Conseil

Les Femmes Qui Ont Plus De Rapports S3xuels « Ont Un Cerveau Mieux Développé »

Les Femmes Qui Ont Plus De Rapports S3xuels « Ont Un Cerveau Mieux Développé »

Des chercheurs scientifiques ont découvert la région du cerveau liée au toucher génital chez les femmes et il semble qu’elle soit mieux développée chez les femmes qui ont des relations s3xuelles régulières.

L’étude, récemment publiée dans le Journal of Neuroscience, a analysé le lien entre le toucher et le développement cérébral chez 20 femmes adultes. Dans le cadre de la recherche, des femmes volontaires – âgées de 18 à 45 ans – ont eu leur cl*toris stimulé par un objet vibrant placé au-dessus de leurs sous-vêtements, tandis que leur cerveau était scanné.

Lire aussi : Sexualité : ces positions qui vous permettent d’atteindre sans doute le point G

Les chercheurs ont également demandé à des femmes volontaires à quelle fréquence elles avaient eu des relations s3xuelles au cours de la dernière année. Lorsque l’appareil vibrait, la région du cortex somatosensoriel du cerveau était activée. Les chercheurs ont ensuite mesuré l’épaisseur de cette zone du cerveau, trouvant qu’elle était plus grande chez les femmes qui ont déclaré avoir plus de relations s3xuelles.

“Nous avons trouvé une association entre la fréquence des rapports s3xuels et l’épaisseur du champ génital cartographié individuellement », explique le co-auteur de l’étude, le Dr Christine Heim – professeur de psychologie médicale à l’hôpital universitaire Charite de Berlin. Cela signifie que plus une femme a de relations s3xuelles, plus la région du cerveau est grande.

Ce n’est pas la première étude à examiner les avantages du s3xe sur le cerveau. En 2016, des scientifiques de l’Université McGill au Canada ont découvert que les jeunes femmes qui ont des relations s3xuelles régulières ont plus de facilité à se souvenir des choses que leurs homologues moins s3xuellement actives.

Avec AfrikMag

Article précédentArticle suivant

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.