Couple : Voici les vitamines pour stimuler votre libido

Couple : Voici les vitamines pour stimuler votre libido

Des récents travaux d’experts américains ont découvert les vitamines essentielles à une bonne santé sexuelle. Et bonne nouvelle, nous pouvons les retrouver dans nos alimentations quotidiennes.

La libido est très importante pour une stabilité dans un couple, ou pas. Avoir une bonne santé sexuelle contribue à l’épanouissement de chaque individu. Une équipe de chercheurs américains de l’université de Virginie a établi un lien entre les troubles de libidineux à d’éventuelles carences vitaminiques.

Ces chercheurs ont découvert que quatre vitamines sont particulièrement importantes pour stimuler sa libido.
Chez l’homme, la vitamine D contribue à la production de testostérone et à la fonction érectile.

Elle contribue à la maturation des cellules vaginales et à la sécrétion d’œstrogènes chez la femme. Une carence en vitamines D est associée à divers dysfonctionnements sexuels, ainsi qu’à la dépression.
La vitamine E est puissamment antioxydante.

Elle est associée au bon fonctionnement des cellules de Leydig, les cellules qui produisent la majeure partie de la testostérone. On trouve cette vitamine dans les huiles végétales, les noix, les graines et les fruits tels que les mangues et les avocats.

Lire aussi : Rapports sexuels sous la douche : ces astuces pour pimenter vos moments torrides


La carence en la vitamine B9 est retrouvée dans la dysfonction érectile et dans l’éjaculation précoce, en particulier chez les jeunes. Elle intervient également dans la régulation du cycle éjaculatoire. Les céréales, les cacahuètes, et légumes en sont riches.

Et enfin et la vitamine C, élément qu’on retrouve dans les agrumes et dans les tomates. Cette vitamine est un puissant antioxydant qui agit sur les causes vasculaires de la dysfonction érectile : elle joue un rôle un peu comme le viagra. Sa carence provoque la dépression, qui va souvent de pair avec une baisse de la libido, tant chez les hommes et que les femmes.

Lutter Contre Les Médicaments Qui Tuent En Afrique : Une Approche Collaborative Et Intégrée

Lutter Contre Les Médicaments Qui Tuent En Afrique : Une Approche Collaborative Et Intégrée

La circulation de produits médicaux falsifiés et qualité inférieure (MFQI) constitue un grave problème de santé publique pour les individus, les familles, les communautés et les pays en les privant de l’accès à des médicaments abordables et de bonne qualité.

Bien qu’il existe des signes encourageants de croissance de la production locale de produits pharmaceutiques dans la région africaine, une étude réalisée en 2019 indique que seuls 10 à 30 % des médicaments consommés en Afrique subsaharienne sont fabriqués localement (McKinsey, 2020).

Sensibles à ce fléau sanitaire majeur, les gouvernements africains ont uni leurs forces à celles de l’OMS et d’autres acteurs des secteurs public et privé, y compris la société civile, pour trouver des moyens de lutter efficacement contre cette menace pour la santé publique, et améliorer substantiellement l’accès des patients à des médicaments et à des soins de santé de qualité.

Conformément à la déclaration politique signée par six pays africains (République du Congo, Ghana, Niger, Ouganda, Sénégal et Togo) le 18 janvier 2020, l’objectif principal de l’Initiative de Loméest de mettre en œuvre des plans nationaux de lutte contre les MFQI avec une action interministérielle et une contribution coordonnée des autorités publiques et du secteur privé.

Lutter contre les faux médicaments

En tant que coordinateur politique de l’initiative, la République togolaise s’est portée volontaire pour mener un projet pilote de lutte contre les MFQI qui sera lancé au quatrième trimestre 2022.

Dans le cadre de la 72e session du Comité régional de l’OMS pour l’Afrique,  le Ministère de la Santé de la République du Togo, l’OMS et la Fondation Brazzaville organisent un événement parallèle le 23 août 2022 à 18h15 (UTC) en salle plénière Centre International des Conférence de Lomé (CICL).

Parmi les intervenants de haut niveau :Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur Général de l’OMS ;Dr Matshidiso Rebecca Moeti, Directrice Régionale de l’OMS pour l’Afrique ; Minata Samaté Cessouma, Commissaire en charge de la Santé, des Affaires humanitaires et du Développement social de l’Union Africaine ; Pr Moustafa Mijiyawa, Ministre de la Santé, de l’Hygiène publique et de l’Accès universel aux soins du Togo ; Dr Mamessilé Aklah Agba-Assih, Ministre déléguée de la Santé, de l’Hygiène publique et de l’Accès universel aux soins du Togo et M.Richard Amalvy, Directeur général de la Fondation Brazzaville.

Les objectifs de l’événement sont les suivants :

  • Réunir les Ministres de la Santé et/ou leurs représentants pour partager des informations actualisées et les meilleures pratiques mises en œuvre pour lutter contre les médicaments de qualité inférieure et falsifiés dans les pays africains ;
  • Présenter les objectifs de l’initiative de Lomé contre les MFQI et toutes les actions entreprises depuis la signature de la déclaration politique en 2020, ainsi que toutes les autres initiatives existantes sur la lutte contre les MFQI au niveau en Afrique ;
  • Inviter les ministres présents à optimiser la coordination de la lutte contre les MFQI au niveau du continent et à faire des recommandations dans ce sens.

À propos de l’Initiative de Lomé

L’Initiative de Lomé a été lancée en janvier 2020 lors du Sommet de Lomé, au cours duquel six chefs d’État et de gouvernement africains (Congo, Ghana, Niger, Ouganda, Sénégal et Togo) ont signé une déclaration politique s’engageant à lutter contre le trafic de médicaments falsifiés et de qualité inférieure en ratifiant les accords internationaux existants ; en introduisant de nouvelles sanctions pénales contre les trafiquants et en sensibilisant à ce fléau de santé publique, avec le précieux soutien des représentants des organisations internationales.

Lire aussi : Commerce Illégal Des Espèces Protégées : Les Éléphants, Risque Croissant D’extinction

La Fondation Brazzaville apporte un appui technique aux ministres de la Santé des pays signataires, ainsi qu’aux divers ministères qui ont un rôle à jouer dans ce combat. L’urgence de la situation appelle à un élargissement de cette initiative à d’autres pays, ainsi qu’à la mobilisation d’autres acteurs publics-privés nourrissant le même objectif. La Gambie, la République du Congo et la Guinée-Bissau ont exprimé leur volonté de rejoindre l’initiative.

À propos de la Fondation Brazzaville

La Fondation Brazzaville est une organisation indépendante à but non lucratif basée à Londres et enregistrée auprès de la Charity Commission for England and Wales (n.1160693). Sa vision est de cultiver l’afro-optimisme pour trouver des solutions endogènes aux défis du continent et leur donner un impact durable, en soutenant la primauté de la compétence africaine dans les champs d’intervention suivants :

  • Paix – notamment la résolution des conflits internationaux et internes ;
  • Environnement – notamment la protection des écosystèmes, de la biodiversité et des communautés ;
  • Santé publique – notamment la préservation et l’amélioration de la santé et du bien-être des populations.

Ses actions sont destinées à soutenir l’Agenda 2063 de l’Union africaine et participent à réaliser les objectifs de développement durable (ODD) des Nations Unies.

Togo : Faure Gnassingbé reçoit un certificat de reconnaissance de l’OMS

Togo : Faure Gnassingbé reçoit un certificat de reconnaissance de l’OMS

Le Chef de l’Etat, Faure Gnassingbé, a ouvert ce jeudi 22 août, la cérémonie d’ouverture des travaux de la 72è session du Comité régional de l’OMS pour l’Afrique. Et à l’occasion, Lomé a été une fois encore reconnu, capitale mondiale de la santé.

Une reconnaissance marquée par l’élimination par le Togo de quatre (04) maladies tropicales négligées notamment; la dracunculose ou maladie de ver de Guinée, la filariose lymphatique, la trypanosomiase humaine africaine (THA) ou maladie du sommeil et récemment le trachome.

Ainsi, pour célébrer cette prouesse du Togo, l’Organisation mondiale de la santé a remis officiellement un certificat de reconnaissance à Faure Gnassingbé. Il l’a reçu des mains du Dr Tedros, Directeur Général de l’institution mondiale de la santé.

Lire aussi : Le Togo, 4e pays africain à vaincre le Trachome selon l’OMS

Cette 72è rencontre dont abrite le Togo, prendra fin le 26 août prochain. En effet, dans son discours, le Chef de l’Etat a exprimé sa gratitude aux partenaires pour cette marque de confiance renouvelée au Togo. Ceci, pour les résultats dans le domaine de la santé.

« La santé est une priorité de cohésion sociale que le gouvernement togolais a placée au cœur de sa politique de développement », a indiqué Faure Gnassingbé.

Haïti : Des individus armés sortent un patient d'un hôpital et l'exécute

Haïti : Des individus armés sortent un patient d’un hôpital et l’exécutent

Ce 18 août, l’ONG Médecins Sans Frontières a rapporté un fait d’une extrême violence en Haïti. Des hommes armés ont extrait de force un patient d’un hôpital de Port-au-Prince et l’ont exécuté à l’extérieur.

Les faits sont produits le 14 août à l’hôpital Raoul Pierre-Louis, dans la banlieue de la capitale haïtienne, d’après Cnews. Jusqu’alors, les identités des assaillants et le patient tué ne sont pas connues. Mais tout porte à croire qu’il s’agirait d’un règlement de compte.

Ce n’est pas la première fois que ces genres d’expédition punitive se produisent en Haïti. En 2021, un centre de santé aussi géré par MSF, avait été visé par des tirs dans un affrontement entre gangs.

Lire aussi : HAÏTI : le Président JOVENEL MOÏSE assassiné

Rappelons que le pays est engrangé dans une crise politique depuis l’assassinat du président Jovenel Moïse en 2021. Les actes de violences ne cessent de se multiplier pour la simple raison que les gangs armés jouissent d’une large impunité ces dernières années.

Chine : un nouveau virus semblable au coronavirus détecté

Chine : un nouveau virus semblable au coronavirus détecté

Un nouveau virus détecté en Chine fait déjà des victimes. Baptisé « Langya », le nouveau virus dont les signes sont semblables au coronavirus se transmet des animaux aux humains selon les spécialistes.

En effet, après le coronavirus, un nouveau virus secoue la Chine. 35 personnes ont été déjà infectés par la maladie dans deux provinces de l’Est du pays.

Selon les médecins chinois, les victimes présentaient des signes semblables au coronavirus. Avec des antécédents de contact avec les animaux, des signes comme ; la fièvre, la fatigue, une toux, une perte d’appétit, des douleurs musculaires, des nausées, des maux de tête et des vomissements.

Lire aussi : Monkeypox, le nouveau virus détecté chez les homosexuels ?

Ce nouveau virus appartiendrait à la famille Henipavirus, dont deux espèces notamment le virus Hendra et le Nipah, très mortels détectés auparavant.

Classé au niveau de biosécurité 4, selon l’OMS, l’Hénipavirus est composé des taux de létalité compris entre 40 et 75%.

Saint Jean de Dieu Afagnan : une grève annoncée par le SYPHCA-TO

Saint Jean de Dieu Afagnan : une grève annoncée par le SYPHCA-TO

Dans une note adressée à la direction de l’hôpital Saint Jean de Dieu d’Afagnan, le personnel soignant annonce un sit-in ce vendredi 24 juin 2022.

Le mot d’ordre est intervenu suite à l’indignation du personnel sur la non implication des autres syndicats au processus électoral en cours.

Selon le personnel, la direction veut organiser les élections en excluant la participation du nouveau syndicat (SYPHCA-TO) créer sous la houlette de SYNPHOT.

« Il y avait un seul syndicat (SYNPHATO) par le passé, et depuis début de l’année, il y a un nouveau syndicat (SYPHCA-TO) qui a vu le jour et la direction de l’hôpital d’Afagnan de commun accord veuxx exclure la participation à l’élection du nouveau syndicat (SYPHCA-TO) ainsi que tous les fonctionnaires (pratiquement une trentaine personnel soignant que l’état a affecté dans l’hôpital Saint Jean de Dieu d’Afagnan) », explique les responsables du SYPHCA-TO.

Lire aussi : Togo : l’hôpital de référence Saint Pérégrin change de nom

Ceci étant, un boycott est annoncé pour empêcher la tenue de ces élections. « Le bureau exécutif de SYPHCA-TO invite tout le personnel de l’hôpital St Jean de Dieu Afagnan, au boycotte de ces élections du 24 juin 2022, et lance une manifestation de mécontentement et du pire à venir par le port de brassard rouge en ce jour du 24 Juin 2022 », indique la note.

Togo : l’hôpital de référence Saint Pérégrin change de nom

Togo : l’hôpital de référence Saint Pérégrin change de nom

Estimé à 17 milliards de FCFA, l’hôpital de référence Saint Pérégrin, en construction au Nord de Lomé précisément à Agoè change de nom. D’après les dires de la Directrice de CNSS, Ingrid Awadé, Saint Pérégrin devient Dogta-Lafié.

Ce changement de nom participe, selon Mme Awadé à la volonté des autorités et des populations pour une appropriation du projet.

« Dogta-Lafié veut dire Hôpital de la santé en Moba et Nawda. Cette nouvelle appellation valorise nos langues nationales, a-t-elle renchérit.  

Lire aussi : Monkeypox, le nouveau virus détecté chez les homosexuels ?

L’information a été donnée lors du lancement des souscriptions dans le cadre de l’ouverture et de l’augmentation du capital de sa Société de gestion hospitalière (SOGEHP). Jusque-là, détenue uniquement par l’institution de sécurité sociale, l’entité créée en 2019 aura pour charge l’exploitation et la gestion de Dogta-Lafiè.

Ce projet grandeur nature qui s’étale sur 6 hectares a été lancés en février 2019, a connu des retards dans l’exécution mais est en cours de finition actuellement.

Le Togo, 4e pays africain à vaincre le Trachome selon l'OMS

Le Togo, 4e pays africain à vaincre le Trachome selon l’OMS

Le Togo vient d’éradiquer la maladie dénommée le Trachome sur son territoire après le Maroc, le Ghana et la Gambie. Ce 28 mai 2022 à Genève, le pays a été certifié vainqueur de la maladie par l’OMS et devient le 4è pays africain à pousser la maladie hors de ses frontières.

Selon Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, « la réussite du Togo est une étape importante dans le processus d’élimination du trachome. Les enfants du pays et leurs familles peuvent désormais vivre sans craindre les graves conséquences de cette maladie évitable par des mesures de lutte soutenues ».

En effet, le trachome est un problème de santé publique qui demeure responsable de cécité et de déficiences visuelles pour environ 1,9 millions de personnes. L’Afrique reste le continent le plus touché et celui où les efforts de lutte sont les plus intensifs.

Lire aussi : Santé : fin de la Trypanosomiase au Togo, reconnait l’OMS

Egalement, le Directeur général de l’OMS, Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, a félicité le Professeur Moustafa Mijiyawa, Ministre togolais de la Santé, de l’Hygiène publique et l’accès universel aux soins, sur cet exploit.

Notons que la lutte contre le trachome au Togo s’est réalisée grâce aux activités du Programme National des Maladies Tropicales Négligées (PNMTN).

Professeur Moustafa Mijiyawa, Ministre togolais de la santé au milieu

Ces dernières années, le Togo a réalisé d’énormes progrès sur le plan sanitaire. En 2017, il est devenu le premier pays d’Afrique subsaharienne à éliminer la filariose lymphatique et en 2020, le premier pays africain à surmonter la trypanosomiase humaine africaine.

Perside Katanga (Stagiaire)

Variole du singe : le Nigéria enregistre un premier décès

Variole du singe : le Nigéria enregistre un premier décès

Premier cas détecté le 7 mai dernier en Angleterre, le Monkeypox encore appelé la variole du singe, gagne le terrain et fait une première victime en Afrique de l’ouest. 

En effet, le Nigéria Center for Disease Control (NCDC) a annoncé dans un communiqué le 28 mai 2022, un premier décès. Il s’agit d’un patient de 40 ans qui avait une comorbidité sous-jacente et qui prenait des médicaments immunosuppresseurs.

Selon le NCDC, un total de 21 cas confirmé a été signalé dans neufs Etats ainsi que dans le territoire de la capitale (FCT).

Parmi les 21 cas signalés en 2022 jusqu’à présent, il n’y avait « aucune preuve d’une transmission nouvelle ou inhabituelle du virus, ni de changements dans sa manifestation clinique documentés (y compris les symptômes, le profil et la virulence) ».

Lire aussi : Monkeypox, le nouveau virus détecté chez les homosexuels ?

Le directeur par intérim de l’agence dit qu’il « espère que les pays riches n’accumuleront pas de vaccins pendant l’épidémie actuelle de monkeypox, comme ils l’ont fait avec les piqûres contre le COVID-19 ».

Le Monkeypox rappelons-le, est une infection virale rare qui ne se propage pas facilement entre les personnes. C’est une maladie bénigne spontanément résolutive et la plupart des gens se rétablissent en quelques semaines. Cependant, une maladie grave peut survenir chez certaines personnes.

Mali : la réaction de Macky Sall sur la levée de l’embargo

Sénégal : Macky Sall limoge le ministre de la santé

Onze bébés ont été brulés vifs dans un incendie au Sénégal, le président Macky Sall a pris plusieurs mesures notamment le limogeage du ministre de la santé. Le drame est survenu mercredi à l’hôpital Mame El hadji Abdoul Aziz Sy à Tivaouane, dans l’ouest du Sénégal.

Une situation douloureuse qui suscite beaucoup de grincement de dent des populations. En réaction, le président de la République sénégalais, Macky Sall a limogé le ministre de la santé Abdoulaye Diouf Sarr.

Il a été remplacé par le Docteur Marie Khemesse NGOM NDIAYE. Une décision prise par décret présidentiel n°2022-1171 du 26 mai 2022.

Lire aussi : Sénégal / Inauguration du stade Abdoulaye Wade : Le garde du corps du président turc meurt en pleine cérémonie

Le président sénégalais a également, à travers un communiqué décrété 3 jours de deuil national en mémoire des victimes.« Par décret n° 2022-1170 du 25 mai 2022, le Président de la République a déclaré un deuil national de trois (03) jours à compter du jeudi 26 mai 2022, suite l’incendie survenu à l’hôpital de Mame El hadji Abdoul Aziz Sy de Tivaouane, occasionnant le décès de nouveaux nés » rapporte le communique de la présidence.