Sports

Mondial 2006 : Zidane explique enfin son coup de tête sur Materazzi

Mondial 2006 : Zidane explique enfin son coup de tête à Materazzi

Nous sommes en Allemagne à Berlin en 2006, la France de Zinedine Zidane disputait la finale de la Coupe du monde avec l’Italie. Les deux équipes étaient à égalité (1-1) avec un pénalty à la Panenka marqué par le capitaine de l’équipe d’antan Zidane et le but égalisatrice marqué par le défenseur Marco Materazzi.

Alors que tous les regards sont rivés sur le match très serré, un évènement tout à fait inattendu va se produire. Sur les écrans on voit le dossard 10 des Bleus donne un coup de tête dans le torse de Materazzi et sera exclu par l’arbitre. Qu’est ce qui s’est passé, s’interrogent journalistes, supporters et autres.

Les commentaires sortent de tout bord. Chacun raconte ses théories. Materazzi aurait insulté sa mère, l’aurait traitée de terroriste etc. 16 ans après, Zidane donne la vraie version des faits.

Zidane explique son coup de tête

En effet, l’ex entraineur du Réal de Madrid lors de ses 50 ans d’anniversaire, a accordé une interview au média l’Equipe. Dans ses propos celui qui est appelé ZZ a raconté la vraie histoire derrière son coup de tête à Materazzi.

Lire aussi : Kylian Mbappé : « Je suis français et il y a ce côté sentimental de quitter mon pays qui aurait été difficile »

“Ce jour-là, ma maman est très fatiguée. J’ai plusieurs fois eu ma sœur au téléphone dans la journée. Je sais que maman n’est pas bien mais ce n’est pas très grave non plus. Ça m’interpelle néanmoins. Je reste quand même concentré. Mais ce sont des choses qui se bousculent.

La pression ceci, cela. Lui (Materazzi, nldr), il ne me parle de ma mère. Il a souvent dit qu’il n’avait pas insulté ma mère. C’est vrai. Mais il a insulté ma sœur, qui était auprès de ma maman à ce moment-là. Sur un terrain, il y a déjà eu des insultes.

Tout le monde se parle, parfois mal, tu ne fais rien. Là, ce jour, il s’est passé ce qui s’est passé. Il a déclenché quelque chose en parlant de ma sœur Lula. L’espace d’une seconde. Et c’est parti. Mais après, il faut accepter.”, a expliqué Zidane lors de l’entretien.

Article précédentArticle suivant

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.