite le président Laurent GBAGBO pour son brillant exposé et sa grande hauteur de vue qui lui permet de dépasser les outrages du passé et penser sereinement l’avenir de notre instrument de lutte ;

21- Le Comité Central décide en conséquence :

De la perpétuation de la mémoire de nos disparus ;

De la création d’un nouvel instrument de lutte ;

De la mise en place d’un comité de préparation du Congrès Constitutif.

22- Le Comité Central exhorte les militantes, militants et sympathisants du Front Populaire Ivoirien et l’ensemble des partisans du Président Laurent GBAGBO et les démocrates ivoiriens à s’inspirer de ce dépassement afin d’œuvrer à l’édification, dans la paix, d’une Côte d’Ivoire stable et prospère ;

23- Le Comité Central assure de son soutien indéfectible le président Laurent GBAGBO, homme de paix, de tolérance et de pardon dont le retour en terre ivoirienne est, pour tous les Ivoiriens, l’accélérateur du processus de la réconciliation véritable et de la paix en Côte d’Ivoire ;

24- Le Comité Central appelle, dès à présent, à la mobilisation de toutes les structures du Parti, de toutes les militantes, de tous les militants, de tous les sympathisants et de tous les patriotes, à s’engager, sans réserve, autour du Président Laurent GBAGBO pour relever le défi de l’instauration de la paix définitive et de la réconciliation vraie en Côte d’Ivoire.

𝗙𝗮𝗶𝘁 𝗮̀ 𝗔𝗯𝗶𝗱𝗷𝗮𝗻, 𝗹𝗲 𝟬𝟵 𝗮𝗼𝘂̂𝘁 𝟮𝟬𝟮𝟭

𝗟𝗲 𝗖𝗼𝗺𝗶𝘁𝗲́ 𝗖𝗲𝗻𝘁𝗿𝗮𝗹

Laurent Gbagbo va créer un nouveau parti

Urgent : Laurent Gbagbo va créer un nouveau parti

Acquitté définitivement par la Cour pénale internationale, Laurent Gbagbo a tenu ce lundi 9 août 2021, une réunion politique. Une première depuis son retour au pays. L’ex président ivoirien envisage ainsi de créer un nouveau parti politique avec ses fidèles, laissant ainsi le FPI à AFFI Pascal NGUESSAN.

En effet, c’est avec les membres du comité central du FPI légal, que l’ancien chef d’Etat ivoirien a tenu son tête à tête. Une rencontre intervenue suite aux bras de fer de leadership à la tête de son parti Front populaire ivoirien (FPI) conduit plusieurs années déjà par Pascal AFFI NGUESSAN.

Lire aussi : Un cyber-activiste proche de Laurent Gbagbo convoqué

 « Je propose au comité central de laisser AFFI avec l’enveloppe. Nous allons créer notre parti », a déclaré Laurent Gbagbo ce lundi au cours des travaux.

La réunion dont AFFI NGUESSAN n’est pas convié a vu la participation des de plusieurs regroupement. Il s’agit des alliés d’Ensemble pour la démocratie et la souveraineté, EDS et la coalition anti-Ouattara qui s’est créée autour du FPI en 2017.

Décès du Premier ministre: l’émouvant message du Président Ouattara

Décès du Premier ministre: l’émouvant message du Président Ouattara

Le 08 juillet est une date gravée à jamais dans la mémoire des ivoiriens. En effet, Amadou Gon Coulibaly, premier ministre ivoirien quittait ce monde le 08 juillet 2020.

Un coup dur pour le Président Alassane Ouattara qui positionnait le défunt premier ministre comme son remplaçant aux élections présidentielles d’octobre 2020.

Ainsi, pour hommage, le président Ouattara sur sa page Facebook, ce jeudi 08 juillet a laissé un émouvant message. « Un an que le Premier Ministre Amadou Gon Coulibaly nous a malheureusement quittés! C’est avec beaucoup d’émotion que Dominique et moi, avons pris part, ce jeudi, à la Grande Mosquée de la Riviera Golf, aux cérémonies de prières pour le repos de son âme ».

Lire aussi : Côte d’ivoire : décès d’Amadou Gon Coulibaly, retour sur l’homme

Membre du PDCI puis du RDR, M. Gon Coulibaly a occupé les fonctions de maire de Korhogo à partir de 2001 et de ministre d’octobre 2002 à février 2010 puis à partir de décembre 2010. Il décède des suites d’un arrêt cardiorespiratoire.

assassinat du Président Jovenel Moise, 4 mercenaires tués

Haïti : encore d’autres victimes dans l’assassinat du Président Jovenel Moise

Lors de l’attaque du domicile du Président Jovenel Moise dans la nuit du mardi à mercredi 7 juillet, quatre mercenaires ont été tués et deux autres arrêtés.

 « Quatre mercenaires ont été tués, deux ont été interceptés sous notre contrôle. Trois policiers qui avaient été pris en otage ont été récupérés », a affirmé à la télévision, le directeur général de la police nationale d’Haïti, Léon Charles.

Peu après l’assassinat, de sources officielles avaient indiqué que le chef de l’Etat a été tué par des mercenaires professionnels. Lire aussi : HAÏTI : le Président JOVENEL MOÏSE assassiné

Tôt le mercredi, le Chef du gouvernement sortant Claude Joseph a annoncé l’assassinant du président haïtien Jovenel Moïse chez lui par un commando formé d’éléments étrangers.