Togo, premier pays dont le certificat de vaccination Covid-19 est reconnu dans les 27 pays de l’EU

Covid-19 : Togo, premier pays dont le certificat de vaccination est reconnu dans l’UE

Alors que certains pass vaccinaux ont du mal a intégré l’Union Européenne, celui du Togo vient d’obtenir l’onction. Dans un communiqué, parvenu à notre rédaction, le gouvernement annonce que le Togo devient le premier pays d’Afrique subsaharienne dont le certificat de vaccination Covid-19 numérique est reconnu par l’Union Européenne (UE).

Annoncé par le gouvernement togolais et la Délégation de l’Union européenne ce mercredi 24 novembre 2021, le certificat sera reconnu dans les 27 pays de l’UE dès ce jeudi 25 novembre 2021.

Libre accès avec le certificat de vaccination Covid-19

En clair, il s’agira pour tous les voyageurs totalement vaccinés et disposant du nouveau certificat d’accéder aux lieux soumis à la présentation du certificat de vaccination Covid-19 dans l’espace européen. De même, les voyageurs munis d’un certificat de vaccination Covid-19 européen pourront le présenter au Togo dans les lieux où ce certificat sera exigé.

 « Les efforts du gouvernement dans la gestion de la crise sanitaire liée à la COVID-19, notamment dans la mise en œuvre de la stratégie vaccinale, sont recommandables », a déclaré le professeur Moustafa Mijiyawa, Ministre de la Santé, de l’Hygiène Publique et de l’Accès Universel aux Soins.

Lire aussi : Togo / Covid-19 : le pass vaccinal s’invite dans les églises et mosquées

Avec plus de 500 000 personnes complètement vaccinées et presque un million de personnes partiellement vaccinées, le Togo affiche aujourd’hui un taux de vaccination de 12%, et œuvre pour une nette amélioration de ce taux d’ici la fin de l’année, a ajouté le prof Moustafa Mijiyawa.

La confiance de voyager

Le Commissaire européen à la Justice, Didier Reynders, s’est félicité du nombre croissant de pays rejoignant l’effort de l’UE et a souligné que 51 pays et territoires sur cinq continents sont désormais connectés au système de certificat numérique COVID de l’UE. « Je suis également ravi que nous ayons le premier pays d’Asie du Sud-Est (Singapour) et le premier pays d’Afrique subsaharienne (Togo) qui seront interconnectés au certificat numérique COVID. A l’approche des fêtes de fin d’année, je souhaite réaffirmer aux voyageurs la confiance de voyager à l’intérieur et à l’extérieur de l’UE », a-t-il poursuivi.

Il faut rappeler que la plateforme pour l’obtention du certificat est entièrement développée par le Togo. Elle permet d’émettre un certificat de vaccination COVID-19 numérique avec QR code, aux personnes qui ont reçu le nombre minimal de doses requis. Grâce à ce dispositif digital, l’État togolais a pu établir en un temps record la réciprocité avec le système européen des certificats de vaccination numériques contre la COVID-19.

Vaccination Covid-19 : la stratégie marche, le Togo classé 1er dans l’espace UEMOA

Vaccination Covid-19 : la stratégie marche, le Togo classé 1er dans l’espace UEMOA

Le Togo poursuit sa campagne de vaccination contre la Covid-19. Selon Financial Times, le Togo bat le record dans l’UEMOA en terme de personnes s’étant faites vacciner contre le virus. 

Selon les informations données par le gouvernement, plus d’un million de doses de vaccins ont été administrées à ce jour. « 1,13 million de doses de vaccins ont été administrées à ce jour. Les contaminations à la Covid-19 en légère baisse grâce à votre mobilisation de plus en plus massive », ont indiqué les autorités.

Les données publiées par le Financial Times indiquent à peu près 13,6 doses pour 100 habitants. La couverture vaccinale au Togo est actuellement de 4,9 % et 8,7 % de Togolais ont reçu au moins une dose.

Ainsi, le Togo devance le Sénégal (7,3 % des habitants y ont reçu au moins une dose), la Côte d‘Ivoire (6,6 % ont reçu au moins une dose), la Guinée Bissau (4,4 %), le Niger (1,7 %), le Mali (1,6 %), le Bénin (1,9 %), et le Burkina Faso (0,8 %).

Pour rappel, la Cheffe du gouvernement Victoire Tomegah Dogbe était à l’Assemblée nationale le 14 septembre 2021. Une rencontre qui avait pour objectif, la présentation de la nouvelle stratégie et la prorogation de l’état d’urgence sanitaire.

Lire aussi : Togo / Covid-19 : « nous sommes obligés de passer à une autre stratégie pour être plus agressifs et faire peur », Victoire Tomegah-Dogbe

Outre, le renforcement du respect des mesures barrières, le gouvernement a conditionné l’accès aux institutions publiques par la présentation obligatoire d’une passe vaccinale.

Visiblement, cette nouvelle stratégie déployée par les autorités togolaises semble apporter les résultats escomptés. Pour preuve, ce premier record enregistré en quelques semaines de sa mise en œuvre.

« Syndrome anal sans repos », un effet secondaire de la Covid-19 détecté par les médecins

« Syndrome anal sans repos », un effet secondaire de la Covid-19 détecté par les médecins

La pandémie de la covid-19 continue de bouleverser le monde en l’occurrence les chercheurs. Si les efforts ont été déployés pour trouver des vaccins capables d’éradiquer la maladie, des effets secondaires surprenants aussi s’en suivent.  

« Syndrome anal sans repos »

En effet, les médecins japonais, dans un récent rapport rendu public, ont révélé une maladie mystérieuse associée à la covid-19 appelée « syndrome anal sans repos ».

Son nom est assimilé au syndrome des jambes sans repos (SJSR) plus communément discuté et décrit exactement les afflictions d’un patient de 77 ans.

Selon les faits racontés par Afrikmag, un homme venait tout juste de quitter l’hôpital universitaire de médecine de Tokyo après un séjour de 21 jours alors qu’il était malade de la COVID-19. Bien qu’il fut déclaré complètement remis du virus, il est revenu pour signaler de nouveaux symptômes inconfortables.

Un malaise anal profond

Il a déclaré aux médecins qu’il avait commencé à souffrir d’un « malaise anal profond » dans la zone située entre son anus et ses organes génitaux, ce qui l’a poussé à ressentir « l’envie incessante de bouger » ses intestins – ce qui ne lui a apporté aucun soulagement, selon le rapport, disponible chez BMC Infectious Diseases.

Au fil des jours, le patient a observé que l’activité physique semblait soulager son anus malade, tandis qu’être allongé ne faisait qu’augmenter son inconfort, qui augmentait également pendant les heures du soir.

Une coloscopie a montré que l’homme souffrait d’hémorroïdes internes, mais cela n’expliquait pas ses spasmes. Son système nerveux semblait également fonctionner correctement.

La covid-19 est connue pour provoquer une onde de choc d’effets secondaires, dont certains neurologiques, notamment une perte du goût et de l’odorat, un brouillard cérébral et un engourdissement.

C’est à ce moment-là que les médecins ont estimé que son état gênant devait être neurologique, notant que ses symptômes s’étaient manifestés de manière similaire au SJSR, qui a été détecté chez au moins deux autres patients COVID-19 récupérés.

Un premier cas

En effet, le rapport entre la maladie et le SJSR n’est pas encore compris, a déclaré l’auteur du rapport, le Dr Itaru Nakamura. Le patient de Nakamura, cependant, pourrait être le premier cas documenté de syndrome anal sans repos associé à la COVID-19, a-t-il écrit.

Lire aussi : Togo / Vaccination Covid-19 : voici comment se passe l’inscription en ligne

Le syndrome des jambes sans repos se produirait chez au moins 3 millions d’Américains, et ses symptômes peuvent apparaître ailleurs sur le corps, comme les bras ou même le visage. Certains experts pensent que la maladie est largement sous-déclarée, car la Restless Legs Syndrome Foundation estime que 7 à 8 % aux États-Unis vivent avec une forme de SJSR.

Nakamura a prescrit à l’homme un régime quotidien de sédatif clonazépam (Klonopin) pour aider à détendre ses muscles anaux, et il a continué à s’améliorer après 10 mois de traitement, selon le rapport.

Togo / Vaccination Covid-19 : voici comment se passe l’inscription en ligne

Togo / Vaccination Covid-19 : voici comment se passe l’inscription en ligne

La Vaccination est pour l’instant la solution idéale pour contrer la pandémie de la Covid-19. Et le gouvernement togolais multiplie les actions pour atteindre l’objectif. A cet effet, pour éviter l’affluence dans les centres de santé, les autorités ont mis en place un portail en ligne (vaccin.covid19.gouv.tg) pour se faire enrôler.

L’initiative est du Ministère de l’Économie Numérique et de la Transformation Digitale en collaboration avec le Ministère de la Santé. Elle vise à limiter la propagation du virus.

Ainsi, pour toute personne voulant se faire enrôler pour la vaccination voici les étapes à suivre :

-Pour vous enregistrer, vous aurez besoin de :

-Votre carte de votre numéro de téléphone,

-Une pièce d’identité,

-Votre date de naissance,

-Une adresse mail valide,

-Identifier la formation sanitaire la plus proche de votre lieu de résidence.

-Une fois certain d’avoir toutes ces informations à votre disposition, vous devez :

-Vous connectez au site vaccin.covid19.gouv.tg. A la fin de ce processus, choisir « Enrôlement du corps médical » si vous êtes un agent de santé ou « Enrôlement du reste de la population » si vous êtes un simple citoyen puis cliquez sur “s’inscrire”.

Entrer ensuite votre numéro de téléphone qui vous sera demandé puis accédez au formulaire d’inscription à compléter,

Autre moyen pour se faire enrôler via le *844#

Un autre moyen pour se faire enrôler est de composer *844# sur votre téléphone (Togocel comme Moov). Certaines informations concernant votre carte d’identité, vous seront demandées. Une fois que vous avez entré correctement les données, votre inscription sera donc prise en compte.

Lire aussi : Pourquoi il ne faut pas dormir nu? la réponse de ce médecin va vous choquer

Qui peut se faire enrôler ?

L’inscription sur le site ou par téléphone est ouverte aux togolais majeurs, qui remplissent les conditions précitées et qui aimeraient se faire vacciner contre le coronavirus.

Pourquoi il ne faut pas dormir nu? la réponse de ce médecin va vous choquer

Pourquoi il ne faut pas dormir nu? la réponse de ce médecin va vous choquer

Le médecin Anthony Youn dans une vidéo explique pourquoi il ne faut pas dormir nu. Une raison jugée dégoutante selon les internautes.

En effet, selon Anthony Youn dormir nu peut nuire à votre partenaire. Dans sa vidéo, le médecin américain explique qu’il vaut mieux ne pas dormir nu car un humain fait des pets entre 15 à 25 fois par jour, y compris la nuit. Selon lui, « une étude scientifique a démontré qu’à chaque gaz est aussi pulvérisée une toute petite quantité de matière fécale ».

Ainsi, en portant un pantalon, un slip ou un dessous de pyjama, on empêche les projections microscopiques de matière fécale de passer. Ceci dit, « pour le bien-être de votre partenaire de lit, s’il vous plait, dormez avec vos sous-vêtements », a renchérit Anthony Youn.  

Lire aussi : Incroyable : une artiste se fait doigter en pleine prestation (vidéo)

Se considère comme le premier « chirurgien esthétique holistique » des États-Unis, Anthony Youn est suivi par 5 millions d’abonnés sur TikTok. La plupart de ses vidéos sont vues par plusieurs dizaines ou centaines de milliers de fois.

Covid-19 au Togo : Vers un nouveau confinement ?

Covid-19 au Togo : Vers un confinement ?

Au Togo, la situation de la Covid-19 devient de plus en plus inquiétante et voir grave. Pour protéger, ses citoyens, le gouvernement a endurcit le ton quant aux mesures barrières. Dans cette dynamique, les autorités dans un communiqué rendu public ce jeudi 09 septembre, ont annoncées de nouvelles dispositions afin de freiner les risques de contamination du virus.

Les populations seront-elles confrontées à un confinement ? Les interrogations se font multiples. Mais le gouvernement rassure.

Les nouvelles mesures

Selon le communiqué, les manifestations culturelles, sportives et politiques sont interdites pour une durée d’un (1) mois à compter du 10 septembre 2021. L’interdiction de toutes les célébrations de mariages civils, religieux et traditionnels pour une durée d’un (1) mois à compter du 10 septembre 2021.

Aussi la fermeture de tous les lieux de culte pour une durée d’un (1) mois à compter du 10 septembre 2021. De même, les funérailles et les mariages sont interdits (les mesures prises imposent une demande d’autorisation auprès du préfet pour les cérémonies d’enterrement (15 personnes au maximum). Les grands bars et discothèques sont aussi fermés.

En plus, ces mesures interdisent aussi des ateliers et des réunions physiques pour une durée d’un (1) mois à compter 10 septembre 2021.

Un nouveau confinement

« Les administrations sont invitées à privilégier les réunions virtuelles, le cas échéant, assujettir l’accès à la présentation d’une preuve de vaccination », ajoute ledit communiqué.

Lire aussi : Togo / Covid-19 : les vaccinés de la première dose d’AstraZeneca invités à la deuxième avec le vaccin Pfizer

 « Tout contrevenant à ces mesures s’expose à des sanctions conformément aux lois et règlements en vigueur » prévient les autorités. Pour finir, le gouvernement invite les responsables de chaque secteur à poursuivre la concertation afin de faire respecter les mesures et, le cas échéant, définir ensemble les solutions les plus adaptées pour garantir une application stricte.

Ces nouvelles mesures alimentent les débats auprès des populations qui croyaient être sorties du tunnel. Dans les cœurs et les esprits, la crainte est grande par rapport à un confinement total.

Nécrologie : décès du tout premier directeur du CHU-Tokoin à l’âge de 100 ans

Nécrologie : décès du tout premier directeur du CHU-Tokoin à l’âge de 100 ans

Gynécologue de formation, Walter Grein, l’ex et tout premier directeur du CHU-Tokoin nommé aujourd’hui CHU Sylvanus Olympio, n’est plus de ce monde.

Il est décédé à l’âge de 100 ans dans son pays natal et sera enterré le 27 aout prochain en Bavière.

Il a été le premier Directeur du premier centre hospitalier universitaire du Togo entre 1963 et 1970 et a été décoré par feu Gnassingbé Eyadéma.

Seul gynécologue du pays à l’époque, Walter Grein a apporté beaucoup dans le système sanitaire au Togo. Il a instauré un système de santé efficace, contribué à la création de la toute première école d’infirmerie du pays, l’Unité de gynécologie obstétrique ou encore l’Ecole de sage-femme.

A lire : Togo / Covid-19 : les vaccinés de la première dose d’AstraZeneca invités à la deuxième avec le vaccin Pfizer

Selon le média BR24, sa maternité enregistrait environ 6000 naissances chaque année. Retourné pour un temps dans son pays natal, le Dr Grein reviendra au Togo de 1976 à 1978, puis de 1984 à 1986 pour prendre la direction de l’hôpital d’Agou Nyogbo.

les vaccinés de la première dose d’AstraZeneca invités à la deuxième avec le vaccin Pfizer

Togo / Covid-19 : les vaccinés de la première dose d’AstraZeneca invités à la deuxième avec le vaccin Pfizer

Le gouvernement poursuit sa lutte sans faille contre la propagation du coronavirus. A travers un communiqué rendu public ce 23 août, le pouvoir public invite la population ayant été administré de la première dose du vaccin AstraZeneca, à recevoir leur deuxième dose avec le vaccin Pfizer. Cette nouvelle campagne s’inscrit dans le cadre de l’accélération du processus d’acquisition de l’immunité collective.

Ainsi, après avoir lancer la vaccination de la population avec le vaccin Sinovac, Pfizer et le Johnson and Johnson, cette campagne pour les personnes ayant reçu la première dose débutera ce jeudi 26 août sur l’étendue du territoire.

Lire aussi : Santé : cas de virus de Marburg et d’Ebola détectés en Afrique, le gouvernement togolais prévient

Selon le communiqué, l’association des vaccins AstraZeneca et Pfizer est efficace d’après plusieurs études scientifiques et le Togo n’est pas le seul à adopter cette stratégie.

Les personnes concernées doivent se munir d’une pièce d’identité et de leur carte vaccinale pour faciliter la confirmation de leur confirmation, souligne le communiqué.

Ebola : un cas suspect en provenance de la Côte d’Ivoire détecté au Burkina Faso

Virus Ebola : un cas suspect en provenance de la Côte d’Ivoire détecté au Burkina Faso

Dans un communiqué, le ministère de la santé burkinabè a annoncé la présence d’un cas suspect du virus Ebola à Ouagadougou.

Selon le ministère, le suspect, âgé de 22 ans, est arrivé de la Côte d’Ivoire il y’a deux jours et a été isolé illico presto. Le communiqué indique également qu’après un parcours dans deux formations sanitaires du district sanitaire de Ziniaré (région du Plateau central), il a été reçu dimanche aux urgences médicales de Bogodogo à Ouagadougou.

Tout en indiquant qu’« une démarche diagnostique et de prise en charge sont en cours », le ministère de la santé invite la population au respect des mesures de prévention des maladies.

Lire aussi : Santé : cas de virus de Marburg et d’Ebola détectés en Afrique, le gouvernement togolais prévient

Compte tenu du contexte épidémiologique national et sous-régional, le Burkina Faso a renforcé son système de surveillance épidémiologique afin de faire face aux différentes menaces sanitaires.

cas de virus de Marburg et d'Ebola détectés en Afrique, le gouvernement togolais prévient

Santé : cas de virus de Marburg et d’Ebola détectés en Afrique, le gouvernement togolais prévient

Après le coronavirus qui continue de secouer le monde surtout l’Afrique, l’on apprend l’apparition de deux virus mortels. Il s’agit du virus de Marburg en Guinée Conakry, une première en Afrique, et du virus Ebola en Côte d’Ivoire. Ces virus qui ont refait surface dans la sous-région, ne laissent pas le gouvernement togolais indifférent.

Vigilance!

A cet effet, le Ministre en charge de la santé à travers un communiqué, invite la population à une vigilance accrue et à l’adoption de comportements sains pour éviter cette maladie.

Le gouvernement invite donc la population à se laver régulièrement les mains à l’eau et au savon, éviter tout contact avec le sang, les selles, les urines, la salive et les vomissures d’une personne suspecte ou atteinte d’une maladie avec fièvre et saignements ; éviter de manipuler, en l’absence de toutes mesures de protection adaptée, le corps d’une personne décédée d’une maladie avec fièvre et saignements ; bien cuire les aliments, surtout les viandes avant de les consommer.

La fièvre virale hémorragique est une maladie très grave, hautement contagieuse, et souvent mortelle. Elle se transmet par contact avec les liquides biologiques d’une personne malade (sang, vomissures, selles, urines, liquides génitaux), prévient le gouvernement.

Lire aussi : Santé : ces dangers dont ignorent les mères en donnant de l’eau à un bébé de moins de 6 mois

Elle se manifeste, poursuit le gouvernement, par une fièvre brusque accompagnée de plusieurs autres signes notamment la faiblesse intense, douleurs musculaires, maux de tête, fatigue, nausées ou vomissements, diarrhée, douleurs abdominales et parfois des saignements inexpliqués à travers les selles, les urines, et le nez.

Une guérison possible

Ainsi, devant toute suspicion, le gouvernement invite à informer le personnel du centre de santé le plus proche pour une prise en charge rapide et adéquate. Les fièvres virales hémorragiques peuvent être guéries si elles sont détectées et prises en charge précocement dans un centre de santé, indique le garant des questions sanitaires au Togo.

Le ministre en charge de la santé compte sur le civisme et la vigilance de tous pour éviter la survenue de cette maladie dans notre pays.