• NW TV 23 2
Actualités, Politique

Côte d’Ivoire : Gbagbo et Blé Goudé à nouveau devant la CPI

Côte d’Ivoire : Gbagbo et Blé Goudé à nouveau devant la CPI

La Cour Pénale Internationale (CPI) a entamé une nouvelle audience ce lundi, 22 juin 2020. Au menu des discussions, l’acquittement de l’ancien président, Laurent Gbagbo, et de son ex ministre de la jeunesse, Charles Blé Goudé. Pendant trois jours, les juges de la chambre d’appel de la CPI devront infirmer ou confirmer cette décision prononcée en première instance, il y a un mois et demi.

Cette nouvelle audience répond à l’appel fait par la procureure de la CPI, Fatou Bensouda, après l’acquittement de ces deux hommes politiques ivoiriens de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité prononcé fin janvier 2019 par les juges de première instance.

Le but de l’audience, a expliqué le porte-parole de la CPI, Fadi El Abdallah, est de « voir si on peut vraiment valider cet acquittement, ou bien s’il faut refaire ce procès, pour que la procureure soit invitée à représenter les éléments de preuve ».

Le destin des deux hommes politiques est, donc, entre les mains de ce nouveau jury composé de cinq juges de la chambre d’appel qui auront pour mission de délibérer.

Selon les informations, Fatou Bensouda avait, en première instance, présenté 82 témoins à la barre. En effet, ces derniers devraient principalement évoquer le rôle de l’ancien président et de son homme de main dans la crise post-électorale de 2010-2011.

Malgré ces différents témoignages, les juges avaient prononcé une décision d’acquittement en pointant du doigt « la faiblesse exceptionnelle » des preuves apportées par la procureure.

Pour Thijs Bouwknegt, spécialiste de la justice internationale à l’Académie royale des sciences à Amsterdam, Fatou Bensouda « ne s’attaque pas au fond de l’affaire, mais à la forme ». A cet effet, elle a demandé aux juges de conclure à un « mistrial » (une erreur judiciaire). Cette démarche, analyse le spécialiste, montre que la procureure « n’est peut-être pas très sûre des preuves apportées dans son dossier ».

Christelle A.

Lire aussi: MALI: MAINTIEN DES POSITIONS, LES PRO-IBK MONTENT AU CRÉNEAU

Article précédentArticle suivant

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.