Coronavirus : le FMI Et la Banque mondiale prêts à appuyer les pays membres, comme le Togo

Déclenché il y a quelques semaines en Chine le coronavirus a franchi les frontières avec des cas signalé dans plusieurs pays.

 « La maladie est dans nos murs » c’est ce qu’a annoncé le président sénégalais Macky Sall  hier lundi 02 mars à la sortie d’une réunion sur un cas détecté au Sénégal.

En effet, dans un communiqué, le FMI et la Banque mondiale sont « prêts à aider les pays membres » en l’occurrence le Togo pour renforcer la sécurité face à cette pandémie.

Lire aussi : Sénégal/ Coronavirus : « la maladie est dans nos murs »,Macky Sall

Selon la note, il s’agira concrètement de faire usage des : « instruments disponibles dans toute la mesure du possible, y compris le financement d’urgence, les conseils politiques et l’assistance technique ». Sont prévus en particulier, « des mécanismes de financement rapide qui, collectivement, peuvent aider les pays à répondre à un large éventail de besoins ».

Notons qu’aucun cas n’a encore été signalé au Togo jusqu’à ce jour.

Sénégal/ Coronavirus : « la maladie est dans nos murs »,Macky Sall

Suite à une réunion spéciale consacrée à une situation sur le coronavirus, le Président Macky Sall a annoncé ce lundi 2 mars 2020 un tout premier cas de la maladie.

Il s’agit d’un individu vivant au quartier des Almadies (Dakar) et qui provenait de la France. « C’est un cas suspect en cours de validation », a déclaré le président.

Selon des sources gouvernementales, l’individu en question a été pris en charge par l’institut pasteur de Dakar, qui dispose de l’un des 30 laboratoires africains capables de diagnostiquer cette maladie transmise par un virus répertorié par l’OMS sous le nom de Covid-19.

Un budget immédiat de 1,4 milliards de Franc CFA a été mis en place par le Gouvernement sénégalais pour gérer la crise.

Lire aussi : Togo/Formation : foire scientifique et technologique INOSCITO à Baguida

Togo/Santé : 8 autres hôpitaux publics bénéficieront bientôt l’approche contractuelle

Le gouvernement vient récemment d’émettre un avis d’appel à manifestation d’intérêt (dans le journal national Togo-Presse, en date du 28 février), afin de recruter des sociétés, pour la contractualisation de 8 structures.

Dans les jours à venir, ces huit (08) hôpitaux publics notamment ; Aného, Bè, Lomé commune, CHU Campus, Tsévié, Kpalimé, Notsè et de Sotouboua bénéficieront de l’approche contractuelle. La phase pilote a été lancé depuis 2017à Atakpamé et Blitta, puis étendue aux villes de Dapaong, Kara, Sokodé (et au CHU Sylvanus Olympio de Lomé).

L’initiative est de rendre plus efficace le système de santé au Togo et améliorer la performance des structures sanitaires.

Lire aussi : Togo/Formation : foire scientifique et technologique INOSCITO à Baguida

Pour rappel, contractualisation ne veut pas dire privatisation. En effet « La formation sanitaire reste publique, c’est-à-dire que c’est l’Etat qui continue de payer ses agents, les équipements et tout ce qu’il faut pour que l’hôpital fonctionne.

Une entité non-étatique est recrutée, avec pour cahier des charges, de nous aider à mettre en place les mécanismes d’une bonne gestion. (…) Le ministère de la santé, qui est le niveau central, est tenu informé afin de veiller à la régularité et à la pertinence des actions et des dépenses. » Souligne Moustapha Mijiyawa.

Un premier cas du Coronavirus en Afrique subsaharienne

Ce vendredi 28 février 2020, dans la province de Lagos au Nigéria, un premier cas du Coronavirus a été recensé. Seulement deux cas d’infections ont été détectés ces jours en Afrique ce qui tout de même intrigue les épidémiologistes.

S’agissant du premier cas de contamination dans l’Afrique subsaharienne, il est noté que le patient est un citoyen italien qui est revenu de milan le 25 février 2020. Il a été hospitalisé après avoir été testé positif au Coronavirus dans l’Etat de Lagos.

Lire aussi : Sénégal/ Coronavirus : « la maladie est dans nos murs »,Macky Sall

L’organisation mondiale de la santé (OMS) appelle tous les pays encore épargnés à prendre leurs dispositions quant à l’arrivée du Covid-19, avertissant que se croire à l’abri de celui-ci serait une erreur fatale.